Réchauffement climatique et prise de conscience

Réchauffement climatique et prise de conscience

Florian souhaite que nous soyons aussi inventifs pour tenter de trouver des solutions au réchauffement climatique que pour la Covid 19… Même s’il sait que ce n’est pas gagné, il refuse de baisser les bras.

De mon point de vue, les populations ne prennent toujours pas au sérieux les scientifiques et malgré les mesures que ceux-ci préconisent et défendent, on continue à polluer autant qu’avant. Pour cette noble cause, il ne suffit pas de remplacer les véhicules à essence ou diesel par des électriques ou des hybrides. Nous devons, à tout prix stopper, l’utilisation du plastique et ses dérivés, employer des ressources non polluantes. Prendre conscience du réchauffement climatique est une chose pertinente et dérangeante « bronzer » au soleil est une douce illusion de la triste réalité des effets de serres.

Respecter notre planète, sensibiliser le monde c’est bien mais il faut les moyens. Les politiques appliquées ne manquent-elles pas de réalisme, d’envergure, de créativité ? Les hommes sont inventifs pendant les grandes crises, preuve en est avec ce que nous vivons à l’heure actuelle avec le Covid-19.

Je pense que l’humanité est capable de relever ce défi, responsabiliser et surtout changer, rien n’est trop tard. Grâce au confinement, on constate une forte dépollution de l’air ces derniers jours. L’air des grandes villes n’a jamais été aussi respirable et apporte des conséquences non négligeables sur la santé des individus. N’est-elle pas bien notre planète bleue !

Auteur : Florian, 17 ans, soumagne

Cet article a été produit lors d’un atelier Scan-R à distance

Et d’autres décryptages

Fatiguée de l’homophobie

« L’un·e “fait” la fille, l’autre le mec », « Les femmes deviennent lesbiennes parce qu’elles ne plaisent pas aux hommes », « Les homos sont plus infidèles que les hétéros ». Voici quelques préjugés...

14 ans, doutes et questions

Dans les statuts facebook pour parler des histoires de coeur ou de fesses, il y un certain nombre de possibilités… En couple, en concubinage, marié·e, veuve ou veuf, fiancé·e… et l’option, c’est...

Pourquoi juger ?

Quand une situation de harcèlement survient, c’est intolérable. Aujourd’hui, c’est Lucile qui nous en parle. Elle nous invite à nous interroger sur les jugements, sur le poids qu’ils font...

À coeur grand ouvert

Aimer sans limite, y laisser son coeur, détester de tout son être, pleurer sans raison ou encore sourire à en avoir des crampes,... Tout cela dans l’espace d’une seule et même journée… Parlons...

MENA, une vie derrière l’acronyme

Wema, 14 ans, vient du Congo. Elisabeth, 13 ans, vient d’Ouganda. Elles sont des MENA, des mineures étrangères non accompagnées. Avec 85 autres filles, femmes et jeunes garçons, elles habitent dans...

Un chez moi …

Regard blasé et paroles “cash”, Mélissa nous parle comme à un pote, tout en nous faisant comprendre que la boss…. C’est elle ! Elle l’affirme et s’affirme d’ailleurs : elle est adulte. Pas de quoi...

Racisme peu ordinaire

Depuis que Jérôme a écrit son article, il y a eu des changements en Italie. Le gouvernement ne réunit plus l’extrême-droite de Matteo Salvini et le Mouvement 5 étoiles, parti antisystème, de Luigi...

#balanceton?

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed sodales, felis vel maximus interdum, tellus turpis pellentesque leo, nec feugiat metus arcu ac nisl.

Média d’expressions
Individuelle et collective
Destiné aux jeunes
En Fédération Wallonie Bruxelles

Scan-R est soutenu par

Pour être informé des activités de Scan-R

Journal d’une confinée en déconfinement

Journal d’une confinée en déconfinement

Est-ce vrai ? Est-ce vraiment en train d’arriver ? Je croyais que cette situation n’arrivait que dans les films. Je me souviens de ce film sorti en 2016, La Cinquième Vague (1). J’étais allée le voir au cinéma et je me souviens de ce sentiment de malaise qui m’avait envahi dans la salle. Je me disais: « Et si cela nous arriverait ? ». Je ne m’attendais pas à ce que, quatre ans plus tard, on nous annonce une pandémie mondiale. C’est arrivé tellement vite, le temps est une donnée tellement étrange, il est rapide mais lent en même temps.

Une gripette !

Je me souviens, quand on a commencé à en parler. J’étais la première à crier au complot et à minimiser le phénomène. Serait-ce la peur de voir la vérité en face ? L’humain est un animal social, social certes mais aussi étrange. Début mars, je vivais encore ma vie de jeune adulte. Je travaillais, allais à des concerts et buvais ces verres en terrasse qui nous manquent tant. Puis vient l’annonce du confinement en France. J’étais avec mes colocataires, on regardait l’allocution du président français Emmanuel Macron. Ce fut un choc, on ne réalisait pas. Comme des êtres pourvus d’intelligence, nous sommes sorti dans le Carré (2). Le lendemain, tout s’est enchaîné, le papier toilette est devenu une denrée de luxe et les gens devenaient fous. J’ai dû arrêter de travailler et je me suis confinée, seule, dans mon appartement.

Je veux être utile

Les premiers jours furent simples, puis le temps passa et le moral se dégrada. Un mardi, j’ai eu une proposition bénévolat dans une maison de repos. J’ai sauté sur l’occasion pour me rendre utile. Ai-je eu peur ? Bizarrement non. Je n’ai vu aucune horreur. J’ai eu de la chance de tomber dans un établissement qui n’était pas submergé. Je mesure ma chance. J’ai dû arrêter à cause de crise d’asthme mais je suis heureuse d’avoir pu aider un minimum. Quand je rentrais du travail, je voyais des personnes dont les neurones ne s’étaient pas connectés. Ces gens qui applaudissent à 20h mais qui sortent dès qu’ils le peuvent. J’ai même dû réprimander ma propre mère. Plus d’une fois, elle est sortie pour  prendre l’apéro. Ces gens ont-ils une conscience ? J’ai été la première à dire que le virus n’était pas grave mais j’ai aussi très vite compris les réels enjeux de cette crise sanitaire.

Rêver quand même

Quand je m’ennuie, je me motive à préparer mon avenir même si tout est flou et que je ne sais pas quand je pourrais bouger. Ça me donne de l’espoir, et plus maintenant que jamais auparavant, l’espoir fait vivre. Beaucoup de personnes pensent que la terre nous envoi un message. C’est certainement vrai. Mais pensez-vous réellement que nos habitudes vont changer ? C’est une chimère de croire que assez de gens vont se réveiller pour changer le monde alors que même en confinement on tient toujours à nos habitudes consuméristes. La terre ne fait pas de pause. 

Et maintenant

On l’a vu, dès le confinement terminé, les magasins ont réouverts leurs portes et nos habitudes ont repris le dessus. Mais comment va réellement se passer l’Après ? Maggie de Block sera toujours au gouvernement ? Emmanuel Macron se sera-t-il fait pardonner par les gilets jaunes ? Saurons-nous gérer la crise ? Les étudiants vont-ils s’en sortir ? J’ai envie de vous dire: « qui vivra, verra ».

 

(1) Le film La Cinquième Vague raconte l’histoire de diverses invasions extraterrestres. Leur but ? S’approprier la planète. Comment ? En cinq vagues différentes. La première détruit toutes les sources électriques, la seconde, un gigantesque tremblement de terre… La troisième, une épidémie mondiale… La bande-annonce est à découvrir ici.

(2) Le Carré est le quartier festif et piétonnier de Liège. On y trouve de très nombreux bars et snacks, fréquentés par les étudiant·es, les touristes, les Liégeois·es.

Auteure : Charlotte, Liège, 19 ans

Cet article a été produit lors d’un atelier Scan-R à distance. 

Et d’autres décryptages

Fatiguée de l’homophobie

« L’un·e “fait” la fille, l’autre le mec », « Les femmes deviennent lesbiennes parce qu’elles ne plaisent pas aux hommes », « Les homos sont plus infidèles que les hétéros ». Voici quelques préjugés...

14 ans, doutes et questions

Dans les statuts facebook pour parler des histoires de coeur ou de fesses, il y un certain nombre de possibilités… En couple, en concubinage, marié·e, veuve ou veuf, fiancé·e… et l’option, c’est...

Pourquoi juger ?

Quand une situation de harcèlement survient, c’est intolérable. Aujourd’hui, c’est Lucile qui nous en parle. Elle nous invite à nous interroger sur les jugements, sur le poids qu’ils font...

À coeur grand ouvert

Aimer sans limite, y laisser son coeur, détester de tout son être, pleurer sans raison ou encore sourire à en avoir des crampes,... Tout cela dans l’espace d’une seule et même journée… Parlons...

MENA, une vie derrière l’acronyme

Wema, 14 ans, vient du Congo. Elisabeth, 13 ans, vient d’Ouganda. Elles sont des MENA, des mineures étrangères non accompagnées. Avec 85 autres filles, femmes et jeunes garçons, elles habitent dans...

Un chez moi …

Regard blasé et paroles “cash”, Mélissa nous parle comme à un pote, tout en nous faisant comprendre que la boss…. C’est elle ! Elle l’affirme et s’affirme d’ailleurs : elle est adulte. Pas de quoi...

Racisme peu ordinaire

Depuis que Jérôme a écrit son article, il y a eu des changements en Italie. Le gouvernement ne réunit plus l’extrême-droite de Matteo Salvini et le Mouvement 5 étoiles, parti antisystème, de Luigi...

#balanceton?

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed sodales, felis vel maximus interdum, tellus turpis pellentesque leo, nec feugiat metus arcu ac nisl.

Média d’expressions
Individuelle et collective
Destiné aux jeunes
En Fédération Wallonie Bruxelles

Scan-R est soutenu par

Pour être informé des activités de Scan-R

Le confinement, pour ouvrir les yeux de l’humanité ?

Le confinement, pour ouvrir les yeux de l’humanité ?

Que vas-tu faire de notre planète ? Regarde dehors. Observe. Observe ce ciel bleu, ces étoiles par milliers. Écoute. Écoute les oiseaux chanter, le cris de tes enfants, leurs rires.

Mes petits bonheurs 

L’ambiance de famille est difficile chez toi ? Est-elle positive ? Chez moi, il y a des hauts, des bas. Des moments où j’ai envie de fuir ma famille pour avoir un instant rien qu’à moi. Évidemment, il y a des soirs où j’ai envie d’être auprès d’elle. Te rends-tu compte que la situation du confinement est bénéfique : je prends, pour une fois dans ma vie, le temps de me poser des questions sur ma façon de vivre. Je me demande ce qui me plaît réellement et surtout qu’est ce qui dans ma vie, celle d’avant le confinement, ne vaut clairement plus la peine que je m’attarde dessus. Je me suis rapprochée de ma mère et de ma sœur, on passe littéralement des heures à feuilleter les magazines de cuisines pour arracher et classer les recettes intéressantes dans notre nouvelle farde de cuisine. 

Pour résumer, le confinement m’a permis de renforcer mes liens avec mes proches. J’ai fais le tri tant bien dans mes activités extra-scolaire que dans mes contacts. D’ailleurs, ça m’a aussi permis de trouver ma voix dans les études. Je vais à pied au magasin bio près de chez moi, je savoure ces brefs moments sociaux avec les personnes m’entourant. C’est bien simple, je crois qu’une fois le confinement officiellement fini pour de bon on ne va pas faire une mais bien deux fêtes des voisins par an !

Il fera beau demain !

Et toi ? Toi dans tout ça ? Ne trouves-tu pas que ce confinement a du bon ? N’as-tu pas plus de temps pour toi, ta famille et tes passions ? D’accord on vit plus simplement qu’avant, mais au final, n’est-ce pas ça la vie ? La vie ne se résume-t-elle pas à plus que de simples heures de boulot ? Toi et moi, doit-on réellement vivre pour travailler ? Ceci est un conseil, tu en fait ce que tu veux mais, ce n’est pas parce que l’on sort du confinement qu’il faut pour autant reprendre sa vie d’avant. Regarde l’impact sur la pollution, la déforestation, la famille,… Nous sommes tous responsables de nos actes alors donnons une valeur à nos actes dont nous serons fiers par la suite. N’oublie pas ce qui est réellement important pour toi, n’oublie pas tes envies et tes besoins mais fais-le de façon à ce que l’on vive d’une meilleure façon. 

Penses-y parce que de toute façon, si on ne le fait pas, la planète s’en chargera. 

Auteure : Aurélie, Wavre, 22 ans

Cet article a été produit lors d’un atelier Scan-R à distance. 

Et d’autres décryptages

Fatiguée de l’homophobie

« L’un·e “fait” la fille, l’autre le mec », « Les femmes deviennent lesbiennes parce qu’elles ne plaisent pas aux hommes », « Les homos sont plus infidèles que les hétéros ». Voici quelques préjugés...

14 ans, doutes et questions

Dans les statuts facebook pour parler des histoires de coeur ou de fesses, il y un certain nombre de possibilités… En couple, en concubinage, marié·e, veuve ou veuf, fiancé·e… et l’option, c’est...

Pourquoi juger ?

Quand une situation de harcèlement survient, c’est intolérable. Aujourd’hui, c’est Lucile qui nous en parle. Elle nous invite à nous interroger sur les jugements, sur le poids qu’ils font...

À coeur grand ouvert

Aimer sans limite, y laisser son coeur, détester de tout son être, pleurer sans raison ou encore sourire à en avoir des crampes,... Tout cela dans l’espace d’une seule et même journée… Parlons...

MENA, une vie derrière l’acronyme

Wema, 14 ans, vient du Congo. Elisabeth, 13 ans, vient d’Ouganda. Elles sont des MENA, des mineures étrangères non accompagnées. Avec 85 autres filles, femmes et jeunes garçons, elles habitent dans...

Un chez moi …

Regard blasé et paroles “cash”, Mélissa nous parle comme à un pote, tout en nous faisant comprendre que la boss…. C’est elle ! Elle l’affirme et s’affirme d’ailleurs : elle est adulte. Pas de quoi...

Racisme peu ordinaire

Depuis que Jérôme a écrit son article, il y a eu des changements en Italie. Le gouvernement ne réunit plus l’extrême-droite de Matteo Salvini et le Mouvement 5 étoiles, parti antisystème, de Luigi...

#balanceton?

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed sodales, felis vel maximus interdum, tellus turpis pellentesque leo, nec feugiat metus arcu ac nisl.

Média d’expressions
Individuelle et collective
Destiné aux jeunes
En Fédération Wallonie Bruxelles

Scan-R est soutenu par

Pour être informé des activités de Scan-R

Ma vie de privilégiée

Ma vie de privilégiée

Le covid est comme l’inquiétude, il ne connaît pas de frontière.  Alors que ses parents sont bien loin, Laura, elle, est bien seule. Elle nous emmène en voyage dans les pages de son journal de confinement.

J-1

De nature plutôt optimiste et ayant une grande propension à relativiser, le confinement ne m’effraie pas. J’y vois une opportunité de me lancer dans de nouvelles activités à domicile et prendre du recul sur l’ensemble de ma vie. Quelle aubaine, à un jour près j’aurais dû reporter mon rendez-vous pour ce tatouage que j’attends avec impatience ! Une artiste française en déplacement à Bruxelles, c’est une occasion qui se présente une ou deux fois par an dans le meilleur des cas ! Ouf, c’est au moins ça de sauvé…

J-5

Pas si facile de combler autant de vide dans un planning mais j’accepte le défi ! La semaine prochaine sera plus productive, je vais m’organiser comme il faut. D’ailleurs j’ai quelques pistes intéressantes : des jeux de société en ligne, la découverte des MOOC* et plusieurs recettes à tester. Lors de notre appel quotidien maman m’a annoncée que son école avait fermé. Comme quoi, le Congo n’aura pas mis longtemps à s’aligner sur l’Europe. Je suis impressionnée et surtout soulagée par cette nouvelle.

J-7

L’ennui n’est rien à côté de la solitude qui gagne du terrain chaque jour. Je vis seule ou presque… Bolso partage ma vie depuis plusieurs années. Si seulement tu pouvais parler autrement qu’en Mia, nos discussions seraient plus animées. Mes parents me manquent terriblement, ils vivent en République Démocratique du Congo à Lubumbashi. Normalement ils reviennent en Belgique pendant les grandes vacances. Après tout, je les ai revus en janvier, j’ai même eu l’occasion de fêter nouvel an avec eux. Cela fait des années que je dois me passer d’eux plusieurs mois durant, pourquoi n’y arriverais-je pas cette fois-ci ? Bon, ça suffit ! L’aéroport de Lubumbashi a été fermé pour limiter la propagation du virus, un petit pas pour le pays, un grand pas contre le Covid-19.

J-10

La situation ne s’arrange pas à Lubum, la fermeture de l’aéroport n’est pas sans conséquence. L’Afrique du Sud n’envoie plus de marchandises par les airs. Les magasins doivent compter sur les camions pour leur approvisionnement. Le stock sera-t-il suffisant ? Si tout le monde se met à faire des achats en grandes quantités, il n’y aura plus rien. Mais non, ils sont civilisés, pas comme ici !

J-14

L’appel de maman était très inquiétant… La crise a déjà engendré une hausse du prix du sac de farine. La population locale ne pourra pas se nourrir s’il continue à augmenter. Quand le peuple a faim, il se révolte. Les blancs, symbole de richesses seront les premiers touchés. Des pillages comme en 1991, voilà ce qui se profilent à l’horizon. Mes parents ont planqué quelques affaires sous la baignoire dans l’espoir de les sauver en cas de pillage. Un sac avec le nécessaire pour un départ en urgence est prêt. On en est là ! Et dire qu’hier je m’inquiétais qu’ils manquent de PQ. Le monde entier est confiné et comme je l’entends souvent sur les réseaux : « Il y a pire comme prison ». Oui, bien pire…

J-18

J’ai terminé mon livre mais ce n’est pas ce qui me réjouit le plus aujourd’hui ; mes parents sont sur la liste des passagers pour le prochain avion consulaire. Plus que quelques jours à tenir et ils seront là !

J-20

En ce moment, mes parents survolent le continent africain. Demain ils atterriront à Bruxelles. Quel bonheur de les savoir en sécurité… Pourquoi ce sentiment disparaît  déjà ? Ils sont si proches et je ne peux pas les voir ? Ça y est, je retrouve mon problème de privilégiée : la solitude !

 

 

* Pour Laura, c’est “un excellent moyen d’acquérir de nouvelles connaissances dans différents domaines”. Un MOOC de l’anglai Massive Open Online Course, est donc un cours en ligne ouvert à un grand nombre de personnes. Plutôt destinés aux adultes, ils permettent d’en savoir plus sur des milliers de sujets… De la ventilation artificielle pour le personnel soignant qui lutte contre le Covid, au Marketing en passant par le codage dans le langage de programmation interprété, multi-paradigme et multiplateformes qu’est Python… Tout y passe 

 

Auteure : Laura, Liège, 21 ans

Et d’autres décryptages

Fatiguée de l’homophobie

« L’un·e “fait” la fille, l’autre le mec », « Les femmes deviennent lesbiennes parce qu’elles ne plaisent pas aux hommes », « Les homos sont plus infidèles que les hétéros ». Voici quelques préjugés...

14 ans, doutes et questions

Dans les statuts facebook pour parler des histoires de coeur ou de fesses, il y un certain nombre de possibilités… En couple, en concubinage, marié·e, veuve ou veuf, fiancé·e… et l’option, c’est...

Pourquoi juger ?

Quand une situation de harcèlement survient, c’est intolérable. Aujourd’hui, c’est Lucile qui nous en parle. Elle nous invite à nous interroger sur les jugements, sur le poids qu’ils font...

À coeur grand ouvert

Aimer sans limite, y laisser son coeur, détester de tout son être, pleurer sans raison ou encore sourire à en avoir des crampes,... Tout cela dans l’espace d’une seule et même journée… Parlons...

MENA, une vie derrière l’acronyme

Wema, 14 ans, vient du Congo. Elisabeth, 13 ans, vient d’Ouganda. Elles sont des MENA, des mineures étrangères non accompagnées. Avec 85 autres filles, femmes et jeunes garçons, elles habitent dans...

Un chez moi …

Regard blasé et paroles “cash”, Mélissa nous parle comme à un pote, tout en nous faisant comprendre que la boss…. C’est elle ! Elle l’affirme et s’affirme d’ailleurs : elle est adulte. Pas de quoi...

Racisme peu ordinaire

Depuis que Jérôme a écrit son article, il y a eu des changements en Italie. Le gouvernement ne réunit plus l’extrême-droite de Matteo Salvini et le Mouvement 5 étoiles, parti antisystème, de Luigi...

#balanceton?

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed sodales, felis vel maximus interdum, tellus turpis pellentesque leo, nec feugiat metus arcu ac nisl.

Média d’expressions
Individuelle et collective
Destiné aux jeunes
En Fédération Wallonie Bruxelles

Scan-R est soutenu par

Pour être informé des activités de Scan-R

Coupé en deux

Coupé en deux

À gauche, à droite. Devant, derrière. Là-bas, ici. Lukas a 17 ans et comme beaucoup de jeunes de sa génération, il est ballotté entre sa mère et son père, en pleine séparation.

J’aimerais vous faire part d’une histoire qui me tient à cœur : la séparation de mes parents. Un jour, ou plutôt un soir, ma maman a décidé de partir de la maison. Mon papa était au foot avec mon grand frère. Elle était en train de faire à manger quand elle a décidé de tout laisser là et de nous prendre avec elle. Mon petit frère, mes deux grandes sœurs et moi sommes partis chez ma tante. Ma maman n’a pas voulu dire à mon papa où nous étions, nous ne lui parlions que par téléphone. Un jour, mon frère lui a demandé s’il voulait qu’il lui passe ma tante en ligne. De là, mon père a directement compris où nous étions. Il est alors venu nous voir régulièrement. Ma maman n’était toujours pas d’accord, elle appelait chaque fois la police. 

Du chaos à l’accalmie

 

Plus tard, ma maman a rencontré un homme et elle est allée le voir. Elle a pris mon petit frère et m’a déposé chez ma grand-mère où il n’y avait pratiquement rien… J’étais tout seul entre quatre murs et c’était l’enfer. Je suis resté dans l’appartement pendant 2 jours sans manger et sans boire. Le copain de ma grand-mère a fini par venir me chercher tard le soir et m’a ramené chez ma tante. Mon papa est venu me chercher le lendemain. Il m’a demandé où je voulais aller, je lui ai répondu « chez toi », il m’a donc emmené chez lui. Suite à mon déménagement, je suis retourné de temps en temps chez ma maman. A chaque fois que j’y suis allé, elle ne pouvait s’empêcher de parler de mon papa pour le critiquer… Je n’ai plus voulu la voir car j’en ai eu marre de tout ce qu’elle disait sur lui alors que je connaissais la vérité, plus complexe. Elle a finalement arrêté de parler sur père. Aujourd’hui, ça va mieux.

Auteur : Lukas, 17 ans

Et d’autres décryptages

Fatiguée de l’homophobie

« L’un·e “fait” la fille, l’autre le mec », « Les femmes deviennent lesbiennes parce qu’elles ne plaisent pas aux hommes », « Les homos sont plus infidèles que les hétéros ». Voici quelques préjugés...

14 ans, doutes et questions

Dans les statuts facebook pour parler des histoires de coeur ou de fesses, il y un certain nombre de possibilités… En couple, en concubinage, marié·e, veuve ou veuf, fiancé·e… et l’option, c’est...

Pourquoi juger ?

Quand une situation de harcèlement survient, c’est intolérable. Aujourd’hui, c’est Lucile qui nous en parle. Elle nous invite à nous interroger sur les jugements, sur le poids qu’ils font...

À coeur grand ouvert

Aimer sans limite, y laisser son coeur, détester de tout son être, pleurer sans raison ou encore sourire à en avoir des crampes,... Tout cela dans l’espace d’une seule et même journée… Parlons...

MENA, une vie derrière l’acronyme

Wema, 14 ans, vient du Congo. Elisabeth, 13 ans, vient d’Ouganda. Elles sont des MENA, des mineures étrangères non accompagnées. Avec 85 autres filles, femmes et jeunes garçons, elles habitent dans...

Un chez moi …

Regard blasé et paroles “cash”, Mélissa nous parle comme à un pote, tout en nous faisant comprendre que la boss…. C’est elle ! Elle l’affirme et s’affirme d’ailleurs : elle est adulte. Pas de quoi...

Racisme peu ordinaire

Depuis que Jérôme a écrit son article, il y a eu des changements en Italie. Le gouvernement ne réunit plus l’extrême-droite de Matteo Salvini et le Mouvement 5 étoiles, parti antisystème, de Luigi...

#balanceton?

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed sodales, felis vel maximus interdum, tellus turpis pellentesque leo, nec feugiat metus arcu ac nisl.

Média d’expressions
Individuelle et collective
Destiné aux jeunes
En Fédération Wallonie Bruxelles

Scan-R est soutenu par

Pour être informé des activités de Scan-R

Choix de style, choix d’être soi

Choix de style, choix d’être soi

À partir de ses sept ans, Marline s’est habillée comme un garçon. Une avalanche de critiques a alors déferlé sur elle… Elle se serait bien cachée sous les vagues. Aujourd’hui,  du haut de la montagne de ses 14 ans, cette histoire lui permet de se pencher sur la difficulté de s’habiller librement. Et sur l’envie d’être, librement.

Quand j’avais 7 ans, mon style était différent de celui des autres filles. J’étais souvent habillée « comme un garçon ».  Chaque jour, quand j’allais à l’école, je recevais des critiques, des insultes… Je ne comprenais pas vraiment pourquoi, j’étais juste différente des autres filles. Les critiques ont renforcé mon caractère et ont finalement construit ce que je suis devenue aujourd’hui ! Une personne qui n’a pas le même style que tout le monde et qui, pourtant,  n’est ni bizarre, ni monstrueuse …

Cette personne s’habille comme elle veut, de la manière qui lui permet de se sentir bien. Ce n’est pas parce qu’une fille s’habille comme un garçon qu’elle est d’office lesbienne, ce n’est pas parce qu’un garçon se maquille ou met une jupe qu’il est gay… c’est plus compliqué que ça. Le style représente une personnalité, ce que l’on est. Et pourtant, une personne qui s’habille librement reçoit des critiques parce que de nos jours, c’est comme ça. Harceler la différence est devenu la norme. Mais quel est donc le but de critiquer une personne pour qu’elle change ? 

Arrêtons de vouloir changer les styles des gens, juste parce qu’ils ne sont pas comme nous.

 

Marline , 14 ans , Namur 

Et d’autres décryptages

Fatiguée de l’homophobie

« L’un·e “fait” la fille, l’autre le mec », « Les femmes deviennent lesbiennes parce qu’elles ne plaisent pas aux hommes », « Les homos sont plus infidèles que les hétéros ». Voici quelques préjugés...

14 ans, doutes et questions

Dans les statuts facebook pour parler des histoires de coeur ou de fesses, il y un certain nombre de possibilités… En couple, en concubinage, marié·e, veuve ou veuf, fiancé·e… et l’option, c’est...

Pourquoi juger ?

Quand une situation de harcèlement survient, c’est intolérable. Aujourd’hui, c’est Lucile qui nous en parle. Elle nous invite à nous interroger sur les jugements, sur le poids qu’ils font...

À coeur grand ouvert

Aimer sans limite, y laisser son coeur, détester de tout son être, pleurer sans raison ou encore sourire à en avoir des crampes,... Tout cela dans l’espace d’une seule et même journée… Parlons...

MENA, une vie derrière l’acronyme

Wema, 14 ans, vient du Congo. Elisabeth, 13 ans, vient d’Ouganda. Elles sont des MENA, des mineures étrangères non accompagnées. Avec 85 autres filles, femmes et jeunes garçons, elles habitent dans...

Un chez moi …

Regard blasé et paroles “cash”, Mélissa nous parle comme à un pote, tout en nous faisant comprendre que la boss…. C’est elle ! Elle l’affirme et s’affirme d’ailleurs : elle est adulte. Pas de quoi...

Racisme peu ordinaire

Depuis que Jérôme a écrit son article, il y a eu des changements en Italie. Le gouvernement ne réunit plus l’extrême-droite de Matteo Salvini et le Mouvement 5 étoiles, parti antisystème, de Luigi...

#balanceton?

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed sodales, felis vel maximus interdum, tellus turpis pellentesque leo, nec feugiat metus arcu ac nisl.

Média d’expressions
Individuelle et collective
Destiné aux jeunes
En Fédération Wallonie Bruxelles

Scan-R est soutenu par

Pour être informé des activités de Scan-R