Les auteur·es de scan-r

Les auteur·es de Scan-R sont issu·es de toute la Fédération Wallonie-Bruxelles. Âgé·es de 12 à 25 ans, elles et ils ont décidé de participer à un atelier organisé dans une structure qu’ils et elles fréquentaient. Les articles ou témoignages écrits sont la libre expression de chacun·e que Scan-R s’efforce de respecter et de modifier le moins possible.

L’amour, la vie, la naissance

L’amour, la vie, la naissance

La beauté de la vie, c’est l’amour, la vie, la naissance. Pour moi, la vie passe par l’amour entre amis ou dans un couple. Elle n’a pas de barrière, pas de limite, pas de couleur, pas de genre ! De plus, sans naissance, il n’y peut y avoir de vie, et sans vie, pas de naissance. Aimez vous les uns les autres, tout en essayant de ne pas porter de jugement. Tout en étant dans le respect d’autrui et la bienveillance. Effacez les barrières.Auteure : Sandrine, 25 ans, Jambes CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.Et d'autres récits

lire plus
Que pensez-vous du vote blanc ?

Que pensez-vous du vote blanc ?

Pourquoi les votes blancs sont attribués au futur élu ? N'est-ce pas une manière hypocrite de vous obliger de choisir un politicien que vous n'avez pas choisi, qui ensuite prendra des décisions en votre nom grâce à votre vote blanc ? Que se passerait-il si le total des votes blancs dépasse celui du "1er élu démocratiquement" ? Est-ce une démocratie quand on attribue mon vote à quelqu'un que je n'ai pas choisi ? En France, le vote n'est pas obligatoire. Donc, en France, je peux voter pour personne en n'allant pas voter. Alors qu'en Belgique si je ne vais pas voter, je peux être condamné parce que je n'ai pas accepté d'aller au moins voter blanc... qu'en pensez-vous les jeunes ?Auteur : Steeve, 46 ans, Liège CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.Et...

lire plus
Société déséquilibrée

Société déséquilibrée

Avant de mourir, je ne veux remercier personne. Car personne n’a rien fait pour moi, ni ma mère, ni mon père, ni mes sœurs, ni mes amis, ni le reste de ma famille. On ne m’a jamais demandé mon avis avant de naître dans cette société pourrie. Je n’ai pas choisi d’être là. La société part en couille, ma famille aussi, et j’ai l’impression que rien ne change, que tout va de mal en pis. Alors moi, je ne remercierai personne vu que tout le monde est dégueulasse avec tout le monde. Bien que les exceptions existent, ça ne suffit pas.Si j’ai un message à faire passer aux ados, c’est vraiment de faire de leur mieux sans aller mal. Parce qu’aller mal à l’heure actuelle, c’est tomber dans un puit sans fond.Auteure : Marie, 14 ans, Liège CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN...

lire plus
La fleur et son miel

La fleur et son miel

Ce qui me manque le plus, c’est l’amour. L’amour occupe une très grande place dans la vie, et pourtant j’y ai eu peu droit. J’ai souvent été trahie. J’ai souvent été sujette aux mensonges, à la manipulation. Mais je ne perds pas espoir. Cet espoir me pousse à grandir dans l’attente d’un amour passionnel, pur et éternel, aussi bien sur le plan amical, sentimental que familial. Tout vient à point à qui sait attendre. La vie est une fleur, l’amour en est le miel et un jour, chacun de nous aura le miel.Auteure : Lauryn, 23 ans, Jambes CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.Et d'autres récits

lire plus
La vraie Coupe

La vraie Coupe

Chère Belgique, Cela fait bientôt 27 ans que je te connais, tu es comme un frère pour moi, voire plus… comme un toit, comme une sécurité, comme une fierté. Tu m’as fait découvrir de nombreuses choses, des passions, du travail, de l’argent, tout comme la difficulté, la colère, la haine et l’école. Mais tu m’as surtout appris à les différencier et à voir les choses du bon côté. Tu m’as rendu malheureux quand la France t’a battu 1-0 en demi-finale de la Coupe du monde de 2018. Et j’avais honte de la défaite en quart de finale, face au Pays de Galles en 2016. Je perds espoir et commence à croire que tu ne me rendras jamais heureux dans le foot. Malgré tes nombreux défauts, je te vois comme quelqu’un de bienveillant, toujours à vouloir aider les autres en difficulté et...

lire plus
Un zoom sur la déception

Un zoom sur la déception

Premièrement, il faut savoir que la déception est un état ou un sentiment que ressent une personne déçue, qui est trompée dans son attente, une personne chez qui l’échec crée une cruelle déception. On l’a tous vécu à cause, peut-être d’une interro qu’on croyait avoir réussi ou d’un match qu’on a perdu ou encore d’un cadeau d’anniversaire, on voulait un téléphone et, à la place, on a eu un pull, on est déçu. Les déceptions en général font mal et pourquoi ? Parce que notre cerveau traite les déceptions comme des faits irréversibles qui nuisent à notre bien-être. La déception s’explique simplement. Voici un schéma : Amour --> Désir (envie) --> Inaccessibilité --> Déception (de Arthur Schopenhaur) Si on aime, on veut, si on veut et qu’on ne peut pas avoir on...

lire plus
L’amitié rythme ma vie

L’amitié rythme ma vie

Les relations sont ce qui rythme ma vie. Nous sommes tous perpétuellement en contact avec d’autres personnes. Il existe un grand panel de types d’interactions. Moi, personnellement, j’adore rencontrer de nouvelles personnes, découvrir un autre monde, un nouvel univers de pensées. Je suis émerveillée par l’unicité de chaque humain que je rencontre. Mais, en réalité, au-delà des interactions éphémères, je suis reconnaissante de connaître l’amitié sincère. La vraie amitié, celle qui te prend au tripe. J’ai la chance d’avoir grandi avec deux merveilleuses personnes qui sont encore à mes côtés aujourd’hui. La vraie amitié, c’est se retrouver avec des personnes avec lesquelles tu peux être réellement toi-même. Ce sont des gens qui te comprennent tacitement, en un regard,...

lire plus
J’ai toujours anticipé la critique

J’ai toujours anticipé la critique

J’ai toujours anticipé la critique et imaginé que je devais être parfait, en tout temps, en tout lieu. Montrer mes failles, c’est me montrer vulnérable. C’est laisser une porte ouverte à la moquerie. C’est laisser quelqu’un.e avoir du pouvoir sur moi. J’ai fini par me perdre dans cette peur. Ce besoin de contrôle constitue un frein dans mes rapports humains. Alors j’apprends à lutter. J’apprends à ne plus trop anticiper. A vivre avec l’autre sur un instant T.Auteur : Anonyme, Verviers CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.Et d'autres récits

lire plus
Je n’ai jamais été croyante

Je n’ai jamais été croyante

Je n’ai jamais été croyante. J’ai perdu, il y a quelques années, un membre de ma famille. Lorsque l’on perd un proche de manière si subite et violente, le fait de ne pas croire en quelque chose rend ce genre d’évènement, pratiquement insurmontable car, insensé ! Perdre quelqu’un est toujours douloureux néanmoins, certains départs ont moins de sens que d’autres. Pour citer Théoden, Roi du Rohan : « aucun parent ne devrait avoir à enterrer son enfant ». Face à cette réalité, je me suis rendue compte que le deuil ne se limitait pas uniquement à la personne disparue mais également à toutes celles qui gravitaient autour d’elle. La déchirure de cette perte emmène avec elle, une fraction de chacune d’elles. Il y a un avant et un après. Ce non-sens était tellement...

lire plus
S’exprimer sans peur

S’exprimer sans peur

Finalement, quelle est la différence entre toi et moi ? On aime toutes les deux ! A l’heure actuelle, encore beaucoup de jeunes filles et de jeunes garçons de la communauté LGBTQIA+ subissent des insultes, du harcèlement. Ceux-ci sont aussi victimes de préjugés et de stéréotypes. Les jeunes filles et les jeunes garçons se trouvant dans la société actuelle ont certaines difficultés à trouver leur marque, leur place. Pour se développer dans la société actuelle, les adolescent.e.s s’appuient donc sur les réseaux sociaux, ainsi que sur la télé-réalité. Il est difficile de trouver des bons repères parmi ces stars de télé-réalité qui ne reflètent pas la réalité actuelle. La peur. Peur de faire son coming out. Cela peut être très dur pour une jeune fille ou un jeune...

lire plus
3 lois d’idéal commun

3 lois d’idéal commun

La Maison Arc-en-Ciel de Verviers est un service social pour toutes les personnes LGBTQIA+. Une fois sur les lieux, Scan-R demande à un jeune adulte de se mettre dans la peau d’un roi. Quel est le but ? Définir et imaginer 3 lois à imposer à son pays d’origine. 1 Ne pas juger une personne par rapport à son orientation sexuelle. En fait, nous remarquons que certains pays punissent des personnes à cause de leur choix sexuel. On naît comme ça, on ne le devient pas. 2 Racisme. Le rapprochement entre l’Europe et l’Afrique date depuis des décennies. Alors, la couleur de la peau ne détermine pas l’être que nous sommes. C’est une mentalité que nous devons puiser depuis la racine de nos gènes afin de l’éradiquer définitivement. 3 Mobilisation des fonds pour venir en aide à...

lire plus
Musique et travail

Musique et travail

Est-il préférable d’écouter de la musique en travaillant ? La musique existe depuis la nuit des temps, principalement utilisée pour le divertissement. On sait aujourd’hui que la musique permet une augmentation de la concentration de plus de 20%. Mais alors pourquoi ne peut-on pas écouter de la musique en toute circonstance ? Après une étude sociologique très poussée et menée par des sociologues en 2014, la réponse est finalement très simple. Si on nous empêche d’écouter de la musique en classe ou dans son lieu de travail, ce n’est pas pour une question d’image ou de rapport à la société. C’est tout simplement pour empêcher certaines personnes d’écouter de la mauvaise musique. En effet, l’être humain a créé la musique, mais cela ne l’empêche pas de faire de la...

lire plus
Le Role Play

Le Role Play

Le Role Play, c’est quoi ? Le Role Play est une activité de jeu de rôle, répandu grâce aux jeux vidéo. En tout cas, les termes « Role Play » viennent du monde des jeux vidéo. Quand le phénomène s’est répandu ? Le début du Role Play a commencé vers 2009-2011, grâce à des jeux comme Garry’s Mod ou Grand Theft Auto. Maintenant en 2022, il y a des milliers de jeux Role Play comme Minecraft, GTA 5, etc. et même dans la vraie vie, on peut en retrouver, même si cela équivaut au théâtre. Que m’a apporté le Role Play ? La confiance en moi. Avant d’y jouer, j’étais timide. Je ne parlais à personne et maintenant, j’ai vraiment gagné en confiance et je ne suis plus aussi timide qu’auparavant. Conclusion : le Role Play est comme du théâtre pour jeu vidéo. Donc si vous aimez le...

lire plus
La musique

La musique

Aujourd’hui, la musique est indispensable pour beaucoup de jeunes âgés généralement entre 13 et 30 ans. Ce que j’aime dans la musique, c’est la vérité des paroles. Les rappeurs disent tout haut ce que les gens pensent tout bas. Je l’aime aussi de par sa mélodie qu’on est capable de chanter toute la journée. Pourquoi les rappeurs sont une source d’inspiration ? Ils sont capables de créer des groupes sociaux composés de personnes sans jugement, qui se rassemblent pour la même chose : écouter et chanter des musiques. Ils peuvent aussi parfois redonner aux gens une motivation pour devenir célèbre, se faire respecter ou gagner de l’argent. Pouvoir être fortuné en faisant ce que l’on aime, c’est très motivant. On va donc se surpasser pour atteindre nos fins.Auteur :...

lire plus
Non aux prisons

Non aux prisons

Si j’avais une baguette magique, je supprimerais toutes les prisons. Sans doute va-t-on me dire : « Mais tu es folle ? Que fais-tu de tous ces fous dangereux ? ». Je répondrais alors : « Qui sont ces fous dangereux ? Combien sont-ils ? Et que faites-vous pour tous ces frères, ces sœurs, ces mères et ces pères qu’on enferme et qu’on oublie ? ». Ce mois-ci, les premiers détenus seront transférés dans la nouvelle prison flambant neuve de Haren. Prison de haute technologie et de haute sécurité. Prison construite pour remplacer les prisons devenues vétustes de Forest, St-Gilles et Berkendael. Prison financée par le privé. Prison au sein de laquelle les intérêts financiers priment sur le bien-être de ces locataires. Prison censée venir répondre au fléau de la...

lire plus
Remonter le temps

Remonter le temps

Si j’avais une baguette magique, je remonterais le temps. Quand j’étais plus jeune, la musique de Soprano m’a beaucoup consolée. En fait, quand je regardais tout ce que nous vivions dans ce monde, les injustices, le tribalisme, le racisme, je me posais plusieurs questions. Dès que j’ai imaginé la phrase en rapport avec la magie, cela m’a rappelé mon passé. Si j’en avais la force, je reviendrais vraiment en arrière pour pouvoir tout modifier, afin que ce monde ait une vision plus précise du futur. Le conseil que je peux donner aux jeunes, c’est de vivre, sans toutefois regarder le temps. Faites ce qui est juste et apprenez à accepter les autres.Auteur : Gildas, 24 ans, Verviers CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.Et d'autres...

lire plus
Le deuil

Le deuil

Si j’avais une baguette magique, je ramènerais mon père. Pourquoi ? Il est parti trop tôt dans de mauvaises circonstances. J’ai vécu ma fin d’ado sans la figure paternelle. J’ai eu des problèmes de dépendance affective. J’ai quelques conseils à donner. Il faut profiter de chaque instant avec les proches qui nous sont chers. Ne pas consommer des stupéfiants trop jeune (et encore moins si on souffre d’une maladie). Ne pas culpabiliser, se dire que c’est de sa faute. Essayer de comprendre le problème de la personne, sa maladie et l’aider au mieux (communication). Enlever les clichés sur les maladies. Il ne faut pas penser que sa vie est finie. La mort d’un proche, c’est très dur. Mais on n’a pas le choix de vivre avec. On y arrive petit à petit, avec le temps, mais il...

lire plus
Simulations

Simulations

Je crois que mon cerveau, ou mon cœur, a été mal câblé. Le choix est déjà fait, la décision est prise, le train est parti, les voiles ont brûlé, je ne reviendrai plus en arrière ; et pourtant, la simulation continue de tourner. Je reçois les notifs de ce moi-robot qui m'inonde des photos et des statuts de sa vie parfaite, outrageusement réussie : doctorats, palais, amis, reconnaissance internationale... dès que quelque chose semble me manquer, il l'a. Il l'a, et il ne se prive pas de s'en vanter, et c'est mon plus grand malheur. Heureusement, j'ai pour moi un amour qui a survécu à tous les mauvais choix, qui réenchante les gestes faits mille fois et même, parfois, répare l'injustice biologique de mon cœur défaillant.Auteur : Laurent, 32 ans, Liège CET ARTICLE A ÉTÉ...

lire plus
Les armes, c’est bien mieux !

Les armes, c’est bien mieux !

Dans ce conflit, personne ne prend le temps d’écouter l’autre pour se comprendre mutuellement, pour comprendre les points de vue et les revendications. Chacun reste sur ses positions. La violence est le seul moyen de communication… L’écoute n’est-elle pas la base dans une relation saine ? Depuis la dissolution de l’empire Ottoman jusqu’à maintenant, les politiques font ce qu’ils croient être bon pour eux et leur peuple et, de facto, les autres en pâtissent parce qu’ils ne sont pas pris en compte. C’est chacun pour soi… Il est quelque fois arrivé que des dirigeants se rencontrent mais ils se contentent de s’entendre et de faire passer leurs intérêts avant tout. Ecouter l’autre et trouver un VRAI terrain d’entente n'a jamais été au centre de leurs préoccupations....

lire plus
La paix

La paix

Jérusalem, le 24 octobre 2022 Je suis bien arrivé à Jérusalem. J’ai eu l’immense chance de pouvoir prier dans la mosquée de Al Aqsa. Un moment magique. Dans la vieille ville, on a vu des gens très gentils mais aussi des gens très insolents… Pour moi, la paix, c’est voir des enfants jouer en sécurité autour de la mosquée. Voir les femmes discuter et rire entre elle. Voir les hommes faire pareil que les femmes. Sentir les différents peuples vivre leur foi tout en cohabitant ensemble. La paix, c’est cela et c’est vivre en paix avec soi-même. Ce récit a été réalisé dans le cadre du projet Israël-Palestine : Pour Mieux Comprendre.Auteure : Marwa, Bruxelles CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.Et d'autres récits

lire plus
Mon monde

Mon monde

Les émotions, c’est une des choses qui caractérisent une personne.Mais il y a une émotion que j’ai perdu. L’empathie. Mon vécu m’a forcé à l’effacer pour me conditionner à ce monde.Dans mon monde, tout est question de survie, de sacrifice et d’émotion. A cause de ce monde, j’ai fini par faire de la prison ce qui explique mon enfermement. A cause de ce monde, j’ai perdu des proches, des amies, même le sentiment d’amour. Cela colle avec les liens. A cause de ce monde, les gens me trouvent froid alors que je n’ai pas voulu être comme ça, mais je le suis devenu. L’amertume… j’éprouve une haine pour toutes les personnes. Pour le monde en général. L’équilibre de ce monde est totalement détruit pour moi. Le mal a totalement régné sur le bien. Le passé, je ne pourrai...

lire plus
Une maladie contre une vie robotique

Une maladie contre une vie robotique

Mon plus grand malheur serait boum badaboum une injustice biologique qui foudroie ma vie. Pour le moment, tout se passe au mieux dans ma paisible vie. Je me lève le matin, je vais en cours la journée et je dors la nuit. J’agis sagement comme le petit robot que la société souhaite que je sois. Mais imaginez deux minutes que mon train-train quotidien s’arrête du jour au lendemain. Oui, imaginez qu’au lieu d’aller en cours après la sonnerie brutale de mon réveil, je dois me rendre à l’hôpital pour soigner une maladie incurable.Cela serait fort fâcheux, n’est-ce pas ? Donc voilà, mon plus grand malheur serait d’attraper une grosse, vilaine, méchante maladie qui m’empêcherait de vivre ma vie comme je le souhaite (ou plutôt comme la société le souhaite que je la vive)....

lire plus
Lettres au Bonheur

Lettres au Bonheur

De passage à la Maison du Quartier d’Amée Petit Ry, quelques jeunes ont pu se livrer via l’écrit. Diego écrit des lettres d’amour, toutes deux imaginées dans un monde idéal. Première lettre Mon plus grand bonheur serait d’apercevoir moins de pertes humaines, d’avoir moins de pertes d’argent inutiles. Ne plus envoyer de missiles sur des personnes qui n’ont rien à voir avec un conflit. Ne pas imposer des travaux chiants que tu n’aimes pas. Ne plus dépendre de machines électriques qui font tout à notre place, plus précisément les voitures. Ne plus jouir du port d’arme car se faire toucher par une balle signe la fin de quelque chose… bref, ne plus autoriser les armes. Deuxième lettre Salut la Maison de Quartier, je vous envoie cette lettre pour vous dire bye bye....

lire plus
Notre Bel-Ami

Notre Bel-Ami

Si j’avais une baguette magique, je ferais disparaitre le fait que l’homme utilise son savoir pour faire du mal. Car égoïstement, pour soi-même, pour sa famille, il fait souffrir d’autres gens, que ce soit physiquement ou psychologiquement. La peur ou le fait de n’être jamais satisfait entraine chez lui la soif de pouvoir, de vouloir quelque chose qu’autrui possède car cette chose, il ne l’utilise pas mais il en a une utilité. Ceci fait qu’il va vouloir la prendre tôt ou tard. Mais on évolue tous différemment. Peut-être que dans quelques décennies , siècles ou millénaires, son développement fera en sorte qu’il en trouve une utilité différente des autres.Auteur : Khamdoul, 27 ans, Bruxelles CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.Et d'autres...

lire plus
Jérusalem

Jérusalem

Chère Bruxelles, Comment vas-tu ? Moi, cela pourrait aller mieux, mais je fais avec les moyens du bord pour surmonter les difficultés. En parlant de difficultés, laisse-moi t’en présenter une des plus belles : Jérusalem. Pourquoi ce mot pour décrire une ville ? Patience, l’explication arrive. Jérusalem, ville qui tend à prétendre deux fois au titre de capital, ta presque consœur en quelque sorte, repose sur un équilibre curieux mais extrêmement intéressant. Visualise une salle de bal de fin d’année. Au milieu de la piste, des danseurs interprètent une valse, en trois temps. Le tout exécuté dans un parfait accord entre chaque partenaire de danse. Dans le respect et la considération de chacun. Trois temps, trois religions. Judaïsme, Islam, Christianisme. Une valse où...

lire plus
Le plus injuste dans ce monde, c’est l’hypocrisie

Le plus injuste dans ce monde, c’est l’hypocrisie

D’après moi, une grande partie des problèmes mondiaux vient de l’hypocrisie de l’Homme. Mais d’abord, essayons de comprendre ce qu’est ce vice. Selon la définition de Google, l’hypocrisie est « le fait de déguiser son véritable caractère, d’exprimer des opinions, des sentiments qu’on n’a pas ». Maintenant, essayons d’imaginer une situation qu’on a vécu ou bien dont on a entendu parler, et qui nous fait penser à l’hypocrisie. Prenons l’exemple de l’hypocrisie du monde envers la situation des demandeurs d’asile internationaux, n’ayant pas les mêmes faveurs que les Ukrainiens. Ou bien un cas assez récent me passe par la tête, la mort de la jeune fille Iranienne, Mahsa Amini. Et le soudain réveil des gens du Nord pour le droit d’enlever (ou de porter) le voile. Mais on...

lire plus
Une brume éclairée par un feu de joie

Une brume éclairée par un feu de joie

J’ai toujours eu peur d’être la raison d’une larme de peine qui coule sur la joue de quelqu’un… Je pense que cette frustration vient des erreurs du passé qui m’ont permises de construire cette femme que je suis aujourd’hui. C’est une phase par laquelle à peu près tout le monde passe. Celle-ci commence par la remise en question, le doute de sa propre personne, l’envie de prendre de l’avant, des larmes de douleurs qui se remplissent de colère et pour finir l’acceptation de la situation. Mon papa, m’a toujours appris à garder la tête haute, peu importe ce qui se passe. Ne jamais donner sa dignité entre les mains de quelqu’un car c’est grâce à celle-ci qu’on existe. Il faut donc apprendre à endurer, encaisser sans jamais flancher et augmenter ses compétences pour...

lire plus
J’ai toujours eu peur de la mort

J’ai toujours eu peur de la mort

Quand ma maman a commencé à vivre avec sa compagne, Isabelle, la famille d’Isabelle a refusé de la voir. Ses parents l’ont déshéritée, ils mettaient des lettres sur la voiture de ma maman où ils menaçaient notre famille. Ma maman a eu beaucoup de mal, la police disait qu’on avait aucune preuve que c’était eux, et comme son père, ma mère est tombée dans l’alcool. Je me suis toujours demandé s’il n’y avait pas un caractère héréditaire aux addictions. Bref, pendant plusieurs mois ma mère a bu, beaucoup, beaucoup trop même et un jour elle a fait un coma éthylique. Pour moi la mort signifiait et signifie encore la fin de tout. De sa présence, de son amour, de ses attentions, de son odeur, … même si l’alcool brouillait un peu tout ça. J’aime ma maman et je n’ai jamais au...

lire plus
Trouver sa voie au quotidien

Trouver sa voie au quotidien

100% Jeunes est un parcours d’accompagnement individuel, collectif et gratuit. Pour quel public ? L’action est destinée à des jeunes, âgé.e.s de 18 à 29 ans, qui n’ont pas d’emploi, ne sont ni en formation, ni à l’école. Pour La Solidarité coordonne ce projet. Ses membres nous accueillaient pour un atelier d’écriture. Je suis contente de participer à 100% Jeunes car cela m’aide à retrouver un rythme de vie sain et rempli dans ma journée. Je suis heureuse de rencontrer de nouvelles personnes et découvrir de nouvelles choses que je ne connaissais pas. Cela me permet d’apprendre plusieurs options qui me permettront de trouver ma voie, ce qui me fait vibrer au quotidien et qui me donne envie de lever chaque matin. Je pense être heureuse depuis que j’ai commencé ce...

lire plus
Soyez heureux de ne pas vivre les injustices biologiques !

Soyez heureux de ne pas vivre les injustices biologiques !

Quand on parle d’injustice, il y en a plein qui peuvent venir à notre esprit. Les inégalités dans le monde, les pauvres, les riches, le racisme, le sexisme, etc. Toutes ces choses sont inhérentes à la société humaine et sont profondément injustes. Mais aujourd’hui, je voulais parler d’autre chose. Aujourd’hui, je veux m’exprimer à propos de quelque chose face à quoi on ne peut strictement rien faire. Bien que je considère les inégalités citées précédemment comme complexes et que les personnes qui en sont victimes les subissent. Je pense qu’elles peuvent, avec beaucoup de volonté, de force, de courage, y faire face et les surmonter. Tandis que lorsqu’une maladie s’abat sur notre vie, on ne peut rien faire du tout. Ce monde est cruel. Un dérèglement dans notre corps...

lire plus
Prendre la température à Amonsoli

Prendre la température à Amonsoli

Scan-R donne la plume aux plus jeunes. Les migrants font partie de son public. Deux de nos membres ont questionné les bénéficiaire de l’association Amonsoli (Verviers), lors d’ateliers d’écriture. Pour quel résultat ? De courts textes en français, mais aussi en cyrilliques et arméniens, emplis d’une intime sagesse. La solitude, Anonyme Lorsque je suis seul, je me sens bien. Parce que dans ma famille, je suis le seul garçon. C’est de là que se développe cette solitude en moi. Cette solitude de se connaître, se comprendre, réfléchir, faire la part des choses entre le bien et le mal pour pouvoir s’améliorer et avancer. Cette solitude d’être calme, d’améliorer nos relations avec les autres et avec nous-mêmes. Pensée éternelle, Anonyme Je suis Syrien et marié. Je pense...

lire plus
Le plus injuste en Belgique

Le plus injuste en Belgique

Suite à notre venue chez Compas Format Verviers, deux jeunes nous partagent leurs préoccupations. Justice injuste, Anonyme Le plus injuste dans ce monde sont les lois qui découlent d’injustices. Par exemple, quelqu’un qui vend de la drogue est jugé pareillement qu’un violeur. Un violeur réalise des actes bien plus graves. Il doit payer car il a détruit une vie. Le vendeur fait peut-être ce qu’il fait pour s’en sortir dans la vie. Argent trop cher, Anonyme Le plus injuste dans ce monde, c’est le prix de la vie. Je suis un étudiant de 20 ans. Je gagne environ 300 euros par mois grâce à un travail étudiant. Avec le stage, le foot et l’école, je dépense en moyenne 50 euros d’essence par semaine, ce qui me fait 200 euros par mois d’essence. Il me reste 100 euros pour...

lire plus
Notre si belle vie

Notre si belle vie

Mon plus grand bonheur serait de sortir de l’hôpital en septembre. De tout recommencer à zéro. Prendre un nouveau départ quoi ! Je n’en peux plus d’être hospitalisé. Ma famille me soutient comme des fous, depuis le début de mon hospitalisation. Je vais un peu vous expliquer mon parcours durant ces derniers mois. Il faut savoir qu’en juin, j’enchaînais les tentatives de suicide. Je voulais à tout prix mourir. Je ne prenais plus mes médicaments. A part cette envie de mourir, il n’y avait plus rien d’autre qui me traversait l’esprit. A ce jour, je suis toujours en vie grâce aux membres du personnel hospitalier et à ma famille. Je ne veux plus mourir. La vie est tellement belle. Rien vaut la peine de la gâcher. Nous sommes les seuls maîtres de notre destin. Les autres...

lire plus
Le calvaire

Le calvaire

J’ai toujours eu peur de l’échec dans ma vie. Et ce, depuis le jour où j’ai vu mon propre père mourir dans un hôpital par manque de soin. Il n’avait pas assez de moyens financiers pour payer ses soins. Je n’ai tellement pas supporté sa disparition que j’ai décidé de quitter mon pays par voie illégale, en espérant avoir un avenir meilleur. Ce n’était pas facile de traverser le désert et la Méditerranée. J’ai vu mes amis mourir. Je n’ai rien pu faire pour eux. Par la grâce de Dieu, je suis arrivé en Europe. Quand j’ai quitté l’Afrique, mon rêve était d’arriver en Europe et d’approfondir mon métier (cariste ou carreleur).Malheureusement, une fois arrivé en Europe, on nous torture avec les papiers et nous sommes logés dans des conditions vraiment difficiles. Au départ,...

lire plus
Traces dans le sable

Traces dans le sable

Imaginez que vous marchez sur une plage de sable fin, comme on en trouve à Ostende. Vous marchez et, en vous retournant, vous vous apercevez qu'un seul de vos pieds - disons le gauche - laisse une empreinte. De l'autre, pas de trace. Évidemment, puisqu'il est là, solidement articulé au bout de votre jambe, tout porte à croire qu'il a dû, qu'il aurait dû, lui aussi, imprimer dans le sable sa marque, alternée avec celle de son controlatéral. Et pourtant, rien. La trace continue d'un pied, d'un seul pied, comme si la mer avait mangé l'autre, comme si le droit n'avait jamais existé.La situation semble incongrue et mentalement inconfortable, n'est-ce pas ?Elle est pourtant l'image de ce que peut encore ressentir aujourd'hui un jeune Belge comme moi, issu de la...

lire plus
Le sang du monde

Le sang du monde

Lors d'une visite au Musée Magritte, à Bruxelles, Edouard a été très inspiré par le tableau Le Sang du monde, peint par Magritte en 1927. Il nous livre son interprétation de celui-ci. Le monde des ténèbres rempli de crainte, de terreur.L’ombre sans aucune lueur d’espoir.Le noir total d’un univers attristé. Mais je crois bien que nous avons tort.L’ombre, les ténèbres, nous pouvons tous avoir notre propre vision des choses, de la chose.Nous pouvons soit la rendre moche, soit la rendre triste, soit la rendre fusionnel, soit la rendre romantique, et pleins d’autres façons encore… Ce tableau est juste sublime à mes yeux. On nous montre un paysage ténébreux, sombre, et un être en plein milieu du tableau, qui a deux têtes et a sur lui des racines qui traversent son corps...

lire plus
Liège

Liège

Un An que tu m’as accueillie D’abord à Saint-Barthélemy,bercée par le carillonAujourd’hui,sur la Meuse et son roulis Liège, ville d’accueil et de fête, ville de travaux et imparfaite Ma bicyclette brave tous les jours tes pavés pas très vélo friendly,pour ajouter mon +1 au compteur de la passerelle Saucy Pour aller en coursou dans le CarréPour faire une soirée jeux de société ou aller écouter slamer En octobre à la Foire de Liègepour manger des lacquemantsOu au 15 août en Outremeusepour boire des peketset passer du bon temps Liège, ville insoumise et résistanteville aux 374 marches éreintantes Dans le passé,tu te dressasContre Charles le Téméraireou contre une gouvernance religieuse tutélaire Cette année,Contre la fermeture des salles de ciné au Grignouxou contre...

lire plus
A toi, Maison de Quartier du Petit Ry

A toi, Maison de Quartier du Petit Ry

Merci pour ces années à tes côtés, merci pour toutes les choses que tu m’as apporté. Grâce à toi, j’ai pu rencontrer des personnes qui m’ont marquées et qui me marqueront à jamais. Grâce à toi, j’ai pu trouver ma voie, confirmer mon envie de devenir éducatrice et d’autant plus de travailler, de travailler dans ce secteur. Merci plus précisément à tes permanences ado qui m’ont permises d’obtenir mon diplôme, d’y rencontrer des jeunes que je n’oublierai jamais de par leur personnalité, leur présence et des moments passés avec eux. Merci à toi coordinatrice, sans qui je ne serais pas où j’en suis, et aux éducateurs qui t’animent, sans qui je n’aurais pu prendre confiance en moi. Cette lettre est une réelle lettre d’adieux. Comme vous le savez pour certains, j’ai...

lire plus
Le monde, ses qualités et ses défauts

Le monde, ses qualités et ses défauts

Le plus surréaliste dans ce monde c’est cette société qui nous divise mais nous ordonne d’être tous semblables, sous peine de se sentir différent, de trop, pas assez, et croire que tout cela sont des défauts. Mais depuis quand être qui nous sommes est mauvais ? Le seul défaut que nous avons est celui d’obéir à cette société qui ne nous prend même pas comme des personnes de qualité.Auteur : Nana, 16 ans, Bruxelles CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.Et d'autres récits

lire plus
L’état de notre démocratie

L’état de notre démocratie

La démocratie est une valeur qui m’est très chère. Si nous nous focalisons sur son étymologie, c’est un mélange idéal entre le peuple et le pouvoir. Dans notre système politique, la notion de démocratie a une particularité car elle est représentative. En effet, il suffit de s’observer, lorsque nous devons prendre une décision ensemble avec nos amis. Il est impossible que 11 millions de Belges puissent exercer ce pouvoir en même temps. Ainsi, la majorité des sociétés occidentales ont opté pour le système de la représentation. Système qui a pour objet de de confier ce pouvoir à des élus. Ces derniers pouvant être élus directement ou indirectement selon les pays. En théorie, ce système semble être idéal car le peuple, ou du moins la majorité des personnes qui...

lire plus
Rage against the machine

Rage against the machine

Le plus révoltant dans ce monde, c’est l’indifférence des gens concernant un tas de problèmes que l’on vit. On se veut tous défenseur d’une cause, d’une valeur qui nous est chère. Mais dans la pratique, peu de personnes agissent. On se prétend par exemple grand protecteur de l’environnement à coup de post Instagram ou d’apparition lors de marches pour le climat. Mais une fois rentré chez soi, on oublie tout ce pour quoi on prétend se battre. Beaucoup d’opinions et peu d’actes. On se veut donneur de leçons sans soi-même appliquer ses principes. Alors agissons tous à notre niveau et à notre échelle. Un petit geste suffit pour en entrainer des milliers d’autres et permettre ainsi de transformer toutes nos belles paroles en faits. A écouter aussi en podcast iciAuteure...

lire plus
Si j’étais…

Si j’étais…

Si j’étais une œuvre d’art, je serai un œil qui regarde la terre mais sans aucune lumière. Pour moi, le monde je le vois sans lumière, plus précisément sombre. Encore aujourd’hui, je n’arrive pas à comprendre comment des gens peuvent être heureux. Personnellement, je suis chrétien et, dans notre religion, se suicider est un pêché (je ne parle en aucun cas de moi je n’ai pas du tout envie de me suicider). Donc même une personne qui cherche à fuir ce monde finit par ‘pêcher’ au final. Pour moi, la terre c’est le véritable enfer et c’est soit tu survis, soit tu meures. Au fil du temps, j’ai fait en sorte de me fortifier. A cause de ce monde, j’ai perdu une des choses les plus importantes pour être heureux : l’empathie. Voilà pourquoi je vois le monde sans lumière,...

lire plus
Voyages vitaux à vivre !

Voyages vitaux à vivre !

Mon plus grand malheur serait de ne plus pouvoir voyager. Quelle idée folle. Ca me paraît impensable. Imaginez vous l’espace d’un instant rester constamment au même endroit ! Quelle tristesse. Je ne conçois pas l’idée d’avoir une vie monotone, sans découvertes, ni même sans nouveautés. Chaque jour se lever, aller travailler, s’occuper des enfants, rentrer, manger et dormir… et le lendemain tout recommencer.Mon esprit a besoin de nouveaux horizons, de changer d’atmosphère ! Certains disent que j’ai « un vers dans le derrière », moi je crois que j’ai seulement besoin d’air ! J’aurais peur si je ne pouvais plus m’évader. Ca m’angoisse de me dire que tout les mois de septembre pourraient être les mêmes, avec la même odeur, les mêmes températures, ces mêmes gens ! Je...

lire plus
L’indépendance n’est pas un acte individuel

L’indépendance n’est pas un acte individuel

Dans un monde idéal, dans 5 ans, je serai enfin indépendant. Dans notre monde, chaque jour est incertain. Aujourd’hui, tout va bien, mais demain qui sait quelle nouvelle crise (humanitaire, sanitaire ou financière) nous tombera dessus ? Je suis un enfant des années 2000, la génération Z, la dernière lettre de l’alphabet mais la première qui connaitra tous les défis, dont celui de passer l’année 2050, sans eau ou pétrole. Je fais aussi partie de cette génération en quête de sens, tant professionnellement que politiquement. Quel est le rapport avec l’indépendance ? Si pour nos aînés, c'était de vivre une bonne situation (travail/maison/famille), pour moi, c’est d’être indépendant financièrement, mais pas seulement. Je voudrais pouvoir être réellement maître de mon...

lire plus
La transmission comme solution à l’individualisme

La transmission comme solution à l’individualisme

D’un point de vue philosophique et sociologique, l’individualisme est un courant de pensée qui a pour objectif de placer l’individu au centre de la réflexion. Cette pensée s’inscrivait dans la ligne idéologique du libéralisme qui poussait l’individu à prendre en main son destin et le façonner selon sa vision. A l’origine, cette liberté nouvelle accordée aux personnes leur permettant de faire valoir leurs propres intérêts au détriment de la collectivité dans le but qu’elles puissent s’épanouir. Ainsi, durant des décennies, la pensée individualiste s’est imposée comme étant la pensée dominante en Europe. Néanmoins, à l’heure actuelle, les défis que doivent relever les populations sont en totale contradiction avec cette pensée car nous ne pourrions y arriver qu’en...

lire plus
T’en penses quoi ?

T’en penses quoi ?

Il y a quelques temps de ça, me voilà, les yeux rivés sur mon téléphone, à sourire après chaque réaction sur ma nouvelle photo de profil Facebook. Une attitude que ma mère ne comprend pas. Pourtant, la réalité est ainsi, j’ai besoin plus que je ne le voudrais de l’approbation des autres. Une attitude que je partage sans doute avec la majorité des jeunes de ma génération.Mais quelle(s) conséquences(s) peut donc bien avoir cette recherche constante de reconnaissance ? Vers une conformité malsaine. À toujours chercher à plaire aux autres, on finit par se perdre.Une conséquence, selon moi, de ce besoin quasi absolu de reconnaissance que nous connaissons, est la tendance à uniformiser chacun de nos faits et gestes. En effet, peu de gens osent se démarquer, que ce soit...

lire plus
Et si on s’arrêtait un peu?

Et si on s’arrêtait un peu?

Dans un monde idéal, dans 5 ans, je serai. La vie est faite de désillusions. A de nombreux niveaux. Comment, en tant que personne peuplant cette Terre - et pourtant de nature plutôt optimiste-, survivre dans un monde aussi dur que celui que nous connaissons? Comment se parler, s’aimer, se regarder, s’apprivoiser, échanger et construire ensemble? Comment passer outre les guerres, les injustices, les discriminations, les violences, le mépris et le dédain des privilégié·es, et retrouver espoir et joie? Comment être altruiste, attentif·ve aux autres sans s’oublier soi-même? Comment se donner une place à soi sans prendre celles des autres et sans tomber dans un égocentrisme extrême? Comment trouver un équilibre et comment le maintenir? Comment continuer à se battre...

lire plus
Masque et carapace

Masque et carapace

J’ai toujours eu peur d’être rejeté, en étant moi-même. Je me suis principalement construit en portant un masque, une carapace qui dissimule mes émotions, mes ressentis, mes besoins ; bref qui je suis. Il est plus facile d’accepter d’être rejeté avec le masque que l’on porte, plutôt que pour la personne qu’on est vraiment, c’est beaucoup moins blessant et douloureux. Cette carapace m’a longtemps protégé pendant mon enfance et adolescence. Elle peut encore m’aider aujourd’hui, mais m’handicape plus qu’autre chose. J’ai de grandes lacunes en communication. Cela m’empêche d’interagir de manière optimale avec les autres. Avoir de grandes difficultés dans ce domaine rend alors la création de liens sociaux compliquée, ce qui entraîne une perte de confiance en soi, voire...

lire plus
Pirouli

Pirouli

Ma personnalité et ma vision de la vie ont notamment été forgées par ma relation avec mes animaux. Je suis né avec un chat dans les bras. Il y a chez moi cette magnifique photo de moi bébé, endormi dans un landau, avec une grosse tache noire entre ma tête et mes pieds. Il s’appelait Poupousse, et il m’a accompagné jusque mes 9 ans. Sa mort fut un des premiers et des plus grands drames dans ma vie. Je me souviens lui avoir promis que je n’aimerais plus jamais un chat comme je l’avais aimé lui. Cette promesse s’est révélée à moitié vraie. Je n’ai plus aimé comme j’aimais Poupousse. Mais j’ai tout de même à nouveau aimé d’autres animaux, pour ce qu’ils étaient à chaque fois. Ce jour-là, j’ai appris la résilience. Pirouli est alors rentré dans ma vie, quand j’avais 9...

lire plus
ACE

ACE

11 ans, l’âge moyen confronté au pornoPEGI 18, âge limitePas de protection, ça n’y va pas moloAvant même, confronté au pornoEnfant, ces images pas rigoloTraumatisé par ‘l’Amour’Continuer à en voir quelques jours.Ces actes-là ne m’attirent pasPas d’envie, ne m’en parle pasJamais eu d’attirance sexuelleC’est ce qu’on appelle être asexuelPour ma part, sex repulsesSexe, ça me repousseÊtre adolescentToujours en questionnementCe n’est pas un dérèglement hormonalOu une maladie mentaleÊtre normal, hors norme et invisibiliséMême dans la communautéMon identité rejetéA, ce n’est pas pour AlliéPourtant 1% de la populationDans ce spectre iels sontPossédant quand même une attirance romantiqueEt attirance esthétiqueToutes ces attirances sont différentesN'en sachant rienFaut...

lire plus
Echappatoire

Echappatoire

Cela vous est déjà arrivé à vous de regarder par la fenêtre de la voiture et de voir passer à toutes vitesse les rangées d’arbres qui longent l’autoroute ? Yeux fixés sur un tableau trouble à s’en donner des maux de tête ? Moi oui. J’étais un garçon comme les autres. Ou presque. Assis à l’arrière de l’habitacle, je scrutais les arbustes le jour, les lumières des lampadaires la nuit. Je comptais en tapotant sur mes petits genoux. Un, deux, trois. Tap, tap, tap. J’en ratais souvent. Et mon âme de perfectionniste déjà bien présente, je recommençais. Un, deux, trois. Tap, tap, tap. Un petit garçon rêveur, ou distrait, disait-on souvent. Alors que le comptage intempestif reprenait, mes parents continuaient de parler fort à l’avant de la voiture, de crier, et moi, je me...

lire plus
Addict. Accro. Dépendante

Addict. Accro. Dépendante

Addict. Accro. Dépendante. Peu importe comment tu l’appelles, tu sais que ça sent pas bon. Ca évoque le chaos et les problèmes. Je suis une addict, une éternelle accro et pour sûr dépendante à bien trop de choses. On pourrait d’abord parler de la dépendance affective, celle qui te fout une boule au ventre dès que tu t’attaches à quelqu’un·e. Tu sais que tu n’en sortiras pas indemne. Et l’autre personne non plus. Tu comprends dès la première seconde que ce vieux mécanisme ancré en toi va se reproduire, faire du mal et te rendra encore plus seule et désillusionnée que tu n’es déjà. On pourrait ensuite parler de la dépendance à toutes les choses qui font ou faisaient partie de mon quotidien, comme de celui de beaucoup de monde - comme le sexe, l’alcool, les...

lire plus
J’ai toujours eu peur de mon mal-être

J’ai toujours eu peur de mon mal-être

J’ai toujours eu peur de mon mal-être. Peu importe ce que je fais, je n’arrive pas à le faire disparaître. C’est fatiguant, cette dépression, toujours là. C’est fatiguant de se noyer dans cette chose horrible et épuisante. Avoir l’estomac vide par peur de manger. Avoir l’air d’un zèbre affamé avec ces traits cicatrisés. Je souhaite que tout ira mieux. Je souhaite pouvoir enfin être heureux, même avec cette peur malsaine qui tourne sans cesse dans ma tête.Auteur : Andréa, 13 ans, Liège CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.Et d'autres récits

lire plus
La femme la plus belle au monde

La femme la plus belle au monde

Tout a commencé en 2022, quand ma mère a su que je serai né avec un bras paralysé. Le lendemain de ma naissance, les médecins m’ont amené chez la kiné. Ca a duré pendant 13 ans de galère. 3 jours par semaine, lundi, mercredi, vendredi. Qui m’amenait chez la kiné ? C’est ma maman. Elle galère avec moi pour retrouver ‘’un bras normal’’. Mais ça n’a pas marché. Et j’ai du me faire opérer. Qui m’accompagnait dans mes aventures ? C’est encore ma maman. Quelques jours, pensant à mon opération, je n’arrivais pas à dormir. Elle restait près de moi, peu importe la situation. C’est pour ça que j’aimerais réussir ma vie pour lui offrir une vie meilleure. Même en supportant ses sacrifices, elle nous a élevé seule moi et mes deux sœurs, Soumay et Maryan. A écouter aussi en...

lire plus
Use et abuse

Use et abuse

User et abuser, mais de quoi ? Non pas d’un objet ou d’un outil numérique mais bien d’un être vivant. Non pas une plante, un insecte, un animal comme un chien mais bien un être humain. L’usage et l’abus sont tout aussi bien psychologiques, psychiques que physiques. Cela déconstruit une personne, mais peut aussi la construire. Personnellement, j’ai été abusé et usé physiquement. Un corps frêle, usé et abusé psychologiquement, à un âge où on se construit. Tout a été déconstruit autour et en moi. Entre 11 et 16 ans, ce fut une période où je voulais non pas vivre, mais survivre. Violences sous toutes ses formes, séparations, stress, déménagement. Un enchaînement en cascade. Une cascade où je sors la tête après le coming out, enfin. Il n’y a pas un moment qui a été le...

lire plus
Pride 2022

Pride 2022

Ici en ce jour pour parler.Souffle coupé par mon anxiété.Je compte bien dénoncer.Dénoncer cette société.Pride 2022 révoltés.Discriminé et insulté de PD.Menacés, agressés, tuésTout ça car LGBT.Arc en ciel arboré, se sentir menacé,Sur son visage, ta bave crachéeTout ça car allié.Transpédégouines énervés.Une émeute si vous la voulez.On va vous la donner.Queer enragé.Par cette société.Cishétéro norméBesoin d’être représentéBesoin d’inclusivitéDans ce monde mouléIci et là besoin de communautéBesoin d’être écoutéVivre en paix nous laisserRien à guérir pour nous changerStop de mutiler et contrôlerPlus de sang verséMais on veut pouvoir en donnerEcrire pour protesterNos identités montrées et fêtéesEn ce mois de fierté.Auteur : Noa, 19 ans, Liège CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT...

lire plus
De quoi demain est fait ?

De quoi demain est fait ?

J’ai toujours eu peur de perdre ma famille. Car je n’ai plus que mon frère et mes parents.Lentement, je me suis éloigné du reste. Ma grand-mère, la mère de mon père, celle qui l’a abandonné, est au Soleil : Metz. 2 grands-pères sur 3 sont morts. Le seul encore en vie, ça fait 5 ans que je ne l’ai pas vu. Quand j’étais tipeu, je l’appelais Dieu car je ne le voyais jamais. Ce qu’il me reste, c’est ce qui est le plus précieux à mes yeux. On est chanceux de les avoir. Malgré tout, ils sont atteints par cette saloperie. Le padre, mon père, a failli rejoindre sa sœur à 3 reprises. On est constamment dans la crainte qu’il nous quitte. Ce n’est pas un mythe mais bien la réalité. La madre, ma mère, celle qui s’oublie pour nous, est aussi atteinte, le cœur qui monte à 240,...

lire plus
Un double non-choix

Un double non-choix

Être un homme transgenre et gay. En voilà de quoi bousculer les normes de la société. Faire partie des deux ‘catégories’ hors de la norme apporte deux fois plus de difficulté dans la construction de soi et dans notre évolution. Deux coming-out en un : « J’ai été assigné fille à la naissance et je suis un homme transgenre ». D’accord, je suis perçu comme un homme dans la vie. On s’attend naturellement donc à ce que je tombe amoureux et sois en couple avec une fille. Pour citer ma maman, à l’annonce de mon homosexualité : « Mais… je ne comprends pas… tu te dis garçon, et tu aimes les garçons… je ne comprends plus rien ». Evidemment, vu que je suis transgenre, je suis forcément hétéro. Comme si je l’avais choisi, de compliquer encore davantage ma vie. C’est tellement...

lire plus
Garçons papillons

Garçons papillons

J’ai toujours eu peur de ce qu’il pourrait arriver si, ne serait-ce qu’une seconde, je perdais le contrôle. Je ne suis pas de ceux qui cherche à contrôler, avoir du pouvoir sur les autres, rassurez-vous. Les manipulateurs narcissiques, merci, mais très peu pour moi. Non, je parle ici d’un contrôle, une maîtrise de qui je suis. Il est difficile d’expliquer pourquoi le lâcher prise est difficile à atteindre. Devoir prouver sans cesse que l’on est légitime, que la vie que l’on mène est légitime. Qu’être un garçon, un garçon comme moi, c’est légitime. Je n’ai pas toujours été comme ça. Enfant, je volais de mes propres ailes, dans la cour, dans les champs virevoltant. Garçon-papillonnant dont les ailes flamboyantes contrastes avec les mines des petits caïds de...

lire plus
Echouer pour mieux régner

Echouer pour mieux régner

J’ai toujours eu peur de l’échec. Peur de rater. De créer quelque chose qui n’était pas bien. Ce qui me paralyse pour toute entreprise créative. J’étais bon élève à l’école, pas excellent mais je n’ai jamais échoué dans des cours, ni été proche de rater une année ou devoir en refaire une. Donc, je n’ai jamais vraiment été confronté à l’échec pendant mon parcours scolaire. Je faisais ce que les profs et mes parents me disaient de faire et tout roulait. Mais à la fin de l’école, le parcours tracé pour toi est fini et il faut définir son avenir, son destin et fixer ses objectifs soi-même. Le problème avec le fait de définir ses objectifs, ce qu’on veut faire, ce qu’on veut réussir, c’est qu’on définit EGALEMENT les critères qui détermineront notre échec. L’échec fait...

lire plus
Danse

Danse

Danse. Ris. Tourne. C’est un garçon. Il est dans sa chambre. Il regarde le plafond et ne cesse de penser. Penser s’il est gay. Cela n’importe pas vous. Ni pour lui d’ailleurs. Il tourne. Il rit. Dans sa chambre. C’est un garçon. Pas comme les autres, ça non. Mais cela n’importe pas pour lui. Ni pour vous d’ailleurs. Et puis, il sort de sa chambre. De sa bulle. Elle pète sa bulle. Elle fait des paillettes. Et il grandit le garçon. Il grandit. Et il n’est plus dans sa chambre. Il est dehors. Il danse. Il rit. Il tourne. Pas dans sa chambre. Il danse. Il rit. Il tourne.Auteur : Bastien, 27 ans, Liège CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.Et d'autres récits

lire plus
Trouver Sérénité et Bonheur

Trouver Sérénité et Bonheur

Dans un monde idéal, dans 5 ans, je serai heureux. Arrivé dernier dans mon adelphité, j’ai tout de suite eu du mal à trouver ma place. Pourtant entouré d’au moins 7 figures d’exemples au quotidien, la route a été très longue et sinueuse pour arriver jusqu’ici. Je sens que le périple est loin d’être terminé. Il faut dire que je n’ai pas démarré avec les bonnes cartes en main. Au contraire, j’ai du récolter petit à petit toutes les pièces du puzzle qu’est mon identité. Au départ, on m’a dit que j’étais une fille. Et que par ailleurs, les filles aiment les garçons. Donc, pendant une partie de ma vie, j’ai attendu. J’ai attendu d’être attiré par les garçons et ainsi marcher sur le droit chemin dont tout le monde parlait. J’ai attendu d’être attiré par tous les trucs...

lire plus
Sortir de sa bulle

Sortir de sa bulle

Les conséquences de la période COVID se font toujours sentir. Paradoxalement, moi qui ai - à l’époque - détesté cette partie de ma vie, seule, isolée, sans beaucoup de contacts sociaux qui - je pensais - me nourrissaient, et me sentant souvent sans espoir, me retrouve maintenant à chercher le réconfort de cette bulle, ce cocon que j’ai dû me créer, loin des gens et du brouhaha du monde. On dirait des cycles qui se suivent, se répètent et se ressemblent. La solitude et le contact social qui, chacun·e à leur tour, sont nécessaires - voire vitales - puis quasiment insupportables à vivre. Je passerai le week-end entourée loin de chez moi. Entre la glace avec mon filleul, ma sœur, ma nièce et ma mère, le verre d’adieu d’une amie chère qui s’en va pour Paris, la nuit...

lire plus
Il n’y a pas d’âge pour se rendre compte de sa transidentité

Il n’y a pas d’âge pour se rendre compte de sa transidentité

Je suis transgenre. Je ne me sens pas à l’aise dans le corps dans lequel je suis né. Je m’en suis rendu compte quand j’avais 11 ans. On me dit souvent que je ne suis pas un vrai transgenre car je ne me suis pas toujours senti comme un garçon. Mais il n’y a pas d’âge pour se rendre compte de sa transidentité, et on dit souvent que faire partie de la communauté LGBTQIA+ est un est effet de mode ou une phase. On se cherche juste, que ce soit dans le genre, la sexualité ou le romantisme. En tant que garçon transgenre, ça m’arrive d’aimer les choses féminines. Ça m’arrive de porter des robes ou des jupes, de ne pas mettre de maquillage, même si ça me donne énormément de dysphorie. Mais, il n’y a rien de grave à ça. Comme le fait que certaines personnes transgenres ne...

lire plus
(Im)monde

(Im)monde

Le plus injuste dans ce monde immense, c’est l’immonde humanité qui l’inonde. Pleine d’hypocrisie et baigné dans le déni, elle propage la mort partout où elle passe. Elle transforme les rivières en montagne de déchets, quelle ironie ! Détruire la vie pour en faire des objets inertes qui finissent par s’entasser et être jetés. Consommer c’est ce qui la fait vibrer et la fièvre acheteuse s’est vite propagée à grands coups de paraître et de confort. Des arguments si forts qu’on est tous convaincus qu’aller vendre son temps 50 ans pour de l’argent est synonyme de réussite. L’être humain est un être très docile. Enfermées par les barreaux de leurs écrans, j’observe les bêtes errants dans la jungle urbaine. Moi derrière mon carnet, je songe à comment les libérer mais je...

lire plus
La détermination intérieure

La détermination intérieure

Vous ne devez jamais abandonner. Pourquoi tout le monde a droit de s’épanouir, à rêver grand, être heureux tout simplement, et pas vous ? C’est vrai, lorsque les difficultés arrivent, que nos repères disparaissent, la tendance est de se faire une raison, de continuer à avancer mais dans une autre direction et oublier ses objectifs. Mais les difficultés sont-elles vraiment des motifs d’abandon ? Un enfant qui apprend à marcher et qui rate plusieurs fois en tombant sur ses fesses se dit-il : « ce n’est pas fait pour moi, je laisserai mes parents s’occuper de moi toute ma vie et cela fera l’affaire » ? Non ! La détermination est innée, instinctive. L’enfant commence petit à petit. Jour après jour. Semaine après semaine à comprendre que s’il arrive à se lever, de...

lire plus
Plus ukrainienne que jamais

Plus ukrainienne que jamais

Je me sens plus ukrainienne que jamais. Même si cela fait 4 années que j’habite en Belgique. Même si c’était un choix de quitter mon pays. Même si j’ai tout fait pour m’adapter et m’intégrer au maximum ici. Même si je suis moitié ukrainienne et moitié russe, moitié je ne sais pas qui… L’Ukraine est mon cœur. La terre où je suis née et où j’ai grandi. Là où mon esprit restera pour toujours. Nous étions pourtant divisés et le 24 février nous a réuni. On a désormais le même but, le même souhait, les mêmes valeurs. Le même espoir. Nous pensons tous que nous allons gagner cette terrible guerre. Pour notre liberté et celle du monde entier. Mais la question est quand ? Et combien de nos gens vont tomber ? Combien vont encore souffrir ? Combien de morts, encore ? Au début,...

lire plus
L’humain est-il une espèce invasive ?

L’humain est-il une espèce invasive ?

En écologie, on parle d’espèce invasive lorsqu’une espèce arrive dans un nouvel environnement, où elle n’a jamais été présente, et brise l’équilibre de l’écosystème local. La faune ou la flore indigène non préparée à cette nouvelle concurrence diminuée en diversité. Comme espèces invasives, nous avons, par exemple, le lapin en Australie ou le frelon asiatique en Europe. Le premier, sans prédateur pour freiner sa reproductivité, voit sa population exploser au détriment des végétaux dont il se nourrit tellement qu’il ne reste presque rien pour les autres herbivores de l’île. Le deuxième est un si bon chasseur d’insectes qu’il anéantit les colonies d’abeilles, les empêchant de polliniser les plantes à fleurs qui s’en retrouvent grandement menacées, de même pour tous...

lire plus
Si j’avais une baguette magique

Si j’avais une baguette magique

Si j’avais une baguette magique, je retirerais les ordures et j’effacerais les emballages plastiques parce que le réchauffement climatique est l’un des principaux problèmes de l’humanité, depuis quelques années. Si on ne stoppe pas la production d’emballages plastiques et si tout le monde s’en fout de cette histoire, d’ici 2050, la Terre se réchauffera de plus de 4 degrés. Cette année, il y a déjà beaucoup de problèmes à cause de ça : vents très forts, inondations, sécheresse, etc. Si le plastique et la pollution n'avaient jamais existé, nous serions certes moins avancés en termes de technologie, mais nous aurions un monde presque 100% conservé. A écouter aussi en podcast iciAuteur : Nicolas, 14 ans, Tubize CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER...

lire plus
Lettre à mes jeunes

Lettre à mes jeunes

Ils veulent faire de vos vies un film de banlieue. Fiction remplie de weed, de kalach, de deal, de violence. Dur et sombre sera le thème du scénario écrit pour vous. Seulement, nous ne sommes pas dans un film. La réalité est solairement douce. Loin de la destinée orageuse qu’ils prédisent. Vous êtes éclats d’amour, de joie, de bonheur. Vos rires soignent les maux. Votre humour guérit l’humanité. Vous nous remettez en question et nous poussez dans nos retranchements. L’inconsciente sagesse dont vous faites preuve bouleverse, transforme ceux qui apprennent à vous connaître. Si vous preniez la caméra, votre film transpirait l’amour. L’amour peu et sincère avec ses aléas, ses tristesses et ses victoires. Merci pour ce que vous nous donnez, vous faites et vous...

lire plus
L’histoire de la K-POP

L’histoire de la K-POP

La K-POP est un style qui se répand de plus en plus mais sait-on vraiment ce que c’est ? D’où vient-elle ?  Des origines pas si lointaines La K-POP démarre en 1992 avec l’apparition de ‘Seo Kaiji and Boys’, un groupe sud-coréen composé de trois membres : SeoTaiji, Yong Hyun-suz et Lee Zuno. Malheureusement, ils finissent pas se séparer en 1996 après avoir produit 6 albums. Les rois de la K-POP En 2006, c’est au tour de Bigbang de faire leurs débuts, lancé par le label YG entertainment. Ce groupe est composé de 5 membres. Il est mené par G-Dragon en tant que leader, accompagné de Taeyong, T.O.P, Daesung et Seungri. Mais en mars 2019, Seungri va quitter le groupe. A partir de 2017, les membres de Bigbang commence à être appelé ‘les rois de la K-POP mondiale’. Mais en...

lire plus
Donjons & Passions: « C’est quoi un JDR? »

Donjons & Passions: « C’est quoi un JDR? »

Donjons & Dragons, Warhammer et Shadowrun. Quel est le rapport entre ces trois noms ? Il s'agit de trois jeux de rôles, chacun décliné en plusieurs versions au fil du temps. Comment ? Vous ne savez pas ce qu'est un jeu de rôle ? Quelques explications s'imposent. Un JDR est un jeu dans lequel un groupe de joueurs, incarnant des personnages, évoluent dans un monde décrit par un narrateur, aussi appelé maître du jeu ou encore, maître du donjon. Lors d'une partie, les personnages incarnés par les joueurs (appelés généralement personnages-joueurs ou PJ) interagissent avec l'environnement décrit ou bien avec des personnages incarnés par le maître du jeu (on les appelle des personnages non-joueurs ou PNJ). Certaines actions seront, cependant, plus difficiles à...

lire plus
Mon enfer, c’est moi!

Mon enfer, c’est moi!

Je sens une chaleur, une chaleur inhabituelle. Mes yeux s’ouvrent. Je suis dans une pièce. Une pièce noire. Noire comme la nuit sans étoiles, ni lune pour m’éclairer. Suis-je seule ? « Excusez-moi, où suis-je ? » ? Aucune réponse. Je m’avance et ressens encore plus cette chaleur. Je vois au loin une flamme. Enfin… je pensais qu’il n’y en avait qu’une. Je me retrouve entourée de flammes. Quel est cet endroit ? Je m’avance encore. Je vois un énorme trou. Je me retourne, pour faire demi-tour mais je ne vois plus de chemin. Les flammes se sont éteintes. Je suis donc obligée de sauter. J’ai peur, très peur. Mais je n’ai pas le choix. Je dois sauter ! Je ferme mes yeux et atterris devant un miroir où je me vois. Mais ce n’est pas mon reflet actuel. Je me vois me juger,...

lire plus
Le dopage encore et toujours parmi le peloton

Le dopage encore et toujours parmi le peloton

Pourquoi toujours eux ? Les cyclistes sont systématiquement raccrochés au mot 'dopage'. D’autant plus depuis l’hégémonie Armstrong, au début du millénaire. Pourtant, si l’on fait bien attention, cet acte de triche arrive bien moins régulièrement. Si certains utilisent encore des méthodes douteuses, le prisme du dopage devrait logiquement s’éteindre. En fait non. L’ombre et les souvenirs sont liés à l’époque des Tours de France, entre 1980 et 2010, avec les affaires Contador, en passant par le scandale Festina (l’apparition de l’EPO), connaissant en outre un essor lors des années Armstrong. Il est aujourd’hui impossible de nier l’existence de ces pratiques et le fait qu’elles continueront d’exister. Certains placent des doutes en Astana car la formation est dirigée...

lire plus
Le sport chez les jeunes

Le sport chez les jeunes

Chez les jeunes, le sport st souvent important et est une source de motivation. En effet, beaucoup de jeunes pratiquent le sport pour passer le temps ou même pour performer dans les compétitions professionnelles. Mais pourquoi font-ils cela ? Souvent, la source de motivation provient d’une envie d’être meilleur ou d’un manque de confiance en soi, comme, par exemple, un jeune qui se met au karaté pour se défendre en cas d’agression. De plus, le sport permet aux jeunes de se déconnecter des écrans auxquels ils sont tant attachés et permet donc de pratiquer une activité plus ‘saine’ pour eux. Mais certains parents peuvent voir le sport comme trop élitiste, ce qui peut déranger certains. Pour conclure, le sport peut vraiment être une source de motivation chez les...

lire plus
Apprendre, c’est bien, mais apprendre en jouant, c’est mieux

Apprendre, c’est bien, mais apprendre en jouant, c’est mieux

Pourquoi se bourrer le cerveau avec des trucs incompréhensibles, quand on peut l'apprendre en s'amusant ? D'après une étude de La cour des petits (un blog de maman pour occuper les enfants de 0 à 10 ans), un enfant, à tout âge, apprendra plus facilement en s'amusant. Personnellement, j'ai eu un cours où il fallait retenir tout par cœur. Je n'ai ni aimer l'apprendre, ni l'étudier. Par contre, quand j'ai étudié en jouant (en faisant des cartes de jeux pour mémoriser les mots de vocabulaire en anglais et en jouant deux par deux car deux cerveaux en valent mieux qu'un), là, ça me faisait plaisir d'apprendre. J'avais beaucoup plus facile à étudier. L'apprentissage ludique motive l'enfant, facilite la concentration et stimule sa mémoire. Il le rend actif en classe, là,...

lire plus
Société injuste!

Société injuste!

On entend souvent que la société a changé et est plus inclusive ; alors pourquoi est-elle toujours injuste ? De nos jours, il est nécessaire de se justifier pour tout. Pourquoi faut-il expliquer en quoi c’est dur d’être une femme ? Pourquoi faut-il expliquer pourquoi on cherche à avoir plus de droits en tant que LGBT ? Pourquoi faut-il expliquer ce qui impacte dans un handicap ? La société est tristement fermée aussi. Qu’est-ce que la société ? La société est un ensemble de normes, de comportements ou une culture. Quel est le problème ? A vrai dire, la société en a beaucoup. Non seulement elle est discriminatoire, fermée d’esprit et cruelle mais, en plus, tout cela est normalisé. C’est cela qui mène à une lutte constante pour l’égalité et à une justification. Le...

lire plus
Accident marquant

Accident marquant

J’avais seulement 10 ans lorsque c’est arrivé, le 6 décembre 2018. J’étais petite fille alors, quand c’est arrivé : mon premier et encore seul accident de voiture. Si j’en parle c’est tout simplement parce que cet évènement m’a à ce point marqué. C’était donc un mardi matin, alors que ma mère allait nous conduire, ma sœur et moi, à l’école. Ce jour-là, c’est sur le siège passager de la voiture que je m’étais assise ; je sais aujourd’hui à quel point j’ai eu de la chance. Nous sortions d’une route étroite qui donnait sur une autre route avec une ligne blanche continue. Un voiture, qui dépassait la limitation autorisée, essaya de dépasser une autre voiture en roulant sur l’autre bande, au moment où on sortait. L’automobiliste est rentré dans notre voiture et dans...

lire plus
La solitude

La solitude

Il y a deux ans maintenant que le covid a fait son apparition dans nos vies. Nous devions rester confinés, disaient-ils. Cela ne me dérangeait pas de ne pas sortir, de rester, seule, au début. Au bout de quelques temps, quand on nous a annoncé que nous pouvions retourner à l’école, j’étais contente, j’allais pouvoir retrouver un semblant de vie sociale. A mon retour à l’école, j’ai retrouvé la seule amie que j’avais ; j’affirmais à mes parents que cela ne me dérangeait pas, que je préférais avoir une bonne amie plutôt que plein mais des faux. Ma mère me répétait, qu’avec la façon dont je rentrais, certains jours, ça n’était pas vrai. Je pleurais et je disais à mes parents que j’essayais mais que je n’arrivais pas à aller vers les autres ; je rentrais déprimée de ma...

lire plus
A partir de quand peut-on considérer qu’un acte est un viol?

A partir de quand peut-on considérer qu’un acte est un viol?

A partir de quel moment peut-on considérer qu'un acte est un viol? A partir du moment où une personne force une autre à avoir des relations sexuelles ou encore de se faire toucher sans avoir une confirmation de la volonté de l’acte. Quelques infos intéressantes… • 47% des Belges ont déjà vécu un viol• 48% des jeunes ont été violées avant leur 19 ans• 23% des jeunes pensent que les femmes aiment être forcées à avoir un rapport sexuel• 1/3 des jeunes disent que si on ne dit pas explicitement ‘non’, ce n’est pas un viol• 53% des viols sont classés sans suite lors d’une plainte• 1/5 des femmes ont déjà été victimes de viol• Selon l’âge lors du viol, la peine est augmentée ou diminuée Quelles sont les répercussions ? Au niveau du mental, il y a le stress...

lire plus
La cigarette

La cigarette

Moi, fumeur de 15 ans et demi et pas fier de l’être, je vais vous parler de la cigarette. Il faut savoir que si les parents fument, l’enfant aura beaucoup plus de chance de devenir fumeur. Cette drogue, malgré ce que l’on pense, n’atteint pas seulement les jeunes d’aujourd’hui mais également les générations précédentes. D’abord, tu vois ta mère ou ton père fumer. Un jour, tu décides d’aller faire du vélo mais d’en voler une dans le paquet de ton père ; et c’est là que tout commence. La première n’est pas très gouteuse mais tu continues à faire ça une fois tous les x. Mais sans le dire à personne car tu as honte. Ensuite l’année d’après, tu retournes à l’écore ; tu vois de plus en plus de jeunes de ton âge fumer. Tu commences à fumer une fois de temps en temps avec...

lire plus
Etre en centre n’est pas un défaut!

Etre en centre n’est pas un défaut!

Loucas, Marie et Océane vivent à SOS Village d'Enfants, qui offre un nouveau foyer aux enfants n’ayant pas toujours la chance de grandir dans un environnement familial sain. Voici leurs témoignages. Loucas, 14 ans Être en centre n’est pas un défaut ! Beaucoup de gens pensent que quand on est dans un centre, on est con ou que c’est parce qu’on fait beaucoup de conneries. Mais souvent, lorsqu’on est dans un centre, c’est à cause des parents ou des personnes qui nous entourent. Par exemple, moi, mes parents ont eu plusieurs problèmes avec leurs parents, comme deux faillites survenues d’un seul coup, des licenciements, etc. Mais bon, le principal, c’est d’avoir des liens avec des personnes que l’on aime. La vie dans un centre, c’est d’être avec des éducs qui amènent de...

lire plus
Etre une fille en 2022

Etre une fille en 2022

Le plus grand moment de malheur de ma vie a été quand je me suis rendue compte de la vérité. Celle-ci n’est autre qu’être une fille en 2022, c’est un calvaire. J’ai souvent entendu dire qu’une femme est moins intelligente qu’un homme, que la femme doit rester dans la cuisine, que la femme ne sert qu’à faire des enfants, qu’à s’occuper du ménage, etc. Les gens sous-estiment les femmes comme si elles étaient moins que rien. Nous les femmes devons nous battre au quotidien pour être respectées. Pour ma part, c’est un combat que je mène tous les jours. Je me bats pour que mon père m’écoute ou que mon grand-père me traite de la même façon que mon frère. Tout ce que je leur dis va dans le vent et n’est pas écouté. Il y a aussi le harcèlement en rue. Je me suis faite...

lire plus
La peur de l’échec

La peur de l’échec

J’ai toujours eu peur de l’échec potentiel dans mes études. J’ai eu beaucoup de potes qui ont raté quelques fois et qui ont donc changé d’école. Ils sont partis loin, trop loin. Ils ont commencé à avoir de moins bonnes fréquentations parmi leur nouveaux amis. La drogue et l’alcool font désormais partie apparente de leur vie. Certains se lèvent et fument une première clope à 16 ans, en lendemain de soirée. Suite à une forte consommation d’alcool, ils finissent par vomir et ressemblent à des déchets… cette soirée était horrible. Le silence planait. J’étais là avec, donc, mes anciens potes de classes et leur nouvelle fréquentation. Nous étions en cercle et ils buvaient, vomissaient, prenaient des stupéfiants. Depuis ce jour, je suis écœuré par les bières, les...

lire plus
Démons

Démons

J’ai toujours eu peur de me retrouver seule avec mes démons. Démon, c’est un bien triste mot et dans mon cas, il représente toute sorte de choses. Non seulement il représente mes peurs mais aussi mes faiblesses et il se divise en 6 morceaux. L’ANGOISSE c’est ce sentiment incessant qui nous rappelle qu’on n’est pas à la hauteur, que vous allez rater, que vous aller gâcher les choses et blesser des gens. L’angoisse, c’est cette boule coincée dans votre gorge et qui vous empêche de respirer. Mais aussi celle qui pèse sur votre cœur et qui le fait accélérer d’angoisse. C’est cette pression trop forte pour vous laisser vivre, mais trop faible pour vous tuer. L’angoisse, c’est ce qui entraîne les problèmes de santé, les traitements, les médicaments. Ensuite vient LA...

lire plus
L’ambition, un réveil efficace et gratuit

L’ambition, un réveil efficace et gratuit

Personne n'ignore le célèbre dicton: "L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt". Encore faut-il avoir une raison de le faire. Si vous vous levez sans savoir quoi faire, c’est tout simplement parce que vous n'avez pas de projet. Alors il vous serait inutile de vous lever aux aurores. En plus d'être inutile, c'est également très compliqué. Si vous avez tous les matins du mal à vous motiver pour vous tirer du lit, c'est que votre problème vient peut-être du fait que vous n'avez pas d'ambition. L'ambition c'est un but à atteindre. C'est donné un sens à votre vie. C'est une raison d'être et de demeurer en vie. Si vous n'en avez pas, il est grand temps d'en chercher une. Ça peut être en lisant des livres, en regardant des documentaires ou que sais-je que vous y...

lire plus
Tout y est sombre

Tout y est sombre

Le plus injuste dans ce monde, ce sont les dirigeants africains. Je suis née au Congo (R.D.C.). J’aime mon pays plus que tout. Il est l’un des pays les plus riches en minerais. Si riche que nous avons perdu la paix à nos frontières, depuis des décennies. Plus le temps passe, plus nous nous rendons compte que les autorités de mon pays sont de mauvaise foi, lorsqu’il faut gérer ce beau pays. Il jouit d’une superficie de plus ou moins 2 millions km2 et d’une centaine de tribus. Pour rester longtemps en exercice, les gens du pouvoir divisent les populations déjà affamées avec le tribalisme. Dans mon pays, nous ne savons pas pourquoi nous allons à l’école, nous ignorons quoi manger demain. On ne sait même pas si on va se réveiller au lendemain. Régler les problèmes de...

lire plus
Mon arrivée en Belgique

Mon arrivée en Belgique

Je suis une Congolaise de nationalité, veuve depuis 2014 et mère de deux enfants. Il y a de cela deux ans que j’ai décidé de venir vivre en Belgique. Après la mort de mon mari, la situation familiale a subi un déséquilibre total. Du jour au lendemain, je me suis retrouvée qu’avec mes deux filles, avec qui je devais maintenir le niveau de vie qu’elles avaient avec leur père. Hélas, ça ne tenait pas. J’ai la chance d’avoir mes deux parents en vie. Grâce à eux, j’ai pu tenir le coup. Mais comment rester les bras croisés lorsqu’on connait les réalités du pays dans lequel nous vivons ? Voir son père, qui, dans un pays organisé, devrait être à la retraite, se sentir obligé de travailler pour continuer à nourrir sa fille et ses petites-filles ? Alors je devais trouver une...

lire plus
Un monde triste

Un monde triste

C'est un monde triste. Lorsque j'étais dans mon pays, je pensais que le jugement et la hiérarchie entre les hommes étaient propres à mon pays. Je pensais qu’il n’y avait qu’en Iran, que nous jugions les personnes du Moyen-Orient comme étant inférieures. J'ai toujours été contrariée par le fait que l’Iran considère, par exemple, les Afghans comme étant des êtres humains de seconde classe. Je pensais qu'en Europe, qui est soi-disant l'incarnation de la civilisation mondiale, il n’y avait pas de jugement. Pas de hiérarchisation de l’être humain. J’ai réalisé qu’en fait, en Europe, les jugements étaient les mêmes qu'en Iran. La différence, c’est que ce sont des jugements pas clairs et bruyants, mais calmes, sous entendus, des chuchotements. Lorsque l’on arrive en...

lire plus
Mon histoire

Mon histoire

Bonjour, moi c’est Arthur. Je suis âgé de 12 ans bientôt. A travers ce texte, j’ai décidé de raconter mon histoire. Comment je suis tombé dans l’anorexie mentale. Tout a commencé en mai 2021. J’ai revu mes années de primaire défiler. Je me suis rendu compte qu’on m’avait dit, souvent, que j’étais gros. Mais, quand on me le disait, sur le moment, je prenais ça à la rigolade. Mais, en mai 2021, je sais pas pourquoi, ça m’a touché. Je pesais 60kg pour 1m73. Puis je me suis mis au sport. Septembre arrive, j’avais perdu 2kg pendant les vacances et avais pris 3cm. Du coup, septembre est là, le gros stress : nouvelle école, nouveaux copains, ‘fin du moins j’espérais ! Malheureusement, pas d’ami. Puis novembre arrive, je me fais hospitaliser, je pesais 44,5kg pour 1m78....

lire plus
La sensibilité

La sensibilité

La sensibilité est une qualité, comme elle peut être un défaut. Le fait d’être sensible c’est ressentir ce que les autres éprouvent. Les émotions, il en existe un paquet ! Alors quand on est quelqu’un comme moi, de très sensible, sentir toutes les émotions de toutes les personnes qui t’entourent, c’est un peu plus compliqué… Parfois, même, tout se mélange dans ma tête et je ne sais plus très bien où je me situe. C’est un gros sac, mine de rien, qu’on porte sur le dos quand on est sensible. Le truc c’est qu’à chaque fois je voudrais (souhaiterais) aider la personne. Mais ce qui signifie que, si cette personne a des problèmes, tu vas en avoir aussi. Voilà ce qui peut être un gros inconvénient dans la sensibilité. Cela dit, la sensibilité a ses qualités....

lire plus
Pourquoi, nous les jeunes, passons-nous de plus en plus de temps devant les jeux ?

Pourquoi, nous les jeunes, passons-nous de plus en plus de temps devant les jeux ?

Si les personnes nées dans les années 70 et avant se posent la question ce n’est pas pour rien, en effet, nous les personnes entre 10 et 30 jouons de plus en plus. Que ce soit pour juste passer le temps, pour fuir une réalité trop négative ou pour y faire carrière, les raisons sont diverses même si la préférence va à la fuite (sondage fait personnellement). Et oui, le monde que nous ont laissé nos aïeuls est tout sauf idéal mais ce n’est pas que de leurs fautes, n’oublions pas que même s’ils ont foutu le monde sans dessus-dessous, inconsciemment ou consciemment ils nous ont aussi laissé des outils pour réparer les erreurs donc pourquoi continuer à s’enfermer dans le jeu ? Car c’est plus simple, répondront les boomers ; car on nous en demande trop, répondront les...

lire plus
Cœur qui saigne rêve d’une relation saine

Cœur qui saigne rêve d’une relation saine

Hé, Cupidon, pourquoi m’as-tu brisé ? Pourquoi m’infliges-tu cette douleur ? Oh, Cupidon, quel est l’objectif de cette rencontre ?Pourquoi mon cœur et mon âme veulent s’envoler et appartenir à mon bien-aimé ?Pourquoi ressentir toute cette affection, alors qu’on sait d’avance que l’amour est synonyme de souffrance ? Ne sais-tu pas déjà comme mon cœur saigne, comme mon cœur a peur ?Il est emprisonné par des chaînes de barbelés qui lui font terriblement mal.Ces chaînes représentent ses blessures émotionnelles. Oh, Cupidon, tu sais qu’il n’est pas prêt, alors pourquoi le faire tomber amoureux ?Pourquoi m’infliges-tu cela ?Je veux plus rien ressentir. Je veux l’oublier. Tout oublier.Sauf si tu me promets une fin heureuse et remplie de bonheur. Oh, Cupidon,...

lire plus
Rêve de tour du monde

Rêve de tour du monde

Une de mes plus grandes fiertés c’est d’avoir hérité du don pour les langues de ma maman mais un de mes plus grands regrets est qu’elle ne m’ait pas élevé avec. Ce don m’a ouvert au monde et à son immensité et depuis tout petit je rêve d’en faire le tour. A 5 ans, je parlais brésilien… Oui, oui, brésilien. Du yaourt bien sûr, mais plutôt crédible dans ses sonorités. Je me suis donc mis à rêver, plein d’innocence, de faire le tour du monde en parcourant chacune des rues de chacune des villes, chacun des villages, chaque chemin de terre, chaque centimètre de cette planète. Et quand j’aurai eu fini, je serai allé en visiter une autre. Maintenant j’ai grandi mais ce rêve de tour du monde, plus réaliste, persiste et si je devais mourir bientôt, je m’y mettrais dès...

lire plus
Ivresse

Ivresse

Sur le chemin de la sérénité,j’oscille entre ivresse et sobriété.L’ivresse me délivrequand la sobriété m’emprisonne.En quête d’équilibre j’avance en titubant.Le sentier est semé d’embucheset je trébuche trop souvent.Mais je me relève car je pense qu’il reste de l’espoir.Car même si nos sens dictent notre réalitéet qu’on perçoit le monde par cette fenêtre étroite,il est possible d’en faire une baie vitrée.La critique et le questionnement de la sociétésont des clés pour ouvrir la porte de la lucidité.Alors pourvu qu’un jour je sorteet que mon esprit s’élève au-delà de ces entraves,de cette prison qu’est mon corps.Auteure : Estelle, 21 ans, Bruxelles CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.Et d'autres décryptages Média d'expressions Individuelle et...

lire plus
Trop gentil(le)!

Trop gentil(le)!

La dernière fois que je suis allée chez ma psy, elle m’a sorti au milieu de la séance : « Au fait ton problème, c’est que tu es profondément gentille. » J’ai rougi et lui ai répondu « Bah non », elle a argumenté et j’ai encore plus rougi. Oui, je suis profondément gentille. Je ne supporte aucune once de méchanceté, d’injustice, je n’arrive pas à accepter que des gens soient mauvais ou en partie mauvais et leurs trouve des excuses. Même au pire connard que j’ai rencontré. Je n’arrive pas à accepter que mes proches puissent aller mal et que je ne puisse rien y faire. Je ramasse la peluche qu’un enfant a laissé tomber, je peux poursuivre quelqu’un dans la rue, car il a oublié sa casquette. J’ai envie de faire un câlin à une personne quand elle est triste, même si je...

lire plus
Perdre la voix

Perdre la voix

Un jour j'ai perdu ma voix. J'ai commencé à vivre entre des mots et des sons étrangers à ma langue, Les gens bougent leur bouche, Et ils disent des mots qui sont chantés, mais je ne comprends rien, Je ne pouvait pas parler, Je ne pouvais même pas dire "maison", J'ai perdu ma voix, je suis resté muet, Je voulais dire, je suis là, Je suis vivante, Seuls des grognements sont sortis de ma gorge, et personne n'a compris, Ma bouche désespérée a bougé, Comme les vagues en colère de la mer, mes yeux semblaient crier, aussi mon visage, un cri gestuel, je voulais tout dire, Mais seulement rien n'est apparu, Les autres aussi veulent m'écouter, Je voulais dire quelques phrases, "ici il pleut beaucoup" «il y a un chat perdu» «Le soleil sur ma peau me manque» Je voulais poser...

lire plus
Exil de deux frères

Exil de deux frères

La politique en Guinée, en tant que militant de parti, est un piège pour tous les jeunes, surtout si votre parti politique est dans l’opposition contre le pouvoir en place. En 2018, mon grand-frère et moi assistions à une manifestation contre la proclamation des résultats des élections locales et communales de février. Après la publication des résultats, le constat était clair : des fraudes immenses ont été enregistrées. Tous les partis politique de l’opposition demandèrent à leurs militants de manifester. C’est ainsi que mon frère et moi-même nous sommes retrouvés dans cette manifestions. Le 14 mars 2018. Arrivés au rond-point d’Hamdalaye, nous remarquons la présence de militaires. Ils nous ont encerclés, avant de commencer à tirer sur la foule. Nous nous sommes...

lire plus
Parentification

Parentification

Je ne sais pas vraiment si ce que je vais écrire sera intéressant pour qui que ce soit mais c’est quelque chose qui me tient à cœur et que je voudrais partager, dans le but, peut-être, de permettre à certaines personnes de se reconnaître, de se sentir moins seules. Je suis née dans une famille très bienveillante, mes parents se sont toujours démenés pour mes sœurs et moi. Quand j’étais petite, nous n’avions pas beaucoup d’argent. Ma mère faisait plusieurs petits boulots et mon père, je ne me rappelle pas exactement s’il travaillait. Je n’ai pas énormément de souvenirs positifs de mes parents et il m’arrive d’ailleurs de m’en vouloir à ce sujet car ils ont fait de leur mieux. Ma mère est dépressive depuis ses 13 ans, je ne pense pas qu’elle soit déjà réellement...

lire plus
Corps

Corps

Après tout, c’est quoi un corps ? Pour certaines personnes, c’est un outil de travail, pour d’autres, un moyen de locomotion. Encore d’autres vous diront que c’est la maison de leur âme. Mais pour moi, c’est synonyme de douleur. Mon corps me fait mal, je lui fais mal et notre relation a toujours été conflictuelle. Nous nous disputons souvent, mais nous sommes d’accord sur une chose : le monde extérieur est plus toxique que notre relation. En réalité, notre cohabitation à être difficile à cause du monde extérieur. J’aimais bien quand on jouait au foot ensemble, qu’on grimpait aux arbres. Puis, il a évolué et on m’a dit que je ne pouvais plus faire ce que j’aimais car mon corps avait choisi un autre avenir. C’est là qu’on a commencé à ne plus s’écouter. Je le...

lire plus
L’école dans mon monde idéal

L’école dans mon monde idéal

Analyse En premier lieu, posons nous la question de savoir pourquoi l’école est si mal appréciée par les jeunes ?  Il y a plein de raisons : -> le système scolaire privilégie la compétition au lieu de la coopération. Mettre des notes d’évaluation à des jeunes est contre-productive. Si le jeune s’est donné à fond pour un test et qu’il a une mauvaise note, il va dans les 3/4 du temps se faire engueuler par ses parents et se faire juger par les profs. Des fois même, le passif de l’élève resurgit, par des moqueries, ou dans les remarques de certains profs. -> Et les horaires, parlons-en. 8h-16h, cela ne paraît pas beaucoup pour un travailleur mais quand nous comparons notre système scolaire au pays avec un système horaire plus léger, qui privilégie l’engagement...

lire plus
Question d’identité

Question d’identité

La vie est un drôle de jeux. Une drôle de phrase, pour une drôle de situation qui bien souvent, fait rire jaune. Du simple moment embarrassant jusqu'au « mais qu’est-ce que je fou là ? ». La vie, les chemins tortueux qu’elle prend, ses hasards et tout le reste, en font un drôle de jeux. Un drôle de jeux avec, pour première bizarrerie, ses joueurs. Neuf milliards d’êtres uniques et irremplaçables. Neuf milliard de quête, de rêve et de question. Parmi ces questions, l’un d’entre elle m’a particulièrement occupé : celle de mon identité. J’ai été tracassé, angoissé, passionné par cette question. Je ne compte pas le nombre de fois où je me suis dit : « Mais qui suis-je ? Qu’est-ce que cela implique ? Comment me définir ? » J’ai commencé à me définir comme ceci : je suis...

lire plus
La considération

La considération

Le plus révoltant dans ce monde, c’est le corps professoral ou plutôt, l’inhumanité qui peut s’en dégager. J’ai le sentiment que beaucoup deviennent prof pour se distinguer, exercer un pouvoir. La notion de partage ou encore d’humanité semble totalement oubliée. On parle à des chiffres, on lit des slides, on se fou ouvertement de la gueule de certains élèves, on met en avant certains autres. On créé une compétition entre élève comme si le « m’as-tu vu » qui règne dans les couloirs n’était pas suffisant. Ils sont au pouvoir parce que c’est eux qui deviennent les maîtres de ta réussite. Certains arrivent à te faire comprendre que s’ils veulent, ils peuvent faire de ta vie un enfer. D’autres te noient dans le travail. En fait, je réalise qu’il manque cette notion...

lire plus
Fleurir l’humanité

Fleurir l’humanité

Le plus révoltant dans ce monde, c’est toutes les fois où l’on ne donne pas à l’autre ce qu’on aimerait recevoir, où l’on fait subir ce qu’on ne voudrait jamais vivre. Cette attitude a un nom. Plus que de l’égoïsme, c’est du sectarisme. C’est estimer que l’autre ne mérite pas notre égard, notre considération, notre respect. Il arrive à tout le monde de ne pas traiter l’autre comme il se doit, mais le problème survient quand on en fait un principe, un mode de vie, une politique. Tu dis : « Cette personne n’est pas comme moi, je peux la railler, la juger, la frapper, la voler, l’insulter, la discriminer, l’agresser », peu importe. Cette personne est autre. Mais qui est cette personne ? Tu dis : « Elle n’est pas moi. Elle est différente sur des points que je juge...

lire plus
The Quest

The Quest

Il faut du courage pour croire. La foi, pour moi, c'est pareil à un saut dans le vide. C'est quand on pense qu'une chose est absolue, purement par intuition. Coire, c'est s'oublier. Croire, c'est fermer les yeux et avancer. Seulement en ayant passé ce baptême du feu peut-on croiser le domaine du divin et se laisser aller à la certitude. Et pour toutes ses raisons, ma rencontre avec mon dieu n'est pas encore arrivée. Pourquoi pensez-vous que je suis agnostique ? Certains disent qu'il faut du courage pour admettre qu'on ne sait rien, mais lorsqu'on parle de spiritualité, cela ne témoigne-t-il pas d'un manque de conviction ? Bravo à vous qui avez trouvé vos dieux. Moi, je passe de croyances en passion, les échangeant à chaque semestre. Mais, je n'ai pas abandonné. Je...

lire plus
Dio Sacro

Dio Sacro

Hey, ça fait un bail... la dernière fois qu'on s'est vu, tu te dandinais dans le corps d'un chat. En mars, tu jouais à la roue de la fortune, cheveux au vent et bottes de cuir aux pieds. Durant l'hiver, tu te baladais entre les flocons. Dieu, qui es-tu vraiment ? Doit-on remercier pour chaque nouvelle naissance en ce bas monde ? Doit-on te haïr, lorsque les meilleurs partent en premier ? Tu connais la bière belge ? Ah ben ouais, c'est vrai... t'en bois tellement que des humains s'explosent en plein désert à cause de tes rots. Et tu connais la loterie, bien sûr... quand c'est le jackpot pour les miséreux, le pétrole dégomme la face des poissons. La Vérité, tu la sais. C'est que tu ne sais pas danser. Pourtant, tu souhaites apprendre tes pas à tout le monde. Tu veux...

lire plus
Soufi mon Amour

Soufi mon Amour

Nous sommes au début des vacances et dans quelques jours, nous partons au Maroc.Pour m'accompagner durant ce périple, j'ai décidé d'acheter un livre dont une amie m'a parlé : " Soufi mon Amour " d'Elif Shafak. Je voulais faire de ce voyage un voyage spirituel. J'étais en plein questionnement religieux et j'avais besoin de réponses. Je suis née musulmane, ou plus précisément, à ma naissance mon entourage proche a fait de cette religion mienne. Je l'ai suivi comme ma famille l'a suivi.Au fur et à mesure que je grandissais, je prenais conscience de quelque chose.De quelque chose lié aux règles, que j'appliquai sans vraiment les questionner, et j'avais du mal avec cette idée. J'avais du mal à me dire que cette croyance, celle qui rythme ma vie, était un peu comme un...

lire plus
La descente en enfer

La descente en enfer

            Lorsque mes parents partent, il y a toujours une certaine excitation. Je fais les courses avec mon papa, pour tenir une semaine sans manquer de rien. J'aide à charger la voiture pour que le départ soit plus rapide. Je leur dis toujours « Profitez bien, je prendrai soin du basilic frais ». Je leur fais coucou par la fenêtre pendant dix minutes en me disant « Mais c'est quand qu'il va démarrer la voiture ?! » tout en ayant un sourire figé. Ils sont enfin partis, je suis enfin seule. La liste des choses à faire est délicatement posée sur la table de la salle-à-manger avec un « Je t'aime, signé Maman ». Je lis cette liste interminable en me disant que je le ferai demain parce que de toute manière, j'ai la semaine pour accomplir toutes mes tâches. Il est 11H...

lire plus
Origine du mal-être

Origine du mal-être

Violentée Mon texte parle de mon mal-être. Etant petite, mon père n'était jamais à la maison, souvent dans les cafés, dans les buvettes de foot... Il rentrait, souvent ivre et violent, le plus souvent avec ma maman, et parfois avec ma sœur et moi. Ma mère a fini par comprendre et fuir chez ma grand-mère. Ma sœur avait 3 ans, j'en avais 5. Le jour où nous sommes parties, mon père m'a dit qu'il ne voulait plus jamais nous voir. C'est ce qu'il s'est passé, pendant un an. Violée Lors de mes 6 ans, mon père a voulu me revoir. Après hésitation, ma mère a fini par accepter "tant qu'il me ramenait à une heure correcte". Mais ce n'est pas ce qu'il s'est passé. On a d'abord été chez lui, et ensuite dans un bar, à Andenne. Un moment, mon père est parti, sans me dire pourquoi....

lire plus
La perte

La perte

J'ai toujours eu peur de la perte. Quand j'étais petit, il s'est passé beaucoup de choses.  Petit garçon avec un faux sourire, avec un style différent des autres. Passion pour le foot, la danse et le parcours. J'ai pas vraiment des moments de joie dans ma vie.  Le jour où j'ai appris la douleur de perdre un proche, la douleur d'être rejeté, négligé, j'ai compris à quoi ressemblait la vie des grands. J'aurais juste préféré ne pas naître, plutôt que de souffrir en silence, cacher mes émotions, endurer les épreuves de la vie. J'ai perdu mon père quand j'avais 13 ans. Les adultes ne voulaient pas que je le sache. Ils savaient à quel point je tenais à lui. Cela fait deux ans qu'il est mort. Une balle entre les deux yeux. Je ne sais pas combien de temps cela prend de...

lire plus
Ne pas se faire du mal

Ne pas se faire du mal

J'ai envie de faire passer un message. Faites bien attention à vous. Ne vous faites pas du mal, cela ne va servir à rien, je vous le promets. Rien ne change, ça va juste vous faire du mal, et faire du mal à vos proches, qui vous aiment. Même si je ne vous connais pas, laissez-moi vous dire une chose : je crois en vous. Vous êtes en train de vous demander pourquoi je vous dis cela? Je vais vous le dire. Mon père s'est pendu. Depuis, je vis un enfer, et je fais vivre un enfer aux gens qui m'aiment. Je me suis fait beaucoup de mal, je le regrette. Cela a fait souffrir d'autres personnes que moi.  Il faut laisser du temps. C'est dur, je suis encore un peu en enfer, mais cela passe un petit peu. Il faut laisser du temps.Auteure : Layla, 13 ans CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT...

lire plus
Coeur sombre

Coeur sombre

Coeur sombre, sombre de conneries, conneries de jeunesse, jeunesse de délinquant,  délinquance de plusieurs années, plusieurs années noires, noires de fréquentation, fréquentation de cité, cité en vente, vente de stup', stup' de coke, coke et suicide,  suicide qui ne résoudra rien, rien pour moi mais aujourd'hui j'ai changé, changé en bien,  en bien car j'ai pensé à mon avenir. Ce que je suis devenu, c'est grâce à moi, j'ai travaillé sur moi. Je sais que ce n'est pas donné à tout le monde. Même si ma vie n'est pas encore au top, je sais que cela viendra un jour.    Auteure : Adriano, 16 ans CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.Et d'autres décryptages Média d'expressions Individuelle et collective Destiné aux jeunes En Fédération Wallonie...

lire plus
Liberté et solitude

Liberté et solitude

Je vais vous parler de mon histoire par rapport à la solitude. Je suis une personne très timide. Je ne fais pas facilement confiance. J'ai toujours eu peur du regard des autres, des critiques, d'être laissée seule ou abandonnée après m'être attachée. C'est pourquoi la solitude est ma bouée de sauvetage. Dans ce monde parfois cruel, la solitude est et a toujours été quelque chose qui me permet de me sentir libre, me sentir moi-même. La solitude me permet de pouvoir craquer ou pleurer quand c'est trop. Sans personne pour juger ou poser des questions. La solitude me permet de faire des erreurs sans jugement. La solitude me permet d'être heureuse pour un rien. La société d'aujourd'hui, pour une jeune comme moi, est cruelle. Pour un rien, nous sommes jugés, critiqués,...

lire plus
L’abus sexuel

L’abus sexuel

J'ai décidé de parler de l'abus sexuel car j'espère que cela pourra aider des gens ayant vécu une situation similaire que moi... J'ai subi des attouchements vers l'âge de 7 ou 8 ans, je ne sais plus trop, par un autre enfant un peu plus âgé que moi. Cela a duré une année, peut-être un peu plus. Dans ma tête, c'était de ma faute, j'avais accepté alors, cela voulait dire que j'étais consentante. Á chaque fois, j'avais honte. Je me sentais salie. Mais je n'ai jamais rien dit, pendant des années. Plus tard, ma mémoire a même commencé à effacer les événements, en tout cas les détails. Je n'en ai pas parlé par honte, même le jour où j'ai appris que ma mère avait vécu quelque chose de similaire. Mais un jour, avec ma mère, nous parlions de plein de choses. J'ai...

lire plus
Mon arrière grand-mère

Mon arrière grand-mère

J’écris pour Françoise ou Bouboune dans un langage plus familier ou encore panthère dans le monde du scoutisme. Je veux d’abord commencer par m’adresser à toi Françoise, une force à l’état pur, toujours souriante et pleine d’ambition. Jamais triste, toujours contente. Je n’en connais pas beaucoup des gens comme toi et je ne serais pas capable non plus de retracer ta vie mais il y a un ou deux évènements que je sais sur toi. En particulier un, tu as vécu, survécu, vaincu. Celle dont tout le monde connait l’existence : la guerre. Pff, c’est vrai quoi, on n'en parle pas beaucoup mais tu l’as fait. Tu as le courage de reconstruire ta vie après ça, tu t'es mariée, t’as fait six enfants, fondée une grande famille dont aujourd’hui tu en es la reine et surtout, quand on y...

lire plus
L’adolescence

L’adolescence

Il y a cinq ans, je changeais d’école pour la première fois. J’entrais en cinquième primaire. C’était donc une petite école. Je me suis directement intégré. Après un mois plus ou moins, je me suis mis avec une fille, Mandy. C’est à ce moment-là que mon adolescence allait toquer à ma porte. Tout se passait pour le mieux. Je découvrais les roulages de patins, le touché de fesses, enfin, ces trucs de préados quoi... Il ne s'est rien passé de flagrant pendant pas mal de temps, puis un jour, à une fête, j’ai déconné. Par jalousie je m’en suis pris à elle physiquement. Aujourd’hui encore, je m’en veux. Nous sommes quand même restés ensemble jusqu’en sixième. Un peu avant notre rupture elle m’avait laissé lui toucher la poitrine, mais peu après, elle préféra tout arrêter....

lire plus
Á toi, qui lis ceci.

Á toi, qui lis ceci.

A toi qui lis ceci, Qui cache derrière son sourire ses soucis, Qui aire rire de tout et de rien, Qui n'expose jamais son chagrin. Qui souhaite tellement faire le bien autour de toi, Qui finit par s'oublier, Les gens te déposent tous leurs tracas, Tu écoutes et tu donnes de ton âme pour les aider. Mais à l'intérieur, Cette voix t'appelle, Elle est en pleurs, Tu l'ignore de plus belle. A toi qui aimes l'homme, Qui l'aimes pour sa complexité, Avec ses qualités et ses péchés, Tu sais, cette fameuse pomme. Si tu prenais ce temps que tu offres au monde, Rien que pour toi, Si tu t'écoutais une fois, Si tu fermais les yeux pour ressentir tes ondes. Tu es une personnes admirable et courageuse, Le monde t'admires pour ta patience et ta bienveillance, Tu es légitime de toi...

lire plus
Travailler, c’est ça la vie

Travailler, c’est ça la vie

- Ah lalalala, t'es vraiment une merde. T'es là, tu fais deux dessins par mois, ton fais joujou avec ton logiciel de musique et tu clames que t'es créatif ? Et puis j'ai vu tes dessins, on dirait ma petit cousine qui découvre la motricité de ses bras mais avec un crayon et une feuille. Et ta musique... Enfin, ta « musique électronique assistée par ordinateur comprenant des samples et des synthétiseurs virtuels analogiques » ou je ne sais pas quoi là ! Bah c'est inaudible, avec mon cul je fais plus mélodieux. J'ai vu ta piaule aussi ! Un bordel ! C'est honteux. C'est simple, c'est un mélange entre une poêle sale et un panier de linge sale. Tu veux vivre là-dedans ? Bah tu sais quoi, sincèrement ? Je te connais pas, tu me montres ta poêle à frire de baraque, ben je...

lire plus
Mon combat contre l’anorexie

Mon combat contre l’anorexie

L'anorexie est une maladie qui touche de plus en plus de personne, aussi bien les garçons que les filles. Pour beaucoup de personne, l'anorexie est un physique, or, c'est avant tout une maladie mentale qui nous détruit. Une personne en surpoids peut très bien être anorexique et une personne maigre ne l'est pas forcément. J'ai décidé de vous raconter mon combat. Voilà un an et demi que je suis tombée dans l'anorexie mentale, un an et demi que cette petite voix me hante. Au début, je voulais juste perdre deux-trois kilos pour devenir comme les mannequins sur les réseaux sociaux, pour être mince comme le veut la société. Mais très vite, j'ai perdu le contrôle, plus les chiffres descendaient sur la balance, plus je voulais encore perdre et plus j'étais contente. Depuis...

lire plus
Le regard des autres

Le regard des autres

J'ai toujours eu peur de l'avis des autres. Depuis toute petite, je suis conditionnée à leur plaire. Je suis une femme. La société nous contraint de respecter certains codes, styles vestimentaires, manière de s'exprimer, caractère, corps. Depuis mon plus jeune âge, je suis ronde et j'ai souvent eu des moqueries, pas de modèle à mon image, des régimes forcés par ma famille sans même avoir de troubles du comportement alimentaire. Des surnoms humiliants, la petite grosse de la famille. Si on prend ma situation d'un point de vue externe, ce mot ne devrait pas être péjoratif. Pourtant, il l'est. J'avais les cheveux tirés, bouclés, personne auprès de qui m'identifier. Je n'étais pas une poupée, j'étais sauvage. Peu importe ce que je faisais, je n'étais pas assez...

lire plus
Libre de m’habiller comme je le souhaite

Libre de m’habiller comme je le souhaite

Je trouve que le code vestimentaire, surtout pour les filles, est un problème à l’école. Depuis un siècle, c’est toujours la même chose et je trouve ça ridicule et sexiste. Les garçons ont le droit de porter des shorts, mais pas les femmes. Ils ont le droit de porter des débardeurs, mais les femmes ne peuvent en porter que si les bretelles sont larges. Dans certaines écoles, le maquillage et les bijoux sont autorisés, dans d’autres pas. Dans certaines, il y a un uniforme obligatoire… Dans tous les cas, c’est une limite à notre liberté, à notre expression, à notre identité. Dans tous les cas, c’est souvent plus injuste pour les filles que pour les garçons. Si on ne peut pas s’habiller comme on veut, c’est parce que nos jambes, nos ventres, nos épaules nu·e·s...

lire plus
16 ans et placée en IPPJ

16 ans et placée en IPPJ

J'ai 16 ans, je suis placée en IPPJ. Comment j'en suis arrivée là? Je vais vous le raconter. Tout à commencé avec mon géniteur. Ce gars est un inconnu, je ne sais même pas comment il s'appelle. Il m'a abandonné le jour de ma naissance. Pire, il s'était arrangé avec quelqu'un pour me refiler à quelqu'un d'autre. Ma mère adoptive, elle, a toujours voulu un enfant. Elle a décide de m'adopter. En fait, je suis née au Maroc et ma mère adoptive était en Belgique. Pendant deux, trois ans, j'ai vécu au Maroc pendant que ma future mère adoptive faisait des A/R pour gérer les papiers d'adoptions. Pendant ces années-là, je vivais chez des oncles ou des tantes en attendant. Quand j'étais petite, j'ai toujours eu du mal à m'intégrer. J'ai du très vite me débrouiller seule. En...

lire plus
Il était une fois un petit loup

Il était une fois un petit loup

Il était une fois un petit loup qui habitait dans la forêt avec sa maman. Il était si heureux avec elle. Mais un jour, d'autres loups ont parlé au petit loup. Ils lui ont raconté certaines choses sur sa maman. Le petit loup a alors compris que sa maman lui avait menti durant des années. Le petit loup, en colère, décida de quitter la forêt et de partir loin de sa maman. Rempli de rage, de haine, de colère, de tristesse, il s'en est allé durant la nuit, sans rien dire, en cachette. Plus tard, le petit loup s'est rendu compte de tout l'amour qu'il portait à sa maman, malgré les erreurs qu'elle avait pu commettre. Il voulu revenir mais c'était trop tard. Sa mère était partie au ciel et n'était plus là. Le petit loup, par la force des choses, est devenu un loup...

lire plus
Vivre à l’hôpital

Vivre à l’hôpital

En un mot, vivre à l'hôpital, ce sont des hauts et des bas. Pour moi, il y a des côtés positifs et des négatifs. Je pense qu'il y a cela dans tout ce qui existe. L'hôpital prend soin de toi, tu es ici pour guérir. Mais ce n'est pas parce que tu es à l'hôpital que tout s'arrange et que l'on va mieux juste en marchant droit devant. au contraire, parfois, dans ce genre de moments difficiles, tu dois reparler de choses compliquées et blessantes. On y arrive pas toujours...En même temps, cela serait trop simple : "hop, fini". Certaines périodes, tu as des coups de mou, des difficultés, c'est trop long... Mais le positif dans tout cela? Le positif, c'est les personnes présentes. Elles sont là pour t'aider à comprendre ce qui se passe, à te booster dans des moments de...

lire plus
Plume dans le goudron

Plume dans le goudron

Comment traduire l'absurdité de la vie ? Via des images ? En laissant tourner sa caméra lors d'un métro-boulot-dodo ? A travers des sons ? En enregistrant les cris de politiciens face à leurs richesses parties en fumées ? Il n'existe pas une seule réponse.Pour ma part, je me contente d'écrire. Je ne me fixe aucun but quand j'écris. D'une certaine manière, je pense que mes histoires reflètent la démesure des Hommes. L'amour fou est également un thème qui peut sonner comme « absurde ».Mes textes me soulagent car ils m'apportent zéro réponse.... Je préfère soulever des questions. C'est bien plus intéressant de méditer sur l'absurde que d'imposer des convictions. Nous ne sommes pas des « Divinités en soldes pour Noël ».Ecrire n'a rien d'une torture. L'écrivain choisit...

lire plus
La Drogue

La Drogue

La drogue – Pourquoi vous fumez monsieur ? Ça m'aide. – Comment ça vous aide ? C'est ma façon de tout oublier. Je tiens à préciser : je ne suis pas accro. J'ai déjà réussi à arrêter pendant 1 an et demi. Vous allez me demander « Pourquoi avoir recommencé ? » Ce n'est pas facile de parler de ça car la situation dans laquelle j'étais m'a fait beaucoup de mal... J'ai repris la fumette après une séparation qui m'a fait énormément de mal parce que j'ai subi une trahison. Et cela m'a fait réfléchir à tout, tout le temps. Ça m’énervait et me mettait dans un bad mood. Un jour, j'ai revu un ancien pote et il m'a proposé un joint. Je me suis dit « ça craint, j'ai arrêté », mais il y a ce côté diable qui me dit « Fume, t'es pas bien ». Sur ce point, il avait raison, donc j'ai...

lire plus
Quand je dis qui je suis

Quand je dis qui je suis

Quand je dis qui je suis Quand je dis qui je suis, je dis que je suis une femme, musulmane, d'origine marocaine et lesbienne. Assise devant le groupe de cet atelier, je ne regarde personne quand je l'annonce. Non pas parce que j'ai honte, mais parce que pour moi, « lesbienne » est une information comme une autre. Je suis la dernière à me présenter et personne n'a annoncé son hétérosexualité dans le groupe. Je sens la question du coming-out venir, alors je les devance : « Non, mes parents ne le savent pas. » « Tes parents ne vont pas l'accepter ? » me demande la journaliste du groupe. Je ne sais pas si c'est une question ou une affirmation. Ça m'agace. L'animateur explique le prochain exercice en me prenant pour exemple. Il dit : « Tu as avoué ton homosexualité. » «...

lire plus
Ce corps qui est mien mais ne l’est pas

Ce corps qui est mien mais ne l’est pas

Scan-R a pour objectif de donner la parole à tous les individus, sans différence et discrimination, dans le but de sensibiliser et améliorer le vivre ensemble. Coup de coeur. Un jour, je changerai mon corps. Je suis née fille, mais je suis et j'ai toujours été un garçon. Je n'aime pas ce corps. Ce n'est pas moi. Quand je me regarde dans un miroir, le corps que je vois n'est pas moi. Je dois porter et voir ce corps tous les jours de ma putain de vie. Je le déteste. Pour me sentir mieux, j'ai acheté des vêtements de mec et en plus, je porte un binder pour m'aider à avoir le torse que j'ai toujours rêvé d'avoir. Tous les matins et tous les soirs, j'imagine sur moi le corps de mes rêves, celui qui me donnerait satisfaction en étant torse nu ou en maillot. Pas ce corps...

lire plus
Reconstruction

Reconstruction

Quand j’étais petite, mes parents se disputaient souvent. Un jour, ma mère est partie de la maison et est partie vivre chez mes grands-parents. Elle est partie sans rien dire, je crois qu’elle pleurait. Mon papa avait tout fait pour l’en empêcher, mais elle est partie quand même, sans rien dire, sans prendre avec elle mon frère ou moi. Elle nous avait laissé là, comme ça (même si elle était venue, le lendemain, nous rechercher). Mon papa, après ça, avait fait une grosse crise de colère, il balançait tout par terre (du verre, des photos, etc…). il criait en même temps, moi j’étais debout devant lui, ne sachant pas quoi faire ni quoi dire. En même temps j’avais 4 ans. Maintenant, oui j’ai tout oublié. Tout ce que je sais, c’est qu’il a été tellement agressif avec...

lire plus
Crises d’angoisse

Crises d’angoisse

Au sein d'un Service d'Accrochage Scolaire, Eline est la plus jeune du groupe. Remplie de fragilité, elle se livre pourtant sans tabou, avec courage, pour faire face et raconter un phénomène souvent méconnu : les crises d'angoisse. Je suis fier d'être qui je suis aujourd'hui, malgré toutes les difficultés que j'ai dans la vie. Notamment l'angoisse, qui en fait globalement partie. Toute cette angoisse est arrivée comme cela, d'un coup, en moi. Je n'ai plus su aller à l'école, ni même dans un magasin... Je pleurais, tremblais et criais sur tout le monde. En gros, je ne me sentais pas en sécurité et je ne me maîtrisais plus. Je me sentais différente, même très différente. Mes émotions se mélangeaient et je ne savais plus rien faire. Tout cela m'a fait perdre...

lire plus
A partir de quand peut-on considérer qu’un acte est un viol?

Stop

J’ai envie de partir en vacances en Espagne, vider ma tête de toutes ces pensées négatives. Penser à autre chose que ma juge et mes problèmes. Je ne veux plus continuer dans cette roue infernale sans pouvoir m’arrêter et me dire stop.Tout a commencé il y a un an et demi. Un jour, je me suis retrouvée à l’hôpital Reine Fabiola à Bruxelles suite à une hospitalisation de trois mois. Je revenais d’une fugue d’une semaine. Le lendemain, je vois la police arriver dans l’enceinte de l’hôpital. Je ne m’attendais pas à les voir si vite. Ils rentrent dans ma chambre d’hôpital en me disant « bonjour Aicha police de La Louvière, nous sommes là car le procureur veut que l’on t’entende suite à ta fugue ».Ensuite, une infirmière vient à ma rencontre pour me donner mes affaires...

lire plus
Le chamanisme

Le chamanisme

Aimant l'écriture, Cindy s'est inscrite à un atelier d'écriture Scan-R grâce au collectif "Service Citoyen". Elle nous parle de sa rencontre avec le chamanisme, consciente de devoir rassurer les sceptiques, de manière très personnelle. Au delà de cette planète déchirée, où l'Humain prend part à des combats, qu'ils soient fixés sur les genres, les guerres, les espèces, les libertés, sur une terre où il y a richesses et pauvretés, amour et chagrins d'amours, colères, déceptions, joies et enthousiasme, croyances et indifférences, intelligences et ignorances, gloires et échecs, il y a l'Univers. Des Mondes existent, il y'en a trois. Le monde d'en haut, le monde d'ici, et le monde d'en bas. C'est lors d'une initiation aux méthodes chamaniques que j'ai pu les visiter. Je...

lire plus
Système scolaire, vecteur de stress

Système scolaire, vecteur de stress

Lors d'un atelier organisé en partenariat avec Service Citoyen, Scan-R a rencontré Corentin. Dès les premiers échanges, les premiers exercices, on sent chez Corentin une soif de militantisme et d'espoir pour faire bouger une société figée sur elle-même. Aperçu :  A l'heure où élèves et enseignants se demandent quand finira l'état de crise infligé par le COVID-19, où il devient difficile de suivre continuellement les nouvelles mesures prises par le gouvernement, la question de la santé mentale semble être, plus que jamais, au centre des débats. Cette même santé mentale qui était trop peu souvent questionnée dans le quotidien des acteurs de l'enseignement devient cruciale. Faut-il uniquement se contenter de limiter les dégâts pour les mois à venir ? Ou doit-on...

lire plus
Le Koala solitaire

Le Koala solitaire

Il était une fois un koala qui vivait dans un arbre gigantesque. Il se baladait toujours seul, pensif, à l’écart. Il était très solitaire. Il avait énormément d’amis, mais il préférait la solitude. Surement était-ce lié à son enfance, sans la présence de son père. Un mal pour un bien, se dit-il aujourd’hui. Grâce à cette absence, il a appris à se débrouiller seul, à devenir plus grand, plus fort, plus mature que jamais. Depuis le départ de son père, le petit koala devenu grand, s’est toujours promis de tout réussi dans la vie, malgré ses galères.Auteur : Abdel, 21 ans, Schaerbeek Cet article a été écrit lors d’un atelier Scan-R Et d'autres histoire à conter Média d'expressions Individuelle et collective Destiné aux jeunes En Fédération Wallonie Bruxelles Scan-R est...

lire plus
J’ai toujours eu peur de la mort

Le futur sans papier

Entre désillusion, solitude et espoir, Fatime nous raconte son voyage, du Maroc à la Belgique, en passant par la Roumanie, en quête d'un meilleur avenir... Je m’appelle Fatime, je suis d’origine marocaine. Je suis musulmane. Je suis en Belgique depuis 8 mois. Je suis venue chercher ici l’éducation et la formation. C’est l’année dernière que j’ai pris la grande décision de quitter le Maroc. Il n’y avait pas de perspective pour moi. J’ai décidé de quitter ma maison, mon pays, mes parents, mes amis, ma famille. C’était la décision la plus difficile de ma vie. Mais c’était la bonne décision. J’ai d’abord obtenu un visa d’étude en Roumanie. J’y ai vécu trois mois mais le système scolaire et la culture n’étaient pas bon pour moi. J’ai alors décidé de tenter ma chance en...

lire plus
Le bonheur

Le bonheur

Le bonheur, c’est le confort dans la vie.  Le bonheur, c’est le respect et l’amour.  Le bonheur, c’est un sentiment qui nous fait aimer la vie.  Le bonheur, c’est la famille.  Le bonheur, c’est le câlin que ta maman te donne.  Le bonheur est une sensation qui nous donne l’impression de mériter de vivre.  Je suis venue en Belgique en 2014, à 13 ans, avec ma famille. Je suis venue car j’habitais gaza. La vie était difficile là-bas. Il n’y avait pas de travail pour mon père. Nous sommes une grande famille de sept personnes, il fallait bien nous nourrir. C’était la bonne décision. Il fallait partir. Nous avons pris l’avion d’Egypte pour la Belgique. Pourquoi venir ici? Simplement pour vivre la vie que ma famille et moi voulions. Maintenant, mon père travaille. Mon...

lire plus
Fuir la guerre

Fuir la guerre

Sabreen, réfugiée palestinienne nous parle de son exil à travers son texte, rempli de résilience et d'espoir. Je m’appelle Sabreen. Je suis palestinienne. Je suis arrivé en Belgique en 2019, déjà trois ans...Dans mon pays, la guerre m’a forcé à partir. Une guerre sans fin... Beaucoup de gens autour de moi sont morts. Cette abondance de sang et de destructions m’a poussé à quitter ma maison, mon foyer. J’avais peur pour mes enfants. En Belgique, j’ai trouvé la paix. J’habite dans un endroit confortable, il n’y a pas de guerre, il n’y a pas de sang. Je n’entends pas les fusées, les avions, je n’entends pas les morts. Les gens en Belgique sont gentils, sympas. La nature est belle. Je veux que mes enfants apprennent et deviennent médecins. Je veux moi-même apprendre et...

lire plus
Refus d’être dans une case

Refus d’être dans une case

Il est interpellant de constater que l'orientation sexuelle est un thème extrêmement présent dans les textes écrits lors de nos ateliers. Comment se fait-il que notre société impose par son fonctionnement le silence ou la honte d'être différent? Pourquoi est-ce qu'elle nous impose de rentrer dans des cases? Je suis bi. Je l’ai su vers l’âge de 15 ans. Personne de mon entourage ne le sait. Une seule personne est au courant. J’ai bien voulu lui dire car elle est aussi bisexuelle. Donc elle ne m’aurait pas tourné le dos. Je ne préfère pas en parler à ma famille car j’ai peur qu’ils n’acceptent pas mon orientation sexuelle. Puisque je suis une fille adolescente, je me suis posé des questions il n’y a pas longtemps. Par exemple, est-ce que je pourrais tomber amoureuse...

lire plus
Lettre à moi-même

Lettre à moi-même

Lorsque l'on a des rêves, des objectifs, difficile, à 23 ans, de savoir si l'on est sur le bon chemin. Et si notre nous futur nous aidait à faire les bons choix et à se poser les bonnes questions?  Hey toi, c’est moi. Toi dans quelques années. Tu as de grands projets au sein de l’armée. Tu souhaites devenir para commando voir même intégrer les forces spéciales. J’espère que tu finiras par accomplir ce défi, cette passion qui te prend à cœur depuis des années. N’oublie pas qui tu es. Tu te définis comme étant empathique, sans préjugé. Mais si tu rédiges ce texte, c’est à cause d’une personne qui s’exprimait avec des propos fermés sur certaines cultures et qui affirmait que s’il pensait comme cela, c’était le résultat d’un endoctrinement de l’armée. Est-ce par...

lire plus
Le petit garçon qui rêvait d’être écrivain

Le petit garçon qui rêvait d’être écrivain

Il est parfois des écrits qui raconte l'écriture. C'est le cadeau que nous offre Gianni, qui nous parle de sa rencontre avec la plume, son trajet, ses espoirs... Je vais vous raconter l’histoire d’un petit garçon rêveur. Tout commence lorsqu’il entre en école primaire. Il apprend à lire et entame ses premiers livres. Ce qui était au départ pour passer le temps est devenu une véritable passion. Moka, Jonathan Stroud, tant d’écrivains qui lui servaient de modèle. Le petit garçon n’était pas comme les autres, avec des super-héros comme modèle. C’était bien les écrivains qu’il idolâtrait, des êtres humains comme lui qui lui avaient transmis cette passion ardente pour l’écriture. Il a d’abord commencé par lire ses histoires aux maternels. Il écrivait des pages et des...

lire plus
L’anticonformisme

L’anticonformisme

Dès le plus jeune âge, j'ai été confrontée à une vie hors du commun. J'essayais de m'intégrer et de me plaire n'importe où, mais je n'y arrivais pas. Tout ce je pouvais faire c'étais comprendre les gens, les soutenir quand ils le voulaient et/ou quand ils en avaient besoin. En revanche, je n'avais personne pour me soutenir. Je n'ai malheureusement pas eu de chance au début de ma vie, entre ma naissance et mes 13 ans. Je n'avais pas de gens qui m'entouraient en se souciant de mon intérêt. Tout ça a influencé et influence encore ma vie, ma vision du monde, ma personne.C'est là que j'introduis ce mot : l'anticonformisme.J'ai appris ce terme il y a à peine deux mois, mais je l'avais en moi depuis longtemps. Pas seulement à cause du manque de soutien des personnes que...

lire plus
Mon arrivée en Belgique

La timidité

La timidité est en moi depuis toujours. Ça ne me dérangeait pas tant que ça quand j'étais plus jeune, au contraire. C'était plutôt un confort. Je me disais « c'est cool, personne ne vient vers moi, je suis tranquille dans mon coin, et même les profs ne me sollicitent que rarement. » En bref, je restais dans ma zone de confort, j'y étais bien et je ne voyais pas les conséquences que ça pourrait avoir sur moi plus tard. Depuis que je suis tout petit, je suis très discret et j'ai jamais eu de vraie amitié. Sauf en primaire, quand j'avais 7 ans. J'ai rencontré deux amis. Je ne sais pas pourquoi, c'était très spécial entre nous trois. Tout de suite, nous sommes restés tous les trois et ça a duré toutes nos primaires. Ensuite, nous avons continué en secondaires jusqu'en...

lire plus
La peur de l’échec

La pression scolaire

Dans quelle mesure la pression scolaire peut-elle nous atteindre en tant qu'adolescent ? En ce qui me concerne, elle a chamboulé ma vie. J'aurais même pu dire qu'elle l'a ruinée, mais aujourd'hui je vois ça comme une leçon. La pression scolaire vient de tous les côtés : les parents, les amis, les professeurs et soi-même. On s'oppresse mutuellement sans s'en rendre compte et sans être mal intentionné. Aujourd'hui, la majorité des gens pense que la réussite scolaire débauche forcément sur la réussite de la vie. Peut-être que c'est le cas, peut-être pas... Ça dépend de chacun. Chaque être humain a sa propre vision du monde, pourtant on nous réduit à des cerveaux sur pattes. La pression peut parfois être tellement forte qu'elle nous conduit à devenir la pire version de...

lire plus
Plume dans le goudron

L’inconfort d’écrire

L'inconfort d'écrire Ecrire, c'est très inconfortable pour moi. Ça me stresse, je me sens sous pression, de devoir terminer rapidement un texte alors que j'écris lentement. Je suis très exigent envers moi-même. Je verrai chaque petite erreur comme une catastrophe. Je vais me juger au point de ne plus avoir envie d'écrire. Pour certain, c'est facile, pour moi c'est un défi. Du moins, quand on me l'impose. En revanche, quand je le fais volontairement, je me sens libre. Je ne ressens plus cette pression d'écrire vite, d'éviter toute faute, d'écrire de manière lisible pour les autres. Généralement, quand je me mets à écrire de moi-même, c'est pour me vider l'esprit. Je pose sur le papier tout ce qui pèse lourd sur mon coeur. Ça me vide, mais pas dans le mauvais sens du...

lire plus
Être seule, ce n’est pas se sentir seule

Être seule, ce n’est pas se sentir seule

Être seule, ce n'est pas se sentir seule J'avais tendance à penser que la solitude était forcément associée au sentiment de solitude. Mais plus le temps passe, plus je réalise la différence. J'adore être seule. Ça me permet de ne penser qu'à moi, de ne pas m'inquiéter de ce que les autres attendent que je fasse ou dise, je peux me comporter comme je l'entends. Je me souviens avoir eu honte de manger seule, alors qu'aujourd'hui je n'imagine plus passer une semaine complète en compagnie de quelqu'un d'autre. Avant d'en arriver là, j'ai beaucoup souffert de solitude. J'étais ce qu'on peut appeler un mouton noir à l'école et parfois en famille. J'ai souvent été mise à l'écart, au point de créer en moi une angoisse : j'avais peur d'être seule. Et puis j'ai commencé à...

lire plus
Exorcisée

Exorcisée

Exorcisée Le mot « sorcière » est encore très tabou dans mon entourage et plus globalement dans le mon arabe et nord-africain. Pourtant, avant que l'Afrique du Nord ne soit colonisée par les Arabes islamiques, la sorcellerie était une pratique très répandue et totalement acceptée. Bien sûr, le terme « sorcellerie » est très large, mais ce qui était pratiqué avant la conquête arabo-musulmane faisait bel et bien partie de cette catégorie de magie. Aujourd’hui, dans le monde occidental, la sorcellerie est plutôt considérée comme une pratique stupide ou moyenâgeuse. Résultat : mes croyances et mes pratiques sont souvent moquées. Si je disais à un blanc que j'utilise du sang de mouton dans des rituels, il me prendrait tout simplement pour une barbare tarée. C'est un...

lire plus
Mon enfer, c’est moi!

Musulmane et lesbienne, j’ai peur.

J’ai 13 ans, je suis musulmane et lesbienne et j’ai peur. J’ai peur de me faire rejeter par ma famille, mes amis, pour qui je suis vraiment. J’ai peur de ne pas pouvoir me marier ou avoir d’enfants avec ma partenaire. J’ai peur de me cacher toute ma vie et de vivre une vie qui ne me correspond pas. Alors, je vais me battre. Je vais me battre pour mes droits et pour les droits de plein d’humains qui voudraient vivre heureux. J’espère que ma famille, mes amis, ma génération se battra. J’espère que dans quelques décennies, deux hommes, deux femmes pourront s’embrasser dans la rue. J’espère que les personnes transgenres, etc. soient acceptés. Merci à toutes les personnes qui ont du pouvoir d’avoir légalisé le mariage pour tous, la PMA pour tous, et d’avoir rendu plein...

lire plus
Et toi, tu aimes quoi?

Et toi, tu aimes quoi?

Eline nous parle de ses blocages, de ses masques, de sa cape d'invisibilité à certains moments. Et toi, tu aimes quoi? Aujourd'hui, c’est un atelier d’écriture. J’ai déjà mes pensées qui partent dans tous les sens. Puis, on me dit “écris ce que tu penses”. Et là, je n’ai plus rien qui vient. C’est comme un blocage, une page blanche, un trou vide très profond. Dès qu’on me demande de parler de moi, il n’y a rien qui vient. Il n’y a rien qui sort. Au fond, je ne sais pas qui je suis ou bien je me le cache à moi-même. Dans une classe, tu as souvent le footballeur, le fan de manga, l’humoriste, le mec populaire, celle qui veut changer le monde et puis tu as moi. Même la prof’ m’oublie quand elle prend les présences. Beaucoup de personnes ont une vie complète, bien...

lire plus
Troupeau de moutons

Troupeau de moutons

Matéo, du haut de ses 15 ans, est franc, droit, et sûr de lui. Pour lui, hors de question de mettre un masque dans sa vie. Il souhaite être lui-même, peu importe les conséquences. Troupeau de moutons Pour moi, une grande partie des gens sont des moutons, qui suivent le troupeau tout au long de leur vie. Ils veulent faire comme tout le monde, s'habiller pareil, parler pareil et même agir face au monde comme tous les autres. Les gens veulent absolument rentrer dans la norme des autres par peur du rejet, des critiques, d'être jugé et par peur du regard des autres. Les gens ont peur de ce qui est différent, qui ne rentre pas dans la norme. Je ne comprends pas. Pour moi, être différent, c'est être spécial, tu créés ta différence, ce que les autres n'ont pas. Est-ce que...

lire plus
La solitude

La solitude

La solitude. Un sentiment, une réalité. Quand tu es seul, tu es libre, tu peux faire ce que tu veux. Mais au fond de toi, tu ressens de la tristesse que tu te caches, que tu essaies d’enfuir au fond de toi. La solitude peut être positive comme négative. Elle est positive si tu aimes être seul. Elle est négative quand tu te forces à être seul car tu es rejeté de tout le monde. Ce rejet créé de la tristesse, de la peur, peur que cela ne change jamais, peur du regard des autres. Tu peux être heureux, aimé de tous puis le lendemain tu es rejeté, ignoré. Tu t’isoles, tu manges moins, tu pleures, tu t’habilles avec des couleurs noires. Mon conseil pour être moins triste : il faut se servir de ses passions, de ses hobbits. Ce que j’aimerai dire aux autres, c’est pourquoi?...

lire plus
Sexualisation des lesbiennes

Sexualisation des lesbiennes

Engagée et affirmée, Annah tente de sensibiliser, de faire comprendre. Pour elle, la réduction de l'amour lesbien est vécu comme une souffrance, comme une délégitimation de ses sentiments. C’est fatigant d’être un objet. On n'a pas la place ni pour s’exprimer, ni pour penser. Nous ne sommes plus considérés comme une personne mais comme un fantasme. Notre amour ne nous appartient plus. Il appartient à leur regard, à leur désir et à leur sexe. Penser que deux femmes qui s’aiment appartiennent à n’importe quel homme, c’est rendre notre histoire futile. Demander à un couple lesbien un plan à 3, c’est nier leur amour. C’est réduire notre orientation sexuelle à une catégorie porno. On parle très peu de la sexualisation des lesbiennes. Pourtant, je peux vous dire qu’elle...

lire plus
Il était une fois un petit serpent

Il était une fois un petit serpent

Il était une fois un petit serpent qui venait de changer d’école et de terrier. Il n’était pas très fort ni très intelligent. Il ne supportait pas de parler de ses problèmes à son entourage. Ses parents, même en se doutant de quelque chose, ne savaient jamais de quoi il retournait. Un pitbull ennuyait souvent le serpent, le frappait parfois, l’humiliait souvent. Peut-être était-ce parce qu’il était différent ? Parce qu’il aimait lire ? Il ne l’a jamais su. Personne n’allait à l’encontre du pitbull de peur de représailles. Le petit serpent se dit alors que pour ne pas être embêté, il fallait lui-même embêter les autres, être l'harceleur et plus l'harcelé, devenir un pitbull. Plusieurs années plus tard, le serpent a toujours honte de lui et regrette cette décision,...

lire plus
Le chamanisme

Il était une fois un oiseau

Il était une fois un oiseau qui vivait et volait en groupe, avec sa famille. Depuis tout petit, il suivait sa famille et volait dans le même sens, sans poser de questions. On lui disait “fait comme ci, sois comme ça, vole avec nous”. Il le faisait sans trop réfléchir. Puis, un jour, il en a eu marre et voulait voler dans l’autre sens. L’oiseau est parti du groupe. Pour lui, ce n’était pas juste, cela n’avait plus de sens. Une fois parti sans l’approbation de sa famille, l’oiseau tomba et retomba mais appris pour la première fois à voler seul. Des fois, la solitude était pesante. Avait-il réellement fait le bon choix ? Il croisa d’autres groupes d’oiseaux. “Mais pourquoi voles-tu seul” lui demandaient-ils. “Tu as énormément de chance d’avoir une famille”. “Pour être...

lire plus
Il était une fois un chat domestique

Il était une fois un chat domestique

Il était une fois, au bord de la forêt, un petit chat domestique. Ce chat, qui était dans une famille très riche, avait envie de découvrir le monde et d’affronter ses peurs. Alors, une nuit, il est sorti en cachette. Il savait qu’en partant, il ferait beaucoup de peine à sa famille. Mais pour une fois, il a pensé à lui en priorité. Il se trouvait donc là, au bord d’un monde dont il ne savait rien. Après des années de confort, il allait se lancer dans une vie totalement sauvage. En lui, la peur et l’excitation se mélangeaient et lui donnaient la nausée. Malgré cette sensation, il se lança dans ce monde mystérieux. Ce qui le frappa en premier, c’était toutes ces odeurs inconnues qui se bousculaient dans ses narines. Des odeurs pleines de liberté.Auteur : Annah, 15...

lire plus
Le bonheur

Le développement personnel

Pour Houda, la vie n'a pas toujours été facile. Au lieu de se laisser aller, elle a décidé de trouver la force d'avancer via le concept de développement personnel. Elle nous en parle et conseille ceux ayant le besoin d'affronter, comme elle, les échecs. Je vais vous parler du développement personnel. Cette chose qui m’a beaucoup aidé durant certaines épreuves. Il y a un texte que j’ai écrit sur mon téléphone qui m’a permis de me vider. Il y a eu des moments dans ma vie où je me suis senti seule. Je me refermais sans cesse. Cela date d’il y a à peu près deux ans, où tout a été chamboulé dans ma vie avec des histoires de famille et à l’école. J’ai donc pensé au suicide mais j’ai repris mes esprits sur le moment même. Heureusement que le concept de développement...

lire plus
L’absence d’amour

L’absence d’amour

Lorsque l'on croise Simon, nous sommes tout de suite surpris par sa maturité. Que ce soit via sa façon d'être ou d'écrire, Simon nous fait deviner son immense vécu pour un jeune homme de 17 ans. Je ne crois pas en l’amour. De par mon vécu, j’ai eu la preuve que personne n’aime. Que ce soit mes proches ou pas, toute action est intéressée: celui qui donne attend forcément en retour. Quand ce n’est pas le cas, alors, la personne te veut du mal. Même l’amour au sens stricte est faux. L’amour entre deux personnes se base sur des choses superficielle: la beauté extérieure, le statut social, la personnalité de façade. J’ai eu l’expérience que tout le monde finit par te trahir, enfant, parents, famille, amis, conjoint, collègues. Tout le monde a des objectifs et si nos...

lire plus
Il était une fois

Il était une fois

  Vivre dans un hôpital à 12 ans, c'est parfois difficile à raconte-r. Alors, parfois, le conte métaphorique permet de prendre de la hauteur...   Il était une fois un chat qui vivait dans un hôpital. Et oui, c’est spécial un hôpital comme habitat pour un chat, mais c’était bel et bien le cas. En vérité, il vivait plutôt dans la rue – libre et heureux – mais malheureusement ce chat a eu une maladie et a dû aller à l’hôpital. La période de sa vie que je vais raconter se déroule donc à l’hôpital. Lui qui avait toujours été libre et heureux était devenu triste et renfermé sur lui-même dans ce lieu. Mal dans sa peau certainement. Mais un jour, il eut comme un déclic. Une phrase résonnait dans sa tête : je veux sortir d’ici et me sentir délivré. Pour ça, il allait...

lire plus
Humanité, on fait le bilan

Humanité, on fait le bilan

Le bilan que Christophe nous propose est, au mieux, alarmant. Il le résume comme ceci : une société malade, une terre malade, un monde malade, des gens malades… un système à changer … Bonne année ? Année 2021, un virus qui nous prive de toute humanité… 2021, c’est l’année des restrictions, des interdits, des injustices… 2021 c’est aussi la fin des ressources naturelles, l’année des inondations, une nouvelle année de surproduction, des inégalités … Les jeunes grandissent, s’éduquent dans une société, un système pourri. Pour moi, au menu c’est la concurrence, la compétition, la violence, la précarité, les inégalités… Qu’est-ce qu’on offre à nos jeunes comme avenir ? Qu’est-ce qu’on m’offre comme avenir ? Suis-je une marionette ? Est-ce les jeunes sont acteurs de...

lire plus
L’absence d’amour

Parents ou copain, j’ai dû choisir.

Il y a des questions et des réponses terribles qui peuvent bouleverser une vie, changer la trajectoire d’une personne. Daphné nous emmène dans les difficiles traces de ses pas. L’impossible choix À la base, mes parents sont contre la relation que j’entretiens avec mon copain et ce qui est dramatique, c’est que j’ai dû choisir. J’ai choisi mon gars plutôt que mes parents. Maintenant, il est trop tard pour revenir en arrière, pour retourner dans le passé. Si c’était possible, je le ferais, je resterais plutôt avec mes parents… Les parents on sait qu’on les a pour la vie, le chéri on sait que ça peut changer. Pour le moment, je me fais aider pour essayer de retourner vers mes parents. J’ai l’impression que j’ai tout perdu. La seule solution que je vois pour le moment,...

lire plus
Adultes et argent… Contre la jeunesse ?

Adultes et argent… Contre la jeunesse ?

La jeunesse serait-elle prisonnière des stéréotypes et des décisions, bonnes ou mauvaises, des adultes ? C’est un peu le sentiment d’Habiba. Elle se sent contestée et mise à l’écart alors que … Pour moi, les adultes pensent que les jeunes ne peuvent pas faire certaines choses eux-mêmes ou penser à des sujets sensibles. Pour moi, ce n’est pas tout à fait ça : notre génération est plus tolérante que celle d’avant. Nous acceptons plus facilement les choses qui, auparavant, étaient critiquées. Certains adultes ne nous font pas confiance, elles ou ils ont vu des jeunes faire des erreurs et là, c’est terminé. Maintenant, les adultes généralisent et pensent qu’ils et elles ne peuvent plus faire confiance au moindre jeune. Pour moi, dans la société actuelle, l’argent et...

lire plus
La jeunesse est perdue ?

La jeunesse est perdue ?

Perdue ou oubliée la jeunesse ? C’est peut-être bien l’avis de Bilal. Comment faire en sorte qu’elle retrouve un chemin ? Lui foutre la paix et oublier la pression ! Pour moi, la jeunesse n’est pas perdue. Les personnes qui le disent sont plus âgées. Je trouve assez culotté qu’on nous dise qu’on ne fait pas ce qu’il faut alors que les responsables de notre situation sont aussi ceux et celles qui nous ont mis dans cette situation ! Le gouvernement nous met énormément de la pression tout le temps, il nous forme à être des étudiant·e·s modèles et parfait·e·s. Tout cela sans se demander si ces décisions ou réformes, ne nous affectent pas ? Est-ce qu’on a déjà oublié l’année « hybride » ?Aujourd’hui encore, cette année hybride nous touche. Ces mois passés en mode...

lire plus
Où est passée ma liberté ?

Où est passée ma liberté ?

Pour Aminata, être jeune en 2021, ce serait se sentir libre. Libre de faire un choix d’études. Libre de se sentir éloignée de toutes les responsabilités liées à la vie d’adulte. Libre d’imaginer presque l’entièreté de sa vie. Libre de s’affranchir des diktats des « vieux ». Ce serait tant de choses … Comment est-ce qu’elle voit, comment est-ce qu’elle vit tout cela ? Où est passée ma liberté ? Moi, je ne me sens pas libre. Je suis prisonnière d’une situation économique qui me dira si oui non j’ai le droit de partir faire un voyage pour relâcher la pression entre le secondaire et les études supérieures. Prisonnière d’une situation économique qui me dira si oui ou non je peux obtenir un kot et partir en Erasmus. Prisonnière d’une situation économique qui me dira si...

lire plus
L’argent fait le malheur

L’argent fait le malheur

Parmi les questions qui occupent l’esprit des jeunes, comme celui de probablement tout le monde, celle qui concerne l’argent est centrale. Antoine n’en veut pas plus que ce qui est nécessaire mais d’après lui, on pourrait aussi faire sans - ou avec moins - tout en continuant à se faire plaisir Important pas indispensable Posséder un tas de pognon et vivre dans le grand luxe ? Ce n’est pas une nécessité. Ce qui fait mon plus grand bonheur, ce sont mes ami·e·s, ma famille, mon copain, mais je pense aussi que l’argent contribue un peu à mon bonheur. J’aime voyager, manger, vivre dans le confort et pour cela, il faut de l’argent. Cependant, je pense que je saurais tout de même m’en passer et me recentrer sur d’autres aspects : me balader en forêt, profiter de la...

lire plus
Société injuste!

Révolté

Le texte d’Alexandre sent le pavé et la révolte …. La question qu’il pose tient en quelques mots : qu’est-ce qu’on attend pour jeter des cailloux partout … ? Il est temps de changer Je suis révolté. Révolté par un système à bout de souffle. Ces dernières années, nous avons survolé une série de problématiques toutes plus alarmantes les unes que les autres, plus le temps avance, plus l’avenir qui se dessine est incertain. Pour ne citer que quelques éléments, je voudrais parler du réchauffement climatique et de la transition écologique. Pour moi, nous ne prenons pas les mesures drastiques nécessaires et allons arriver à un point de non-retour. Il est temps de sensibiliser massivement et de couper la consommation en économisant l’énergie, etc… Quand il n’y en a plus …...

lire plus
Je trouve du sens à me lever le matin

Je trouve du sens à me lever le matin

Souvent, quand elle ouvre les yeux le matin, la beauté de la nature, le chant des oiseaux incite Manuella à observer la richesse que le monde lui offre. Quelques secondes plus tard, elle se rappelle toutes les injustices commises, au moment même, aux quatre coins du monde. A priori, son unique envie est de se rendormir et d’oublier la société injuste dans laquelle elle vit et pourtant … Pourtant … Je parviens tout de même à me lever et je tente, dans la mesure du possible, de me battre quotidiennement contre les inégalités. Je n’ai aucunement la prétention de dire que je suis « une vraie guerrière » qui lutte et change radicalement son mode de vie. Loin de là, mes efforts sont extrêmement minimes. Avec le temps, je pense qu’une transition complète s’opèrera. En...

lire plus
Système scolaire, vecteur de stress

L’école nous prépare-t-elle à l’avenir ?

Depuis qu’elle n’est plus à la crèche, Sarah va à l’école. Son expérience sur ce lieu de travail, un peu particulier, est déjà longue et son message est légitime. Elle pose un regard à la fois concret et un peu désabusé sur ce qui se passe sur les bancs… Une préparation au futur L’école est souvent source de problèmes pour les jeunes. Personnellement, je trouve que l’école ne nous prépare pas assez à l’avenir. Pour ma part, le système scolaire n’est pas au point. C’est dans ce cadre que je vais vous parler de l’école secondaire, pour moi, c’est durant ces années que les jeunes doivent être préparés à l’avenir. C’est à ce moment-là que se forge le caractère des jeunes. Et je pense que le secondaire pose pas mal de problèmes. Se soumettre ou rien Voyons mon...

lire plus
Rage against the machine

Mon pays fait le bien de ses citoyen·ne·s ?

Trouver du sens, quelque chose qui ne change pas, ne varie, un point sur lequel tout le monde pourrait être d’accord … Est-ce que c’est possible dans le royaume ? Corentin n’est pas sûr du tout de tout cela pourtant l’état d’urgence est devenu permanent. Une histoire humaine Dans les différents endroits où on retrouve des gens, autrement dit et à peu de chose près, partout… c’est un toujours un peu la même histoire, il est assez difficile de déterminer - avec certitude - qui, quel·le politique, quel gouvernement a un impact direct sur la vie des citoyen·ne·s. Le système fédéral belge est à ce point compliqué que prendre certaines décisions, ou du moins tenter de résoudre certains problèmes quand la situation l’exige, semble être d’une grande complexité. Parfois,...

lire plus
Fleurir l’humanité

Envie d’un autre monde

Antoine se pose bien des questions et quand il s’interroge, ce n’est pas pour savoir si c’est de la cannelle ou de la muscade qu’on doit mettre dans la compote de pommes … Quand il s’interroge, c’est sur ses actions, son parcours, son identité… “Le plus important est de ne pas arrêter de poser des questions.” Antoine serait-il d’accord avec cette citation d’Albert Einstein ? Probablement ! Bizarre vous avez dit bizarre ? Qui ne s’est jamais senti bizarre, décalé, largué ? De nombreuses situations nous font entrer dans une démarche de questionnement de notre comportement, de nos paroles. Est-ce que j’ai utilisé les bonnes paroles ? Est-ce que l’action que je viens de réaliser n’était pas totalement inappropriée ? Que pensent les autres de moi ? Suis-je normal ? Ou...

lire plus
L’école dans mon monde idéal

Étudier encore !

Michel a un métier et bientôt, il devra peut-être en changer. Son taf ? Se laver le matin, assister à des exposés, réfléchir au contenu qu’on lui propose, se faire une opinion, synthétiser, retenir, … bref, il doit apprendre ! Autrement dit, il est étudiant ! D’ici peu, son quotidien changera, est-ce qu’il est prêt pour le métro-boulot-dodo ? Je suis arrivé à un moment charnière dans ma vie. Ce moment tant attendu par certains et nettement moins par d’autres. Je pense que je fais plutôt partie de ce second groupe. Je suis actuellement en dernière année de mes études supérieures voir mon dernier mois ! L’année prochaine, je suis censé travailler ce qui me fait peur étant donné que j’aime ma vie actuelle d’étudiant. J’aime ma vie actuelle, sans compte à rendre, sans...

lire plus
Etre une fille en 2022

J’ai besoin d’évacuer

À l’inverse du fameux Titanic, Robbie n’a pas sombré. Les obstacles qu’il a dû affronter, ce ne sont ni les icebergs ni le froid mais la maladie et la solitude. Malgré toutes ces difficultés, il garde la tête haute et de l’avenir en réserve ! Tout seul Je trouve que la vie, ma vie, est injuste. Je pense être quelqu’un de bien et ne pas mériter tout ce qui m’arrive. J’ai grandi dans une famille maltraitante. À 15 ans, à cause d’une nouvelle et fréquente violence, je suis parti de chez moi. À 21 ans, j’ai eu mon premier cancer et un second mois quelques mois après. Je n’ai pas de famille, ni d’argent. Ce que j’ai, ce sont quelques potes. Il n’empêche que je suis hyper seul alors que je suis dans une tranche d’âge ou je suis censé le plus m’amuser. J’en ai marre de ne...

lire plus
Voir la beauté

Voir la beauté

Pour Emma, ce n’est pas facile tous les matins. Comment accepter que la société, ou une partie de la société, nous impose des normes physiques, esthétiques impossibles à suivre. Cette différence entre ce qu’elle est et ce qu’elle pense que la communauté lui suggère vivement d’être est une source de stress. De la chenille au papillon Le bien-être, c’est s’accepter telle que l’on est, tout cela sans oublier ses défauts, sans oublier qu’il faut être modeste, se comprendre et être heureux ou heureuse de ce qu’on a, de ce qu’on est. C’est un peu le parcours du papillon : commencer chenille, parcourir un long chemin avant de pouvoir s’envoler. À aucun moment ce papillon ne prend conscience de son envol gracieux ou de ses éclatantes couleurs ! Nous sommes des papillons...

lire plus
Parler à un psy est encore tabou

Parler à un psy est encore tabou

Avoir des problèmes, le reconnaitre, essayer de trouver des solutions … C’est pas forcément simple. Accepter de l’aide d’un professionnel, c’est parfois compliqué aussi. Au bout du compte, l’expérience de Thomas est concluante ! Consulter un psy Dire qu’on parle à un psy est encore tabou, surtout quand on est jeune. C’est difficile d’admettre qu’on a besoin de quelqu’un d’extérieur pour résoudre les “problèmes” ou les difficultés qu’on traverse. Pour moi, décider d’aller voir un psy a été un peu comme un aveu de faiblesse voire une honte. C’est d’ailleurs pour ça que beaucoup de gens que je côtoie ne savent même pas que j’ai eu cette période “compliquée” et encore moins que je suis allé chez un psychologue. Même mes parents ignorent toujours que je suis allé...

lire plus
Je suis fatiguée

Je suis fatiguée

Comment se fait-il qu’en 2021, nous ne soyons pas plus loin dans le respect des différences, des spécificités de chacune et de chacun ? Qu’est-ce donc que ces histoires de racismes et d’intolérance qui sont encore et toujours à la une ? Infériorité ? Je ne comprends pas pourquoi aujourd’hui encore, il y a de telles inégalités dans le monde, de telles distances entre les personnes. La différence est pourtant si belle. Comment expliquer que, chez certaines personnes, les mentalités n’ont pas évolué. La différence est tellement intéressante et puis, si on était tous et toutes identiques, on se ferait vraiment chier. Comment peut-on penser que les noirs, les arabes, les juifs, les femmes, les pauvres, les handicapés sont inférieur·e·s … Comment peut on penser que tout...

lire plus
Je suis bizarre

Je suis bizarre

Est-ce qu’on doit forcément rentrer dans une case, porter une étiquette, rentrer dans un tiroir précis ? Est-ce qu’on ne peut pas être l’un et l’être plutôt que l’un ou l’autre ? Voici quelques-unes des questions que se et nous passe Soiga. Bizarre ? Personnellement, je me suis souvent dit que j’étais bizarre. Pour se dire cela, il faut se comparer aux autres. Le contraire de bizarre, c’est normal. Normal, ça veut dire quoi ? À quel moment la normalité existe-t-elle ? Rien n’est normal ou bizarre, ce ne sont que des actes humains ! Comment peut-on qualifier une personne s’il n’y a que deux critères “normal” ou “bizarre” ? De mon point de vue, il ne devrait pas y avoir deux cases mais des milliards ! Arrêtez de juger ! Quand je dis que je suis bizarre, c’est par...

lire plus
The Quest

Mon bégaiement, mon futur

Sidra est Syrienne. Il y a quelques années déjà, avec sa famille, elle est arrivée en Belgique. Elle accorde une très grande importance et le tout se passe plutôt très bien mais il y a un problème, quand elle angoisse, quand elle est dans une situation de stress, elle bégaye. Un stress sans fin J’aimerais vous parler de la réussite scolaire. Pourquoi ? Parce que j’ai envie de réussir mes années d’école et que c’est quelque chose de très important pour moi. Quand j’étais en 6ème primaire, on avait souvent des projets oraux à l’école. Je ne voulais pas y participer : je bégaye. C’est un problème important pour moi. J’adore lire mais si je dois le faire devant le tableau en classe, je bégaye. Alors, je ne veux pas lire devant tout le monde. C’est la même chose lorsque...

lire plus
Alien, l’étrange étranger

Alien, l’étrange étranger

Petit détour par wikipédia pour trouver une définition du mot “Alien” : [a.ljɛn] est un terme anglais issu de l'ancien français signifiant « étranger » au sens large (ce mot a toujours ce sens, notamment en anglais américain, où un immigrant étranger par exemple peut être désigné comme alien). En français, le mot a pris aujourd'hui le sens restreint d'extraterrestre (nom et adjectif).... En gros, l’alien, c’est l’étranger. Cette petite précision apportée, découvrons le texte de Jonathan ! Dans la fiction Il existe beaucoup de jeux vidéos, livres ou encore des films qui parlent de l’espace. Je pense que c’est parce qu’on ne sait presque rien de ce qui se passe au-dessus de nous. On ne sait pas trop bien ce qu’il se passe dans l’espace et donc, c’est plus facile de...

lire plus
Vivre avec la tristesse

Vivre avec la tristesse

Lucas a du mal à exprimer ses émotions. Il accumule beaucoup et ne s'ouvre quasiment pas à ses proches, à celles et ceux qu’il aime. Il cache, derrière de grands sourires, sa joie de vivre, son humour. De temps à autre peuvent aussi arriver des moments de tristesse difficiles à expliquer. Lucas le dit : à force de consacrer de l’énergie à camoufler sa tristesse, on arrive parfois à un stade où on se voile complètement la face sur notre état mental. Quand ça sort ... Lorsque les émotions sortent, elles peuvent prendre différentes formes. Je sais qu’à certains moments, je vais être dans un bad mood et donc être plus vite énervé saoulé ou encore triste. Il m’en faut beaucoup pour pleurer devant des gens, même devant les membres de ma famille, même si ces proches sont...

lire plus
Automutilation, respecter pour comprendre, comprendre pour aider

Automutilation, respecter pour comprendre, comprendre pour aider

D’après une étude de l'Université de Liège, un·e adolescent·e sur six s’est automutilé·e ou s’automutile et c’est un phénomène qui s’est plutôt répandu suite aux différents confinements. Qu’en pense Sasha, 16 ans, de Charleroi ? C’est ce qu’on découvre tout de suite ! En parler Je pense que l’on ne parle pas assez des gens qui se scarifient. Selon moi, la scarification peut parfois être un moyen de se libérer, de ressentir, d’extérioriser et de faire sortir certaines émotions. Remarques inutiles Je pense que les remarques sur les cicatrices qui se retrouvent sur les bras, les cuisses, ne sont pas utiles. Lorsqu’on demande « Tu fais ça avec quoi ? ». Cela ne sert à rien. On ne fait que rappeler à la personne qu’elle se coupe. D’après moi, la seule conséquence que...

lire plus
Les petits avis, épisode 17

Les petits avis, épisode 17

Dès le départ, Scan-R essaye de valoriser la parole de chacune et de chacun ! Parmi les textes que nous recevons, certains sont trop brefs pour faire l’objet d’un post, nous les rassemblons donc dans un seul article sobrement intitulé “Les Petits Avis”. Bref ! Voici les témoignages de Chris, Lauranne et Alexy. La musique dans les écoles par Chris, 15 ans, Moustier Pour moi, la musique dans les écoles, c’est bien ! Malheureusement, peu d’écoles autorisent la musique pendant les contrôles ou dans les cours de récréation. Pourtant, la musique a des avantages comme celui de ne pas déranger les autres en parlant. On peut mieux réfléchir, être dans notre bulle. Cependant, il y aura aussi des personnes qui vont en abuser et faire n’importe quoi. Comme celles et ceux qui...

lire plus
L’anticonformisme

Abandons

Au cours de sa pourtant courte vie, Alicia a vécu plusieurs situations d’abandon. Entre histoires familiales compliquées, voire très compliquées, grandes tristesses et équilibre enfin trouvé, Alicia nous parle d’elle, de sa mère, de son père et de son espoir ! Je suis un peu partout La première fois que je me suis sentie abandonnée, c’est au moment de la séparation de mes parents. J’étais très jeune, je ne me souviens pas de tout mais ce que je sais, c’est que mon père, à un moment, n’a plus voulu me voir. Après cette première séparation, mes parents se sont retrouvés et j’ai aussi retrouvé mon père. Cet aller-retour a été très pénible pour moi et ce n’était pas le dernier voyage … Après cela, c’est ma mère qui est partie pour un long trip de six ans dans...

lire plus
Harcèlement, problèmes… On peut toujours s’en sortir !

Harcèlement, problèmes…
On peut toujours s’en sortir !

Au début, tout se passait bien entre Nathalie et une fille qu’on appellera Giulia. Déjà les parents étaient ami·e·s, ça aide pourtant… Hélas, les choses se sont très fortement compliquées : Nathalie a fini par se battre et elle a été renvoyée de son école... Est-ce que la nouvelle école dans laquelle elle s’est inscrite lui conviendra mieux ? Premiers ragots Tout a commencé en primaire, vers la 5e ou 6e année. Je m’entendais plutôt bien avec pas mal de gens. Je m’entendais surtout super bien avec une fille, qu’on appellera Giulia. Malgré toutes nos disputes, on se considérait comme des cousines : nos parents se connaissaient bien et on était souvent ensemble. Jusqu’à ce qu’elle raconte des histoires sur moi. Ces histoires ont tourné partout à l’école, dans le...

lire plus
Rêve de tour du monde

Je ne suis pas binaire

Fille ? Gars ? Homme ? Femme ? Qui est Ash ? Est-ce qu’il faut lui coller une étiquette ? Est-ce qu’on doit se forcer à rentrer dans une case parce que la société, le monde l’attend, l’exige ? Petite définition Pour commencer, je voudrais vous proposer cette définition que j’ai trouvée sur Google : « La non-binarité est le terme générique utilisé pour désigner la catégorisation des personnes, dites non-binaires ou genderqueer, dont l'identité de genre ne s'inscrit pas dans la norme binaire, c'est-à-dire qui ne se ressentent ni strictement homme, ni strictement femme, mais entre les deux, un mélange des deux ou aucun des deux » Je me sens pas bien Quand je suis arrivé en secondaire, j'ai commencé à me sentir vraiment mal à l'aise avec les cours de sport. Jusqu'à il...

lire plus
En quête de mon identité sexuelle

En quête de mon identité sexuelle

La question de la défense des droits des LGBTQI+ (1) est très importante pour Camille. Elle fait partie de cette communauté et a à cœur de défendre leurs et donc ses droits. Je n’étais pas celle que je croyais Tout a commencé en 2018 quand une connaissance m’a annoncé qu’elle était bisexuelle (attirée aussi bien par les filles et que par les garçons). Suite à cette conversation, je me suis renseignée sur le sujet et plus globalement sur cette communauté. J’ai appris beaucoup de choses dont j’ignorais totalement l’existence. C’est à partir de ce moment-là que je me suis rendu compte de ce que j’étais... Peu de temps après, quand j’ai découvert l’orientation appelée « pansexuelle » (quand on est attiré par la personnalité d’une autre personne et pas par son genre),...

lire plus
La peur de l’échec

Les petits avis, épisode 16

Dès le départ, Scan-R essaye de valoriser la parole de chacune et de chacun ! Parmi les textes que nous recevons, certains sont trop brefs pour faire l’objet d’un post, nous les rassemblons donc dans un seul article sobrement intitulé “Les Petits Avis”. Bref ! Voici les témoignages de Giusseppe, David et Thibault. L’importance du sommeil par Giuseppe, 15 ans, Seraing J’adore dormir. J’aime ça parce que c’est un moment où on est bien, on n’a besoin de rien. Je trouve vraiment qu’on est libre quand on dort. Le pire, c’est de devoir se réveiller pour partir à l’école. D’ailleurs, je ne comprends toujours pas pourquoi j’ai tant de mal à me lever pour aller aux cours. Même si je dors huit heures par nuit, c’est difficile. Le matin, je regarde même mon lit et je lui dis...

lire plus
Aider les autres

Aider les autres

Depuis plusieurs années, Léa aime aider et écouter les autres. D’où lui vient cette idée, cette envie, ce besoin de tendre la main ? Après avoir pris du temps et du recul, elle a compris pourquoi elle était comme ça.> Il m’est arrivé un truc Par le passé, j’ai connu des périodes difficiles et je n’ai jamais été écoutée. Je devais avoir cinq ans quand des évènements sont survenus dans ma vie. Je ne souhaite pas entrer dans les détails, je ne suis pas prête à en parler comme ça. Par contre , ce que je désire, c’est partager le traumatisme que j’ai vécu lorsqu’on ne m’a pas écoutée. Le fait de ne pas avoir été entendue a laissé de nombreuses traces, craintes, doutes, méfiances et peurs. J’ai perdu toute confiance en moi. Depuis cette période, j’ai toujours...

lire plus
« Hé mademoiselle ! C’est quoi ton ptit nom ? »

« Hé mademoiselle ! C’est quoi ton ptit nom ? »

Il fait super bon dehors, le ciel est bleu, le soleil est de sortie… Tout ce qu’il faut pour commencer une bonne et belle journée. Une fois prête, Marine part pour l’école. Dans le métro, il fait lourd et, évidemment, le masque n’aide pas. Elle est pressée de retrouver l’air frais. Arrivée à Gare Centrale, elle marche avant d’arriver à destination, prend le rond-point et s’apprête à descendre la rue et est accueillie par un : « Toute jolie, dis- donc ». “Ta gueule” Ben alors, pourquoi tu t’étonnes Marine ? Il fait chaud, et tu portes une jupe. C’est de ta faute, tu le sais. Je lui lâche un « ta gueule » non contrôlé. Je les insulte souvent, mais toujours dans ma tête. Je n’aurais pas dû, certes, mais ce matin, c’était juste la fois de trop. En fait, la première...

lire plus
Un pour tou·te·s, tou·te·s pour la culture !

Un pour tou·te·s, tou·te·s pour la culture !

Brenda est membre d’une super assoce qui transforme les jeunes en citoyen·ne·s ! Elle participe aussi à la cellule culture de cette association. Passionnée, avide de culture, elle souhaite que tout le monde puisse - y compris - celles et ceux qui ont moins de moyens puissent y accéder ! Les ambassadeurs Il y a un an et quatre mois, du haut de mes 17 ans, je suis officiellement rentrée dans l’organisation de jeunesse « Les ambassadeurs d’expressions citoyennes ». Ce fut l’une des meilleures décisions de ma petite vie. Cette organisation ayant pour but de donner la parole aux jeunes, de créer des écoles plus citoyennes, d’aider les jeunes en décrochage scolaire m’a chaleureusement accueillie. J’y ai rencontré de nombreuses personnes et, au début, je ne trouvais pas...

lire plus
Liberté et solitude

Pas tip top à l’école …

Comme pour de nombreuses et nombreux autres, l’année passée a été compliquée pour Holly. De l’ombre à la lumière, son parcours nous éclaire. Janvier 2020 : nous sommes à la rentrée des vacances d’hiver. Je me sens mal à l'idée de retourner à l'école et je ne comprends pas pourquoi je ressens ça mais je prends sur moi. Les jours passent et je me sens de plus en plus mal, j’en viens même à angoisser en arrivant à l’école. Je le garde pour moi, je n’en parle pas, même pas à mes parents alors que nous sommes très proches. Je veux d’abord comprendre pourquoi je me sens comme ça et puis je me dis qu’il y a des personnes qui ont des plus graves problèmes que moi. Mi-février 2020 : mon état d’esprit ne s’améliore pas et je n’arrive toujours pas à définir la raison de ce...

lire plus
Soufi mon Amour

Entre enfant et adulte

Aude baigne dans l’adolescence et les interrogations comme d’autres dans le soleil. La plus grande question qu’elle se pose : pourquoi le passage de l’enfance à l’âge adulte est-il si difficile ? Encore et toujours, elle cherche une réponse en espérant qu’un jour, quelqu’un·e la mette sur une piste… Pourquoi ? Pourquoi l’adolescence est-elle si difficile et pourquoi est-ce qu’on ne nous apprend pas à mettre les mots sur cette phase ? Que d’inconnues entre l’enfance où l’on est sous la surveillance de personnes responsables et la vie adulte où nous devons devenir ces êtres responsables. Je me pose souvent cette question, la réponse m'aiderait à avancer, à comprendre et à apprendre de mes erreurs. Comment pourrais-je avoir confiance en moi et être autonome et...

lire plus
Être seule, ce n’est pas se sentir seule

La parole, arme et trésor

Pour Rouan, 21 ans, beaucoup de gens ont peur de communiquer, d’échanger avec d’autres et c’est un fameux problème ... Comment rencontrer l’autre, créer des liens si on ne partage pas, si on ne partage rien. D’importantes réflexions Quand je parle de la communication, c’est le fait de ne pas avoir peur de dire ce que l’on pense. Se taire, c’est s’imposer des barrières alors qu’oser sortir de sa zone de confort peut apporter énormément de surprises. Il y a quelques années, je n’osais pas prendre la parole en public ou m’imposer dans un groupe, maintenant je m’intègre très facilement. Un ami en amène un autre Grâce à un ami j’ai, un jour, rencontré quatre personnes formidables ! Deux avec qui je pêche, deux avec qui je suis à l’école. Maintenant on se tape des...

lire plus
16 ans et placée en IPPJ

Une personne dans ma vie

Comme pour trouver un amoureux, Justine aura eu besoin de temps pour ne plus être harcelée par ses collègues de l’école. De la solitude à un sourire magique, la jeune femme nous propose une route ensoleilée et une citation trouvée sur Pinterest « Te rencontrer était ma destinée. Devenir ton amie était mon choix. Tomber amoureuse de toi est une perte de contrôle, mais je suis heureuse que ça me soit arrivé. » Seule Au milieu de ma première année de secondaire, j’ai commencé à avoir des problèmes avec mes amies. Au fil du temps tout cela s’est même transformé en harcèlement. Des rumeurs de toutes les sortes circulaient à mon propos. Des personnes que je ne connaissais pas venaient me trouver pour me demander si ce qui se disait était vrai ... Les choses me...

lire plus
Ne pas se faire du mal

J’ai été harcelé

C’est en changeant d’orientation scolaire que David a plongé dans le harcèlement. Insulté, brimé, il s’est fait du mal et a dû être déterminé pour s’en sortir. Aujourd’hui, il n’est plus harcelé mais comment a-t-il fait pour s’en sortir ? Ça commence très mal Tout a commencé le 5 septembre 2019 quand, avec d’autres que je ne connaissais pas, je suis rentré en 3ème professionnelle cuisine. Dès le début, il y en a eu quatre qui commençaient à me chercher des problèmes... C’est là que tout a commencé. Au début, les harceleurs y allaient doucement. Des gros mots, des insultes, se moquer de mon poids, de ma tête et bien évidemment de ma façon d’être. Pour eux, j’étais différent et cela ne leur plaisait pas. Je ne me sentais pas bien et surtout très agressé. Je me fais...

lire plus
Et toi, tu aimes quoi?

Les idées reçues

À l’école, Pauline a des options qui peuvent impressionner : sciences fortes, latin et grec. Ne pensez surtout pas que c’est une caricature, une “intello” qui passe ses journées enfermée à étudier, qui ne sait pas s’amuser. Elle écrit pour nous prouver le contraire et essayer de nous démontrer que ranger des gens dans des cases en fonction de leurs options, c’est très souvent passer à côté d’une belle personnalité ! Aprioris bienvenus ! Pour commencer, on va être honnête : on a tous et toutes des aprioris. Dans ma ville, par exemple, c’est surtout envers les élèves inscrits dans les sections professionnelles. Ils seraient tous stupides ou illettrés, les qualifications cuisine auraient juste choisi la facilité pour avoir le moins de maths possible, les maths...

lire plus
La vie du bon côté même si …

La vie du bon côté même si …

Après une longue et foutue maladie contre laquelle elle s’est battue, la maman d’Elea est morte. Malgré tout, c’est dans ses familles que la jeune fille trouve des ressources et de la force pour aller plus loin. Attention, elle compte aller bien plus encore ! Cocon Perdre sa maman à 13 ans n’est pas un fait anodin. C’est forcément dur, mais ça l’est beaucoup moins quand on est cinq et qu’on se tire vers le haut. Personne ne peut être triste lorsqu’on est tous rassemblé·e·s. La force du groupe, c’est que cela fait comme un petit cocon qui se forme autour de nous et qui protège un peu. Lorsque quelque chose nous arrive et que la joie de vivre se fait moins forte, ce petit cocon fait du bien. « La vie du bon côté » Ma maman comptait beaucoup pour moi et rien ne peut...

lire plus
Dio Sacro

La musique plutôt que la parole

Pour Clothilde, la musique est un véritable moyen d'expression. Pour elle, parfois, on en dit plus en jouant quelques notes qu’en ouvrant la bouche. S’exprimer avec les mots justes est parfois compliqué et la musique lui épargne ce travail. La musique touche les esprits La plupart du temps, je ne joue que pour moi et ça me plait d'écouter les sons que je peux produire grâce à mon instrument. La musique m'a souvent permis de réfléchir. Que ce soit à mon sujet, au sujet de ma vie ou du monde qui m'entoure. Par exemple, lorsqu'un chanteur évoque un quelque chose qui me touche, ou pose des questions auxquelles je n'avais jamais réfléchi. Ou encore lorsque la musique évoque des émotions particulières qui me font penser à certains thèmes. Ou parfois, simplement parce que...

lire plus
Ma vie de scout

Ma vie de scout

Martin a 14 ans. Depuis que c’est possible pour lui, dans son très beau village de Jalhay, il fait partie de l'Unité Jalhay HF011. Quelles sont les découvertes, qu’est-ce que que tout cela lui rapporte ? Découvrons-le tout de suite ! L’unité C’est une super unité, on se connait toutes et tous, le village est petit. J’ai commencé les baladins à l'âge de 5 ans et cela m’a permis de rencontrer d'autres gens. Pour passer des baladins aux louveteaux, nous avons marché dans un chemin rempli de bougies. Aux louveteaux, j’en ai appris plus sur moi. J'ai appris à faire confiance aux chef·fe·s et à mes ami·e·s. Pour passer chez les scouts, quelques années plus tard, j’ai pris le même chemin que pour me rendre chez les louveteaux. Pendant mes années scoutes, j'apprends...

lire plus
Question d’identité

Ma rue en noir et blanc … Ma vie en vert

Si ce n’est pas facile pour tout le monde, c’est parfois beaucoup plus compliqué encore pour certain·e·s. Medhi nous partage un bout de trottoir et un morceau de vie. Pour lui, se projeter, cela définit bien les rêves et sa façon d’aborder les situations qu’il peut rencontrer. La famille Ma mère ne s’occupait pas de moi et mon père était truand, fiché au grand banditisme. Il est mort d’une overdose en prison quand j’avais 7 ans. Il a fini attaché à son lit d'hôpital, en légume. Le pire, c’est qu’il est décédé le lendemain de la signature de ses papiers de libération. À partir de ce moment, je ne suis plus l’école et je suis sous la tutelle d’un juge de la jeunesse. À l’époque, j’étais un garçon avec beaucoup de colère, je détruisais tout ce que j’essayais de...

lire plus
L’art : une deuxième vie

L’art : une deuxième vie

Pour Sylvia, l’art est un outil important et puissant dans la vie de tout le monde. Personnellement, depuis qu’elle est toute petite, elle aime ça ! Elle dessine, peint, photographie… Elle aime aussi écrire : elle a publié une nouvelle, écrit des poèmes et est en train d’écrire un roman. Pour elle, l’art peut être un moyen de communication, d’expression, de libération et même de dénonciation. Dans cet article, elle tente d’analyser le lien entre l’art et la maladie mentale. À chacun·e sa vision Quand on est devant une peinture, une photographie, quand on regarde un film ou quand on écoute de la musique, on le perçoit de manière subjective. Chacun·e de nous peut ressentir des émotions différentes devant une même peinture. De plus, quand on regarde une œuvre d’art,...

lire plus
Me faire confiance

Me faire confiance

Pas toujours simple de s’écouter, de se faire sa place… Quand on doute de soi un peu tout le temps, ça devient une fameuse difficulté. Anta ne se fait pas ou peu confiance et ce n’est pas facile tous les jours mais attention, ça ira mieux ! Confiance Confiance. Petit mot qui peut totalement transformer une personne en bien ou en mal, en pire ou en mieux. J’ai peu confiance en moi et cela me conduit parfois au pire, à manquer de courage ou de détermination. Je remarque aussi que tout cela limite ma vie. La seule responsable, c’est moi, parce que je me suis fixé une limite. Par exemple, je me dis souvent : « cette chose est faite pour les autres, mais pas pour moi… ». Mais pourquoi ? Simplement par peur de ne pas réussir, par peur de ne pas pouvoir aller jusqu’au...

lire plus
Les stades de foot, plus qu’une passion

Les stades de foot, plus qu’une passion

Dans les passinoné·e·s de foot, il y a de tout ! Il y a en a qui se tatouent le blason de leur club ou la tête de leur joueur préféré, d’autres repeignent leur voiture ou leur maison aux couleurs d’une équipe ou donnent à leur enfant le nom de la star du moment. Robin n’est pas de ceux-là, sa grande passion pour le football, c’est de découvrir les stades des grandes et petites équipes En manque … Voici ma drogue : les stades de football. J’ai des souvenirs vivaces de chacune des fois où je suis allé dans un stade. Vous voyez les flashbacks dans les films ? Eh bien les escapades au stade, c’est exactement ça. Ce sont mes bons flashbacks à moi. Quand j’y pense, je ressens un sentiment de nostalgie. Surtout maintenant, dans cette période à durée indéterminée qui...

lire plus
Boxer : prendre confiance en soi

Boxer : prendre confiance en soi

Depuis un petit temps, Ilann se cherchait un sport… L’histoire peut sembler étrange mais c’est avant sur Wikipédia qu’il a trouvé son bonheur ! On enfile son protège-dents et on monte sur le ring avec lui ! Je ne serai pas danseur Je m’appelle Ilann, j’ai 19 ans. À 15 ans, j’ai commencé la boxe. Avant cela, je n’avais jamais pratiqué de sport en dehors de l’école. Et même là, j’étais nul et souvent choisi en dernier quand il fallait former des équipes. Depuis quelque temps, l’envie de me dépenser et l’idée de faire du sport me trottaient dans la tête. Mais comment choisir un sport quand on le déteste à l’école et qu’on n’a aucune idée de tous les sports qui existent ? En ligne, j’ai commencé par répondre à des quiz sur lesquels je suis tombé en tapant « quel sport...

lire plus
Il était une fois un petit serpent

La vie est une scène

Pour Marjorie, les points communs entre une pièce de théâtre et la vie sont nombreux. Dans un cas et dans l’autre, il y a des rôles à jouer ou des places à tenir. La grande question, c’est de savoir où est la liberté quand d’autres l’écrivent pour vous. L’intrigue Théoriquement, dans le théâtre de la vie, chacun·e joue un rôle qui lui est propre. En pratique, pas besoin de le mettre sur papier, personnes et personnages évoluent sans cesse et se redéfinissent en fonction des représentations, des scènes occupées. Les destins se croisent, s’entremêlent, s’influencent. Des rideaux se lèvent et se baissent pour laisser place à de nouvelles histoires ; des trames subsidiaires se développent. Chaque rôle est unique, mais aucun·e n’est là par hasard. Dans la vie, dans une...

lire plus
Ivresse

Les petits-avis, épisode 14

Scan-R, dès le départ, essaye de donner la parole à chacune, à chacun, à tout le monde ! Parmi les textes que nous recevons, certains sont trop brefs pour faire l’objet d’un post. Voici donc les témoignages de Pierre et Amélie autour de la résilience. Résigné par résilient par Pierre, 18 ans, Barvaux-sur-Ourthe Je ne suis pas quelqu’un de résilient. Je suis quelqu’un de résigné. J’ai vu et vécu un moment qui est resté dans ma mémoire, qui me remplit de haine, de colère et d’un impossible pardon envers la personne qui a causé cet acte. Pour commencer, je vais vous parler de cette jeune fille remplie de joie, de bonne humeur et d’amour. Une fille avec un grand avenir. Pourtant derrière cette fille, il y avait une zone d’ombre. Un grand vide à cause d’un homme qui la...

lire plus
Le chamanisme

Rêver peut-être

Rêver, un impossible rêve, comme le chantait Jacques Brel, est-ce que c’est possible ? Désolé, Grand Jacques, mais dans les rêves d’Emma, tout est permis, tout est possible ! Je suis un univers de possibilités qui s’ouvre à toi chaque nuit, une opportunité de t’évader du réel pour te plonger dans l’infini. Ici tout est possible, tu peux voyager dans le monde entier et même dans l’espace. Te rappelles-tu de la fois où tu étais sur une balançoire accrochée à la terre qui flottait dans l’univers ? Ton copain, assis à côté de toi, insistait pour que vous coupiez la corde qui vous gardait attachés à la Terre. Il disait qu’il n'y avait plus d’espoir. Avais-tu peur de tomber dans le vide? Je voulais te montrer qu’il était important d’accepter que certaines choses se...

lire plus
Je m’écris du futur

Je m’écris du futur

Comment prendre de la hauteur, de la distance pour s’éloigner des difficultés et tenter de percer les nombreux nuages d’un ciel inexorablement gris ? On peut se noyer dans les bouquins, les séries, les sorties, s’oublier dans des paradis parallèles ou bien, et bien mieux peut-être, imaginer une lettre envoyée du futur à la personne qu’on est aujourd’hui. C’est à ce très bel exercice que Med se livre ! La toi du futur t’écrit aujourd’hui Je sais ô combien c’est dur ces derniers temps, que tu es en colère d’être différente et donc rejetée. La misogynie et l’homophobie seront malheureusement toujours présentes dans ta vie. Oui, ils t’ont tapé à cause de ta couleur de peau. Oui, ils t’ont jugée. Oui, les flics t’ont fouillée. Oui, des gens t’ont insultée. Alors qu’au...

lire plus
A partir de quand peut-on considérer qu’un acte est un viol?

Non aux stéréotypes

Est-ce qu’on doit toujours penser au plus court ? Penser avec des clichés ou des rapprochements boiteux ? Est-ce qu’on doit avoir une opinion toute faite qui réduit les particularités, les stéréotypes ? Voici la réponse de Janis ”Les belges mangent tout le temps des frites” Une phrase soft pour illustrer ce mot, ce serait : « Les Belges mangent tout le temps des frites » ou « les Noirs courent vite ». “Soft” en comparaison à d’autres, non moins répandus, tels que « les Arabes sont des voleurs » ou encore que « les roux puent ». Ces phrases, je pense, ont déjà été entendues par tout le monde et peut-être même, prononcées par certain·e·s. Je suppose que c’est en lien avec le côté rassurant de réduire le nombre de cases où placer de nouveaux éléments à un point tel...

lire plus
Amélie Poulain, en vrai

Amélie Poulain, en vrai

Vous connaissez le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain (1) ? Un film de Jean-Pierre Jeunet de 2001 ? Ce film raconte l’histoire de la dite Amélie qui, un jour, se permettant de mettre un grain de sel dans la vie des autres, décide de rendre le monde plus beau. Le texte qui suit n’est pas d’Amélie mais de Mathilde et disons-le tout de suite,… Il y a de la poésie et du bonheur à l’intérieur. Attention, ceci n’est pas une fiction. Arrivée plus tôt que prévu Nous sommes le 23 avril 1998, il est 6h30, il fait actuellement 16 degrés et le soleil brille. La brise est légère. Dans l’air flotte un agréable parfum de lila et de rosée du matin. Au café du coin, les volets sont encore fermés, ils ne s’ouvriront que dans une heure. C’est sur les tables bancales de ce café là que...

lire plus
Quand je dis qui je suis

Dansons ? Dansons !

Sur un trottoir de Bruxelles, Flore croise danseuses et danseurs. Elles et ils ne dansent pas sur une même musique mais, écouteurs coincés dans les oreilles, chacun·e à la sienne. Flore rejoindra-t-elle la piste improvisée ? Alors on danse ? Samedi, 17h30, grosse et lourde semaine derrière moi. Je décide de me rendre dans le centre de Bruxelles. Soucis, stress et fatigue font leur apparition dans ma tête pendant que moi, je marche. Aussi simple et systématique que ça, je marche. Marcher pour avancer car mes journées semblent s’enchainer et ne cessent d’être remplies. C’est ainsi que je les veux : productives et remplies… Du coin de l’œil, il me semble apercevoir des gens qui bougent, s’excitent un peu dans tous les sens. Je tourne la tête et vois, en effet, un...

lire plus
Les petits-avis, épisode 13

Les petits-avis, épisode 13

Scan-R, dès le départ, essaye de donner la parole à chacune, à chacun, à tout le monde ! Parmi les textes que nous recevons, certains sont trop brefs pour faire l’objet d’un post. On a donc décidé d'en rassembler plusieurs. Voici donc les témoignages de Stéphanie, Thomas et Arthur. Arriver à la résilience par Arthur, 18 ans, Bruxelles L’énervement peut détruire toute une vie, même plusieurs ou alors, aussi dur que cela puisse être, on peut choisir de laisser ça derrière nous. C’est important pour avancer. Ce qui a été difficile pour moi, c’est de ne pas écouter ma tête, de gérer les sentiments qui me traversaient l’esprit : la haine, l’agressivité et la violence envers certaines personnes. Ce sont des sentiments et des émotions qui compliquent la résilience. Le...

lire plus
Stéréotypes et préjugés

Stéréotypes et préjugés

Sur les réseaux sociaux, allez savoir pourquoi les photos de petits chats attirent les pouces bleus, les cœurs et les commentaires positifs. Allez savoir pourquoi, dans la rue, le tram ou partout ailleurs, il semble qu’Onyx attire les commentaires, les jugements, les insultes. Elle se fout des petits chats mais veut qu’on la respecte ! “On est où là ?!” Je me sens concernée par les stéréotypes et préjugés. C’est quelque chose que je vis au quotidien, on me juge constamment sur mon physique. Plus précisément sur mon maquillage, mes cheveux et mes habits. On me traite de droguée sans même m’avoir dit bonjour. J’en suis peut-être une au final et alors ? Ça fait de moi quelqu’un de mauvais pour autant ? Je ne pense pas ! À cause de mon look, je suis un sheitan, le...

lire plus
Perdre la voix

Pouvoir, argent, amour … C’est quoi ce truc ?

Quand on se plonge dans les yeux d’Aurore, quand on essaye de voir le monde à travers son regard, les choses sont compliquées… Pour elle, l’être humain devrait lâcher ses obsessions de pouvoir, de contrôle et d’argent pour s’occuper de la seule chose qui vaille… l’Amour ! Pouvoir Je n’ai jamais compris pourquoi des gens se considèrent comme supérieurs aux autres êtres vivants. Pourquoi l’homme serait-il au sommet de la chaine alimentaire ? Certains diront que c’est parce que l’être humain est plus intelligent. Mais personnellement, je ne pense pas qu’il soit plus intelligent que les autres. Il s’en vante plus, c’est tout. Les chiens par exemple, sont très intelligents, ils peuvent agir et apprendre tellement de choses incroyables. L’humain, lui, va se vanter de...

lire plus
Rentabilité et Ambition

Rentabilité et Ambition

Il y a quelques questions qui trainent dans la tête d’Aymeric. Est-ce qu’avant de lui demander d’être heureux, juste, droit, la société ne lui demande pas, avant tout, d’être rentable ? Si c’est dans ce monde là que nous vivions, sommes-nous, même un rien, libres ? Sous pression Je ne pense pas avoir été seul à ressentir, pendant mes études secondaires, un sentiment de pression difficile à définir. Une sorte de force invisible générée par mon environnement. Le sentiment de « devoir être rentable ». Comme si on attendait de moi un retour sur investissement, comme si j’avais des comptes à rendre. Ça pouvait venir des parents, des profs, des adultes, mais aussi des ami·e·s qui ne ressentaient pas cette pression. Comme ça pouvait aussi venir de moi. Pendant longtemps,...

lire plus
Injustice envers soi-même

Injustice envers soi-même

Ayoub nous emmène sur de nombreux chemins, celui de quelques grands poètes, aventuriers ; il nous emmène aussi sur les chemins de randonnée qu’il aime tant et il nous emmène, enfin, vers les chemins incroyables de ses pensées généreuses et jolies. ”Que sur son cul” « Mais tu es trop bête » dit-il, « Franchement reste à ta place » dit-elle, « Mais qui tu es toi ? » disent-ils et elles, tous et toutes, du haut de leur arrogance et de leur orgueil. Mais comme le disait Montaigne (1) : « Sur le plus beau trône du monde, on n'est jamais assis que sur son cul ! »Sachez chères lectrices, chers lecteurs, que je vous comprends, je vous ressens, je perçois mes chaines et les vôtres. Les chaines de ce que je pourrais appeler « l’impuissance apprise ». Depuis notre tendre...

lire plus
L’original

L’original

Pour écrire lors d’un atelier Scan-R ou à n’importe quel autre moment, il faut une idée mais, qu’est-ce qui se passe quand il n’y a pas la moindre idée ? À l’inverse, qu’est-ce qui se passe quand il y a trop d’idées ? Voici la piste, singulière et originale, de Martin. Écrire Je mordille mon bic de manière pensive. Ça devrait aller non ? Si c’est tout ce qu’on me demande, je finirai ce bout de texte en moins d’une heure. La consigne n’impose ni sujet ni autre contrainte. Juste ce qui me passe par la tête. C’est bien le problème. Quel sujet choisir quand on peut tout choisir ? Trouver le sujet Je regarde autour de moi. Les autres se sont déjà lancé·e·s. Têtes baissées, gribouillant frénétiquement dans leur carnet. Je retourne dans mes pensées. Bon, me dis-je,...

lire plus
Épicier social et bénévole

Épicier social et bénévole

L’expérience de Robin commence à l’école, il décide alors d’aider les autres via une épicerie sociale. Cette première expérience est très enrichissante et en appelle d’autres. Notre petit magasin Tout a commencé lorsque j'étais en 6ème secondaire. À ce moment-là, la Croix-Rouge cherchait un endroit pour ouvrir une épicerie sociale. C’est donc là qu’une collaboration a commencé entre la Croix-Rouge et mon école. L’idée était d’ouvrir cette épicerie dans un lieu inédit, comme une école. L’idée était aussi que, tous les jeudis, les élèves s’impliquent dans sa gestion. En novembre 2019, notre petit magasin a ouvert ses portes ! Directement, je me suis senti à l'aise et utile. C’est cela qui m'a donné, en juillet 2020, l’envie de m'inscrire en tant que bénévole et plus...

lire plus
Trop gentil(le)!

Mon parcours vers la Croix-Rouge

Après avoir formé ses élèves aux premiers secours, Geffrey a voulu en faire plus ! Il s’est engagé à la Croix-Rouge pour mettre ses compétences au service de la société. Former la population aux premiers soins Je me suis inscrit comme volontaire à la Croix-Rouge avec un objectif bien précis, former mes élèves de primaire aux premiers secours. Ancien enseignant, je trouvais pertinent que mes élèves soient formé·e·s aux premiers secours, comme je l’étais après mon BEPS (Brevet Européen des Premiers Secours). Après quelques jours de formation, me voilà prêt à former mes élèves grâce à la Croix-Rouge Jeunesse. Une fois que cela fut fait … je restais sur ma faim. J’avais envie d’aller plus loin dans la matière, d’approfondir la thématique des premiers secours et pas...

lire plus
Marika, volontaire !

Marika, volontaire !

Disons-le tout de suite, c’est sous le soleil de Sicile que Marika a grandi. C’est de là qu’elle part et c’est là qu’elle revient chaque fois. Pour nous, cela ne change pas grand-chose mais pour elle, c’est très important et c’est aussi une grande fierté ! Elle ne manque pas de le faire savoir à chaque fois. Quand elle a annoncé à son papa qu’elle allait venir en Belgique pour réaliser un volontariat d’une année au sein de la Croix-Rouge, il a tout de suite dit… « Mais t’es pas nette toi ! ». Je suis choisie Sept mois après mon arrivée, je peux le dire : j’ai l’impression d’avoir vécu tellement d’émotions qu’une seule page ne sera pas suffisante. J’ai choisi la Croix-Rouge parce que j’avais envie de changements et surtout de me sentir utile. Il y a un an, j’ai...

lire plus
Animatrice à la Croix-Rouge Jeunesse : une diversité enrichissante

Animatrice à la Croix-Rouge Jeunesse : une diversité enrichissante

Il y a sept ans, un peu par hasard, Anne-Marie est passée par un stand de la CRJ. Là, sans le savoir, voulant juste dépanner un de ses amis, elle a mis le doigt dans un formidable engrenage qui l’a conduite à de nombreuses et très belles découvertes ! Un coup de main de 5 minutes qui dure depuis 7 ans ! Il y a sept ans, et dans des circonstances tout à fait anodines, je suis entrée à la Croix-Rouge Jeunesse (CRJ) - (1). Lors d’un salon, un ami s’occupait d’un stand de sensibilisation aux premiers soins pour les enfants. Lors de la discussion, il m’apprend qu’il a besoin de mains pour accompagner une petite fille sur son stand. Elle avait pour mission (fictive, on s’entend) de sauver un blessé de guerre. Pour cela, elle devait l’amener sur un brancard jusqu’au poste...

lire plus
La considération

S’impliquer

Comme d’autres, Gaëtan est rentré par la petite porte au CRJ, aujourd’hui, il prend ses fonctions très à cœur et s’implique même dans les différentes instances de cette organisation de jeunesse un peu particulière ! Lors d'un Grand Prix de F1, je rencontre deux volontaires qui me parlent de la Croix-Rouge Jeunesse (CRJ) - (1), du rôle d'animateur pour transmettre aux plus jeunes, des soins donnés aux plus démuni·e·s, etc. À ce moment-là, ma curiosité et mon intérêt sont éveillés. Comme beaucoup de jeunes, le premier service qui m'a attiré à la CRJ est le secours, le fait de soigner mais aussi d'écouter les gens. Certains détestent. Personnellement, j'adore ces échanges. Parler ou écouter la personne qui se fait soigner ou simplement, partager un moment de...

lire plus
Origine du mal-être

La bombe ou la vie

Maroan est bénévole pour la Croix-Rouge Jeunesse (CRJ) - (1). Lors d’un atelier Scan-R, il a profité de la parole qui lui était offerte pour relayer celle d’un jeune réfugié dont il ne connait même pas le nom. La bombe Tout a débuté dans l’ombre d’un obus. L’engin de mort était là, insolent et immobile, prêt à mettre fin à la vie d’un adolescent. Lui, bout d’homme rêveur, n’avait - on s’en doute - aucun intérêt dans cette guerre. Que l’Occident bombarde son bout de terre, il n’en voyait pas les raisons, n’en comprenait pas les causes. Certes, il n’avait pas que des éloges à la bouche mais, face à l’ironie du sort, il s’était résigné. La pauvreté serait sa condition et l’horizon n’inciterait pas son cœur à courir. Mais quand l’obus tomba juste à côté de lui, sans...

lire plus
Etre en centre n’est pas un défaut!

Ma famille est une maison

Pour Chiara, la famille c’est un peu comme une maison. Un endroit dans lequel on se sent bien, à l’abri des intempéries, un endroit qu’on peut quitter et retrouver un peu plus tard. Un lieu où tout peut être dit et entendu. La famille, c’est la chose la plus importante pour moi. La famille est un pilier, c’est elle qui me guide dans le bon sens afin que je réussisse ma vie. Par exemple, sans ma famille, je ne me serais pas dirigée vers l’enseignement supérieur, j’aurais vite fait des études professionnelles pour aller directement travailler. Vers 14 ans, je voulais suivre la filière « boulanger-pâtissier », maman ne m’a pas contrariée. Pour Noël et pour débuter, elle m’a même offert un magnifique livre de pâtisserie pour débuter. Voyant qu’au bout d’un an, je...

lire plus
A toi, Maison de Quartier du Petit Ry

Mon étoile, ma nonna, ma grand-mère est morte

Il y a trois ans, pendant qu’elle était au camp, Loredana a appris la mort de sa grand-mère. Terriblement marquée par ce décès, elle se fait des tas de reproches avant de se pardonner. Voici la lettre qu’elle écrit à sa Nonna. Une horrible nouvelle pendant le camp Il faisait beau ce jour-là. J’étais à mon camp scout et nous discutions des totems. Quelques jours auparavant, une tempête avait tout fait s’envoler sur notre camp et nous avions dû évacuer mais, malgré tout, deux jours plus tard, nous étions de retour. Il était donc grand temps de préparer les totems. Tout se passait tellement bien. Entre vingt-trois heures et minuit, il y a eu cette annonce, ce cri de tristesse qui m’a échappé. Le vide s’est installé en moi. Entre vingt-trois heures et minuit,...

lire plus
Deux amis se sont suicidés

Deux amis se sont suicidés

Philippe a perdu deux amis. L’un et l’autre se sont suicidés. Entre tristesse et désespoir, il essaye de voir ce qui reste beau. Pour éviter les suicides, il suggère qu’on se parle bien plus et qu’on ose dire quand ça ne va pas ou plus du tout. J’ai choisi de vous parler du suicide. Oui, c’est un sujet délicat qui touche beaucoup de monde. Au cours de ma vie, j’ai connu deux amis qui se sont tués. Le premier quand j’étais en rhéto. Il s’est suicidé à cause du harcèlement subi dans ses premières années en secondaire. Le second c’était cette année, peut-être à cause du Covid et d’autres problèmes de la vie. Difficile J’ai du mal à m’en remettre. Tous les jours, je pense à eux, à pourquoi ils ont fait ça. Je me dis qu’un geste de ma part, peut-être une simple main...

lire plus
Elles + il = ils

Elles + il = ils

On ne doit pas attendre d’être capable de poser un pied devant l’autre avant de devoir subir des remarques sexistes, on peut même en recevoir avant même son premier mois. Le pire, dans le récit de Laura, 20 ans, c’est que ça ne s’arrête pas et que tout, tous et toutes s’échinent à la faire rentrer dans un moule, à marteler qu’en tant que femme, elle ne sera libre d’être de faire, de dire, ce qu’elle souhaite. Fille ou garçon ? Lorsque ma mère était enceinte de moi, on lui a souvent demandé si j’étais une fille ou un garçon. Lorsque les gens apprenaient que je naitrais de sexe féminin, ils disaient souvent que ma mère avait de la chance d’avoir une fille car les filles sont plus calmes et plus douces que les garçons. Ils disaient également que quand je grandirais je...

lire plus
La dyslexie, ma meilleure ennemie ?

La dyslexie, ma meilleure ennemie ?

Stanislas s’exprime sur un trouble qui le touche et touche de nombreuses personnes dans tous les moments du quotidien : dans leurs relations professionnelles, sociales ... Il écrit aussi sur lui. Cela pourrait nous paraitre simple ou basique, mais croyons-le, ceci est bien plus qu’un petit texte pour lui ! Longtemps silencieux Je suis né en mars 1999, à Ath, une ville du Hainaut. Trois ou quatre ans plus tard, je prononce mes premiers mots, tard me direz-vous… Et je vous répondrai que j’ai pris mon temps, du moins c’est ce que je pensais. J’ai eu du mal à m’exprimer… Mais, question, quel enfant n’a jamais eu de mal à dire ce qu’il veut ou ce qu’il ressent ? Tout allait bien ? Ma vie a suivi son cours. Malgré certaines difficultés, pour les cours de français ou...

lire plus
Passionné de sports !

Passionné de sports !

Certains adorent cuisiner, d’autres sont dingues de bricolages, d’autres encore sont capables de passer des heures le nez dans un bouquin ou derrière une console. Le truc de Rudolf, c’est le sport ! Le foot en héritage Depuis le plus jeune âge, je suis un grand passionné de sport. Je pratique le football depuis que j’ai quatre ans, cette passion m’a été transmise par mon père. Je supporte d’ailleurs la même équipe que lui Anderlecht ! Malgré quelques saisons catastrophiques, j’y reste attaché. Le fait de regarder ce sport me fait ressortir une part d’excitation. Juste parler de la Coupe du monde me procure des frissons. Ce sport me permet d’évacuer et de relâcher tout le stress que nous pouvons accumuler lors d’une semaine de cours. De plus, je retrouve énormément...

lire plus
Les chevaux dans la peau

Les chevaux dans la peau

Depuis toujours ou presque, Anaïs - et c’est une histoire de famille - passe du temps avec des chevaux. Pour les dresser, les monter, … Est-ce que cette passion pourrait devenir un métier ? Une écurie chez mes grands-parents Cette passion est, un peu, comme une évidence pour moi. Depuis toute petite, je baigne dans ce milieu. Mes grands-parents, retraité·e·s, avaient une ferme et ont toujours eu des chevaux. Aujourd’hui, pour le plaisir, elle et il continuent leur petit élevage dans leur ancienne exploitation. Petit à petit, mes grands-parents ont réduit le nombre de chevaux, cependant, ils continuent à faire naître un poulain tous les ans ... C’est une coutume qu’ils ne veulent pas laisser disparaitre malgré leur âge avancé. Moi, j’ai commencé à monter à cheval...

lire plus
Irrémédiablement attirée par les arts !

Irrémédiablement attirée par les arts !

Comme un papillon est attiré par la lumière, Rebecca est attirée par la création artistique et les arts : sculpture, danse, … Elle aime tout ! Aujourd’hui, elle a décidé, contrairement à l’avis de ses parents, elle en fera son métier. Ma découverte ! À la base, je ne savais pas que j’aimais tout ce qui touchait à l’art. Un jour, j’ai été invitée aux portes ouvertes de la Haute école des Beaux-Arts de Bruxelles. À peine rentrée, je vois un jeu de lumières projeté sur un tableau et je trouve cela déjà très beau. Ensuite, je parcours toute l’école avec mes ami·e·s, je passe par différents types d’ateliers arts. Il y en a un qui m’a particulièrement marquée, c’est lorsque j’ai assisté à un spectacle de danse. Voyant la fille danser, je sentais qu’elle voulait exprimer...

lire plus
Vivre à l’hôpital

les petits avis, épisode 12

Dès le départ, Scan-R essaye de donner la parole à chacune, à chacun, à tout le monde ! Parmi les textes que nous recevons, certains sont trop brefs pour faire l’objet d’un témoignage. On a donc décidé d'en rassembler plusieurs. Voici donc les témoignages d’Agami, Jeanne, Lasius et Gaëlle. Je suis une rêveuse par Agami, 16 ans, Barvaux-sur-Ourthe Je suis une constante rêveuse depuis presque toujours. Je rêve de tout mais surtout du futur et plus précisément du mien. Cela me coupe du stress que peut apporter le quotidien. Vous voulez savoir quelles sont mes évasions ? Vous allez être servi·e·s ! D’abord, je voudrais être cadreuse pour des documentaires animaliers, cela me donnerait la possibilité d'entendre des choses que les autres n’entendent pas, de voir des...

lire plus
Le sport chez les jeunes

Foot

Nicolas est amoureux… Sa chérie est toute ronde, pèse environ 400 grammes et a une multitude de faces, 32 pour être précis. Elle le fait vibrer, sortir, s’amuser … Sa chérie, c’est une balle de football ! Partager Le foot, toi mon sport préféré, celui qui me fait vibrer quand je te regarde à la télé. Toi, qui me fais aussi pleurer de joie ou de tristesse, toi qui occupes mes journées que ce soit dehors ou sur la console. Toi, qui me donnes de la joie de vivre aux moments où je pensais qu’elle n’existait presque pas. Toi, qui rappelles qu’il ne faut pas grand-chose pour en faire de grandes. Toi, qui continues à me faire partager des moments exceptionnels avec mes ami·e·s. Toi, qui réveilles mon envie de gagner à chaque fois que je te pratique ou te regarde. Toi, le...

lire plus
Le bonheur

Être ou que paraitre ? Telle est ma question

Barek se et nous pose bien des questions … Qui est-il ? Qu’est-ce qu’il souhaite ? À toutes ces questions, on pourrait tenter de donner une seule réponse : une construction perpétuelle ! Je suis en-vie Être, je le suis à chaque moment de ma vie, peu importe l’état dans lequel je me trouve. Paraitre, je le suis assurément. Paraitre, c’est parfois nécessaire ou obligatoire. Pourtant, à force de paraitre, nous risquons le piège d’être quelqu’un aux yeux des autres, mais pas le quelqu’un que nous sommes à l’intérieur : un par-être en somme, c’est à dire une création de substitution coupée des aspirations de notre être, une sorte d’imperméable sur lequel passe le temps de notre vie. Car oui, si je suis en vie, l’important n’est-il pas le degré de résonance entre ma vie...

lire plus
Je suis dépendante affective

Je suis dépendante affective

Quand Louisa aime, c’est fort, très fort, très très fort. Même si elle a appris à se méfier d’elle-même, elle souffre parfois de ce qui pourrait se passer bien plus tard … Une définition, ma définition J’ai décidé de parler de dépendance affective, chose qui me touche. Avant d’aller plus loin, voici une définition issue du Journal des femmes : “La dépendance affective désigne un phénomène d'incapacité psychologique à vivre par et pour soi-même. Dotés de peu de confiance en eux, les dépendants affectifs souffrent de ce manque dans tous les domaines de leur vie, et notamment dans le domaine amoureux.” De mon point de vue, la dépendance affective c’est être très attachée à des personnes, les aimer du plus profond de notre cœur, ne pas pouvoir vivre sans elles et ça...

lire plus
L’abandon m’a amené le soleil

L’abandon m’a amené le soleil

Shelsy a une histoire compliquée, une histoire brutale qui commence mal. Pourtant, au fil du temps, au fil des rencontres, grâce à sa famille, à ses ami·e·s, à son chéri, elle s’en sort très bien aujourd’hui. Un toit Depuis mon plus jeune âge, l’abandon est la chose qui m’a le plus détruite. Je n’ai que 16 ans et c’est pourtant la chose qui a été la plus présente dans ma vie. Le premier abandon est celui de mon père. Il parait anodin, pourtant c’est celui qui, aujourd’hui encore, est le plus difficile à vivre. C’est cet abandon qui a tracé le chemin sur lequel je suis. À son départ, je n’avais que deux ans et avoir mes parents réunis dans une même pièce n’est qu’un vague souvenir. Après son départ, la seule chose qu’il nous restait, c’était un toit. Nous n’avions...

lire plus
La quintessence au-delà des abysses de l’esprit

La quintessence au-delà des abysses de l’esprit

Oser se poser de grandes questions, oser dire que c’est parfois compliqué ou bien pire, prendre le temps de se poser pour essayer de mieux avancer après, c’est l’histoire que Félix nous confie. Le top de la pyramide L’esprit de l’être humain fait de l’homme la forme de vie la plus conquérante et la plus intelligente de l’Histoire de la terre. La pensée et la réflexion lui ont permis de fonder des empires, de créer toutes sortes d’architectures, des technologies mais aussi de provoquer des atrocités, comme les guerres, massacres, vols et bien d’autres. C’est ce qui fait de nous ce que nous sommes, ce qui nous définit avec nos choix, nos actes. Ce qui nous définit aussi, c’est ce que l’on ne fait pas. Bien que le concept de psychologie et l’étude des processus de...

lire plus
Ma future chaîne youtube

Ma future chaîne youtube

Comme d’autres, Théo rêverait de percer sur Youtube. Son créneau, son credo ? L’humour ! Il veut s’en servir pour faire passer des messages importants concernant l’égalité des personnes, vaincre sa timidité et passer du temps avec son frère. Ma future chaine et mes modèles Cela fait quelques mois que je pense à lancer une chaine Youtube. Ce sera à but humoristique pour divertir les personnes qui regarderont, ça me permettra de m’amuser et de passer du temps avec mon frère : il a accepté d’être mon cameraman et de m’aider à écrire le scénario de la vidéo. Le contenu sera assez diversifié, mais tournera - toujours - autour de l’humour. Il y aura des caméras cachées, des micro-trottoirs ou encore des minis films, mais il me faudra un budget. Aller à la rencontre des...

lire plus
Scoutisme, une amie et une seconde famille

Scoutisme, une amie et une seconde famille

Pour Elsa les scouts sont une nouvelle famille et c’est là aussi qu’elle a rencontré sa meilleure amie ! Elle nous raconte douze de sa vie et de dimanche dans les bois ! De 6 à 8 ans, les baladins Tout a commencé le 5 septembre 2011, quand je suis entrée dans la grande famille des scouts. Quand je suis arrivée, je ne connaissais personne. J’avais un peu peur de me retrouver toute seule. Une fille est venue vers moi et elle m’a dit “salut je m'appelle Florine tu veux jouer avec moi ?” Je n'ai pas réfléchi, je suis allée avec elle près des autres et on a commencé le jeu. J’étais soulagée, je ne le savais pas encore mais c'était le début d’une grande amitié. Tous les dimanches, j’avais hâte de retrouver mes ami·e·s, d’aller jouer dans le bois ou encore de faire des...

lire plus
Confiné, … Un an après

Confiné, … Un an après

Le 26 février, Luca a participé à un atelier Scan-R avec la Maison des Jeunes de Banneux. Entre le moment de l’atelier et la publication de l’article, un bon mois s’est écoulé. Durant ce mois, le 24 mars dernier, a été annoncé un nouveau confinement mais cela ne change rien à la pertinence de son texte, la pandémie est encore et toujours d’actualité. Ce moment qui commence - légèrement à durer, c'est aussi le moment où des droits élémentaires s'opposent : le droit à la liberté de mouvement individuelle contre le droit à la santé de toutes et tous. Il y a un an Le confinement a apporté énormément de négativité dans nos vies, énormément de tristesse. Rappelez-vous, tout a commencé il y a un peu plus d’un an, le 13 mars 2020. Au début, c’était drôle, mais à partir...

lire plus
Le temps des gouttes, celui de la fleur

Le temps des gouttes, celui de la fleur

Bloqué·e, confiné·e, cloîtré·e ? Une petite goutte ne connait rien de tout cela. Lucie nous raconte l’incroyable et poétique voyage de sa petite goutte ! Dans un nuage Je suis une petite goutte d'eau très timide qui a du mal à rentrer en contact avec les autres. Je suis une toute partie d’un nuage. Autour de moi, il y a différents petits groupes de gouttes d'eau. Je n'ai que quelques ami·e·s qui viennent me rendre visite de temps en temps, mais la plupart du temps, je suis seule. Je rêve de moi, entourée de personnes sur qui je peux compter, avec qui je peux rigoler. Je regarde les autres s'amuser, rire, jouer mais je n'ose pas m'approcher. L’atterrissage est pour bientôt Au fur et à mesure, le nuage dans lequel je suis s'allège. De temps en temps, des gouttes...

lire plus
La Drogue

Paraitre n’est pas être

Sacha ne va pas très bien, pour être vrai et dire les choses avec ses mots. Elle ne va pas bien. Pourquoi ? Parce qu’elle ne se reconnait pas dans le monde tel qu’il semble fonctionner aujourd’hui. Suis-je la seule ? Je me sens seule et au fond de moi, je sais que je ne suis pas la seule à me sentir seule. Comment évoluer dans un monde où tout n’est que pression sociale ? Ne jamais montrer ses émotions, toujours sourire, être attentionnée, patiente, ne pas penser à soi pour ne pas paraitre égoïste. Nous traversons une période où les rapports entre les gens n'ont jamais été aussi froids. Plus de sorties et plus de nouvelles connaissances. Nous restons sans évoluer, cloisonné·e·s dans nos bulles sociales. Nous sommes contraint·e·s de nous éloigner des autres. Comment...

lire plus
La ferme, l’école et la ferme encore

La ferme, l’école et la ferme encore

Julien et les animaux de sa ferme, c’est une histoire presque aussi longue que sa vie ! Depuis toujours, il côtoie et travaille avec vaches et moutons et partage ses émotions avec ses ami·e·s à poils. Pour la suite, c’est moins clair, mais comme il le dit, la ferme fera toujours partie de sa vie ! Une histoire de famille L’agriculture et les animaux, moi j’adore ça. Aujourd’hui, j’ai 13 ans et je travaille dans notre ferme depuis près de 10 ans ! Petit, à seulement 3 ans, je voulais déjà aider mon père. Avant, je préférais de loin les machines : tracteurs, moissonneuses-batteuses, ensileuses... Maintenant, je préfère travailler avec les animaux même si aller faire un tour de tracteur, ce n’est pas de refus ! Mon père, probablement comme son père avant lui, est dans...

lire plus
Harcèlement, de l’ombre à la lumière

Harcèlement, de l’ombre à la lumière

Pour Chloé, c’est parfois plus facile d’écrire sur le harcèlement scolaire que d’en parler à ses proches. Voici ce qu’elle a vécu et comment, voici les différentes pistes ou moyens qu’elle propose pour en sortir ! L’enfer en primaire Le harcèlement est un sujet qui me touche énormément. Je l’ai subi pendant mes années à l’école primaire. Heureusement pour moi, tout cela s’est arrêté une fois que je suis entrée en secondaire. Le harcèlement peut avoir beaucoup de conséquences : le manque de confiance en soi, le manque d’amour propre. Il peut aussi avoir des impacts sur la sociabilité, entrainer une grande solitude … Pendant que j’étais harcelée, on me disait que j’étais amoureuse d’une personne ou, comme la plupart de mes ami·e·s étaient des garçons, on me disait...

lire plus
Mon stress et moi

Mon stress et moi

Le texte qui suit est un peu particulier, un peu spécial ! Inès a imaginé un dialogue entre elle et son stress ! À chaque moment de la journée, elle s’exprime et lui aussi ! 7h Inès / Mon réveil sonne. Je me réveille, devant ma garde-robe. Je prends une éternité - ou deux - à choisir une tenue. Il est 7h et déjà, je me prends la tête.Le stress / Son réveil sonne. Je me réveille avec beaucoup d'énergie et, tout de suite, je commence à m'activer. Elle est devant sa garde-robe et je décide de l'embêter : “Cette jupe ? C'est trop court, tu vas te faire renvoyer. Ça, c'est trop moulant, tu n'as pas le corps pour mettre ce genre de trucs. Ça, c'est trop fleuri, ce n’est clairement plus à la mode, tout le monde va se moquer de toi.” 8h25 ⇒ 8h30, arrivée à l’école Inès /...

lire plus
Lueur d’espoir

Lueur d’espoir

Même si les beaux jours s’annoncent, c’est parfois compliqué de percer le marasme et de trouver la lumière. Chez Wafae pourtant, brille une petite mais indéfectible lueur d’espoir qui flingue tous les brouillards ! C’est compliqué En tant que jeune Bruxelloise, je m’informe assez régulièrement de l’actualité de notre belle capitale et j’accorde beaucoup d’importance au domaine social. Dans ce secteur, il est vrai que les nouvelles n’ont pas été très rassurantes... Épidémie, mesures sanitaires difficiles, violences policières, racisme, délinquance, précarité sociale, dépression chez les jeunes et les personnes âgées, harcèlement de rue, féminicides et bien d’autres thèmes encore plus durs les uns que les autres, ont été abordés dans les médias ces derniers mois. Je...

lire plus
Être heureuse quand la famille va mal

Être heureuse quand la famille va mal

Parfois c’est compliqué, parfois, c’est bien pire que ça. Parfois, il y a des bobos et parfois il y a de gros dégâts, des choses qui se cassent, se brisent, ne se réparent pas… Pourtant, malgré tous ces parfois, on peut avancer, continuer à y croire et au bout du compte, après des mois ou des années, on peut trouver la sortie du tunnel. C’est ce tunnel et cette sortie du tunnel que nous raconte une jeune auteure anonyme Les hommes autour de moi Depuis ma naissance, j’ai majoritairement été entourée d’hommes et j’ai vite compris qu’ils avaient une grande influence sur moi, sur la manière de me comporter ou de parler, sur mon rôle ou ma position de fille puis de femme dans cette société bien compliquée. J’ai deux grands frères, un père bien présent. Pour moi, tout a...

lire plus
Théâtre !

Théâtre !

Pour Lisa, tout s’éclaire quand vient la scène ! Passionnée, elle nous parle de son activité préférée, de comment elle vit, elle vibre quand le rideau se lève. Suivons la sur les planches ! Tout commence à mes 9 ans Ça fait huit ans que je fais du théâtre. Actuellement, je suis dans la section art dramatique de mon académie et j’adore ça. Pourtant je suis assez timide. Je me souviens encore d’un monologue que je devais jouer, devant toute ma classe, pour mon cours de français, en troisième secondaire. J’étais restée tétanisée au milieu de la scène sans pouvoir dire un mot. Pourtant, ça faisait quelques années que je faisais du théâtre et j’avais déjà fait plusieurs représentations. Je n’ai jamais vraiment compris pourquoi j’étais dans cet état-là lors de ce...

lire plus
L’abus sexuel

L’esprit de compétition dans le sport

Lise a 12 ans, depuis qu’elle en a 6, elle fait de la gymnastique. Si elle a commencé ce sport, c’est parce que son frère pratiquait aussi ce sport et aussi, évidemment, parce qu’elle en avait envie ! Pourtant, tout n’a pas toujours été facile ! J’ai toujours bien aimé ce sport, mais ça, c’était avant que je commence les compétitions … J'ai commencé la gym parce que mon frère en faisait aussi et parce que j'aimais bien. À l’époque, je ne savais pas si j'allais vraiment accrocher. Je voulais surtout imiter mon frère. Lors de ma première compétition, j'avais 10 ans. Je m’y étais lancée parce que j'avais le niveau et l'envie d'essayer. Première compétition Aujourd’hui, je constate que, pour moi, les compétitions, c'est beaucoup trop de stress. J'avais l'impression que...

lire plus
Scoutisme en ligne

Scoutisme en ligne

Il n’y a pas que l’enseignement qui a dû s'adapter au confinement. C’est aussi le cas des mouvements de jeunesse, du scoutisme. Voici l’opinion de Mathis, alias Callimico feu follet, à ce sujet ! ”Une simple grippe …” Mars 2020. On apprend la nouvelle. On est confiné deux semaines pour une grippe un peu plus virulente. Je suis déçu, notre weekend scout dans les Ardennes est annulé. Je pensais pouvoir reprendre rapidement les réunions, mais malheureusement cette “simple grippe” fait beaucoup plus de ravages que prévu. Je ne l’ai pas tout de suite compris, mais en fait, ça voulait dire plus de réunions à respirer l’air frais, à mourir de froid et à parcourir la forêt en sentant les branches craquer sous nos pas. Heureusement j’ai pu faire un camp complet, 15 jours...

lire plus
La perte

Méfiez-vous des apparences

Aujourd’hui, quand elle croise une nouvelle tête, Afghana s’abstient de lui coller trop vite une étiquette, de la classer dans un tiroir. Plutôt que mal penser et trop vite, elle prend le temps de la connaître et de la découvrir. Vivre dans un corps parfait ? Qui n’a jamais rêvé de vivre, le temps d’une journée, dans le corps de quelqu’un·e de parfait·e ? Juste pour savoir ce que ça ferait. Moi j’en ai déjà eu envie. Je me suis demandé si, en ayant une belle physionomie, je serais plus appréciée et écoutée. Quand je cherche la définition du mot apparence ce que je trouve c’est : aspect extérieur, considéré comme différent de la réalité. Pour moi, c’est tout à fait ça. L’apparence c’est superficiel, ce n’est que l’image que tu renvoies de toi aux autres. Souffrir...

lire plus
Plume dans le goudron

Lumière blanche

Nouveau témoignage d’un parcours sur le scoutisme et sur une épreuve, particulière, celle de la qualification. En général, mais cela change parfois selon les unités et les mouvements de jeunesse, elle arrive lors du deuxième grand camp. Swala Je m’appelle Clara et chez les scouts c’est “Swala Lumière blanche.” Swala, c’est le nom Swahili de la gazelle de Thomson. Pour lumière blanche, je vous explique tout de suite. J’ai 17 ans et je fais partie du mouvement scout depuis mes 6 ans au Roeulx. Je devais faire - grand maximum - 1,20 m quand ma maman m’y a inscrite. À vrai dire, tout était impressionnant là-bas, à commencer par le grand rassemblement « carré », le cris des chefs en nous appelant pour le rassemblement et le goûter ou tout le monde se jetaient sur les...

lire plus
Enfant d’une jeune maman

Enfant d’une jeune maman

Sur Scan-R, on a déjà publié des témoignages de jeunes femmes devenues mamans. Malika par exemple, nous parlait du chemin de la maternité. Fiona, c’est l’inverse. Elle n’est pas maman mais sa maman était très jeune quand elle est née. Arrivée tôt ... Ma maman m'a déjà dit que j'avais changé sa vie, car à la base, je n'étais pas prévue. D'après le médecin, elle devait se faire opérer. Mais, après une prise de sang, on a compris qu’elle était enceinte. Eh oui, elle attendait une fille, elle était enceinte de 4 mois et demi. Elle n’avait que 18 ans, mais elle a très bien pris la nouvelle, entre autres parce qu’elle avait mon papa. Ils avaient déjà une maison qu’ils louaient à l'époque. Comme ma maman avait travaillé en tant que baby-sitter quand elle était étudiante,...

lire plus
Ma vie de détenu pendant la grève des prisons

Ma vie de détenu pendant la grève des prisons

Le parcours de Côme, ce n’est pas son vrai prénom, est très compliquée. Alors qu’il était tout juste majeur, il a séjourné dans les prisons bruxelloises de Forest puis de Saint-Gilles. Là, comme si l’emprisonnement n’était pas suffisant, il a vécu des journées et des nuits compliquées à l’extrême : les gardiens étaient en grève(1). Il nous raconte son histoire. À peine majeur et en prison J’ai été en prison pour la première fois en 2016. Je venais d’avoir 18 ans, j’étais encore un gamin. J’ai d’abord été à la prison de Forest. Quand je suis entré dans ma cellule, j’étais avec deux hommes, un de 29 et l’autre de 38 ans. Je suis arrivé et ils étaient choqués de voir que, si jeune, j’étais en prison… Normalement, j’aurais dû dormir sur un matelas à même le sol, mais...

lire plus
Troupeau de moutons

La détermination : indispensable pour réussir sa vie ?

Pour Ephraim, c’est très clair : rien ne peut empêcher quelqu’un·e d’avancer dans la vie. Comme il l’écrit, tout se joue dans la tête et si la détermination est sans limite, tout le reste suit. Pour lui, concrètement, cette détermination l’a vraiment aidé à se dépasser et à se prouver que rien n’était impossible. D’un point de vue personnel, elle lui a donné l’envie de ne jamais rien lâcher. Expérience personnelle Je pense que la détermination est quelque chose d’essentiel, une arme redoutable pour réussir sa vie. Sur le plan personnel d’abord, je vous certifie que cette détermination a changé ma vie. Elle m’a beaucoup apporté, je dirais qu’elle a eu, sur moi, un impact mental et physique. Ces deux aspects sont intimement liés. J’estime que l’influence mentale...

lire plus
Je suis anti-connard

Je suis anti-connard

Le 8 mars est une journée particulière dans l’Histoire du monde. Cette journée-là, autrement dit, cette journée-ci, est la journée internationale des droits des femmes. En 1909, grâce au travail des femmes socialistes étatsuniennes est organisée une première journée du droit des femmes. En 1911, suite au travail de l’internationale socialiste des femmes est organisée une seconde journée ... Depuis plus d’un siècle, les revendications sont les mêmes : la fin des discriminations entre les hommes et les femmes. Dans son texte, c’est aussi de cela que nous parle Charlotte. Tentative de définition Je me suis vraiment intéressée au féminisme juste avant le confinement. Le sujet m’a intrigué, alors j’ai mené des recherches. D’après internet, le féminisme est “une doctrine...

lire plus
Il était une fois

Rêver ? Je le fais aussi éveillée !

Qu’elle soit énervée, triste ou perdue, Emy rêve éveillée, c’est un peu étrange, un peu bizarre mais pourtant, c'est son truc ! Fermer les yeux Rêver, mais d'une manière un peu particulière : je rêve éveillée. Certains font du vélo, de la course à pied … Eh bien moi, je rêve. Cela me permet, par exemple, de me calmer quand je suis énervée. C'est d'ailleurs comme cela que j'ai commencé à le faire. J’étais très agacée et je n'en pouvais plus des reproches de mon entourage ! Que ce soit mes parents, mes professeurs ou mes amis, cela ne cessait d'augmenter ma colère. Une colère qui brulait en moi ! Je me suis donc isolée dans ma chambre et je me suis couchée dans mon lit. J'ai fermé les yeux et une idée m'est apparue ... Rêver, mais consciemment ! Je l'ai fait une fois...

lire plus
Changer avec le scoutisme

Changer avec le scoutisme

Depuis qu’elle a 6 ans, Pauline, dont le totem est Wallaroo - un kangourou vivant dans une région très précise d’Australie - fait partie des scouts. Pour elle, contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, le scoutisme apporte vraiment beaucoup de savoirs, valeurs et principes … Toutes choses qu’elle n’aurait surement jamais abordées à l’école, lors d’activités extrascolaires. La rencontre Je suis l'ainée d’une famille de trois et j’ai toujours été quelqu’un qui prend beaucoup de place, j’aime me faire entendre, me montrer en spectacle… À la maison, j’étais le genre d’enfant qui en organisait tout le temps. En première primaire, trois personnes arrivent dans ma classe. Elles nous présentent le scoutisme, nous expliquent ce que c’est. Hyper emballée, je rentre...

lire plus
Coeur sombre

L’Homme n’est-il qu’une brute ?

Lalie est préoccupée par ce qui se passe, ou ne se passe pas dans le monde. Tracassée par l’intolérance, par le manque de compassion ou de compréhension. Elle nous propose un texte appuyé d’un terrible exemple, la catastrophe en cours des Ouïghours. Un monde de différences Aujourd’hui, la terre est criblée d’injustices. Que ça soit par rapport aux femmes, aux religions, à l’orientation sexuelle… La différence, pour certains, c’est anormal. Mais c’est quoi être normal ? Par définition, quelque chose qui est normal est conforme à la norme. Si quelqu’un n’est pas comme toi, peu importe le fond ou la forme, il n’est pas anormal, il est différent. Pour moi, en tant que jeune et future citoyenne responsable, il est de notre devoir de nous construire un esprit critique et...

lire plus
Les petits avis, épisode 11

Les petits avis, épisode 11

Scan-R, dès le départ, essaye de donner la parole à chacune, à chacun, à tout le monde ! Parmi les textes que nous recevons, certains sont trop brefs pour faire l’objet d’un témoignage. On a donc décidé d'en rassembler plusieurs. Voici donc les témoignages de Sacha, Dylan, Héloïse et Wiliame. Engagement, fidélité, loyauté et sincérité : les piliers d’une vraie relation par Sacha, 18 ans, Bruxelles Je vais vous parler de quelque chose qui est très important pour moi : l’engagement ! Depuis longtemps, j’ai cette envie de m’engager à fond dans tout ce que je fais, au niveau des relations, de ce que j’entreprends. Pour moi, cet engagement doit servir à aider les autres, à être utile pour des personnes qui ont besoin de soutien. Par exemple, j’ai toujours voulu...

lire plus
J’ai toujours eu peur de la mort

La danse réservée aux filles ?

Entre Mathéo et la danse, c’est une relation qui dure ! Il en est à sa sixième année de danse classique et veut apporter quelques précisions, quelques éclairages sur ce sport qui est, trop souvent, considéré comme réservé aux filles ! Plus tard, je ne pense pas devenir danseur professionnel, mais pour l’instant, la danse, je ne peux pas m’en passer. Pour la simple raison que quand je danse, mes sentiments ressortent et je ne pense plus à rien d’autre qu’à mon corps et mes mouvements. Mais avant d’aller plus loin, un petit point sur les garçons et la danse classique s’impose.   Un peu d’Histoire, un peu d’histoires   La danse classique est un sport, si si c’est un sport, qui a été répandu et énormément modifié pour ne pas dire réinventé par Louis XIV (1)....

lire plus
Nouveaux romantiques, actuels et nostalgiques

Nouveaux romantiques, actuels et nostalgiques

Laura se demande qu’elle est non pas “la” mais “sa” définition de l’amour, du coup de foudre. Pour elle, il n’y a pas un mais des amours : l'amour pour une autre personne, pour sa famille, l'amour pour la nourriture… Dans ce texte, elle nous parlera de l’amour entre amoureux. Les papillons Certains vous diront que le coup de foudre, c'est lorsque vous ne pouvez plus vous passer de l’autre personne, que vous pensez tout le temps à elle, que vous aimez être avec elle. Pour moi, ça va encore plus loin, c'est lorsque vous avez des papillons dans tout votre corps quand elle est avec vous, que vous avez mal au ventre quand elle vous parle, que vous ne pouvez pas imaginer faire votre vie sans elle. En vérité, il existe beaucoup de définitions de ce sentiment, de ce...

lire plus
Refus d’être dans une case

Ma chambre d’hôpital

Après les témoignages de Léa et de Louise voici celui de Lorena, elle aussi hospitalisée dans une unité pédopsychiatrique bruxelloise. La spécialité de cette unité : apporter une aide aux 8-14 ans et lutter contre les souffrances psychopathologiques. Ma chambre vue sur foot Je m’appelle Lorena, j’ai 15 ans et pour commencer, j’aimerais vous montrer ma chambre. Ah mais non, c’est vrai. Vous ne la voyez pas : voilà donc une raison de vous la décrire ! Petite précision avant cette visite : notre unité a connu un déménagement et, comme j’étais déjà présente, je fus la première à avoir cette chambre. J’ai donc évidemment pris la partie avec la fenêtre. Elle donne sur un terrain de football. C’est pratique d’avoir droit, quelquefois, à des matchs même si le foot, ce...

lire plus
Ce que les scouts m’ont appris !

Ce que les scouts m’ont appris !

”R.”, alias Mustang, a le scoutisme dans le sang ! Cela fait une dizaine d’années que ses weekends sont peuplés de rencontres, de nature, d’amitiés. Depuis tout petit, il est dans le mouvement scout (1) et plus les années passent, plus son implication est grande ! Depuis mes six ans Je suis un scout de la 3 ème unité de Mouscron . Depuis mes 6 ans, je suis aux scouts. Je vais vous raconter ce que les scouts m'ont appris : des choses que je n'aurais jamais pu apprendre autre part ou par moi-même. On ne nous a pas appris à faire des maths, des sciences ou une autre matière que l'on apprend à l’école. C'est une tout autre forme d'apprentissage ! On nous apprend à forger notre personnalité, ce que j’appelle le “moi intérieur”. Depuis que je suis aux scouts, je n'ai...

lire plus
Dans ma chambre d’hôpital

Dans ma chambre d’hôpital

Comme Léa, Louise, est hospitalisée dans une unité de pédopsychiatrique à Bruxelles. Dans cette unité sont hospitalisé·e·s des jeunes âgé·e·s de 8 à 14 ans qui présentent une souffrance psychopathologique telle que le milieu institutionnel transitoire ne suffit plus. Le moral et la concentration et moral de ces jeunes n’étaient pas toujours au rendez-vous de nos rencontres et écrire en « je » est pour elles et eux un véritable défi. Louise, 11 ans, est hospitalisée depuis plusieurs semaines. C’est à sa chambre et à ce qui s’y passe qu’elle s’adresse. Chère chambre 15/16, À vue d'œil, tu es parfaite mais en réalité tu ne me plais pas toujours. Déjà, j'aimerais changer de côté avec Charlotte, l’autre fille qui te partage avec moi. J’aimerais, comme chez moi, être du...

lire plus
Mon arrivée en Belgique

Léa est à l’hôpital

Durant plusieurs jours, Scan-R a installé sa rédaction dans une unité pédopsychiatrique bruxelloise. Ce service hospitalise de jeunes adolescent·e·s - âgé·e·s de 8 à 14 ans - qui présentent une souffrance psychopathologique importante qui dépasse les compétences d’un service ambulatoire. La concentration et le moral de ces ados ne sont pas toujours au rendez-vous de nos rencontres et écrire en « je » est pour elles et eux un véritable défi. Mon univers Je m’appelle Léa, j’ai 14 ans. Ici, je connais des hauts et des bas mais mon récit me montre que chaque jour, j’avance un peu plus. Mon endroit à moi, c’est ma chambre. Elle est grande. J'ai une colocataire prénommée Karolina, elle est géniale. Nos murs sont bleus clairs avec quelques motifs, des ronds et des...

lire plus
Money, Money, Money

Money, Money, Money

Money, Money, Money, en français, cela se traduit par “Argent, Argent, Argent” c’est une chanson d’Abba.* Ce titre se prête bien au texte de Pierre (le prénom a été changé). Pour lui, l’argent c’est quelque chose de très important. Il aime l’argent, il aime en avoir et voudrait que son portefeuille soit plus fourni demain qu'aujourd'hui, attention cependant, il n’est pas prêt à tout pour ça.   La bonne paye J’aime l’argent, et j’aime le compter quand il y’en a beaucoup. Ce n’est pourtant pas une addiction, non, c’est quelque chose de normal pour moi. À partir de ma première paye, j’ai développé une passion pour l’argent. J’ai travaillé en carrosserie, et quand j’ai reçu ma première paye, j’ai tout de suite été à la banque pour retirer l’argent en cash. Assis sur un...

lire plus
Sauvée

Sauvée

Dans l’armada des nouvelles compliquées, des mesures difficiles à comprendre, il y a parfois de la lumière. Les articles qu’on publie traitent parfois de la santé mentale de la jeunesse, articles qui peuvent se résumer par une dièse ou un hashtag, #cestpasfacile, le témoignage de Marissa est unique. Révélation L'école, ça me stresse. Parfois quand l'angoisse est trop forte, je fais des crises de panique. Pourtant, même si les points sont bons, même si les professeurs m’aiment bien, je me sens juste oppressée, mal à l'aise, en danger ... Parfois j’ai juste eu l’envie de mourir. À force, j'ai été déscolarisée et j'ai développé des phobies sociales. “On” a dû prendre la décision de me faire hospitaliser en pédopsychiatrie. Après avoir appris la nouvelle, j'ai beaucoup...

lire plus
Médias et identité

Médias et identité

Marcher droit, respecter les normes, rentrer dans le cadre, suivre le troupeau, se faire avoir, accepter, renoncer à qui on est, se fondre, s’oublier, se morfondre, se soumettre, s’oppresser … Ce ne sont plus des mots pour Valeria. Furieuse contre les médias, furieuse de la majorité qui étouffe, elle prend son clavier et nous offre une page légitimement contestataire ! Noyée Qui suis-je ? Que suis-je ? Comment arriver à me représenter différemment dans une société où on veut que tout le monde soit pareil et se nourrisse des mêmes informations ? J’ai l’impression que les médias m’oppressent, me désaccordent. Ils voudraient que je me reconditionne en une personne que je ne suis pas et que je ne veux pas devenir. Je sens les masses vouloir me pousser et m’écarter....

lire plus
C’est du bon sens !

C’est du bon sens !

Avant tout, Romain, 19 ans, souligne que ce qu’il nous écrit n’engage que lui. Il écrit qu’il existe autant de visions du monde que d’êtres humains, tous et toutes influencé·e·s par leur environnement, leur éducation, il est donc normal que mon avis soit loin de faire l'unanimité. Dans sa vision, plutôt humaniste, il nous invite à la discussion, à l’interrogation et à l’introspection. Les incohérences Du haut de mes 19 ans et loin, donc, de présenter les faits qui vont suivre comme pleinement véridiques, je ne peux m’empêcher de remarquer une multitude d’incohérences dans le monde. Nombreux savent que la situation planétaire actuelle n’est pas rose ; à toutes les échelles, de multiples problèmes menacent notre futur. Malgré cela, même si nous sommes embourbés dans...

lire plus
Covid : quelle influence sur les enfants ?

Covid : quelle influence sur les enfants ?

Luca a 19 ans, il est bruxellois. Cette année, il réalise son service citoyen. Depuis qu’il a six ans, il fait aussi partie des mouvements de jeunesse. Cette année, il en est à sa seconde deuxième année d’animation. Ce chef louveteaux s’occupe donc de garçons âgés de 8 à 12 ans, il adore le contact, l’échange avec les plus jeunes et se pose souvent cette question : quel effet le Covid aura-t-il sur le développement social des enfants et des préadolescents ? Difficile de comprendre Pendant mon stage du service citoyen, j’ai pu constater que les plus jeunes, âgés entre 3 et 5 ans, ne comprennent malheureusement pas la gravité que cette maladie peut avoir sur certaines personnes. Je pense qu’ils ne savent pas non plus que ce virus peut se transmettre très rapidement....

lire plus
Critical Mass : protestation internationale pour une utilisation plus importante des vélos !

Critical Mass : protestation internationale pour une utilisation plus importante des vélos !

Pour faire bouger les choses, il faut déjà réussir à échapper aux embouteillages et sortir de l’immobilité imposée ! Plutôt que de se lamenter, Aurelio a enfourché son vélo et, avec d’autres, elles et ils pédalent vers de nouvelles solutions ! Les villes, on le sait bien, sont des lieux difficiles. Pollution, surpopulation, rythme de vie stressant… Depuis le boom de l’utilisation privée des voitures dans les dernières décennies (1), les politiques publiques ont consacré une énorme partie de l’espace urbain de mobilité aux véhicules privés au détriment d’autres moyens de transport. L’espace urbain a été ainsi littéralement occupé et submergé par ce moyen de transport polluant et inefficace (2) avec comme conséquence principale une forte baisse de la qualité de vie...

lire plus
Le petit garçon qui rêvait d’être écrivain

Trouver sa voie dans le monde

Louis à 20 ans. En 2019, il a obtenu son certificat d'enseignement secondaire supérieur. Après, il s’est lancé dans une première année d’étude dans le supérieur et en informatique. Peu intéressé par les cours, lassé par ces études, il a cherché une nouvelle voie. S’orienter Au final, je suis désintéressé par l'informatique et je ne me vois pas du tout passer mes journées derrière un PC. Même si, déjà durant mes secondaires, je suivais l’option informatique pendant mes secondaires, je réalise que cela ne m’intéresse plus et je commence à chercher de l’emploi. Je postule pour tout et n’importe quoi du genre Colruyt, magasinier, vendeur, apiculteur, pompier, militaire etc. Conscient que j’étais en train de me perdre, je passe plusieurs entretiens d’orientations. Je...

lire plus
De l’enfant Objet à l’enfant Sauveur, chevalier blanc malgré lui

De l’enfant Objet à l’enfant Sauveur, chevalier blanc malgré lui

Se sentir perdu, inutile, insatisfait. Se demander à quoi on sert, pourquoi on est là, pourquoi on existe. Douter. Hésiter. Ne pas oser. Ne pas se connaitre, ne pas savoir quoi faire de sa vie, ne pas connaitre sa place tout en ayant le fort sentiment que sa place, ce n’est pas ici. C’est compliqué… La naissance de l’enfant-Objet Regarder les choses comme elles sont ou semblent et ne pas oser s’en aller. Rester là. Figé. Comme si des forces invisibles vous empêchaient de bouger. Puis se rendre compte, un jour, que ces forces ne sortent pas de nulle part. Elles existent réellement dans ce monde et se traduisent dans mon esprit par la responsabilité-coupable que mes parents, non, que ma mère, avait inconsciemment fait peser sur moi, son enfant-objet. À ses yeux,...

lire plus
Démêler le vrai du fake, le laid du beau

Démêler le vrai du fake, le laid du beau

Entre les dates, les propos, les avis d’experts, les volées de bois verts, les chiffres, les vaccins et tout ce qui se dit dans les médias à propos de tout cela, Clémentine est un confuse. Voici sa réflexion sur les médias ! Une expérience Peut-être l’avez-vous vu passer sur la toile en novembre dernier, peut-être qu’un membre de votre famille ou même votre voisin·e vous l’a envoyé. Réalisé en dix minutes et de manière grossière selon les propres termes de l’auteur, ce document dévoilait que le 12 mars 2021 serait la date potentielle d’un troisième confinement. Durant plusieurs jours, cette annonce a fait tanguer la toile. L’auteur, un trentenaire français, ancien étudiant en sciences humaines, révélera plusieurs jours plus tard dans une vidéo postée sur Youtube la...

lire plus
Année sabbatique, année gagnée !

Année sabbatique, année gagnée !

À en croire certains bruits familiaux, les conseils des sages ou certaines assemblées bien pensantes, l’année qui suit les études secondaires ne peut être qu’une nouvelle année d’étude, dans le supérieur cette fois. Il s’agit de savoir, très tôt, très vite, tout de suite ou carrément pour hier, quel est le chemin vers le monde professionnel … Maëlle n’est pas du tout d’accord avec ça. Elle nous explique pourquoi ! Se donner le temps pour mieux choisir Aaah, cette époque bénie dont on se souvient comme de celle de la liberté et de l’indépendance. Sortant des longues années d’obligations scolaires, la vie, enfin, s’offre à nous ! Enfin, ça c’est l’image qu’on a de la fin des secondaires avant de la vivre. Désormais, la perspective de cette étape est source d’anxiété...

lire plus
Le sauveur et la victime : ce n’est pas un Disney

Le sauveur et la victime : ce n’est pas un Disney

Compliqué de trouver les bonnes distances entre une jeune femme et un jeune homme, compliqué d’avoir, ne serait-ce qu’une vague idée de ce qu’est ou n’est pas l’amour, compliqué toujours de couper les ponts quand on les a patiemment construits au fil des années ... Jack Je m'appelle Camille, j’ai 24 ans et je vais vous parler d’une situation que je vis en ce moment et que j'appellerais la relation victime-sauveur. Dans cette histoire, je me positionne en tant que victime. Aujourd’hui, je suis encore en plein travail de déconstruction pour sortir de cette relation toxique. Vers mes 16 ans, moi jeune fille mal dans sa peau, je le rencontre lui, garçon pas à l’aise non plus. Appelons-le Jack. Une amitié se crée et grandit au fur et à mesure des années. On ne le voit...

lire plus
De Belgique à l’Amazonie, mes chemins de traverse

De Belgique à l’Amazonie, mes chemins de traverse

Il n’y a pas de poésie, pas de beauté dans les autoroutes… ça file tout droit, ça va vite, on s’arrête rarement pour discuter avec quelqu’un·e d’autre que le vendeur ou la vendeuse du restoroute … Pour me rendre d’un point A à un point B, rien de tel que les bandes bitumées mais n’existe-t-il pas aussi, des petits chemins de traverse ? Le déclic Après avoir terminé un bachelier en langues et littératures modernes, je me suis rendu compte que ces études ne m’inspiraient absolument pas lorsque je songeais à mon avenir. Le déclic s’est fait lors de mon Erasmus à Madrid. Ce voyage m’a permis de prendre du recul par rapport à ce que je faisais en Belgique. J’ai commencé à réaliser qu’il y avait plein d’autres parcours possibles, il suffisait juste de sortir des sentiers...

lire plus
Trouvez le job de ses rêves et être confinée

Trouvez le job de ses rêves et être confinée

Pour Suzon, 23 ans, l’année 2020 allait être son année, fraîchement diplômée, elle avait envie de croquer la pomme, de réaliser ses objectifs qu’elle s’était fixés, de vivre tout simplement. Les objectifs ont été atteints mais … L’animatrice de la Maison des Jeunes (MJ) de la ville de Soignies, nous explique ... Ça commençait bien ! 2020 commence. Nouvelle année, nouveau départ. Fraîchement diplômée en communication, je me fixe trois objectifs : trouver du travail dans le secteur de l’animation socioculturelle, passer mon permis, trouver un chez moi. 25 janvier : j’ai le permis en poche, 28 janvier : je signe mon contrat à la MJ de Soignies en tant qu’animatrice. Je ne pouvais pas rêver mieux. L’année commence très bien. Le 16 mars, comme tous les jours depuis plus...

lire plus
Ma découverte de l’art

Ma découverte de l’art

Loïc aura eu besoin d’un peu de temps pour découvrir et aimer l’art. Aujourd’hui, musique, musées, tout y passe ! Plus encore, cela peut nous rapprocher les unes des uns et des autres et nous faire voyager dans le temps. Pas fan à la base Quand j’étais enfant, je détestais les musées. Je me sentais oppressé. Oppressé par un savoir qui me dépassait. Alors, au lieu de focaliser mon regard sur les peintures, j’observais minutieusement les visiteuses et visiteurs, se pavanant de tableau en tableau. Ils et elles bougeaient, parlaient, respiraient. Les tableaux, eux, restaient muets et ça ne me convenait pas. L’art c’est le … Durant mon adolescence, j’ai suivi une longue formation de piano classique. Comme j’étais d’un naturel studieux, mon niveau évoluait rapidement,...

lire plus
L’humanité cette belle immunité

L’humanité cette belle immunité

Le parcours de Célia (le prénom a été changé) est compliqué, très compliqué. Aujourd’hui, c’est en prison qu’elle se trouve. Malgré tout, malgré ce parcours qu’elle ne conteste pas, malgré les conditions déshumanisées de son actuelle existence, elle garde une envie d’avenir, un truc qui brille dans les mots qu’elle partage. Neuf mètres carrés. Dans ma vie, en 27 ans, j’ai dû faire face à une succession d'évènements pas évidents. Quand j’y repense, ce qui m’a permis de garder la tête hors de l’eau, c’est l’espoir. Cette part d’humanité, de vie qui résonne en moi et m’a aidée à surmonter divers moments tragiques. Face aux horreurs dans le monde, aux maladies, je me pensais immunisée. Pour moi, ce qui se passait ailleurs ne m’atteindrait pas. Jusqu’à ce que les...

lire plus
Média(scep)tique

Média(scep)tique

Guilherme nous le dit très clairement, il ne s’intéresse pas aux médias. Même si on peut se demander ce qu’il met exactement derrière ce mot, il nous écrit quand même qu’il ne lit pas le journal, ne regarde pas le JT et n’écoute pas la radio. Voici donc, après les échos de LauraLaura, de Clémence et de Bastien, celui d’un autre jeune Bruxellois de 22 ans.   Déconnecté de l’actualité Les nouvelles abordées sont souvent sans impacts directs sur ma vie quotidienne ou du moins, je n’arrive pas à percevoir leur influence sur celle-ci. Je ne suis pas libre de choisir les articles qui me sont proposés. Certes, je peux choisir le média que je souhaite consulter mais le contenu qu’il propose ne répond pas à mes attentes concernant l’actualité. Il vise un public cible...

lire plus
Plaidoyer pour le jeu vidéo

Plaidoyer pour le jeu vidéo

Basile aime les jeux vidéo dans son texte, pour lui, en période de Covid, plus encore qu’en tant normal, c’est un lien avec les autres, un moyen de s’évader de la morosité ambiante. Souvent décriés, considérés par une partie plus âgée de la population comme “abrutissants et sans intérêt”, les jeux vidéo sont un point de divergence entre les générations. En janvier 2018, l’Organisation mondiale de la santé, reconnaît même l’addiction aux jeux vidéo comme étant un trouble mental au même titre que la dépendance à la cocaïne. Il convient cependant de voir ce qu’il en est suite à l’explosion de l’industrie susnommée en période de confinement. Pour vous donner une idée, la croissance du secteur est passée de 142 à 180 % par rapport à l’année dernière. Avant 2020 Combien...

lire plus
Une maison de jeunes … sans jeune

Une maison de jeunes … sans jeune

Voici le texte d’Ambre, animatrice de la Maison des Jeunes (MJ) de Banneux, petit village de la commune de Sprimont situé dans la province de Liège. Son texte est le premier que nous avons reçu lors de la campagne Parle nous de ta MJ. Avant, ici, à la Maison des jeunes (MJ) de Banneux, ça bougeait d’enfer ! Des activités, des projets, de la culture, de la danse, de la musique, des voyages, des débats et j’en passe. Une belle équipe de jeunes bien présente ! À l’école des devoirs, dans l’accueil, dans les projets, dans les activités, les voyages et j’en passe encore … Tous les jours ça tournait. On s’parlait, on s’consolait, on s’écoutait, on jouait, on riait, on s’éveillait, se soutenait, se taquinait, on mangeait ensemble. Le parfait mélange d’humain et d’éveil....

lire plus
Information, le poids des mots

Information, le poids des mots

Laura, elle aussi, a participé à nos ateliers autour des médias, de l'information. Aujourd'hui, elle pose une question très intéressante, est-ce qu’un mot est tellement neutre ? Est-ce que le choix des mots que font les journalistes pour faire passer une information ou l’autre ne change pas aussi le contenu de cette information ? À mes yeux, ça va de soi : personne ne peut être totalement objectif. Je pense que, bien souvent, ce qui nous dévoile l'angle de vue auquel est soustrait un média, c'est le langage employé et la façon dont il est utilisé. Les termes choisis renferment beaucoup de données sur la direction que prendra le débat, quel public est visé, et à qui cela profite. Je pense qu'il y a un bénéficiaire derrière chaque article traité. Pour le même fait...

lire plus
Un monde triste

Scoutisme confiné

Pour Morgane, 19 ans, les choses sont claires … Être dans le scoutisme, c’est une expérience, tout simplement, fabuleuse. Gambader dans la ville, dans les bois avec ses ami·e·s quand le Covid frappe à nos portes, qu’on se retrouve masqué voire muselé, c’est pas évident. Morgane nous explique comme sa troupe a conjugué le tout. Un grand jeu Être scout·e, c’est super important mais pas que pour moi… En Belgique, 180 000 jeunes vivent cette aventure. Une aventure mais aussi une leçon de vie parce que le scoutisme c’est se développer, des valeurs, des rencontres ou comme Baden-Powell (1), fondateur du scoutisme, le concevait : un grand jeu. Malheureusement, la crise sanitaire a obligé grand nombre à arrêter leurs activités, mais le scoutisme ne s’est pas laissé faire....

lire plus
Difficile d’être sereine pendant la crise

Difficile d’être sereine pendant la crise

J’ai la chance de vivre ce confinement dans une maison avec mes parents et mon petit frère, avec qui je m’entends bien, et de pouvoir faire des choses que j’aime, que je ne prends pas toujours le temps de faire en temps normal car je suis emportée par le rythme de vie citadin. Voilà donc que je prends le temps de lire des livres, de coudre des masques, de rendre service à mes grands-parents, d’apprendre l’espagnol et de faire des siestes au soleil. Pourtant, difficile d’être sereine pendant cette crise. Avec les mesures prises par le confinement et la distance sociale, on a tendance à se replier sur soi et à passer beaucoup de temps derrière nos écrans. Personnellement, j’ai beaucoup trainé sur internet et mes parents aussi. Mon avis, par rapport à la crise,...

lire plus
Maisons des jeunes, maison en ruine

Maisons des jeunes, maison en ruine

Olivier, animateur à la Maison des Jeunes (MJ) La Clef, nous offre son ressenti par rapport à son travail, par rapport aux jeunes. En prenant le temps, il décortique et observe. Ça se détricote … Maison des Jeunes. J’ai toujours pris ce mot “maison” à son sens premier. Un endroit où on est accueilli, où on se sent bien, au chaud ; où on peut échanger, se rencontrer et grandir en sécurité. Aujourd’hui, nos maisons sont en ruine. Tout ce qu’on a pu bâtir patiemment, au fil du temps, tous ces liens qu’on a tissés, tout cela a été abattu sous les coups de butoir de la pandémie et de décisions dont on cherche, parfois, encore le sens. Abandonné·e, une fois de plus ? Les Maisons de jeunes ont été assimilées aux mouvements de jeunesse. Or, à mon sens, nous sommes bien...

lire plus
Ma réorientation: une route sinueuse

Ma réorientation: une route sinueuse

Longtemps, entre les animaux et l’art, le cœur d'Amélie s’est balancé. Après avoir terminé des études dans le domaine du second, elle revient à sa passion poilue. Récit d’une route une peu sinueuse ou tout se termine bien ! Le départ Depuis mon enfance, je suis attirée par les animaux. J’ai directement été mise en contact avec des chats et chatons à la maison. À partir de mes 3 ans, un chien a rejoint l’aventure. Dans ma rue de campagne, nombreux étaient les champs où restaient des chevaux. J’allais les voir régulièrement et je passais un bon nombre d’heures dans le fond de mon jardin à côté des clôtures de la ferme voisine pour regarder vaches et chevaux. Les yeux fermés, je jouais avec mon chien, un Golden Retriever, comme si, d’autres cousins de sa race, il...

lire plus
Mon média presque parfait

Mon média presque parfait

  Il y a peu, des jeunes ont participé à un atelier Scan-R autour des médias, de l’information, des news. Après le buffet de l’info proposé par Clémence et le dégoût de l’actualité de Bastien, voici le média presque parfait de Jonathan. Bus, métro, l’info Pour commencer, la relation que j’ai avec l’information est surtout tournée vers le journal gratuit Métro, je le lis pendant mon trajet en bus. Après, je n’ai pas vraiment le temps de vérifier chaque article pour savoir si je peux m’y fier ou pas. La forme du média auquel je pense serait soit différents articles comme dans un magazine ou encore comme un livret. Soit il serait sous forme de capsule vidéo ou podcast mais d’une durée assez courte ne dépassant donc pas les 5 à 10 minutes. La dernière forme que...

lire plus
Être (trop) sensible

Être (trop) sensible

Vous est-il déjà arrivé·e de vous sentir dans un mauvais mood, anxieuse ou anxieux, stressé·e après avoir regardé un film, un reportage ou encore après avoir entendu une histoire ? Si oui, et c’est Jessica qui vous le dit, vous n’êtes pas seul·e ! Tout me bouleverse Je m’appelle Jessica, j’ai 24 ans et je suis quelqu’une de nature sensible et très émotive. Je me souviens d’un jour où j’étais au téléphone avec des amies et l’une nous racontait l’histoire d’un garçon de 7 ans qui se faisait taper et séquestrer par sa mère : c’était un enfant non désiré et qui, finalement, en est mort. Je vous passe les détails mais quand elle a terminé son histoire, j’en avais les larmes aux yeux et je me suis sentie mal toute la soirée alors que mes amies ont su très rapidement...

lire plus
Dégouté de l’actualité

Dégouté de l’actualité

Poussé à la réflexion lors d’un atelier Scan-R autour des médias, Bastien s’est rendu compte qu’il y avait bien des choses à dire sur ce sujet. Jusqu’alors il n’avait eu l’occasion de s’interroger sur la relation qu’il entretient avec les médias. Il n’avait, nous dit-il, jamais remarqué à quel point sa relation aux médias avait changé et évolué au cours des dernières années. Pourquoi est-ce qu’il n’en consommait pratiquement plus ? Quelles étaient les raisons ? Je me concentre sur moi D’abord, je me suis dit que la première des raisons c’est que ce qui me porte, ce qui me fait vivre en ce moment c’est la recherche d’objectifs. Je ne sais pas encore ni comment je vais vivre ma vie ni à quoi je vais la consacrer. Je me concentre donc exclusivement sur ma personne...

lire plus
Bienvenue au buffet de l’info à volonté !

Bienvenue au buffet de l’info à volonté !

Entre malbouffe et information, Clémence trace une série de parallèles plutôt intéressants. Plutôt que de se faire gaver comme un canard, elle nous propose une application magique qui nous permettrait de nous informer, en vrai, de ce qui se passe dans le monde sans tomber dans l’infobésité, sans renoncer à l’info de qualité. Faim de connaissance Tout comme la nourriture, la connaissance est aujourd’hui devenue un besoin essentiel car elle a été capitalisée. Je m’explique. De nos jours, posséder de la connaissance, ou un « capital culturel », c’est s’assurer d’acquérir du capital économique, social et symbolique. Autrement dit, de l’argent, une meilleure classe sociale et plus de prestige. Par exemple, si vous étudiez à l’université et obtenez un master, cela vous...

lire plus
Confinement, 9 mois après

Confinement, 9 mois après

Ce vendredi 18 décembre 2020, à Namur et en direct sur Facebook, nous présentions notre livre. Pour cette présentation, nous avions invité différent·e·s membres de nos comités, le Délégué général aux droits de l’enfant, Youssef Swatt's et, évidemment, des jeunes dont le texte a été repris dans notre ouvrage. Parmi ces jeunes, Robin à qui nous devons l’article À quoi sert un toit lorsque la tempête est dans le cœur ? En principe, c’est ce texte qu’il allait nous lire mais, et c’est bien, c’est très très bien comme ça, il a décidé de faire autre chose ! Je ne vais pas lire mon texte. Si vous voulez le lire, le livre est disponible. Je sais que je suis en dehors de ce qui m’a été demandé mais je voudrais faire passer un message, à tous les jeunes présents, ceux qui...

lire plus
Homosexuel, il a dû fuir son pays

Homosexuel, il a dû fuir son pays

Selon Amnesty (1), aujourd’hui dans le monde, une septantaine de pays considèrent qu’avoir une sexualité différente de celle recommandée ou reconnue par la majorité des religions ou les traditions est un crime, une maladie, une honte. Ces pays pénalisent, emprisonnent, torturent ou condamnent à mort les personnes qui ne sont pas dans la norme. Shukri, en danger en Éthiopie, a dû rejoindre la Belgique pour sauver sa vie. En Éthiopie Je suis né en Ethiopie (2). D’après une étude datée de 2007, 97% des gens sont homophobes. Ma famille était très conservatrice et religieuse. Depuis que je suis enfant, j’entends des choses négatives sur les LGBTQI+ (3) et cela a été très compliqué pour moi de m’accepter comme je suis. J’ai dû me battre avec moi-même, cacher mon...

lire plus
Se donner toutes les chances

Se donner toutes les chances

Le parcours de Karla n’est pas un parcours tout à fait classique… Elle n’est pas née en Belgique, n’a pas forcément les mêmes repères que tout le monde mais cela ne l’empêche pas d’aller de l’avant ! Pourquoi ? Pourquoi suis-je là ? Pourquoi suis-je différente ? Pourquoi je fais ça ? Comment suis-je arrivée ici ? Voici quelques-unes des questions qui me traversent l'esprit. Ce sont des questions que nous nous posons tous lorsqu’on arrive dans un nouvel endroit. Enfin, du moins, c’est ce qui s’est passé pour moi. Je m’appelle Karla, j’ai 17 ans et je proviens du Salvador (1). Je suis encore jeune mais j'apprends à découvrir un nouveau et beau pays : la Belgique. Même si, au début, je me suis sentie très différente non seulement parce que j’étais dans un nouveau pays...

lire plus
Addict. Accro. Dépendante

Chocolat & mozzarella : la mixité culturelle vue par un fils d’immigrés italiens

Si le grand-père d’Alexandre était amené à parler de ses lointains aïeux, il ne commencerait probablement pas par “Nos ancêtres les Gaulois…” mais plutôt par “Nos ancêtres les Romains…” Ce qui est plutôt pénible, c’est qu’encore et toujours, des individus le ramènent, le raccourcissent, le réduisent à ces lointaines origines. ”Je viens du Sud…” "Je viens du Sud, et par tous les chemins, j'y reviens (1)", cette petite phrase ne vous dit peut-être rien, c'est le refrain d'une chanson, un peu ringarde, de Michel Sardou. Cette citation, c’est, un peu, l'histoire de ma vie : mes grands-parents italiens ont immigré en Belgique à la suite de la demande gouvernementale pour engager des mineurs et relancer l'économie belge (2). Je ne vous apprends rien : quand l'immigration...

lire plus
Travailler, c’est ça la vie

Rester vrai

Devons-nous toujours nous adapter aux standards ? Correspondre à ce que la société semble attendre de nous ? Devons-nous plier aux rythmes exigés par l’école ou l’université ? Est-ce que, si je réponds positivement à ces questions, je serai heureux ? Les réponses de Gabriel, 23 ans, ne manquent pas de nuances. « L’avenir commence demain » Ce titre - celui d’un roman du célèbre Isaac Asimov(1) - rend, sans doute compte qu’il ne tient qu’à nous de modeler notre devenir. Quand on est jeune, il faut choisir une orientation professionnelle. À notre époque, on s’oriente souvent vers des études supérieures. Moi, j’ai commencé mes études par un bachelier en droit et me suis vite rendu compte que ça ne me convenait pas. La très grande rigueur de travail, je n’y étais...

lire plus
Á toi, qui lis ceci.

Jeune et lesbienne

Très tôt, Jeanne s’est rendu compte qu’elle n’aimait pas comme les autres… Elle était, est, attirée par les filles. Si l’annonce de son homosexualité a été précoce, elle en souffre encore et toujours aujourd’hui mais ne baisse pas les bras. Depuis toujours J’ai ressenti de l’attirance très jeune pour les filles, notamment une amie d’enfance. J’avais 8 ans. Je ne savais pas vraiment mettre des mots sur ce que je ressentais pour elle. Mais j’ai commencé à m’assumer en tant que lesbienne à l’âge de 11 ans. Je sais, c’est très tôt ! Mon coming-out (1) s’est bien passé. Certains membres de ma famille l’ont mal pris, je m’y attendais. Le coming-out n’est pas quelque chose d’obligatoire, mais j’en ressentais le besoin. Mes parents s’en doutaient... J’avais des manières de...

lire plus
Harcèlements quotidiens

Harcèlements quotidiens

Les journées de Luce se ressemblent et ne sont pas réjouissantes du tout. Chaque jour, c’est la même histoire, subir les commentaires, les gestes déplacés, tenter de fuir les nombreux pénibles. Épuisée par ces comportements, Luce tire le bilan Journée de merde, journée classique 7h27 Je rentre dans la station de métro pour aller à l’école. Il fait froid, très froid. Mon métro n’arrive pas, je fais un détour pour chercher un autre itinéraire quand soudain, je vois deux paires d’yeux m’inspecter de haut en bas. C’est deux gars dans la trentaine. Deux contrôleurs de la stib. Ils s’approchent et leurs deux voix se mêlent à leurs yeux obstinés: « Et toi ! T’aurais un numéro ? T’es vachement bonne ma chérie » ai-je entendu. Quand je cours pour essayer de fuir, je sens...

lire plus
J’ai toujours eu peur de mon mal-être

Honte de mes parents

Longtemps Sofian a eu des difficultés à assumer la profession de ses parents, à accepter que sa culture n’était pas la leur. Arrivé à l’université, c’est dans un tout autre milieu qu’il évolue, mais il ne s’y sent pas à l’aise non plus… Qui est-il au juste ? J’ai honte de mes parents J’ai honte que ma mère soit ouvrière dans une usine et ne connaisse pas le Premier ministre de Belgique. J’ai honte que mon père soit chauffeur de bus et ne connaisse pas Victor Hugo (1). J’ai honte du fait qu’ils ne connaissent pas ce que j’aime, et surtout, je regrette de ne pas pouvoir leur en parler.5h30 du mat’, j’éteins enfin mon ordinateur après l’annonce de la victoire surprenante de Donald Trump à la présidence des USA. J’ai tout suivi : les différents reportages, les...

lire plus
Qui fait le malin, tombe à l’internat

Qui fait le malin, tombe à l’internat

Pendant des années, Rayan ne faisait pas ses devoirs, ne travaillait pas à l’école, provoquait les professeur·e·s. Il a fait des bêtises assez grosses pour que sa mère n’ait plus qu’une solution, le mettre dans un internat. Le grand jour Ca y est, c’est le jour J. Ma mère me dépose à l’internat et repart. À travers les gouttes de pluie qui coulent sur la fenêtre de ma nouvelle chambre, je la regarde partir vers l’arrêt de bus. C’est très difficile, je fonce en pleurant dans la chambre d’un ami à moi, Ricardo, et lui demande pour appeler ma mère. Je retourne à la fenêtre de ma chambre avec le téléphone. Je lui dis : « Maman, c’est Rayan. Tu me manques, je veux que tu viennes me chercher ». En larmes, ma mère répond « Rayan, tu dois rester. C’est pour toi que je fais...

lire plus
Un type, un joint et une grand-mère

Un type, un joint et une grand-mère

C’est dans la fumée d’un joint que Lucas a cru oublier la tristesse liée à la disparition de sa grand-mère… Au bout du compte, hélas, il semble qu’il s’est plutôt oublié lui-même. Premier joint Je m’appelle Lucas, j’ai 16 ans et depuis que j’ai 12 ans, je suis fumeur de cannabis (1). Depuis 4 ans donc, je fume tous les jours. J’ai commencé après le décès de ma grand-mère. Cela qui m’a fortement aidé, non pas à oublier son départ mais plutôt à me contrôler, je suis quelqu’un de nerveux. Je ne prends aucun traitement mais je fume, et ça calme. Quand j’essaie de ne pas fumer, je deviens plus agressif, le cannabis c’est devenu une addiction. Je ne fumais pas du tout avant son décès mais le manque de ma grand-mère était trop important pour moi et je ne pouvais plus...

lire plus
Team papa ou team maman

Team papa ou team maman

Est-ce qu’on doit choisir un camp ? Est-ce qu’on doit être d’une, et d’une seule, tribu ? Entre son père et sa mère, doit-on vraiment opter ? Après avoir grandi à la campagne Sarah se retrouve à Liège. Elle passe d’un univers plutôt monochrome à un univers nettement plus nuancé. Doit-elle, aussi dans cette situation, épouser un monde plutôt que l’autre ? Tracer ma route entre deux autres Tu choisirais plutôt maman ou papa ? Probablement l’un des dilemmes les plus célèbres auquel on a tous au moins une fois été confronté. Mais si d’après André Gide (1), choisir c’est renoncer, je renonce pour ma part à faire un choix. Née d’un père marocain et d’une maman belge, j’ai assisté à l’exécution d’un contrat de compromis entre ces deux identités culturelles disparates. Je...

lire plus
Rater pour avancer

Rater pour avancer

  Jusqu’en février 2019, Catherine, 22 ans aujourd’hui, n’avait jamais rien raté. Son parcours scolaire et universitaire était une ligne absolument droite. En février 2019, elle découvre l’échec. Plutôt que de laisser tomber, de baisser les bras et de se dire qu’elle n’arriverait jamais à rien, elle a décidé d’apprendre de cet échec.   0/20 Avril 2016, dernière année à l’école secondaire. Le professeur tend un 0/20 à l’élève assis à côté de moi. Déjà, les commentaires fusent : “Mais comment c’est possible ? Une interro si facile ? Si déjà ça, il ne le réussit pas, que va-t-il faire de sa vie ?” J’entends déjà ses parents le disputer le soir en rentrant : “Tu n’es bon à rien, tu dois réussir !” Réussir, voilà le maitre mot de notre société depuis quelques...

lire plus
Mes ovaires, un calvaire

Mes ovaires, un calvaire

Depuis ses premières règles, le corps de Chloé ne fonctionne plus tout à fait normalement. Il a fallu beaucoup de temps, et de nombreuses consultations, pour qu’elle comprenne ce qu’il se passait. Quand elle apprend qu’elle est enceinte, c’est un choc mais l’histoire ne s’arrête pas là. Aujourd’hui, elle témoigne et nous livre un texte plein de questions, de doutes et de courage.   Premières règles Aussi longtemps que je me souvienne, le cadeau de dame nature n’a jamais été ni facile ni régulier. C’est le jour de mon douzième anniversaire que cette offrande m’a été faite, des douleurs plus ou moins grandes sont apparues dès le début. Il faut ajouter à cela les maux de tête, les saignements, la fatigue et le fait que ces règles n’apparaissent qu’une fois tous...

lire plus
Pourquoi, nous les jeunes, passons-nous de plus en plus de temps devant les jeux ?

Accro de la manette 

Pendant le confinement, l’ennui et l'absence de ses proches ont plongé Anas, au coeur du jeu vidéo. Aujourd’hui, il s’est rendu compte des conséquences et tente de retrouver une vie normale : une vie où on sort et fait la vaisselle sans trop rechigner. Une irrésistible envie de jouer Il est 11h00 du matin, je suis devant la console, manette à la main. Des chips salissent mes doigts, une bouteille de boisson pastèque-melon est un peu plus loin. Je suis bien, j’ai de quoi rester là quelque temps. Dans ma tête, je me donne la limite de quatre heures de jeux, pas plus. Ensuite, je sortirai avec mes copains. Pendant le confinement, j’étais déjà resté huit heures d’affilée devant mon PC, sans manger, sans me lever. J’en avais même oublié que j’avais des jambes ! Quand je...

lire plus
Moi, Bilal, “mec efféminé”

Moi, Bilal, “mec efféminé”

Certains sont des poilus, des tatoués, des durs à cuire, des cadors… Bilal n’est pas comme ça. Son truc à lui, son style, ne correspond pas aux standards de la mode. Libre, il fait ce qu’il aime et assume ses choix. Cette liberté est parfois lourde à porter. Les trucs des filles Je m’appelle Bilal, j’ai 16 ans et je suis ce qu’on appelle “un garçon efféminé.” J’aime la mode, j’écoute Ariana Grande, Lizzo, Billie Eilish , Nicki Minaj,… bref, des musiques que certain·e·s disent « de filles ». J’ai un style assez particulier, lui aussi perçu comme ”de fille” : jeans moulants, t-shirt coloré, veste qui cache mes fesses, converses. Je suis d’origine arabe, ce qui, semble-t-il à certaines personnes, ne me donne pas le droit, en tant que garçon, de m’habiller de façon...

lire plus
« Retourne dans ton pays »

« Retourne dans ton pays »

Acheter un paquet de chips est parfois extrêmement difficile. Rentrer dans un magasin et en ressortir - sans paquet de chips - et avec une envie de tout casser, c’est quand même assez particulier. Sale noir Je me rappelle d’un jour en particulier. Je me promenais en ville, je portais des chaussures rouges, un pantalon bleu clair et un pull à capuche gris. Comme j’avais faim, j’ai décidé de me rendre dans une épicerie du coin pour acheter des chips. En rentrant dans le magasin, j’ai tout de suite remarqué que tout le monde me dévisageait. Sur le moment, je n’ai pas compris puis cela m’a semblé évident : j’étais le seul noir. Voilà pourquoi ils me regardaient de cette manière : à cause de ma couleur de peau. J’ai décidé de faire comme si de rien n’était mais un...

lire plus
Je veux de la culture

Je veux de la culture

C’était il y a un mois, une semaine, une heure. Doit-on écrire “c’était” ? Le covid est encore partout, à peine caché derrière nos masques, il pèse sur nos vies, sur nos relations, nos envies… Déshydratée par le confinement, Eloïse espère désormais qu’elle pourra, et tout le monde avec elle, épancher sa soif de culture. Confinement Il y a plusieurs mois, le monde s’est arrêté de tourner. Il n’y avait plus d'interactions entre les gens, les contacts sociaux étaient minimisés, les écoles avaient fermé, la culture était mise de côté. Chaque journée ressemblait à la précédente. La vie devenait monotone. Tous les jours, les cas de contamination ne cessaient d’augmenter. Malgré la difficulté de cette période, il fallait garder espoir. Il fallait continuer de rêver. C’est...

lire plus
Les petits avis, épisode 10

Les petits avis, épisode 10

Scan-R, dès le départ, essaye de donner la parole à chacune, à chacun, à tout le monde ! Parmi les textes que nous recevons, certains sont trop brefs pour faire l’objet d’un témoignage. On a donc décidé d'en rassembler plusieurs. Voici donc les témoignages de Noémie, Georges, Najlaa et Izak. Jugée parce qu’en échec par Noémie, 16 ans, Liège Les jugements par rapport aux personnes qui doublent une année scolaire peuvent avoir un impact sur la confiance en soi. J’en ai fait les frais. L’année scolaire 2018-19 s’est mal terminée : je n’avais que deux échecs et j’ai, de peu, redoublé. Depuis, j’ai la sensation d’avoir perdu un an de ma vie. J’ai dû recommencer mon année avec des personnes que je ne connaissais pas et surtout, sous les regards de pitié et de dédain de...

lire plus
En wheelings

En wheelings

Longtemps, Florian a été le roi du canapé, le boss de la manette, le prince de l’intérieur. Aujourd’hui, grâce à ses copains et au vélo, c’est à l’extérieur qu’il passe l’essentiel de son temps. Le jeune Amaytois nous parle de sa Bike Life (1) ! À la maison Cela fait déjà deux ans que je m’entraine à faire des wheelings, des roues arrières en vélo. Cette passion m’aide à m’évader un peu du monde qui m’entoure. Depuis cette découverte, j’aime être à l’extérieur. Plus petit, ce n’était pas le cas : j’étais accro à la console et je ne sortais pas de chez moi. Je sortais uniquement pour aller à l’école. À chaque fois que mes amis venaient me chercher pour aller jouer dehors, je décidais de ne pas y aller. Le lendemain, à l’école, ils me demandaient pourquoi je ne...

lire plus
L’assiette de pâtes de trop

L’assiette de pâtes de trop

Lucie n’est pas à l’aise du tout avec son corps. Longtemps, elle s’est trouvée grosse, imparfaite... Tenant compte de tout cela, elle s’est demandé comment elle pouvait être aimée. Pour rentrer dans la norme et les standards des magazines, elle s’est fait vomir. Aujourd’hui, elle est dans une tout autre dynamique. Les bourrelets Devant le miroir, je m'examine. Je repère le moindre détail. Subitement, je m’aperçois qu’entre mes doigts, je tiens ce qui me rend si mal : mes bourrelets. Je tire et tire encore sur ces fameux surplus de graisse. Espérant de toutes mes forces qu'ils s'en aillent, je tire encore et encore. Malheureusement, ils sont là. Je les vois… Heureusement, mon copain, lui, ne les voit pas. Un garçon Il y a un an et demi, j'ai rencontré un garçon....

lire plus
Plonger dans la drogue et en sortir

Plonger dans la drogue et en sortir

Après une rupture amoureuse, après avoir longtemps refusé de tirer sur un joint, Pierre a cédé à l’envie, à la tentation... Il raconte les mécanismes qui, selon ses mots, l’ont conduit en enfer. Toujours selon ses mots, dans sa vie, il a fait beaucoup de mauvais choix mais le pire a été de commencer à fumer de la beuh.(1) Premier joint Au départ, mon frère fumait du cannabis et me proposait, souvent, de tirer quelques bouffées, quelques tafs... J’ai toujours refusé. Quand ma copine de l'époque m’a quitté, j’étais vraiment pas bien. Je suis allé chez un pote pour me détendre. Pendant deux heures, tous les deux, on a beaucoup discuté. Puis il m’a proposé un joint en me disant que ça me ferait du bien. J'ai fini par accepter. Sur le moment, ça m’a fait du bien, je...

lire plus
Un pied hors du bateau

Un pied hors du bateau

Quand Maya veut partir en vacances, pour peu que sa fortune le lui permette, tout est possible pour elle ! Prendre l’avion, voyager facilement, rencontrer d’autres personnes… Malgré cette possibilité fantastique, elle garde en bouche un peu d’amertume, une triste pensée. Elle va aux personnes forcé·e·s de quitter leur pays et doivent rejoindre des pays plus cléments. Elles et eux ne bénéficient pas de ces facilités, c'est plutôt tout le contraire. Clandestin·e Il a vingt-deux ans et vient d'Afghanistan. Elle a trente-quatre ans et a dû quitter la Syrie. Il a dix-huit ans. Derrière lui, il a laissé son pays, le Soudan. Elle a cinquante-sept ans et a pris la mer pour quitter le Moyen-Orient. Elles et ils arrivent en Belgique. Le voyage a été dur, long. Sur ce même...

lire plus
Exorcisée

Idées reçues

Pour Joanne, c’est clair, on fonctionne toutes et tous avec des stéréotypes, des aprioris, des idées reçues. Ce qui est tout aussi évident, et c’est magnifique, c’est qu’en apprenant à découvrir et à connaitre l’autre, on s’en rend compte très vite et que la différence se retrouve diluée dans l’humanité. Les stéréotypes sont universels Noir, blanc, jaune, arabe, juif, SDF, malade... Quelles sont les premières images qui vous sont apparues en lisant ces mots ? Quelles formes, quels détails avaient-elles ? Ces questions vous rendront peut-être indifférents, mais pour la majorité des personnes, ces mots les amèneront tout de suite à des stéréotypes. Dans les médias, avec les ami·e·s, un peu partout, on parle beaucoup du racisme ou des préjugés qu’on aurait sur une...

lire plus
Les petits avis, épisode 9

Les petits avis, épisode 9

Scan-R, dès le départ, essaye de donner la parole à chacune, à chacun, à tout le monde ! Parmi les textes que nous recevons, certains sont trop brefs pour faire l’objet d’un témoignage. On a donc décidé d'en rassembler plusieurs. Voici les témoignages de Luca, Christelle, Luca et Thomas.  Les héros meurent à la fin par Luca, 16 ans “La lame est remplie de sang, ses genoux touchent le sol, son coeur est transpercé par son ennemi juré. Le roi est tombé. En voyant ses amis courir, il se sent libre, mais la colline où il se trouve est remplie d’ennemis. Un tir le traverse et le fait tomber de la falaise. “ À sept ans, j’ai commencé à écrire une histoire et puis les années ont passé. J’ai aimé ça : écrire une histoire et devenir plus vieux. Le problème, c’est qu’en...

lire plus
#Blacklivesmatter, la manif

#Blacklivesmatter, la manif

De la sortie de la bouche de métro à la place Poelaert, Maya nous emmène à la manifestation du 7 juin 2020. Ce jour-là, plus de 10 000 personnes s’étaient donné rendez-vous pour dire non à la violence faite aux Noir·e·s. Je suis seule Masque sur la bouche, je sors de la station de métro. Je suis déterminée, mes épaules sont en arrière, mon dos est droit. Devant moi, deux amies souriantes discutent, un baffle en main, de superbes tresses plein la tête. Je m'engage dans la rue Royale, elle nous amènera au Palais de justice de Bruxelles, sur la place Poelaert. Je sens monter l’effervescence. Je croise d’autres individus. Personne ne se connait mais toutes et tous marchent dans la même direction. Toutes et tous, nous portons le masque, on ne voit que la moitié de notre...

lire plus
Parentification

Les coups

Anila avait une amie et puis, pour une bêtise, tout s’est compliqué. Plutôt que la situation se calme, revienne à la normale, tout a empiré. Après l’agressivité des mots arriva celle des gestes. Anila a choisi de se défendre avec le taekwondo. Rappelons tout de même, qu’on ne peut pas utiliser les arts martiaux n’importe quand, n’importe comment même si c’est pour se défendre… Ce n’est plus mon amie Tout a commencé à cause d’une dispute. Pas très grave, mais après, elle a commencé à dire du mal des gens, à être méchante. Je lui ai dit que c’était mal, qu’il fallait arrêter... Elle s’est retournée et j’ai vu son visage s’assombrir. Elle m’a regardée dans les yeux et m’a crié dessus : « Et mais… tu n’es pas mon amie ? » Je lui ai répondu que, bien sûr, j’étais son...

lire plus
Les cases

Les cases

Pour Zane, d’une part, il y a ce qu’on devrait être, aimer et faire à tel ou tel autre âge, ce à quoi on devrait correspondre à l’idée générale, dominante. D’autre part, il y a ce que l’on aime, ce que l’on est, qui on est. Cette seconde part souvent, parfois, isole des autres parce qu’on n’est pas dans la norme, dans les bonnes cases... C’est l’histoire de la vie de Zane. Il me laisse tomber Cinquième primaire, temps de midi, dans la cour. Je discute avec mon meilleur ami, à l’époque, le seul ami. Quelqu'un nous appelle. On se lève et on lui dit : “Que veux-tu ?”. Dans ma tête, la question était plutôt : “Mais qu’est-ce qu’il veut encore celui-là ?”. Il nous demande si on veut jouer avec lui. On acquiesce, mais il me rétorque : “Non, pas toi.” Je regarde mon...

lire plus
À quoi je sers ?

À quoi je sers ?

Dans le parcours d’une personne, l’adolescence est - probablement - un moment où les réponses trouvées aux questions permanentes sont le moins satisfaisantes. Difficile de trouver le chemin vers la fin du doute. Ce sentiment de malaise, de mal-être est parfois appelé spleen(1). Sombre période Tout a commencé l’hiver de ma quatrième secondaire. À cette époque, sans le savoir, je suis tombée dans une période sombre de mon adolescence. J’étais perdue… En tête, j’avais sans cesse les mêmes questions : “Qu’est-ce que je fais là?”, “Est-ce que j’apporte vraiment quelque chose sur cette terre?” À cela s’est ajouté un sentiment d’incompréhension de la part des autres. Je ne me sentais pas bien mais je ne savais pas d’où cela venait ni comment faire pour régler ce mal-être....

lire plus
Je suis bissexuel

Je suis bissexuel

Benjamin connait bien Scan-R. Il a été un des premiers à participer à un atelier. Dans son premier texte, il nous expliquait comment, après un passage par l’IPPJ (1), sa vie s’était transformée. Aujourd’hui, avec la même liberté de ton, il nous parle de sa sexualité. J'aime Récemment, je me suis découvert bisexuel. Je suis attiré par les personnes des deux sexes : hommes et femmes. Dernièrement, un peu par hasard, j’ai eu des expériences sexuelles avec des hommes et, à ma grande surprise, c’étaient de belles expériences ! Au départ, c’était soft mais très vite, cela a évolué vers du concret et ça me plaisait. Au début, je ne l’ai pas accepté, je me disais que c’était juste une phase. Je pensais que je me cherchais. Puis, avec la réflexion, j’ai réalisé que je me...

lire plus
TDA : trouble de déficit de l’attention

TDA : trouble de déficit de l’attention

Souvent, Elypse - c’est un pseudo - se prend des mots plein la figure : “Tu es hyperactive, hypersensible, bipolaire, tout le temps dans la lune...” Ces qualificatifs pourraient passer pour des traits de caractère s’ils n’étaient pas aussi ceux d’une maladie. Malade ? Il y a six mois, j’ai appris que j’étais atteinte d’un trouble de déficit de l’attention avec (ou sans) hyperactivité autrement dit par le TDA(H) (1). Un trouble que je trouve encore méconnu et dont j’ai décidé de vous parler. Mon but n’est pas de changer le regard des gens ou de donner une ligne de conduite pour savoir comment se comporter avec nous, mais plutôt de partager mon expérience… Je me dis que cela pourrait sensibiliser quelque peu aux difficultés que nous rencontrons. Le TDA(H) est une...

lire plus
Laissez-moi tranquille

Laissez-moi tranquille

Dans quelques jours, Joanne fêtera son dix-septième anniversaire. Jusqu’ici, son chemin n’a pas croisé celui de l’amour et elle ne s’en inquiète pas, ça viendra quand ça viendra. Ce qui est plus inquiétant, ce sont les personnes de son entourage qui la jugent. Ce qu'elle veut, c'est qu'on la laisse tranquille. Seule (et c’est pas grave du tout) Bonjour, je m’appelle Joanne, j’ai 16 ans bientôt 17, je suis une fille et je ne suis encore jamais sortie avec un garçon. Est-ce un drame ? Je ne pense pas. La vie a fait que je n’ai pas encore rencontré quelqu’un avec qui, émotionnellement et physiquement, j’ai eu envie d’aller plus loin qu’une simple amitié. Cela ne m’avait jamais posé des problèmes. Cependant, passé un certain âge, des rumeurs ou des idées se forment...

lire plus
Racisme dans le tram

Racisme dans le tram

Toutes et tous, nous sommes parfois, les témoins d’une scène profondément injuste. Avoir le courage d’ouvrir la bouche et de manifester son désaccord face à ces situations n’est pas facile du tout. Comme le dit Raïssa, on a tendance à ne pas faire de vague supplémentaire, à rester neutre. C’est contre cette neutralité qu’elle nous invite à nous battre. Dans le tram Juin, on est en fin d’année scolaire, c’est le déconfinement. On peut, à nouveau, sortir et essayer de reprendre un mode de vie normal. Je prends le tram pour me rendre chez mon prof de math. Arrivée à la station Pétillon, un homme qui me semble ivre rentre dans le tram. Il agresse verbalement une fille. Les propos sont assez vulgaires. Il oblige la jeune femme à quitter sa place pour la lui prendre....

lire plus
Mon pote est mort dans un accident

Mon pote est mort dans un accident

Il y a un mois et demi, à la sortie du confinement, le meilleur ami de Mathys est mort dans un accident de voiture. Aujourd’hui, il est dégouté, en colère, habité par un énorme sentiment d’injustice… Le mur En juin dernier, mon meilleur pote a eu un accident de voiture et il a perdu la vie. Le conducteur n’avait que 17 ans. Il n’avait pas le permis et la voiture avait été “empruntée” à son père. Mon ami ne le connaissait pas plus que ça, mais, va savoir pourquoi, il avait décidé de rentrer d’une soirée avec lui. Pas de bol, ils ont fini dans un mur. Un autre passager est également décédé. Il ne reste rien Mon ami était un gros malade avec qui je me tapais des barres qui pouvaient durer des heures. C’était un cuistot plein d’avenir. Il nous préparait de ces petits...

lire plus
J’ai treize ans et je suis féministe

J’ai treize ans et je suis féministe

Alors qu’elle avait 9 ans, lors d’une balade doublée d’une discussion avec sa mère, Aya a découvert que le salaire de sa maman était inférieur à celui de son papa. Sa maman était-elle moins compétente ? Travaillait-elle moins bien que son mari ? Pas du tout… La différence de salaire entre son père et sa mère s’expliquait uniquement par le fait que les femmes gagnent - souvent - moins que les hommes (1). Elle nous explique sa réflexion. La promenade de la révélation J’ai 13 ans et je suis féministe. Avant, je ne savais même pas ce que ce mot voulait dire. Je me rappelle, comme si c’était hier, du jour où j’ai appris ce mot et sa signification. C’était le 17 avril 2017, j’avais 9 ans. Je me promenais tranquillement avec ma mère dans une immense forêt. Nous discutions...

lire plus
Il était une fois un petit loup

Dyslexique, je me sens différente

Depuis qu’elle est toute petite, Sakura a des difficultés à s’exprimer, à lire, à parler. À 14 ans, elle a pu mettre un mot sur sa difficulté… La dyslexie, ce n’est pas une maladie, une maladie on la soigne. C’est un trouble, plus ou moins grave de la lecture et souvent de l’orthographe, qui handicape celles et ceux qui en souffrent à l’école mais aussi ailleurs (1). Être invisible J’ai toujours voulu faire comme si de rien n’était. Je voulais me faire remarquer le moins possible, du coup, je parlais très peu. J’essayais aussi de faire croire que je comprenais tout, et donc je répondais oui à toutes les questions. Je voulais montrer aux autres que j’étais normale, je ne voulais pas qu’ils me jugent trop sur le fait que je ne savais pas m’exprimer, que je ne savais...

lire plus
Mon combat contre l’anorexie

Solitude, adolescence et anorexie

Le parcours de Jacky est compliqué. Elle se sent profondément différente des autres, de toutes et de tous les autres alors, elle s’isole. Cette différence, elle l’explique par une éducation particulière. Cette différence la plongera aussi dans l’anorexie. Le groupe Au début, dans un groupe, je me sens bien. Ensuite, mes opinions finissent par diverger de celles des autres. Je finis alors, à un moment ou l’autre, par faire semblant. Parfois, il y a même des gens avec qui je ne peux pas m’empêcher de m’énerver. Leurs actes ou même simplement leur présence me donnent une énergie négative et emportent tout sur son passage, même la raison. C’est cette énergie négative qui donne lieu à mes cris. Dans ces moments-là, j’ai toujours raison et je prends tout le monde pour...

lire plus
Racisme et jeu vidéo, je mène l’enquête

Racisme et jeu vidéo, je mène l’enquête

Hiba se pose bien des questions… Pour trouver une réponse à celle qu’elle se posait le plus souvent : “Est-ce que le racisme existe aussi dans les jeux vidéos ?”, elle a créé un personnage et s’est plongée dans le jeu ! Je ne suis pas une geek ! Dans la vie, ce que je préfère ce sont les jeux vidéos ! Attention, ce n’est pas que j’y sois accro. Si vous vous pensez tout de suite que je suis une geek, il y a erreur, la réponse est non. Pour moi, ce qui est important, ce n’est pas le temps que je passe sur ces jeux. Ce qui est important, ce sont les graphismes des différents mondes, les personnes que j’y rencontre. Un monde idéal ? Le monde virtuel est un monde meilleur que celui dans lequel nous vivons. J’aime les jeux vidéo : ils me permettent d'être quelqu’une...

lire plus
Maman a perdu la mémoire

Maman a perdu la mémoire

Il y a presque cinq ans, la maman d’Émilie a eu un accident et a frôlé la mort. Si son corps s’est remis, elle a complètement perdu la mémoire, ne se souvient plus jamais de rien et oublie tout au fur et à mesure. Émilie nous explique comment elle continue à vivre avec une maman qui n’est plus celle qu’elle connaissait. 22 aout 2015 Simple date qui représente tellement de choses. Simple date qui a tout changé au sein de ma vie, au sein de ma famille. C'était un soir d'été, maman était en train de préparer le souper, mon père était sur son ordinateur. Moi, j'aidais maman à mettre la table. En revenant dans la cuisine, je l'entends me dire : « Emilie, je vais tomber », je lui ris au nez en lui disant d'arrêter de faire des blagues. Cependant, elle ne rigolait pas....

lire plus
Mon père est mort, il s’est suicidé

Mon père est mort, il s’est suicidé

Ce n’est pas tout de suite que Romane a appris que son père s’était suicidé. D’abord on lui a dit que son coeur avait lâché. Après, elle a vu l’arme. Aujourd’hui, elle essaye de vivre avec ce passé et, malgré tout, de continuer à sourire. Son coeur a lâché Dimanche, je suis chez ma mère. Hier soir a été compliqué, grosse dispute avec mon copain. Là, je suis au téléphone avec lui depuis une bonne heure. Ma mère crie du rez-de-chaussée. Je me pose des milliards de questions. Je descends. Elle me dit : “Le coeur de papa a lâché”. Je hurle de toutes mes forces. Toujours au téléphone, mon copain ne comprend pas ce qui se passe. Je lui explique, il me rassure : “Ne t’inquiète pas, ça va aller”. Pourtant, non, rien n’allait. Je venais de perdre l’homme de ma vie. Une fois...

lire plus
Ma mère est bipolaire

Ma mère est bipolaire

Il y a huit ans, Élisa, alors âgée de huit ans, comprend que les humeurs, les attitudes, les réactions de sa maman ne sont pas celles de tout le monde. Elle se rend compte aussi qu’il lui faudra vivre avec cette réalité très difficile. La première crise J’avais huit ans quand ma mère a fait ce que j'appellerai sa première crise. Suite à cela, elle doit être hospitalisée dans un hôpital psychiatrique (1) et je le vis très mal. Lorsque je lui rends visite, je la trouve au milieu de personnes qui, je trouve, sont retardées … Je n’arrive pas à associer l’état de ces gens à celui de ma mère. Seule avec maman Un an plus tard, gros changement : mon père part travailler un an en France. Je me trouve donc toute seule avec ma mère. À partir de ce moment, malgré mon très...

lire plus
Antillais – Belge – Germanophone, je suis plusieurs

Antillais – Belge – Germanophone, je suis plusieurs

Quand on le croise dans la rue, si on manque d’imagination, on ne peut pas imaginer qu’Alexy est belge. Il est métis : moitié Antillais, moitié Belge. Son texte nous emmène vers cette contrée lointaine et d’innombrables questions. Métis J'ai la peau couleur caramel, des yeux noirs et des cheveux foncés. C’est étrange, alors que je ne suis encore jamais allé aux Antilles (1), j’ai l’intuition profonde que je me sens plus proche du peuple antillais que de la population belge… Mais je ne sais pas expliquer pourquoi je ressens cela au plus profond de moi. Peut-être parce que, étant belge dans la région germanophone (voir vidéo), il n’y a pas beaucoup de personnes qui me ressemblent alors qu’aux Antilles, tout le monde a la même couleur de peau que moi.Qu’est-ce que la...

lire plus
La revanche du pied

La revanche du pied

Depuis toujours, Vital veut jouer au foot. Le début de sa carrière est compliqué… Très vite, il est remercié par sa première équipe… Est-ce que cela s’arrêtera là ? Découvrons-le tout de suite ! Je veux jouer au foot À 8 ans, j’arrive en Belgique et je décide d’aller directement m’inscrire dans un club de foot. Après un mois à peine de jeu récréatif, de jeu pour le plaisir, le bilan tombe : je suis nul. Le directeur du club avertit mes parents. Pour lui, je freine l’équipe, si je veux continuer le foot, il va falloir que j’aille dans une équipe moins forte. De mon côté, obstiné, je m’améliore doucement, très doucement, mais surement. Jusqu’au jour où je décide de regarder des vidéos YouTube pour m’en inspirer et m’améliorer. Je progresse Là, je me vois progresser à...

lire plus
Ce soir, on se perd dans le métro

Ce soir, on se perd dans le métro

  Les routes qu’on prend sont parfois des chemins difficiles, compliqués, cabossés, tortueux. Pourquoi préférer cet itinéraire ? Mystère… Ella a pris ses chemins, elle y a rencontré bien des démons. Première étape de cette longue route vers elle-même : le métro. La porte du dealer Ce soir on se perd dans le métro. Pas forcément parce qu’on est nuls et qu’on ne sait pas lire une affiche. On se perd plutôt parce qu’on n’a pas envie de chercher le chemin, il viendra tout seul, il vient toujours. Qu’on le perde, qu’on cherche à le fuir, on finit toujours par être là où on doit être. Et puis dans notre cas, la porte du dealer, du revendeur de drogues... on la trouve toujours. La nuit Mon histoire à moi est à part, c’est pour ça que je ne la raconte jamais. Très peu...

lire plus
Lettre à moi-même

Turcs de Belgique, Belges de Turquie

Altan, Mikaïl, Mirsad, Ibrahim et Alper ont entre 11 et 12 ans. Ils habitent à Cheratte, un village de la commune de Visé, dans la province de Liège. En juillet, ils ont participé à un atelier Scan-R. Pas raciste Chez nous, le racisme, on ne connait pas. Ça ne se fait pas de rejeter des gens à cause de leur couleur de peau. Et c'est une chance pour nous. Ça nous ferait de la peine de voir un·e ami·e se faire tabasser pour sa couleur. S'il n'y a pas de racisme, c'est parce que tout le monde, ou presque, se connait. On est 24 heures sur 24 ensemble. Quand il fait chaud, on joue souvent dehors, on s'entraine au football, on s'amuse... La mine mystérieuse Derrière notre école, il y a encore la mine, mais elle est fermée. C'est interdit d'y rentrer. Pourtant quand on...

lire plus
Harcelée, un an après

Harcelée, un an après

Il y a un an, Romane s’est fait nier par l’amie, sa meilleure, celle qu’elle connaissait depuis bien longtemps. Après avoir essayé de recoller les morceaux, elle s’est fait rabrouer. Un an après, elle nous raconte comment elle a vécu ce moment très difficile de sa vie. Niée C’était dans la cour de récréation, à la pause de 10h00. Je me dirige vers ma meilleure amie. Elle est avec une bande de filles. En m’apercevant, elle décide de se rendre de l’autre côté de la cour. Je me dirige à nouveau vers elle, mais elle répète cette opération étrange, encore et encore. Je comprends alors. Elle tente de m’éviter... Rentrée chez moi, je lui envoie des messages et lui demande pourquoi elle se comporte de cette manière avec moi. Aucune réponse. Après deux, trois longs mois...

lire plus
Délinquant sans autre choix

Délinquant sans autre choix

Au mois de juin 2019, une équipe de Scan-R s’est rendue à l’Institution Publique pour la Protection de la Jeunesse (1) de Saint-Hubert. Elle y a rencontré une dizaine de jeunes. Voici le texte de Sébastien, 17 ans, et donc mineur. Suite à différents faits qui l’auraient directement amenés en prison s’il avait eu un an de plus, il a été condamné à passer plusieurs mois en Institution Publique pour la Protection de la Jeunesse ou IPPJ (1). Il ne nie pas les actes qui l’ont conduit là-bas, il ne se plaint pas. Son souhait ? Que ceux et celles qui en ont le pouvoir aident les jeunes au plus vite, sans les laisser s’enfoncer dans la délinquance. Dérapages Je suis un jeune de 17 ans comme la plupart des autres sauf que, après quelques problèmes intrafamiliaux, j’ai...

lire plus
Un garçon, ça peut pleurer (mais pas trop quand même)

Un garçon, ça peut pleurer (mais pas trop quand même)

Pour Matthieu, il n’est pas aisé de vivre et d’exister pleinement dans une société qui attend des garçons qu’ils soient insensibles, qu’ils cachent toutes leurs émotions. Ce qu’il voudrait, c’est être libre d’exprimer ce qu’il ressent sans être considéré comme un faible, un couillon. Les cartes magiques La plupart des parents diraient à leur garçon que, après une chute, il ne doit pas pleurer, que c’est un homme fort et qu’un homme ne pleure pas sinon… c’est une fillette. Moi, mes parents m’ont dit : « explique-moi où tu as mal ? Ça pique, ça brule ? … » Grâce à cela, j’ai appris à exprimer mes émotions. Je me souviens d’un jeu de cartes un peu spécial. Chaque carte représentait une émotion ou un sentiment. Avant d’aller me coucher, après chaque dispute ou...

lire plus
Je n’aime pas mon corps

Je n’aime pas mon corps

C’est à l’adolescence que Violette a arrêté de s’aimer comme elle était… Elle a vu son corps se transformer, elle a grossi. Aujourd’hui âgée de 18 ans, elle croit toujours que les gens la regardent de travers, elle a l’impression, constante, qu’on parle sur son dos. Miroir de l’angoisse Quand je me regarde dans le miroir, je n’aime pas l’image qu’il me renvoie. J’ai l’impression d’y voir un petit ange et un petit démon sur chacune de mes épaules. Le démon dit : “T’as des grosses cuisses, t’as des bras poilus, ta robe ne te va pas”. L’ange lui répond: “N’écoute surtout pas le démon ! Mets ta robe, tu seras belle dedans !”. Mais, toujours, c’est le démon que j’écoute et, malgré le fait que ma soeur me dise qu’elle me va bien, la petite robe reste dans l'armoire....

lire plus
Il n’y a pas d’âge pour se rendre compte de sa transidentité

Ma vie est un puzzle

La famille de Morgane ressemble un peu à un puzzle dont les différentes pièces ne fonctionnent pas les unes avec les autres. Compliqué de se trouver une place dans ce patchwork ! Portrait de familleDans ma vie, mon père est aussi présent que la reine d’Angleterre. Loin d’être un exemple, mon grand frère consomme des drogues dures et habite dans le même coin que notre père. Je vis avec mes grands-parents. J’ai une petite sœur, complètement innocente, elle vit avec notre père. Ma mère est complètement absente et vit à 150 kilomètres de moi. Toutes et tous sont aux quatre coins de la Belgique. Un petit frère, enfin, habite en France. Tout cela me donne l’image d’un puzzle inachevé. Mais moi ? Où suis-je dans ce puzzle ? Qui suis-je au beau milieu de cet éclatement...

lire plus
Mon avenir

Mon avenir

Il est presque minuit et, dans son lit, Simon n'arrive pas à s'endormir. Il sait que demain, il devra aller à l’école mais le sommeil ne vient pas. Plongé dans l'obscurité, tout en essayant de trouver une bonne position pour s'endormir, il se questionne sur tout et n'importe quoi et surtout sur son avenir et cette question qui lui revient sans cesse : qu'est-ce qu’il veut et va faire plus tard ? Rater sa vie ? Je vais bientôt passer en 5ème année du secondaire, et je n'ai toujours aucune idée du type d'études que je veux faire, de mon futur métier... Il y a bien certaines matières qui m’intéressent plus que d'autres comme les maths et les sciences, mais tout ça reste très flou et ça… ça commence à m’inquiéter. J'ai peur de ne rien trouver et donc, en quelque sorte,...

lire plus
Les petits avis, épisode 8

Les petits avis, épisode 8

Scan-R, dès le départ, essaye de donner la parole à chacune, à chacun, à tout le monde ! Parmi les textes que nous recevons, certains sont trop brefs pour faire l’objet d’un témoignage. On a donc décidé d'en rassembler plusieurs. Voici les témoignages de Nour, Boris, Mimi, Eva et Maryem. Discrimination liée au voile par Nour, 18 ans de Bruxelles D’après une enquête française menée en novembre 2019, quatre musulmans sur dix estiment avoir été victimes de discrimination. Autour de moi, j’entends plein de gens qui parlent de l’islamophobie et qui, contrairement à moi, ont été touchés par cela. Personnellement, je n’ai jamais eu de problème. Il y a quelques jours, à Bruxelles, une manifestation était organisée. Pourquoi ? Parce que, dans l’enseignement supérieur et à...

lire plus
Je suis un zèbre

Je suis un zèbre

Un zèbre, ce n’est pas qu’un sympathique petit “cheval” rayé… C’est aussi le nom qu’on donne aux personnes surdouées. Cette appellation a été proposée par Jeanne Siaud-Facchin, une psychologue et psychothérapeute française. Pourquoi ce mot ? Pour ne plus parler de “personnes surdouées”, ces mots impliquant une supériorité sur les autres personnes. Bref, Odile nous invite à découvrir son parcours zébré. Solitude et ennui Je me souviens bien de ces moments, en primaire, où je me sentais seule, rejetée. Dès qu’il y avait un jeu d’équipe, je savais que j’allais être la dernière choisie. Le moment de la récréation me paraissait interminable : je n’aimais pas jouer avec les autres, je trouvais leurs jeux nuls … Quand l’institutrice rendait les points des contrôles, je me...

lire plus
S’apprivoiser

S’apprivoiser

Petit·e, on peut lire les Astérix et y voir un message rigolo, impertinent… Plus âgé·e, on peut y lire et comprendre d’autres choses que l’humour, y trouver un message contestataire. Pour faire passer ces messages, les différents scénaristes utilisent des mots qui peuvent être compris d’une manière puis d’une autre. Les textes écrits, lors des ateliers Scan-R, sont parfois tout aussi imagés. Cela veut dire que l’auteur·e utilise des mots à la place d’autres, peut-être plus clairs, plus transparents. C’est ce mode d’expression qu’a choisi Lou. Stress et angoisse de la nouveauté Il y a souvent un moment de stress, énorme, quand on rentre dans une école où on ne connait personne. Surtout si c'est la première année. C'est un moment qui a été difficile à vivre pour moi,...

lire plus
Jus d’orange, jus d’orage ?

Jus d’orange, jus d’orage ?

À l’inverse de 82% de Belges de 15 ans et plus, Anne-Lyse ne boit jamais d’alcool, ni par allergie, ni par religion, ni pour quoi que ce soit… La raison est simple : elle n’aime pas ça et ne voit pas pourquoi elle devrait s’adonner à la boisson. Les pressions pour qu’elle boive une pression sont nombreuses... Première conversation Je m’appelle Anne-Lyse, j’ai 23 ans, je vis à Bruxelles. Voici un exemple de la conversation que j’ai, souvent, quand je rencontre, une première fois, une personne lors d’une soirée. Moi (M) : Je ne bois pas d’alcool. Lui ou elle (LOE) : Ah bon ?. M : Oui. LOE : Mais... Même de la bière ? M : Oui, même de la bière. LOE : … Mais pourquoi ? M : Parce que je n’aime pas le gout de l’alcool. LOE : Même dans les cocktails ? M : Oui, même dans...

lire plus
Ecouter ce qu’on n’aime pas

Ecouter ce qu’on n’aime pas

Comme certain·e·s sont dingues de jeux, de bagnoles, de cuisine à base d’huile de foie de morue, de basse et haute-couture, Diego est dingue de musique ! Si cela fait, parfois, plus de bruit, l’avantage c’est qu’à l’inverse des bagnoles et de le cuisine à base d’huile de foie de morue, ça ne sent pas mauvais. Bref, Diego nous ouvre ses partitions ! La musique, oui, la musique Dans la vie, on a souvent tendance à ranger les gens dans des cases : « Regarde celui-là, il porte du noir, il doit surement écouter du Heavy metal et égorger des brebis ». « Casquettes, baskets… il doit aimer le hip-hop. » C’est dommage de vouloir tant et tout catégoriser quitte à ne pas s’intéresser à certains styles musicaux considérés comme « trop à l’écart de notre culture ». Je me...

lire plus
Papa, je t’ai compris

Papa, je t’ai compris

Longtemps, la relation entre Talha et son papa a été très compliquée. L’une et l’un ne se parlaient quasiment pas, le climat était tendu en permanence et un mur s’était construit entre elle et lui. Petit déjeuner mortel Mon papa m'a beaucoup aidée financièrement mais jamais, je n'ai eu la chance de m'amuser avec lui, de profiter de mon enfance avec lui. Au fil du temps, petit à petit, j'ai eu de moins en moins de respect pour lui. Je le considérais comme quelqu'un qui vit avec moi, quelqu’un que je peux voir une ou deux heures par jour. À la maison, nous avons eu de nombreuses disputes. Exemple, on déjeunait ensemble, sans se parler, sans échanger un mot et il m'a traitée d'imbécile, d'enfant très gâtée. Il m’a dit que je ne méritais pas d’avoir tout ce que...

lire plus
Jeune maman

Jeune maman

Malika a 21 ans et elle est maman. Comme elle le dit elle-même, ça n’a pas toujours été facile. Entre le papa de son enfant, ses ami·e·s, sa réalité, son papa à elle. Malika a choisi le chemin de la maternité. Enceinte Quand la nouvelle tombe, elle m’effraie. J’en parle au papa, il me dit : “tu es trop jeune, tu n’y arriveras pas. En plus, tu seras toute seule et tu vas gâcher ta vie”. C’est à ce moment, à ce moment précis, que mon monde commence à tomber en ruines. Je me mets à douter de moi, de ma vie, de mon choix. Je suis à peine en train d’accepter que je vais être maman que je peux déjà sentir un poids... et ce n’est pas celui de mon ventre mais celui des jugements. Je vis dans une société où, vu ma jeunesse, je suis considérée comme une gamine. Heureusement,...

lire plus
Les petits avis, épisode 7

Les petits avis, épisode 7

Scan-R, dès le départ, essaye de donner la parole à tout le monde… Parmi les textes que nous recevons, certains sont trop courts pour faire l’objet d’un post sur notre site. On a donc décidé d'en rassembler plusieurs. Voici les témoignages de Bryan, Boris, Andy et Jordan. Mon cerveau et moi par Bryan, 18 ans de Bruxelles Aujourd’hui, je vais vous raconter mon histoire avec mon cerveau. Je suis assez différent des gens qui m'entourent. J’ai une mémoire qui retient tout et n’importe quoi. Durant toute ma scolarité, j'ai eu énormément de difficultés. À la maternelle, j’étais un enfant qui avait du mal même pour retenir une suite de chiffres. Durant les années passées à l’école, je n'avais pas de mémoire. On a fini par me mettre dans une école spécialisée. Un jour, je...

lire plus
Le Koala solitaire

Réapprendre à sortir

Ces derniers mois, Laura a découvert un nouveau mot… Une nouvelle manière de travailler, une nouvelle manière de voir ses ami·e·s, de faire ses courses… Bref, Laura revient sur le confinement. Covid-19 Depuis la mi-mars, le mot qui revient le plus souvent dans les médias ou les conversations, c’est le mot “confinement”. Jusque-là, il m’était totalement inconnu. Aujourd’hui, il qualifie mon quotidien. Du jour au lendemain, tout s’est arrêté. Ma formation, mes relations avec mes ami·e·s, mes voisin·e·s, mes habitudes, mes envies... Désormais, je vis branchée à l’actualité qui décrypte chaque jour l’évolution de ce virus au nom improbable : Covid-19. Et ce nom fait peur : il est associé à la maladie et à la mort. Immobile Pour y échapper, il fallait surtout ne pas...

lire plus
Sans parent

Sans parent

Pierre, comme quelques milliers d’autres enfants en Belgique, n’a pas grandi dans sa famille. Son histoire est donc particulière. Il la partage avec nous. Abandonné À l’âge de 2 ans, j’ai été abandonné par mes parents et placé à l’internat par le SPJ (1), j’en déduis donc qu’il s’est passé quelque chose de grave. Mes frères et soeurs, du côté de ma maman, ont été également placés. La vie en internat m’a apporté beaucoup de choses positives comme des sorties extraordinaires, paintball, visite du musée de l’armée, celui des tracteurs, j’ai appris à faire du vélo, vacances... J’ai dû aussi faire des choses moins chouettes comme le nettoyage ou la vaisselle. J’ai appris à vivre en communauté avec d’autres jeunes, je me suis fait des ami·e·s. Une rencontre Durant mon...

lire plus
Pratiquant et ouvert

Pratiquant et ouvert

Un célèbre proverbe dit que l’habit ne fait pas le moine. Il remonterait au XIIIème siècle, lorsque François Grimaldi et ses soldats se déguisèrent en moines pour conquérir le rocher de Monaco. Le succès de l’opération permit à Grimaldi de s’installer sur le trône qui, aujourd’hui encore, est occupé par un de ses descendants. Khalid n’est ni moine ni Monégasque mais la barbe qu’il porte le fait passer pour quelqu’un qu’il n’est pas. Twilight et Titanic J’aime beaucoup le théâtre, la philosophie, la lecture et j’aime également les films romantiques tels que Twilight (1) ou Titanic (2). J’aime encore les comédies musicales et certains ballets dont le Lac des cygnes (3). Je rêve de vivre une histoire d’amour comme dans les films, les livres où la chose la plus...

lire plus
Discriminations envers la communauté LGBT

Discriminations envers la communauté LGBT

S’entendre avec quelqu’un·e, partager des moments avec une personne, ce n’est pas toujours aussi simple qu’on le souhaite. C’est plus compliqué encore lorsqu’on est homosexuel·le, que des insultes fusent et que des jugements sont posés. C’est l’histoire de Charlotte, 20 ans.La promenade se termine mal Après une balade dans Charleroi, ma copine et moi décidons de prendre le bus pour rentrer chez elle. Nous arrivons à la gare de Charleroi, allons jusqu’à notre arrêt. Il fait bon, super bon, nous avons super chaud, nous transpirons... Je lui propose donc d’aller acheter quelque chose à boire. On se dirige vers un magasin. Passant, main dans la main, devant un groupe de jeunes, j’entends des insultes qui nous sont destinées : « Sales Gouines ! », « C’est une honte...

lire plus
Ma grossesse

Ma grossesse

À 20 ans, après avoir constaté un retard dans ses règles, Manon a appris qu’elle était enceinte. Vu sa morphologie un peu forte, c’était pour elle une réelle surprise : un médecin lui avait dit que, à cause de son poids, ça ne lui arriverait pas. Enceinte ou pas Un jour, j’ai commencé à me poser des questions si j’étais enceinte ou pas car mes règles ne venaient pas, j’avais un retard dans mon cycle. Mon petit ami et une amie ont été chercher un test de grossesse pour moi... Et là, pour moi, ce fut une grande joie ! Quand je l’ai appris, j’étais près de mon copain et d’une amie. Je l’ai ensuite annoncé à ma maman par téléphone. J’étais trop stressée pour le lui dire mais elle l’a bien pris ! Deux jours après, je l’annonce à la famille de mon copain. Sa famille...

lire plus
Mes parents sont morts

Mes parents sont morts

En un peu plus d’un an, Lidy a perdu son père et sa mère. Si les jours sont souvent difficiles, elle s’est entourée de ses amies, des autres membres de sa famille et, en souvenir de ses parents, elle essaye de garder la tête haute. Papa est à l’hôpital J’ai vécu une épreuve très difficile qui a chamboulé ma vie, j'ai perdu mes deux parents en un très court laps de temps. Mes parents et moi, nous n’étions pas particulièrement proches. Puis, un jour, mon père a fait un AVC(1). Il s'est retrouvé à l’hôpital, il n’arrivait plus à rien faire. Il ne savait plus parler, plus manger, plus boire et presque plus bouger. Il devait même être nourri au tuyau. Le jour où mon père a commencé à réagir, on a vu une lueur d'espoir mais elle a disparu au bout de quelques jours. Mon...

lire plus
Les petits avis, épisode 6

Les petits avis, épisode 6

Scan-R, dès le départ, donne la parole à tout le monde… Dans les témoignages que nous recevons, certains sont trop courts pour faire l’objet d’un post sur notre site. On a donc décidé d'en rassembler plusieurs. Voici les témoignages d’Arthur, de Coco, Anaïs et Johnny. Métallique et sensible par Arthur, 17 ans Pour moi, un couteau est quelque chose de symbolique. Il représente bien plus qu’un simple bout de métal coupant. Depuis toujours, je m’intéresse à cet objet tranchant, agressif et dangereux. Si je m’y intéresse, c’est parce qu’en quelque sorte, je m’y identifie. À première vue, un couteau est quelque chose de brut destiné à faire mal. En réalité, il est bien plus que ça. C’est un objet délicat, fragile et capricieux dont il faut prendre soin. Des gouttelettes...

lire plus
Enfant et soldats

Enfant et soldats

Babacar n’a pas toujours vécu en Belgique. Une partie de son enfance, il l’a passée au Sénégal, un pays francophone d’Afrique de l’Est qui compte un peu plus de 16 millions d’habitants. Ses souvenirs ne sont pas des plus poétiques, ce dont il se rappelle surtout, ce sont des rebelles. Dans le village de ma grand-mère Petit, j’ai vécu à Dakar, la capitale du Sénégal, mais aussi dans beaucoup d'autres villes du pays. À 7 ans, mon père m’a envoyé chez ma grand-mère. Son village, situé dans le sud du pays, était assez pauvre. Les premiers mois ont été longs, les gens me semblaient très étranges par rapport à chez moi et puis, évidemment, avec le temps je me suis fait des amis. Coups de feu Au bout de quelques jours, les villageois m’ont parlé de groupes armés qui...

lire plus
Lisa, autiste Asperger

Lisa, autiste Asperger

Quand elle était encore petite, les parents de Lisa ont cru qu’elle avait un problème à l’oreille. Elle ne réagissait pas à certains bruits. À cause de ce problème, l’institutrice maternelle ne voulait pas s’occuper d’elle. Après une visite chez le docteur, ses parents se sont rendu compte que tout allait bien avec les oreilles et que les problèmes ne venaient pas de là mais du syndrome d’Asperger (1), une des formes de l’autisme. Pas comme tout le monde Quand mes parents m’ont annoncé que j’étais autiste, je n’ai pas compris ce que cela voulait dire. Maintenant, je comprends que je n’agis pas toujours comme tout le monde. Mes parents ont dû choisir entre me mettre dans une école spécialisée ou dans une école ordinaire. Pour que j’aie les mêmes chances que les...

lire plus
Libre de m’habiller comme je le souhaite

Harcèlement, en parler pour en sortir

Il y a bien des années, c’était en primaire, Estelle a partagé quelques temps et quelques mots avec une fille. Aujourd’hui, les rapports avec cette ancienne connaissance sont beaucoup plus compliqués… Estelle est harcelée. ”Sale connasse” Je suis sur le terrain de sport, ma future harceleuse est énervée contre moi pour la simple raison que je suis une bonne sportive. Elle a eu le besoin de se défouler sur moi et de me faire tomber, dans les deux sens du terme : Sale connasse ! Tu fais chier ! Arrête de courir partout. Et d’un coup d'épaule: Et puis arrête de faire ta victime, t'es qu'une menteuse. Après cette altercation, elle a commencé à parler dans mon dos, utilisant mes propres mots contre moi. Ces mots, je les lui avais dits en primaire. Aujourd’hui, elle en...

lire plus
Un dessin a changé ma vie

Un dessin a changé ma vie

Pendant des années, Dimitri a sérieusement galéré. Il se considérait et/ou était considéré, un peu comme un loser… Un jour pourtant, par le biais d’un simple dessin, tout mais vraiment tout, va être bouleversé. Je suis un minable En grandissant, j’ai toujours eu l’impression d’être différent de tous les autres et quand je dis différent, je devrais plutôt écrire inférieur. En vrai, c’est cela que je veux dire. Inférieur, en tous points et à tous mes camarades de classe. J’étais moins beau, moins grand, moins fort, mais également moins bon en sport, dans les jeux, les cours et j’en passe. Peut-être avais-je ce sentiment à cause de mes condisciples qui n’hésitaient pas à me le rappeler jour après jour. J’avais néanmoins l’impression qu’il y avait un fond de vérité. Je...

lire plus
Je n’ai pas choisi et je n’ai pas le choix

Je n’ai pas choisi et je n’ai pas le choix

Un peu à gauche, un peu à droite. Elisa est entre ses parents, dans un entre deux permanent et elle ne s’y sent pas bien. Un temps sur deux, sa chambre n’est même pas la sienne. Elle déteste tout cela et se demande, vraiment, quand ça va se terminer. Mon lit n’est pas à moi Cette pièce m’est inconnue. Je ne m’y sens pas à ma place ce n’est pas ma chambre. Pas ma pièce, je n’ai pas mon confort. Je ne peux m’exprimer comme je le veux dans celle-ci. Je n’ai presque aucune liberté. Des règles dans une chambre... Pourtant c’est un endroit où on est libre, non ? Pas de déco, les murs sont unis, tristes, aucune chose ne montre ma personnalité. Pas la mienne, c’est celle de quelqu’une d’autre, celle de cette demi-sœur qui n’est, pour moi, qu’une inconnue. Parfois, on me...

lire plus
Reconstruction

La pensée positive

Partir avec un jeu compliqué, très compliqué, connaitre les foyers, passer une partie de ses premières années pas loin de l’enfer et, au bout du compte, rencontrer une personne qui change tout. Cela vous fait passer de l’ombre à la lumière. C’est la belle histoire de Pola-Wiktoria. Pas bien De ma naissance jusqu’à l’âge de 14-15 ans, je n’allais pas bien. J’étais submergée par mes problèmes. Mon histoire est un peu dramatique. En gros, mon enfance était un mélange de constantes disputes, de police, de suicide, d’alcool et de foyers,... J’ai vécu avec un père, présent mais alcoolique, et avec une mère qui devait parfois jouer le rôle de la mère et du père. C’était et c’est une mère exemplaire, elle est mon modèle. Les foyers À l’âge de 8 ans, mon grand frère et moi...

lire plus
Re-confinée

Re-confinée

Emma est de nature plutôt casanière. Pour elle, le confinement n’était pas particulièrement difficile. Par le passé, elle a déjà vécu, mais sur base volontaire, une expérience plus ou moins similaire. Les autres J’ai quelques difficultés à entrer en contact avec les autres, je pleure facilement et les autres s’en rendent compte. Suite à cela, au début de mes secondaires, j’ai commencé à me replier sur moi-même, à développer ce qui ressemble à de l’agoraphobie. L’agoraphobie, c’est le fait d’avoir peur de la foule. Cette phobie s'est manifestée, chez moi, par des crises d’angoisse : je ressens une sensation de serrement à la poitrine, des tremblements, des pleurs pas très discrets et je deviens rouge comme une tomate. J’ai toujours eu honte que l’on me voie comme...

lire plus
Sexualisation des lesbiennes

« Bastard »

Longtemps, Eddy a écouté un rap qui racontait l’histoire d’un fils abandonné par son père. Nombreuses, très nombreuses furent les écoutes et Eddy finit par être persuadé que ce que le chanteur racontait n’était rien de moins qu’une vérité absolue. Avec le temps, il a évolué et est parti faire connaissance avec un inconnu… Son père. Chanson pas douce que ne me chantait pas mon père Je suis un très grand fan de musique. Tous les jours, depuis tout petit, je passe 50% de ma journée à en écouter. Ce que j’écoute a eu beaucoup d’influence sur moi. Vers les 14-15 ans, je me cherchais, me posais aussi énormément de questions. La plus brulante de toutes : pourquoi est-ce que mon père est parti quelque temps après ma naissance ? Par rapport à cet état de fait, j’ai...

lire plus
Mes grands jours du guidisme

Mes grands jours du guidisme

En Belgique, elles et ils seraient, environ, 400 000 jeunes âgé·es de 6 à 20 ans à participer à un mouvement guide ou scout (1). Depuis 1915, en Belgique, existent aussi les Guides, le pendant féminin du mouvement. Lilou en est membre. Lors d’un atelier Scan-R, elle a décidé de nous raconter un grand moment du camp. Réveil en douceur Je dors dans ma tente sur pilotis (2) quand les cheffes guides viennent nous réveiller au son des casseroles. Quel réveil en douceur ! Je comprends alors que le jour que j’attends depuis mon arrivée dans ce champs est enfin là… Le hike (3) ! Je me réjouis de ces trois jours où je vais pouvoir apprendre aux plus jeunes de ma patrouille (4) comment lire une carte, comment être responsable. En plus de ça, je sais, par expérience, que le...

lire plus
Tolère-toi toi-même

Tolère-toi toi-même

Dans l’histoire d’une personne, et donc dans toutes les histoires, il y a toujours un moment, plus au mois court, plus ou moins long, pendant lequel chacune, chacun est à la fois absorbé·e et fasciné·e par le groupe. Durant ce moment, on se tolère peu, on s’oublie pour faire partie du tout. C’est sur ce moment de son parcours, et celui d’après, que revient Florane. Trop moche, trop boutonneuse, trop plate... La perfection est une notion extrêmement relative. On ne sait pas exactement comment la définir mais, on a tous et toutes notre idée de ce qu’elle pourrait être, représenter. Pour espérer un jour atteindre cette image que l’on se fait, on s’invente des contraintes et des exigences en mettant la barre beaucoup trop haut. On a constamment tendance à se comparer...

lire plus
« Thanatophobe »

« Thanatophobe »

Livia a du mal à trouver le sommeil. Quand vient la nuit et le moment de dormir, elle stresse. Elle se demande même si elle ne serait pas thanatophobe autrement dit, elle se demande si elle n’a pas une peur maladive de la mort. Après avoir dormi quelques semaines avec sa mère puis avec sa sœur, elle se