Leur regard

Leur regard

J’ai toujours eu peur du regard des autres, quand on te juge du regard sans même te connaître. Souvent, ce genre de comportement peut vraiment te toucher et t’empêcher d’être toi-même.
Pour moi, être aimée des autres, c’est très important et donc, quand quelqu’un se moque de moi ça m’empêche d’être moi-même, d’avoir confiance en moi. J’ai toujours associé la confiance en soi à un grand sable mouvant. Quand les autres te jugent, tu t’enfonces énormément, tandis que souvent, quand c’est toi qui juges, tu te sens plus fort et plus confiant. C’est comme si tu remontais à la surface. Mais quand tu es enfoncé trop bas, c’est très dur d’en sortir.

Pour moi, les gens qui jugent sans savoir qui tu es, juste en te regardant par rapport à ton apparence, ce sont des personnes qui ont besoin de se sentir supérieures.
Et donc, il ne faut pas se laisser faire, il faut leur faire comprendre que ça peut blesser les autres plus que ce qu’ils ne pensent.
Il ne faut pas faire une remarque au sujet de quelqu’un, juste pour faire rire les autres. Il vaut mieux réfléchir avant de se moquer.

Revenons à nos sables mouvants. Généralement, quand tu n’as pas confiance en toi, tu vas te taire et te faire tout petit en espérant que les autres vont venir vers toi. C’est comme si tu restais immobile. Dans un sable mouvant, on dit que c’est mieux car plus tu te débats, plus tu t’enfonces. Mais parfois, il vaut mieux se débattre un petit peu pour recevoir de l’aide de quelqu’un qui pourra t’aider à en sortir.
En gros, il ne faut pas juger sans savoir mais il faut aussi croire en soi et se dire que si quelqu’un dit du mal de toi, il ne mérite pas de t’adresser la parole.

Auteure : Noémie, 12 ans, Wavre

CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.

Et d’autres récits

Si je pouvais exaucer un vœu, j’unirais le monde en un seul pays

C’est vrai quoi ! Plus de guerre, plus de conflit et une coopération sans limite et sans haine. Utopie pour certains, fantasme anarchiste pour d’autres et rêve pour moi. Mettre fin à ces inégalités...

Music

La musique, la musique est quelque chose de petit mais d’énorme en même temps. Pour certaines personnes, il s’agit juste de pousser sur play mais pour MOI c’est tellement plus, c’est le moment où je...

Coeur sensible sous carrure de bonhomme

J’ai beaucoup été harcelée pendant mes secondaires et primaires ; je n’ai jamais réellement eu la force de faire confiance aux gens.Où que j’aille, il y a toujours un moment où ça ne va plus et ça...

Pour eux

Le plus injuste dans ce monde, ce sont les gens qui n’arrivent pas à vivre dignement pour X raisons car le fait de devoir dépendre des autres les rend un peu comme des gens assistés. Et par après,...

Le mâle être

Une douleur qui ne disparaitra jamais, car je ne suis pas né comme je l’aimerais. Mon corps me dégoute et le vide se rajoute. Les bandages me serrent mon mâle être s’en sert.Auteure : Nikita, 15...

Leur regard

J’ai toujours eu peur du regard des autres, quand on te juge du regard sans même te connaître. Souvent, ce genre de comportement peut vraiment te toucher et t’empêcher d’être toi-même.Pour moi, être...

Le sport, une manière formidable de rester heureux !

Ce que le sport m’apporte ? Pour ma part, j’ai commencé avec la natation mais pendant quelques années c’était pas du tout mon activité préférée mais j’ai pris sur moi en me disant que j’allais nager...

Lecture, bienfaits et jeunesse

Je suis arrivée en Belgique à l’âge de 7 ans. Je ne parlais ni français ni ne savais l'écrire. Heureusement, l’école a mis des choses en place pour moi et j’ai très vite rattrapé mes lacunes. Par la...

Manger, c’est le meilleur moment de la journée

Manger, c’est quelque chose de gras, de salé et de sucré mais surtout quelque chose de fantastique. Quand tu commences, tu ne sais pas t’arrêter. Ce qui est bien, c’est qu’après tu prends du poids...

Rencontre avec l’alien

Cher alien, que comptes-tu trouver en Belgique ? La liberté ? De nouveaux territoires à conquérir ? Un semblant de paix éternelle ? Ici, les humains suivent leur quête du bonheur. Certains...
Faut-il être maladroit ou bien préparé ?

Faut-il être maladroit ou bien préparé ?

Suis-je maladroit ou mal préparé ? C’est une question que je me suis longtemps posé ! Dès mon plus jeune âge, j’ai toujours fait énormément de bêtises. Des bêtises sans conséquences, ce n’est pas très grave parce que ça fait généralement rire les plus grands quand on est plus jeune. Mais en grandissant, cette maladresse peut parfois poser problème. Parce qu’en grandissant, on a l’impression qu’on a plus vraiment droit à la maladresse enfantine. Parce qu’un mot choisi à un moment donné n’en n’est pas un autre et qu’il peut blesser. Être maladroit, c’est peut-être un vilain défaut dont on a du mal à se débarrasser. Peut-être que ce défaut vient-il d’un manque de préparation ? C’est possible mais difficile à dire car on ne peut pas toujours tout prévoir ou préparer dans la vie.

La maladresse, ça ne touche pas tout le monde mais parfois ça peut faire mal. J’ai souvent voulu bien faire mais par ma maladresse, j’ai souvent fait plutôt l’inverse. J’ai fait des choix et des actes que je regrette encore maintenant et qui me font mal au fond de moi car l’image que certaines personnes ont de moi n’est pas celle que j’ai voulu donner à travers ce que je leur ai donné de moi-même. Alors si j’avais un conseil pour le moi-même du futur, ou une personne qui lit ce texte, c’est de tirer le plus de force de cette maladresse et ne pas en avoir honte.

Parce qu’être maladroit c’est une source inépuisable d’humour tant que c’est utilisé à bon escient. C’est aussi une source d’aventure, car les erreurs créent des souvenirs inoubliables. Car les occasions ratées sont des opportunités pour s’améliorer. Alors soyons maladroits mais pas trop non plus pour ne pas le regretter.

Auteur : Corentin, 21 ans, Louvain-la-Neuve

CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.

Et d’autres récits

Si je pouvais exaucer un vœu, j’unirais le monde en un seul pays

C’est vrai quoi ! Plus de guerre, plus de conflit et une coopération sans limite et sans haine. Utopie pour certains, fantasme anarchiste pour d’autres et rêve pour moi. Mettre fin à ces inégalités...

Music

La musique, la musique est quelque chose de petit mais d’énorme en même temps. Pour certaines personnes, il s’agit juste de pousser sur play mais pour MOI c’est tellement plus, c’est le moment où je...

Coeur sensible sous carrure de bonhomme

J’ai beaucoup été harcelée pendant mes secondaires et primaires ; je n’ai jamais réellement eu la force de faire confiance aux gens.Où que j’aille, il y a toujours un moment où ça ne va plus et ça...

Pour eux

Le plus injuste dans ce monde, ce sont les gens qui n’arrivent pas à vivre dignement pour X raisons car le fait de devoir dépendre des autres les rend un peu comme des gens assistés. Et par après,...

Le mâle être

Une douleur qui ne disparaitra jamais, car je ne suis pas né comme je l’aimerais. Mon corps me dégoute et le vide se rajoute. Les bandages me serrent mon mâle être s’en sert.Auteure : Nikita, 15...

Leur regard

J’ai toujours eu peur du regard des autres, quand on te juge du regard sans même te connaître. Souvent, ce genre de comportement peut vraiment te toucher et t’empêcher d’être toi-même.Pour moi, être...

Le sport, une manière formidable de rester heureux !

Ce que le sport m’apporte ? Pour ma part, j’ai commencé avec la natation mais pendant quelques années c’était pas du tout mon activité préférée mais j’ai pris sur moi en me disant que j’allais nager...

Lecture, bienfaits et jeunesse

Je suis arrivée en Belgique à l’âge de 7 ans. Je ne parlais ni français ni ne savais l'écrire. Heureusement, l’école a mis des choses en place pour moi et j’ai très vite rattrapé mes lacunes. Par la...

Manger, c’est le meilleur moment de la journée

Manger, c’est quelque chose de gras, de salé et de sucré mais surtout quelque chose de fantastique. Quand tu commences, tu ne sais pas t’arrêter. Ce qui est bien, c’est qu’après tu prends du poids...

Rencontre avec l’alien

Cher alien, que comptes-tu trouver en Belgique ? La liberté ? De nouveaux territoires à conquérir ? Un semblant de paix éternelle ? Ici, les humains suivent leur quête du bonheur. Certains...
Océan d’émotions

Océan d’émotions

J’ai toujours rêvé de m’évader, de me sentir libre et ça a toujours été compliqué de m’imaginer un réel endroit qui arriverait à calmer l’océan d’émotions que je peux ressentir, qui réussirait à m’enlever le masque et la carapace que je garde en permanence, qui arriverait à me donner l’opportunité de mettre pour la première fois mes émotions à nu.

Je ne supporte plus ses émotions me bouffant de jour en jour. Je ne supporte plus les regards des autres sur mon être, la peur que les humains me provoquent. J’en ai marre de me sentir si atypique, car est-ce réellement bien d’être différent, autant différent, autant incompris et en détresse. La vie me fait peur, tout ce qu’elle implique me terrifie, je ne me suis jamais senti à ma place dans cet univers si vaste et incompréhensible à mes yeux.

J’aimerai juste vivre une journée, libre comme un aigle, mes sens éveillés de partout, sentir la douceur du vent caresser mon âme et mes cheveux ; l’adrénaline de se sentir à la même hauteur que la plus grande montagne du monde ; la chaleureuse chaleur enveloppant mon cœur réchauffant ses peines et ses peurs ; la noirceur de la nuit face à la clarté de la nuit, observer cette couleur bleue persistante dans le ciel ; sentir la dureté de l’arbre se trouvant contre mon doux ; l’odeur de la nature, l’entente du vent frappant les feuilles, la malheureuse vision de ces feuilles tombant une à une représentant la douleur qu’est l’éphémère.

Tout se finit, parfois les choses prennent même des raccourcis face à la fin de l’existence, tout comme le suicide de mon arbre de vie.

Auteure : Nikita, 15 ans, Bruxelles

CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.

Et d’autres récits

Si je pouvais exaucer un vœu, j’unirais le monde en un seul pays

C’est vrai quoi ! Plus de guerre, plus de conflit et une coopération sans limite et sans haine. Utopie pour certains, fantasme anarchiste pour d’autres et rêve pour moi. Mettre fin à ces inégalités...

Music

La musique, la musique est quelque chose de petit mais d’énorme en même temps. Pour certaines personnes, il s’agit juste de pousser sur play mais pour MOI c’est tellement plus, c’est le moment où je...

Coeur sensible sous carrure de bonhomme

J’ai beaucoup été harcelée pendant mes secondaires et primaires ; je n’ai jamais réellement eu la force de faire confiance aux gens.Où que j’aille, il y a toujours un moment où ça ne va plus et ça...

Pour eux

Le plus injuste dans ce monde, ce sont les gens qui n’arrivent pas à vivre dignement pour X raisons car le fait de devoir dépendre des autres les rend un peu comme des gens assistés. Et par après,...

Le mâle être

Une douleur qui ne disparaitra jamais, car je ne suis pas né comme je l’aimerais. Mon corps me dégoute et le vide se rajoute. Les bandages me serrent mon mâle être s’en sert.Auteure : Nikita, 15...

Leur regard

J’ai toujours eu peur du regard des autres, quand on te juge du regard sans même te connaître. Souvent, ce genre de comportement peut vraiment te toucher et t’empêcher d’être toi-même.Pour moi, être...

Le sport, une manière formidable de rester heureux !

Ce que le sport m’apporte ? Pour ma part, j’ai commencé avec la natation mais pendant quelques années c’était pas du tout mon activité préférée mais j’ai pris sur moi en me disant que j’allais nager...

Lecture, bienfaits et jeunesse

Je suis arrivée en Belgique à l’âge de 7 ans. Je ne parlais ni français ni ne savais l'écrire. Heureusement, l’école a mis des choses en place pour moi et j’ai très vite rattrapé mes lacunes. Par la...

Manger, c’est le meilleur moment de la journée

Manger, c’est quelque chose de gras, de salé et de sucré mais surtout quelque chose de fantastique. Quand tu commences, tu ne sais pas t’arrêter. Ce qui est bien, c’est qu’après tu prends du poids...

Rencontre avec l’alien

Cher alien, que comptes-tu trouver en Belgique ? La liberté ? De nouveaux territoires à conquérir ? Un semblant de paix éternelle ? Ici, les humains suivent leur quête du bonheur. Certains...
Lettre à ma génération

Lettre à ma génération

Lettre à ma génération. Lettre à ceux qui font partie de ce que l’on appelle « génération sacrifiée », sacrifiés pour stabiliser la crise sanitaire, sacrifiés par le système pour garder sa solidité précaire. Lettre à celles et ceux qui sont épuisés en constatant l’état actuel de la société. Lettre aux jeunes qui ont découvert l’importance de la santé mentale le jour où ils ont perdu le contrôle d’eux-mêmes. Lettres à tous ceux qui ont peur de parler à cœur ouvert, rongés par les doutes et les questionnements.

Certains s’interrogeront sur l’intérêt d’écrire ce texte destiné à la jeune génération. Je leur répondrai simplement et sans l’ombre d’un doute « pour donner la parole à celles et ceux qui la demandent mais ne la reçoivent pas ou uniquement quand cela n’a plus d’importance ». D’autres questions sont tout autant légitimes. En effet, comment une lettre peut-elle prétendre toucher une si large tranche de la population qui contient autant de différences en son sein ? A nouveau, la réponse me semble simple et pleine de bon sens. Nous mettons tellement d’attention et d’énergie à exacerber nos différences et à pointer les points faibles de chacun que cela en fait déjà un point commun. Nous avons tous nos particularités. Je suis sincèrement convaincu que bon nombre de jeunes vivent avec des soucis tout à fait semblables. A force de côtoyer des jeunes de tous horizons, j’en suis arrivé à la conclusion que nous avons tous des problèmes communs mais que nous les vivons différemment. De ce constat, il m’apparaissait comme une évidence d’en tirer un texte, une lettre pour montrer à tous les jeunes que nous sommes tous tiraillés par des doutes et des questionnements similaires. Libérer la parole de cette jeunesse est un objectif peut-être complexe mais auquel je veux croire et, surtout, tenter de contribuer.

Redonner aux jeunes une lueur d’espoir dans un monde trop souvent dépeint comme sombre et terne. Rallumer une case lumineuse de positivité et d’espoir. Ces termes peuvent faire sourire mais notre jeunesse manque cruellement d’un objectif peut-être un peu idéaliste ou d’une utopie les poussant à donner le meilleur d’eux-mêmes. Les mots peuvent sembler romancés ou forts de sens mais nos jeunes ont besoin d’envisager et de concevoir un avenir qui peut changer, qui peut leur donner la place qu’ils cherchent depuis bien trop longtemps. Ils ressentent plus que jamais la nécessité de pouvoir aspirer à une société inclusive et à l’écoute qui leur donne l’envie de se battre et de se surpasser. Aujourd’hui, je veux leur montrer, leur dire, leur crier que ce monde meilleur est envisageable. Il faudra s’accrocher car le parcours ne sera pas un long fleuve tranquille. Parfois, vous chuterez et vous vous demanderez si le jeu en vaut la chandelle mais, vous pouvez me croire, rien ne vaut plus que de se battre pour ses rêves et ses idées. Peut-être semblent-ils inatteignables, ne vous découragez pas pour autant car ils vous feront grandir et devenir quelqu’un plus en phase avec lui-même.

Je ne tomberai pas dans la facilité en disant que pour changer la société, il faut se changer soi-même. En formulant ce postulat, nous ne faisons que freiner l’envie des jeunes de prendre part au changement. Nous les décourageons avant même qu’ils n’aient pu trouver leur place dans la société. Les jeunes manquent cruellement de repères personnels. La connaissance d’eux-mêmes est, malheureusement, rarement au rendez-vous. Le message que je voudrais leur faire passer peut sembler banal mais il est crucial. Ne vous efforcez pas de changer. Prenez le temps de vous connaitre. Ayez conscience de vos points faibles mais également de vos points forts qui vous permettront de savoir ce que vous pouvez apporter aux autres et ce qu’ils peuvent vous apporter. Arrêtez-vous un instant pour découvrir vos traits de caractère, vos besoins, vos envies. Faites une pause dans ce monde où tout semble filer à mille à l’heure pour analyser ce que vous ressentez. Vos émotions et vos sentiments sont les guides de votre vie. Ne les reniez pas, même ceux que la société connotent négativement telles que la colère ou la rancœur, elles ne sont que le reflet de besoins insatisfaits. Ne cherchez pas à tout prix à faire partie d’une société à l’équilibre instable mais prenez soin de trouver votre équilibre. Cela vous prendra du temps et de l’énergie mais vous apportera un sentiment de bien-être et de stabilité qu’il est difficile de décrire.

Trouver un équilibre ne veut pas dire pour autant tout renfermer en soi en attendant de trouver la solution dans son for intérieur. La société a tendance à banaliser et à passer sous silence ce que ressentent les jeunes. Dès lors, pourquoi exprimer ses émotions et ses besoins ! « Faites comme tout le monde, restez dans le rang ». L’expression de ses sentiments et de son ressenti est trop souvent perçue négativement. Or, les jeunes peuvent uniquement aspirer à une stabilité et à la connaissance de soi en partageant leur vécu avec leurs pairs. Mon message sera donc le suivant : partagez avec vos personnes de confiance ce qui vous tient à cœur, ce qui vous inspire, ce qui vous attriste , ce qui vous fait douter. Vos amis sont de véritables ressources et vous êtes de véritables ressources pour vos amis. Discuter et échanger avec eux est le meilleur moyen de vous connaitre et de construire votre identité. Ne tombez pas non plus dans l’extrême à vouloir être constamment entourés, prenez le temps de vous recentrer sur vous-mêmes. Ne vous mettez pas de barrière à construire des relations dites « obligatoires » en vous disant qu’il faut faire bonne figure en côtoyant telle ou telle personne alors que vous n’en avez pas l’envie. Mon dernier conseil sera donc, Soyez vous-mêmes !

Alors j’adresse une lettre à tous ces jeunes qui trouveront leur place dans la société. Lettre à ceux qui mettront du temps à être leur entité propre. Lettre à la « génération sacrifiée » qui trouvera et apportera de la lumière dans cette société bien trop souvent terne. Lettre à celles et ceux qui feront des blessures des dernières années ou de leur passé une véritable force. Lettre aux jeunes qui oseront parler de leurs vécu, ressenti, émotions et sentiments. Lettre à une génération que je ne connais que trop bien. Lettre à ma génération.

Auteure : Corentin, 19 ans, Anderlecht

CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.

Et d’autres récits

Si je pouvais exaucer un vœu, j’unirais le monde en un seul pays

C’est vrai quoi ! Plus de guerre, plus de conflit et une coopération sans limite et sans haine. Utopie pour certains, fantasme anarchiste pour d’autres et rêve pour moi. Mettre fin à ces inégalités...

Music

La musique, la musique est quelque chose de petit mais d’énorme en même temps. Pour certaines personnes, il s’agit juste de pousser sur play mais pour MOI c’est tellement plus, c’est le moment où je...

Coeur sensible sous carrure de bonhomme

J’ai beaucoup été harcelée pendant mes secondaires et primaires ; je n’ai jamais réellement eu la force de faire confiance aux gens.Où que j’aille, il y a toujours un moment où ça ne va plus et ça...

Pour eux

Le plus injuste dans ce monde, ce sont les gens qui n’arrivent pas à vivre dignement pour X raisons car le fait de devoir dépendre des autres les rend un peu comme des gens assistés. Et par après,...

Le mâle être

Une douleur qui ne disparaitra jamais, car je ne suis pas né comme je l’aimerais. Mon corps me dégoute et le vide se rajoute. Les bandages me serrent mon mâle être s’en sert.Auteure : Nikita, 15...

Leur regard

J’ai toujours eu peur du regard des autres, quand on te juge du regard sans même te connaître. Souvent, ce genre de comportement peut vraiment te toucher et t’empêcher d’être toi-même.Pour moi, être...

Le sport, une manière formidable de rester heureux !

Ce que le sport m’apporte ? Pour ma part, j’ai commencé avec la natation mais pendant quelques années c’était pas du tout mon activité préférée mais j’ai pris sur moi en me disant que j’allais nager...

Lecture, bienfaits et jeunesse

Je suis arrivée en Belgique à l’âge de 7 ans. Je ne parlais ni français ni ne savais l'écrire. Heureusement, l’école a mis des choses en place pour moi et j’ai très vite rattrapé mes lacunes. Par la...

Manger, c’est le meilleur moment de la journée

Manger, c’est quelque chose de gras, de salé et de sucré mais surtout quelque chose de fantastique. Quand tu commences, tu ne sais pas t’arrêter. Ce qui est bien, c’est qu’après tu prends du poids...

Rencontre avec l’alien

Cher alien, que comptes-tu trouver en Belgique ? La liberté ? De nouveaux territoires à conquérir ? Un semblant de paix éternelle ? Ici, les humains suivent leur quête du bonheur. Certains...
Gris

Gris

J’ai toujours eu peur d’arriver à un moment de ma vie où je n’ai plus espoir, plus d’envie de me lever le matin.

Je pense que se perdre soi-même est une expérience qui me terrifie.

Ne plus avoir la force de se lever, ne rien trouver qui en vaille la peine. Le jour où l’on abandonne tout espoir, je pense que tout est perdu. Plus rien ne nous rend joyeux ou triste, la vie devient sans goût, sans saveur : elle ne devient pas noire mais grise.

Il faut essayer de trouver chaque jour, aussi minime qu’elle soit, une bonne raison d’être en vie. Peu importe. Et chaque jour cette bonne raison grandira peut-être en vous et vous vous réveillerez avec cette joie que vous aviez oubliée. Chaque chose est importante, que ce soit simplement les rayons du Soleil qui réchauffe votre visage au matin, les gouttes qui jaillissent sur la vitre de la voiture, votre chanson préférée qui passe à la radio.

Si aujourd’hui n’est pas bon, n’abandonnez pas, demain sera peut-être meilleur. La beauté du monde, c’est que rien n’est figé, tout change. Chaque moment de vie, bon ou mauvais, est une leçon qui fera de vous la personne que vous serez plus tard. Apprenez à être vous, ce n’est pas grave de ne pas être heureux tout le temps. Personne n’y arrive et personne n’y arrivera jamais.

Battez-vous pour vous, pour votre « vous heureux » du futur. Ne l’abandonnez pas.

Auteure : Camille, 21 ans, Louvain-la-Neuve

CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.

Et d’autres récits

Si je pouvais exaucer un vœu, j’unirais le monde en un seul pays

C’est vrai quoi ! Plus de guerre, plus de conflit et une coopération sans limite et sans haine. Utopie pour certains, fantasme anarchiste pour d’autres et rêve pour moi. Mettre fin à ces inégalités...

Music

La musique, la musique est quelque chose de petit mais d’énorme en même temps. Pour certaines personnes, il s’agit juste de pousser sur play mais pour MOI c’est tellement plus, c’est le moment où je...

Coeur sensible sous carrure de bonhomme

J’ai beaucoup été harcelée pendant mes secondaires et primaires ; je n’ai jamais réellement eu la force de faire confiance aux gens.Où que j’aille, il y a toujours un moment où ça ne va plus et ça...

Pour eux

Le plus injuste dans ce monde, ce sont les gens qui n’arrivent pas à vivre dignement pour X raisons car le fait de devoir dépendre des autres les rend un peu comme des gens assistés. Et par après,...

Le mâle être

Une douleur qui ne disparaitra jamais, car je ne suis pas né comme je l’aimerais. Mon corps me dégoute et le vide se rajoute. Les bandages me serrent mon mâle être s’en sert.Auteure : Nikita, 15...

Leur regard

J’ai toujours eu peur du regard des autres, quand on te juge du regard sans même te connaître. Souvent, ce genre de comportement peut vraiment te toucher et t’empêcher d’être toi-même.Pour moi, être...

Le sport, une manière formidable de rester heureux !

Ce que le sport m’apporte ? Pour ma part, j’ai commencé avec la natation mais pendant quelques années c’était pas du tout mon activité préférée mais j’ai pris sur moi en me disant que j’allais nager...

Lecture, bienfaits et jeunesse

Je suis arrivée en Belgique à l’âge de 7 ans. Je ne parlais ni français ni ne savais l'écrire. Heureusement, l’école a mis des choses en place pour moi et j’ai très vite rattrapé mes lacunes. Par la...

Manger, c’est le meilleur moment de la journée

Manger, c’est quelque chose de gras, de salé et de sucré mais surtout quelque chose de fantastique. Quand tu commences, tu ne sais pas t’arrêter. Ce qui est bien, c’est qu’après tu prends du poids...

Rencontre avec l’alien

Cher alien, que comptes-tu trouver en Belgique ? La liberté ? De nouveaux territoires à conquérir ? Un semblant de paix éternelle ? Ici, les humains suivent leur quête du bonheur. Certains...
La dernière fois que j’ai dit Je t’aime

La dernière fois que j’ai dit Je t’aime

La dernière fois que j’ai dit « Je t’aime » c’était un automatisme.

Comme un mot qui va de pair avec un “ A plus tard”.  Ce mot fort qui a toujours eu du sens pour moi, que je n’ose dire qu’aux personnes qui sont chères à mon cœur, est devenu un automatisme, presque un réflexe, “Bisous, Je t’aime”.

C’est à se demander si on y accorde le sens qu’il mérite.

Mais la réflexion m’amène à penser que oui, ce je t’aime d’habitude est puissant. L’habitude de dire je t’aime n’enlève pas de sa valeur dès lors que l’on n’acquiert pas cet automatisme avec n’importe qui. Alors si par mégarde, on a oublié de se le dire avant de couper la ligne, on rappelle et on recommence.  

Auteure : Nour, 19 ans, Bruxelles

CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.

Et d’autres récits

Si je pouvais exaucer un vœu, j’unirais le monde en un seul pays

C’est vrai quoi ! Plus de guerre, plus de conflit et une coopération sans limite et sans haine. Utopie pour certains, fantasme anarchiste pour d’autres et rêve pour moi. Mettre fin à ces inégalités...

Music

La musique, la musique est quelque chose de petit mais d’énorme en même temps. Pour certaines personnes, il s’agit juste de pousser sur play mais pour MOI c’est tellement plus, c’est le moment où je...

Coeur sensible sous carrure de bonhomme

J’ai beaucoup été harcelée pendant mes secondaires et primaires ; je n’ai jamais réellement eu la force de faire confiance aux gens.Où que j’aille, il y a toujours un moment où ça ne va plus et ça...

Pour eux

Le plus injuste dans ce monde, ce sont les gens qui n’arrivent pas à vivre dignement pour X raisons car le fait de devoir dépendre des autres les rend un peu comme des gens assistés. Et par après,...

Le mâle être

Une douleur qui ne disparaitra jamais, car je ne suis pas né comme je l’aimerais. Mon corps me dégoute et le vide se rajoute. Les bandages me serrent mon mâle être s’en sert.Auteure : Nikita, 15...

Leur regard

J’ai toujours eu peur du regard des autres, quand on te juge du regard sans même te connaître. Souvent, ce genre de comportement peut vraiment te toucher et t’empêcher d’être toi-même.Pour moi, être...

Le sport, une manière formidable de rester heureux !

Ce que le sport m’apporte ? Pour ma part, j’ai commencé avec la natation mais pendant quelques années c’était pas du tout mon activité préférée mais j’ai pris sur moi en me disant que j’allais nager...

Lecture, bienfaits et jeunesse

Je suis arrivée en Belgique à l’âge de 7 ans. Je ne parlais ni français ni ne savais l'écrire. Heureusement, l’école a mis des choses en place pour moi et j’ai très vite rattrapé mes lacunes. Par la...

Manger, c’est le meilleur moment de la journée

Manger, c’est quelque chose de gras, de salé et de sucré mais surtout quelque chose de fantastique. Quand tu commences, tu ne sais pas t’arrêter. Ce qui est bien, c’est qu’après tu prends du poids...

Rencontre avec l’alien

Cher alien, que comptes-tu trouver en Belgique ? La liberté ? De nouveaux territoires à conquérir ? Un semblant de paix éternelle ? Ici, les humains suivent leur quête du bonheur. Certains...