« J’ai mis 19 ans à être fier de moi ». Voici la phrase que je me suis dite à moi-même lors d’une promenade anodine en me perdant dans mes réflexions. Ces réflexions qui nous font faire le point sur nous-mêmes, sur ce que nous vivons au quotidien mais également sur notre histoire personnelle. Tout y est passé : famille, école primaire et secondaire, bénévolats, travail, engagements sociaux, et choix des études supérieures mais, au beau milieu de ma tornade de pensées, un sentiment m’a pris.

Il m’a paralysé de la tête au pied, criant d’une vérité qui semblait être enfouie au plus profond de moi-même : un sentiment de plénitude. Se sentir plein, drôle de sentiment que j’ai ressenti. Il m’est difficile de l’exprimer en d’autres termes. Sans doute que le mot fierté est le plus proche synonyme, fier d’être en phase avec soi-même, fier d’enfin avoir l’impression de se connaître, fier d’avoir fait la paix avec son passé pour mieux appréhender son futur, fier de se sentir capable d’émettre ses propres choix en passant sous silence une série d’obligations sociales, tout simplement fier d’être SOI. Ce sentiment m’a semblé tellement naturel et, à la fois, étrange comme si je le découvrais pour la première fois.

L’être humain aimant bien douté de lui-même et se questionner continuellement, je me suis directement demandé qu’elles étaient les raisons pour lesquelles j’éprouvais ce sentiment alors qu’il ne m’empêche pas de ressentir du stress, d’éprouver certaines peurs et qu’il ne rend pas mon avenir moins incertain aujourd’hui qu’hier.

Mais ce qui a changé, ce ne sont pas mes émotions mais la façon dont je les comprends, je les appréhende et j’en fais usage. Je pense avoir atteint une nouvelle phase dans ma vie. J’ai grandi et compris que cacher ses sentiments ne servait à rien, qu’ils n’étaient que le reflet de besoins (in)satisfaits. Alors, je me suis demandé si ma vie était devenue plus simple pour autant ? Il est évident que je ne peux répondre par l’affirmatif mais, aujourd’hui, je ne cherche plus à fuir les événements positifs comme négatifs que je vis au quotidien. J’ai mûri et compris qu’il faut accueillir ce qui nous arrive sans que cela ne remette notre entité propre en question, cette entité qui est à la base de qui nous sommes, notre socle fondateur.

Tout mon parcours fût essentiel pour qu’aujourd’hui, je me sente plein. Chaque défaite a compté et pesé autant que les réussites, chaque moment de doute fût aussi important que mes moments d’intime conviction, chaque bas m’a été autant bénéfique que chaque haut pour me permettre de mener de telles réflexions. Errant toujours dans les rues de mon quartier, la tête emplie de questions, je me suis arrêté net. Heureux d’avoir éprouvé ce sentiment, j’ai cherché à le conserver, à le graver dans le marbre, j’ai pris un stylo et un bout de papier et j’ai écrit sans une once d’hésitation « aujourd’hui je ne suis plus seulement fier de ce que je fais ou ai pu faire mais aussi de qui je suis ». Depuis ce moment, ce papier m’accompagne partout où je vais. Je le relis quand je doute de moi-même pour me rappeler, que malgré les difficultés, je suis heureux d’avoir mis 19 ans à être fier de moi.

Auteur : Corentin, 19 ans, Anderlecht

CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.

Et d’autres récits

Comment ça se fait ?!

On travaille 24h/24 et nous n’avons pas la même somme qu’eux ! La plupart des riches ne travaillent pas et ne savent pas ce qu’est le travail dans les hôpitaux, cabinets de vétérinaires, les...

LES PETITS AVIS, EPISODE 68

Dès le départ, Scan-R essaye de valoriser la parole de chacune et de chacun ! Parmi les textes que nous recevons, certains sont trop brefs pour faire l’objet d’un post, nous les rassemblons donc...

Et si nous étions plus solidaires

Je rêve d’un monde plus solidaire et avec plus d’entraide. Il y a 2,5 ans, Verviers a connu la plus grande catastrophe depuis des années. Cependant, il y a tout de même eu du positif. Des fois,...

Quitter ses terres natales

Croire que quitter ses terres natales est un privilège est une pensée assez superficielle. Elle manque de nuance. Puis, pourquoi faire une telle généralisation hâtive ? J’écris cela en pensant à mes...

Mon idée de la justice

Tout dépend de la justice. S’il n’y a pas de justice, il n’y aura rien qui déroulera bien. Si la juste s’occupait comme il faut des criminels, il y aurait moins de crime par exemple. Je parle ici...

Vivre en Belgique, c’est ennuyant, triste, déprimant, injuste

Selon moi, ce n’est pas que le temps qui est déprimant, même si c’est le cas. Mais je vais parler surtout des injustices qui sont émises dans ce pays où on dit que la loi nous protège. À vrai dire,...

Nous voulons…

Nous voulons un bon leader, on ne veut pas quelqu’un avec de belles paroles mais quelqu’un de réfléchi et qui n’hésiterait pas à réaliser des justes choix pour son peuple. Il ne faut pas voter...

Respecter son prochain

« La diversité, c’est un mélange harmonieux entre une infinité de choses uniques ayant chacunes leurs propres défauts et leurs propres qualités ». Dans cette société, on oublie que notre prochain a...

L’importance des langues

J’aimerais apprendre à parler plusieurs langues. Dans n’importe quelle région, dans la plupart des jobs, on demande qu’on parle plusieurs langues. A l’école, nous avons des cours de langues, avec...

Justice d’exil

J'ai quitté mon pays, le Nigeria, en mai 2023. Je vivais avec ma jeune sœur et ma mère, charmante comme aucune autre au monde. Mais un jour, quelque chose s’est produit. Je revenais de l’école avec...