Une brume éclairée par un feu de joie

Une brume éclairée par un feu de joie

J’ai toujours eu peur d’être la raison d’une larme de peine qui coule sur la joue de quelqu’un… Je pense que cette frustration vient des erreurs du passé qui m’ont permises de construire cette femme que je suis aujourd’hui.

C’est une phase par laquelle à peu près tout le monde passe. Celle-ci commence par la remise en question, le doute de sa propre personne, l’envie de prendre de l’avant, des larmes de douleurs qui se remplissent de colère et pour finir l’acceptation de la situation.

Mon papa, m’a toujours appris à garder la tête haute, peu importe ce qui se passe. Ne jamais donner sa dignité entre les mains de quelqu’un car c’est grâce à celle-ci qu’on existe. Il faut donc apprendre à endurer, encaisser sans jamais flancher et augmenter ses compétences pour s’embellir plus que la veille.

Chaque morale existe à la suite d’une expérience difficile. On le sait, quelquefois, ça peut paraître difficile, mais il ne faut surtout pas lâcher car ça va le faire. Peu importe la profondeur de la douleur, elle finit par cicatriser car rien n’est éternel. Elle refera surface de temps en temps. Elle remontera à la surface certains souvenirs mais elle ne fera pas aussi mal qu’au début. Elle te mettra dans un certain état d’ivresse, quelques instants, mais ton courage viendra te prendre par la main et te prouvera que tu as réussi à surmonter cette étape.

Donc, le seul conseil que je me permettrais de donner est de pouvoir prendre conscience que la seule personne qui va vous accompagner toute votre vie, c’est vous-même. Il faut donc apprendre à suivre le principe de s’aimer un peu plus chaque jour. C’est primordial d’avoir le courage de changer ce qui ne va pas dans nos vies ! La faiblesse et la lâcheté poussent à fuir et à renoncer avant même d’entamer quelque chose. Il faut savoir prendre des décisions, aller contre soi-même, contre la facilité et les habitudes ! Ecouter la voix de sa conscience, tout en pesant le pour et le contre pour avancer !

Vous devez apprendre à réparer vos fautes et surtout prendre le temps d’écouter les cris internes, même quand ça fait terriblement mal. Puis, lorsque vous avez bien réfléchi, vous devez marcher d’un pas sûr vers ce qui vous rendra plus heureux, tout en gardant le contrôle de ce que vous faites. Quand vous allez passer devant ce miroir, vous devrez voir de la force, des leçons et beaucoup de fierté car vous aurez réussi encore une fois de plus.

Pour finir, je vous souhaite à tous de faire briller le cœur par vos attitudes, de casser sa voix plutôt qu’un cœur car chaque choix implique un renoncement et vivre, c’est donc choisir !

Auteure : Suheda, 24 ans, Verviers

CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.

Et d’autres récits

Réseaux Sociaux

Est-ce que les réseaux sociaux ont une mauvaise influence sur la jeunesse ? Pour moi oui, je me suis récemment rendu compte de l’impact que les réseaux sociaux ont eu sur moi. Je passais des heures...

La connaissance, une beauté de la vie

Pour moi, la beauté de la vie, c’est la connaissance, le savoir. Alors vous allez sûrement me demander « Mais pourquoi ? » et je commencerai par vous dire que la connaissance est la chose la plus...

La sensibilité

Comment ma sensibilité peut changer mon point de vue ? Ma sensibilité est un frein mais aussi un moyen de distinguer mes réflexions. Premièrement, c’est un frein car j’ai énormément de mal à la...

La scolarité en évolution

La sphère scolaire est la pierre angulaire qui portera la société de demain. Alors, une école à bout de souffle, c’est une société qui se meurt. L’école en Belgique n’est peut-être pas encore...

Changer le monde

Avant de mourir, je laisserais mes espoirs et mon utopie. Je veux changer le monde et j’ai pour habitude de dire que ça fonctionnera. Et pourtant, souvent le doute s’installe en moi. Qui suis-je...

Les jeunes Belges ne s’intéressent plus à l’opéra

Les salles d’opéra ne se remplissent plus, l’art de raconter des histoires par le chant lyrique ne fait plus déplacer les foules comme à l'âge d’or de Carmen, Rigoletto, ou la flûte enchantée....

Poison

Le vrai bonheur, c’est de ne pas avoir à s’en préoccuper. Se laisser bercer par ses désirs et se laisser vivre. L’esprit ainsi vidé de son dédale de pensées incessantes, peut s’occuper de choses...

Terre Nuance

- C'est un monde où les chiffres sur les billets de banque ont davantage d'importance que les vies humaines sacrifiées.Un monde où ce ne sont plus les politiques qui font les lois, mais bien les...

Voir en grand

Si j’étais riche, j’ouvrirais un très grand orphelinat pour accueillir tous les enfants du monde entier peu importe d’où ils viennent. Vous allez vous dire : « Mais elle est qui elle ? Donc si elle...

Un livre, un univers

Si j’étais une œuvre d’art, je serais un livre, une romance. Car on fuit la réalité, ça permet de tout oublier, de découvrir plusieurs types de vies et se dire « si ça se trouve, quelqu’un a déjà...
Liège

Liège

Un An que tu m’as accueillie
D’abord à Saint-Barthélemy,
bercée par le carillon
Aujourd’hui,
sur la Meuse et son roulis

Liège, ville d’accueil et de fête,
ville de travaux et imparfaite

Ma bicyclette brave tous les jours
tes pavés pas très vélo friendly,
pour ajouter mon +1 au compteur de la passerelle Saucy

Pour aller en cours
ou dans le Carré
Pour faire une soirée jeux de société
ou aller écouter slamer

En octobre à la Foire de Liège
pour manger des lacquemants
Ou au 15 août en Outremeuse
pour boire des pekets
et passer du bon temps

Liège, ville insoumise et résistante
ville aux 374 marches éreintantes

Dans le passé,
tu te dressas
Contre Charles le Téméraire
ou contre une gouvernance religieuse tutélaire

Cette année,
Contre la fermeture des salles de ciné au Grignoux
ou contre un projet immobilier dans le bois de la Chartreuse Liège, tu me rends fière et heureuse !

Auteure : Caroline, 24 ans, Liège

CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.

Et d’autres récits

Réseaux Sociaux

Est-ce que les réseaux sociaux ont une mauvaise influence sur la jeunesse ? Pour moi oui, je me suis récemment rendu compte de l’impact que les réseaux sociaux ont eu sur moi. Je passais des heures...

La connaissance, une beauté de la vie

Pour moi, la beauté de la vie, c’est la connaissance, le savoir. Alors vous allez sûrement me demander « Mais pourquoi ? » et je commencerai par vous dire que la connaissance est la chose la plus...

La sensibilité

Comment ma sensibilité peut changer mon point de vue ? Ma sensibilité est un frein mais aussi un moyen de distinguer mes réflexions. Premièrement, c’est un frein car j’ai énormément de mal à la...

La scolarité en évolution

La sphère scolaire est la pierre angulaire qui portera la société de demain. Alors, une école à bout de souffle, c’est une société qui se meurt. L’école en Belgique n’est peut-être pas encore...

Changer le monde

Avant de mourir, je laisserais mes espoirs et mon utopie. Je veux changer le monde et j’ai pour habitude de dire que ça fonctionnera. Et pourtant, souvent le doute s’installe en moi. Qui suis-je...

Les jeunes Belges ne s’intéressent plus à l’opéra

Les salles d’opéra ne se remplissent plus, l’art de raconter des histoires par le chant lyrique ne fait plus déplacer les foules comme à l'âge d’or de Carmen, Rigoletto, ou la flûte enchantée....

Poison

Le vrai bonheur, c’est de ne pas avoir à s’en préoccuper. Se laisser bercer par ses désirs et se laisser vivre. L’esprit ainsi vidé de son dédale de pensées incessantes, peut s’occuper de choses...

Terre Nuance

- C'est un monde où les chiffres sur les billets de banque ont davantage d'importance que les vies humaines sacrifiées.Un monde où ce ne sont plus les politiques qui font les lois, mais bien les...

Voir en grand

Si j’étais riche, j’ouvrirais un très grand orphelinat pour accueillir tous les enfants du monde entier peu importe d’où ils viennent. Vous allez vous dire : « Mais elle est qui elle ? Donc si elle...

Un livre, un univers

Si j’étais une œuvre d’art, je serais un livre, une romance. Car on fuit la réalité, ça permet de tout oublier, de découvrir plusieurs types de vies et se dire « si ça se trouve, quelqu’un a déjà...