La paix

La paix

Jérusalem, le 24 octobre 2022

Je suis bien arrivé à Jérusalem. J’ai eu l’immense chance de pouvoir prier dans la mosquée de Al Aqsa. Un moment magique.

Dans la vieille ville, on a vu des gens très gentils mais aussi des gens très insolents… Pour moi, la paix, c’est voir des enfants jouer en sécurité autour de la mosquée. Voir les femmes discuter et rire entre elle. Voir les hommes faire pareil que les femmes. Sentir les différents peuples vivre leur foi tout en cohabitant ensemble.

La paix, c’est cela et c’est vivre en paix avec soi-même.

Ce récit a été réalisé dans le cadre du projet Israël-Palestine : Pour Mieux Comprendre.

Auteure : Marwa, Bruxelles

CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.

Et d’autres récits

Lettre à l’adolescence

Cher Bruno, Tu étais un ado amoureux de l’amour. Il suffisait qu’une personne te donne un peu d’attention et tu fondais. Suite à diverses expériences foireuses et rencontres dispensables, tu as su...

La surconsommation et le matériel

Voici une bride quelque peu spontanée de mon ressenti face à la consommation, je dirai la surconsommation. Ce qui m’amène à parler de ça aujourd'hui, c’est en grande partie le sentiment que nous...

La beauté de la vie c’est Benzema

La beauté de la vie c’est Karim Benzema car au jour d’aujourd’hui c’est un grand homme par son travail et sa motivation. C’est un homme qui fait aimer le foot aux jeunes de nos jours.   Pour ma...

Ce que j’estime tabou

Ce que j’estime tabou et ce dont j’ai vraiment du mal à parler, même avec mes amis les plus proches, est un harcèlement que j’ai subi. L’une des raisons qui m’empêchait d’en parler à mes amis était...

L’amour, la vie, la naissance

La beauté de la vie, c’est l’amour, la vie, la naissance. Pour moi, la vie passe par l’amour entre amis ou dans un couple. Elle n’a pas de barrière, pas de limite, pas de couleur, pas de genre ! De...

Que pensez-vous du vote blanc ?

Pourquoi les votes blancs sont attribués au futur élu ? N'est-ce pas une manière hypocrite de vous obliger de choisir un politicien que vous n'avez pas choisi, qui ensuite prendra des décisions en...

Société déséquilibrée

Avant de mourir, je ne veux remercier personne. Car personne n’a rien fait pour moi, ni ma mère, ni mon père, ni mes sœurs, ni mes amis, ni le reste de ma famille. On ne m’a jamais demandé mon avis...

La fleur et son miel

Ce qui me manque le plus, c’est l’amour. L’amour occupe une très grande place dans la vie, et pourtant j’y ai eu peu droit. J’ai souvent été trahie. J’ai souvent été sujette aux mensonges, à la...

La vraie Coupe

Chère Belgique, Cela fait bientôt 27 ans que je te connais, tu es comme un frère pour moi, voire plus… comme un toit, comme une sécurité, comme une fierté. Tu m’as fait découvrir de nombreuses...

Un zoom sur la déception

Premièrement, il faut savoir que la déception est un état ou un sentiment que ressent une personne déçue, qui est trompée dans son attente, une personne chez qui l’échec crée une cruelle déception....
Jérusalem

Jérusalem

Chère Bruxelles,

Comment vas-tu ? Moi, cela pourrait aller mieux, mais je fais avec les moyens du bord pour surmonter les difficultés. En parlant de difficultés, laisse-moi t’en présenter une des plus belles : Jérusalem. Pourquoi ce mot pour décrire une ville ? Patience, l’explication arrive.

Jérusalem, ville qui tend à prétendre deux fois au titre de capital, ta presque consœur en quelque sorte, repose sur un équilibre curieux mais extrêmement intéressant. Visualise une salle de bal de fin d’année. Au milieu de la piste, des danseurs interprètent une valse, en trois temps. Le tout exécuté dans un parfait accord entre chaque partenaire de danse. Dans le respect et la considération de chacun. Trois temps, trois religions. Judaïsme, Islam, Christianisme. Une valse où les danseurs évoluent gracieusement sur la piste. Harmonie, beauté, compromis.

Transforme maintenant cette danse en une énergie contagieuse, apaisante et lumineuse. Tu as devant toi l’énergie dégagée par la vieille ville de Jérusalem. Impressionnant ? Laisse ensuite cette énergie t’envahir, accueille-là au creux de chacune de tes cellules, fais-là tienne. Retourne dans la salle du bal, toujours accompagnée de cette énergie. Regarde autour de toi. Vois, constate et regarde encore. Constate le changement d’ambiance, écoute la rumeur qui s’élève de la foule aux alentours de la piste. Sens la dissonance avec ton énergie. La cause ? L’entrée de mauvais élèves sur la piste. Ceux qui n’ont rien retenu des leçons de danse et qui surjouent dans une symphonie manipulatrice et mensongère. Peur, domination, haine, ont pris la place de l’harmonie, de la beauté et du compromis. Il n’est désormais plus question de s’accorder à son partenaire mais bien de prendre le dessus, de le dominer. Dans un enchainement de faux pas, le respect de son partenaire disparait. Plus d’écoute, plus de compréhension. Terminé, la mystique énergie qui se répend de la vieille ville jusqu’au plus profond de ton âme.

Bonjour la réalité : colonisation, check-point, injustice à n’en plus finir. Tous les spectateurs de la salle, déçus, partent, indignés, mais nourrissant peut-être un fol espoir d’une divine prestation éclairant les cœurs et les esprits… La voilà, la difficulté : réaccorder une ville pour lui faire retrouver sa magie.

Ce récit a été réalisé dans le cadre du projet Israël-Palestine : Pour Mieux Comprendre.

Auteure : Nour, 18 ans, Bruxelles

CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.

Et d’autres récits

Lettre à l’adolescence

Cher Bruno, Tu étais un ado amoureux de l’amour. Il suffisait qu’une personne te donne un peu d’attention et tu fondais. Suite à diverses expériences foireuses et rencontres dispensables, tu as su...

La surconsommation et le matériel

Voici une bride quelque peu spontanée de mon ressenti face à la consommation, je dirai la surconsommation. Ce qui m’amène à parler de ça aujourd'hui, c’est en grande partie le sentiment que nous...

La beauté de la vie c’est Benzema

La beauté de la vie c’est Karim Benzema car au jour d’aujourd’hui c’est un grand homme par son travail et sa motivation. C’est un homme qui fait aimer le foot aux jeunes de nos jours.   Pour ma...

Ce que j’estime tabou

Ce que j’estime tabou et ce dont j’ai vraiment du mal à parler, même avec mes amis les plus proches, est un harcèlement que j’ai subi. L’une des raisons qui m’empêchait d’en parler à mes amis était...

L’amour, la vie, la naissance

La beauté de la vie, c’est l’amour, la vie, la naissance. Pour moi, la vie passe par l’amour entre amis ou dans un couple. Elle n’a pas de barrière, pas de limite, pas de couleur, pas de genre ! De...

Que pensez-vous du vote blanc ?

Pourquoi les votes blancs sont attribués au futur élu ? N'est-ce pas une manière hypocrite de vous obliger de choisir un politicien que vous n'avez pas choisi, qui ensuite prendra des décisions en...

Société déséquilibrée

Avant de mourir, je ne veux remercier personne. Car personne n’a rien fait pour moi, ni ma mère, ni mon père, ni mes sœurs, ni mes amis, ni le reste de ma famille. On ne m’a jamais demandé mon avis...

La fleur et son miel

Ce qui me manque le plus, c’est l’amour. L’amour occupe une très grande place dans la vie, et pourtant j’y ai eu peu droit. J’ai souvent été trahie. J’ai souvent été sujette aux mensonges, à la...

La vraie Coupe

Chère Belgique, Cela fait bientôt 27 ans que je te connais, tu es comme un frère pour moi, voire plus… comme un toit, comme une sécurité, comme une fierté. Tu m’as fait découvrir de nombreuses...

Un zoom sur la déception

Premièrement, il faut savoir que la déception est un état ou un sentiment que ressent une personne déçue, qui est trompée dans son attente, une personne chez qui l’échec crée une cruelle déception....
Tout y est sombre

Tout y est sombre

Le plus injuste dans ce monde, ce sont les dirigeants africains.

Je suis née au Congo (R.D.C.). J’aime mon pays plus que tout. Il est l’un des pays les plus riches en minerais. Si riche que nous avons perdu la paix à nos frontières, depuis des décennies.

Plus le temps passe, plus nous nous rendons compte que les autorités de mon pays sont de mauvaise foi, lorsqu’il faut gérer ce beau pays. Il jouit d’une superficie de plus ou moins 2 millions km2 et d’une centaine de tribus.

Pour rester longtemps en exercice, les gens du pouvoir divisent les populations déjà affamées avec le tribalisme. Dans mon pays, nous ne savons pas pourquoi nous allons à l’école, nous ignorons quoi manger demain. On ne sait même pas si on va se réveiller au lendemain.

Régler les problèmes de santé n’a jamais été prioritaire. Les gens partent à l’hôpital quand ils font une crise de paludisme ou une petite grippe… tout le monde est médecin. Tout se passe sous le regard du gouvernement, des autorités.

Comment voulez-vous que nous restions dans ce pays ? C’est malgré moi que j’ai quitté mon pays. Tout y est sombre.

Depuis la colonisation, on nous a apporté la religion. Les autorités sont contentes de la manière avec laquelle les Eglises naissent à chaque coin de rue. Plus les gens croient, plus ils deviennent naïfs. On nous fait croire qu’il y a des élections, mais en réalité, c’est la continuité des associations de malfaiteurs qui gardent le pouvoir. Triste.

Si la justice, la liberté, la démocratie étaient respectées, je pense que je ne serais pas aussi éloignée de ma famille et de mon pays.

A écouter aussi en podcast ici

Auteure : Lucienne, 21 ans, Bruxelles (Origine: RDC)

CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.

Et d’autres récits

Lettre à l’adolescence

Cher Bruno, Tu étais un ado amoureux de l’amour. Il suffisait qu’une personne te donne un peu d’attention et tu fondais. Suite à diverses expériences foireuses et rencontres dispensables, tu as su...

La surconsommation et le matériel

Voici une bride quelque peu spontanée de mon ressenti face à la consommation, je dirai la surconsommation. Ce qui m’amène à parler de ça aujourd'hui, c’est en grande partie le sentiment que nous...

La beauté de la vie c’est Benzema

La beauté de la vie c’est Karim Benzema car au jour d’aujourd’hui c’est un grand homme par son travail et sa motivation. C’est un homme qui fait aimer le foot aux jeunes de nos jours.   Pour ma...

Ce que j’estime tabou

Ce que j’estime tabou et ce dont j’ai vraiment du mal à parler, même avec mes amis les plus proches, est un harcèlement que j’ai subi. L’une des raisons qui m’empêchait d’en parler à mes amis était...

L’amour, la vie, la naissance

La beauté de la vie, c’est l’amour, la vie, la naissance. Pour moi, la vie passe par l’amour entre amis ou dans un couple. Elle n’a pas de barrière, pas de limite, pas de couleur, pas de genre ! De...

Que pensez-vous du vote blanc ?

Pourquoi les votes blancs sont attribués au futur élu ? N'est-ce pas une manière hypocrite de vous obliger de choisir un politicien que vous n'avez pas choisi, qui ensuite prendra des décisions en...

Société déséquilibrée

Avant de mourir, je ne veux remercier personne. Car personne n’a rien fait pour moi, ni ma mère, ni mon père, ni mes sœurs, ni mes amis, ni le reste de ma famille. On ne m’a jamais demandé mon avis...

La fleur et son miel

Ce qui me manque le plus, c’est l’amour. L’amour occupe une très grande place dans la vie, et pourtant j’y ai eu peu droit. J’ai souvent été trahie. J’ai souvent été sujette aux mensonges, à la...

La vraie Coupe

Chère Belgique, Cela fait bientôt 27 ans que je te connais, tu es comme un frère pour moi, voire plus… comme un toit, comme une sécurité, comme une fierté. Tu m’as fait découvrir de nombreuses...

Un zoom sur la déception

Premièrement, il faut savoir que la déception est un état ou un sentiment que ressent une personne déçue, qui est trompée dans son attente, une personne chez qui l’échec crée une cruelle déception....

Média d’expressions
Individuelle et collective
Destiné aux jeunes
En Fédération Wallonie Bruxelles

Scan-R est soutenu par

Pour être informé des activités de Scan-R

Soufi mon Amour

Soufi mon Amour

Nous sommes au début des vacances et dans quelques jours, nous partons au Maroc.
Pour m’accompagner durant ce périple, j’ai décidé d’acheter un livre dont une amie m’a parlé :  » Soufi mon Amour  » d’Elif Shafak. Je voulais faire de ce voyage un voyage spirituel. J’étais en plein questionnement religieux et j’avais besoin de réponses. Je suis née musulmane, ou plus précisément, à ma naissance mon entourage proche a fait de cette religion mienne. Je l’ai suivi comme ma famille l’a suivi.
Au fur et à mesure que je grandissais, je prenais conscience de quelque chose.
De quelque chose lié aux règles, que j’appliquai sans vraiment les questionner, et j’avais du mal avec cette idée. J’avais du mal à me dire que cette croyance, celle qui rythme ma vie, était un peu comme un trait biologique que j’ai hérité et sur lequel je n’ai aucune emprise. D’où le début d’une remise en question sur ce qui m’a en partie construite.
Je me demandais qu’elle était réellement ma place dans la naissance de ce qui avait été ma propre spiritualité.
C’est le jour J.
Avec la voiture chargée plus que de raison, nous voilà sur les routes qui mènent vers le pays de mes ancêtres. Après quelques heures, j’ouvre le bouquin, je lis la première page et je suis emportée. Je lis avec passion l’histoire vraie de Shams de Tabriz et Djalâl ad-Dîn Rûmî au VIIIe siècle en Iran. L’un est mystique Soufi, l’autre est poète, ouléma (donc « homme de religion » en arabe), écrivain et philosophe.
Leur rencontre prédestinée va bouleverser leurs êtres. Transcendés par le Soufisme, ils vont vivre une histoire d’amitié et d’amour forte et indescriptible.
Lorsque j’ai fermé le livre, mes questionnements ont trouvé leurs réponses : « je veux devenir soufi ». Le Soufisme est une branche plus spirituelle de l’Islam.
Sa philosophie se résume en un mot: l’amour. L’amour que Dieu nous porte, l’amour que nous portons à Dieu. L’amour qui relie l’homme à l’homme, l’homme au monde, l’homme à l’humanité.
Dans cette idéologie, il faut apprendre à se décharger du poids des règles, du poids de la culpabilité religieuse, remettre en question ce qui est interdit et/ou autorisé.
Trouver un réel sens aux principes que nous adoptons, et se défaire de l’image d’un dieu punisseur, maître absolu de nos vies. Tout cela afin de faire éclore une foi sincère et voulue. La bienveillance, la chaleur, la douceur, se dégagent de ce courant dont je suis tombée amoureuse.
Il correspondait à qui j’étais. Cet Islam est universel, parce qu’à travers la religion, il fait exister l’autre, peu importe sa croyance.
Il y a plus de 1000 ans, les personnes avaient un regard ayant au-delà de ce qui est perceptible. Apprenons d’eux. Je terminerai cette lecture par une des quarante règles de l’amour qu’a rédigé Shams de Tabriz:
Une vie sans amour ne compte pas, ne vous demandez pas quel genre d’amour vous devrez chercher. Spirituel ou matériel, divin ou terrestre.
Oriental ou occidental. L’amour n’a pas d’étiquette ou de définition. Il est ce qu’il est, pur et simple. L’amour est l’eau-de-vie et un être aimé est une âme de feu. L’univers tourne différemment quand le feu aime l’eau.

A écouter aussi en podcast ici

Auteure : Fati, 21 ans

CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.

Et d’autres récits

Lettre à l’adolescence

Cher Bruno, Tu étais un ado amoureux de l’amour. Il suffisait qu’une personne te donne un peu d’attention et tu fondais. Suite à diverses expériences foireuses et rencontres dispensables, tu as su...

La surconsommation et le matériel

Voici une bride quelque peu spontanée de mon ressenti face à la consommation, je dirai la surconsommation. Ce qui m’amène à parler de ça aujourd'hui, c’est en grande partie le sentiment que nous...

La beauté de la vie c’est Benzema

La beauté de la vie c’est Karim Benzema car au jour d’aujourd’hui c’est un grand homme par son travail et sa motivation. C’est un homme qui fait aimer le foot aux jeunes de nos jours.   Pour ma...

Ce que j’estime tabou

Ce que j’estime tabou et ce dont j’ai vraiment du mal à parler, même avec mes amis les plus proches, est un harcèlement que j’ai subi. L’une des raisons qui m’empêchait d’en parler à mes amis était...

L’amour, la vie, la naissance

La beauté de la vie, c’est l’amour, la vie, la naissance. Pour moi, la vie passe par l’amour entre amis ou dans un couple. Elle n’a pas de barrière, pas de limite, pas de couleur, pas de genre ! De...

Que pensez-vous du vote blanc ?

Pourquoi les votes blancs sont attribués au futur élu ? N'est-ce pas une manière hypocrite de vous obliger de choisir un politicien que vous n'avez pas choisi, qui ensuite prendra des décisions en...

Société déséquilibrée

Avant de mourir, je ne veux remercier personne. Car personne n’a rien fait pour moi, ni ma mère, ni mon père, ni mes sœurs, ni mes amis, ni le reste de ma famille. On ne m’a jamais demandé mon avis...

La fleur et son miel

Ce qui me manque le plus, c’est l’amour. L’amour occupe une très grande place dans la vie, et pourtant j’y ai eu peu droit. J’ai souvent été trahie. J’ai souvent été sujette aux mensonges, à la...

La vraie Coupe

Chère Belgique, Cela fait bientôt 27 ans que je te connais, tu es comme un frère pour moi, voire plus… comme un toit, comme une sécurité, comme une fierté. Tu m’as fait découvrir de nombreuses...

Un zoom sur la déception

Premièrement, il faut savoir que la déception est un état ou un sentiment que ressent une personne déçue, qui est trompée dans son attente, une personne chez qui l’échec crée une cruelle déception....
Quand je dis qui je suis

Quand je dis qui je suis

Quand je dis qui je suis

Quand je dis qui je suis, je dis que je suis une femme, musulmane, d’origine marocaine et lesbienne. Assise devant le groupe de cet atelier, je ne regarde personne quand je l’annonce. Non pas parce que j’ai honte, mais parce que pour moi, « lesbienne » est une information comme une autre. Je suis la dernière à me présenter et personne n’a annoncé son hétérosexualité dans le groupe.
Je sens la question du coming-out venir, alors je les devance : « Non, mes parents ne le savent pas. »
« Tes parents ne vont pas l’accepter ? » me demande la journaliste du groupe.
Je ne sais pas si c’est une question ou une affirmation. Ça m’agace. L’animateur explique le prochain exercice en me prenant pour exemple. Il dit : « Tu as avoué ton homosexualité. »
« Avouer », comme si c’était quelque chose de honteux que je devais cacher. Il va lire ces lignes et va surement vouloir s’excuser. La journaliste va me dire qu’il n’y avait aucune mauvaise intention derrière sa question.
On voudrait que je dise que je suis lesbienne et que j’ai peur, que je suis lesbienne et que j’ai honte. Désolée de décevoir, mais je suis lesbienne et je le vis très bien. Il n’y a rien de plus libérateur et de plus pur qu’être une femme et aimer les femmes. J’aime les femmes comme aucun homme ne pourra jamais le faire. Je n’ai pas de schéma à suivre, ni de rôle à avoir. J’ai la chance de pouvoir aimer les personnes les plus courageuses de cette Terre et je me sens privilégiée.
Je crois en un Dieu qui, pour beaucoup, ne veut pas de moi. Je ne suis pas d’accord, il n’y a pas qu’une seule manière d’être musulmane. Croire en Dieu m’apaise et m’apporte du réconfort chaque jour. Je ne suis pas seule, je fais partie d’une communauté et je suis entourée de gens qui m’acceptent comme moi je les accepte.
Je suis une femme, musulmane, d’origine marocaine et lesbienne, je suis chacune de ces choses et toutes à la fois. Je suis qui j’ai envie d’être et surtout, je le vis très bien.

Anonyme

Cet article a été écrit lors d’un atelier Scan-R

Et d’autres éclairage

La Drogue

La drogue – Pourquoi vous fumez monsieur ? Ça m'aide. – Comment ça vous aide ? C'est ma façon de tout oublier. Je tiens à préciser : je ne suis pas accro. J'ai déjà réussi à arrêter pendant 1 an et...

Quand je dis qui je suis

Quand je dis qui je suis Quand je dis qui je suis, je dis que je suis une femme, musulmane, d'origine marocaine et lesbienne. Assise devant le groupe de cet atelier, je ne regarde personne quand je...

Mon bégaiement, mon futur

Sidra est Syrienne. Il y a quelques années déjà, avec sa famille, elle est arrivée en Belgique. Elle accorde une très grande importance et le tout se passe plutôt très bien mais il y a un problème,...

Vivre avec la tristesse

Lucas a du mal à exprimer ses émotions. Il accumule beaucoup et ne s'ouvre quasiment pas à ses proches, à celles et ceux qu’il aime. Il cache, derrière de grands sourires, sa joie de vivre, son...

Les petits avis, épisode 17

Dès le départ, Scan-R essaye de valoriser la parole de chacune et de chacun ! Parmi les textes que nous recevons, certains sont trop brefs pour faire l’objet d’un post, nous les rassemblons donc...

Harcèlement, problèmes…
On peut toujours s’en sortir !

Au début, tout se passait bien entre Nathalie et une fille qu’on appellera Giulia. Déjà les parents étaient ami·e·s, ça aide pourtant… Hélas, les choses se sont très fortement compliquées : Nathalie...

Une personne dans ma vie

Comme pour trouver un amoureux, Justine aura eu besoin de temps pour ne plus être harcelée par ses collègues de l’école. De la solitude à un sourire magique, la jeune femme nous propose une route...

La vie du bon côté même si …

Après une longue et foutue maladie contre laquelle elle s’est battue, la maman d’Elea est morte. Malgré tout, c’est dans ses familles que la jeune fille trouve des ressources et de la force pour...

La musique plutôt que la parole

Pour Clothilde, la musique est un véritable moyen d'expression. Pour elle, parfois, on en dit plus en jouant quelques notes qu’en ouvrant la bouche. S’exprimer avec les mots justes est parfois...

Ma rue en noir et blanc … Ma vie en vert

Si ce n’est pas facile pour tout le monde, c’est parfois beaucoup plus compliqué encore pour certain·e·s. Medhi nous partage un bout de trottoir et un morceau de vie. Pour lui, se projeter, cela...

Média d’expressions
Individuelle et collective
Destiné aux jeunes
En Fédération Wallonie Bruxelles

Scan-R est soutenu par

Pour être informé des activités de Scan-R