La musique plutôt que la parole

La musique plutôt que la parole

Pour Clothilde, la musique est un véritable moyen d’expression. Pour elle, parfois, on en dit plus en jouant quelques notes qu’en ouvrant la bouche. S’exprimer avec les mots justes est parfois compliqué et la musique lui épargne ce travail.

La musique touche les esprits

La plupart du temps, je ne joue que pour moi et ça me plait d’écouter les sons que je peux produire grâce à mon instrument. La musique m’a souvent permis de réfléchir. Que ce soit à mon sujet, au sujet de ma vie ou du monde qui m’entoure. Par exemple, lorsqu’un chanteur évoque un quelque chose qui me touche, ou pose des questions auxquelles je n’avais jamais réfléchi. Ou encore lorsque la musique évoque des émotions particulières qui me font penser à certains thèmes. Ou parfois, simplement parce que la mélodie est belle, je peux partir dans un autre monde qui me fait juste rêver ! Dans ces moments-là, je peux refaire le monde. C’est l’un des nombreux pouvoirs de la musique : elle touche les esprits !

Se faire entendre par un grand nombre

C’est le moyen d’expression que beaucoup de personnes ont choisi pour enfin se faire entendre par le plus de personnes possible. Même lorsqu’on ne chante pas, c’est une façon de faire entendre sa voix. Dans une chanson, j’aime tout écouter ! Bien sûr, dans un premier temps, je vais me concentrer sur les paroles, mais dans un second temps, je vais écouter attentivement la musique « d’accompagnement ». Ce qui est bien dans la musique « sans paroles », c’est que chacun est libre d’y entendre ce qu’il veut.

Un morceau, mille interprétations

Lorsque je joue des morceaux plus « classiques », j’essaye de comprendre ce que le compositeur a voulu nous dire à travers son œuvre, il y a parfois une centaine d’années. Une fois que j’ai acquis les côtés techniques du morceau, je raconte ma propre histoire en le jouant. C’est fascinant car plusieurs interprètes ont beau jouer le même morceau, suivre exactement la même partition, ils ne raconteront pas la même chose, et le morceau peut en devenir singulièrement différent. J’aime beaucoup ce concept. D’une certaine façon, tous les musiciens se complètent ! Je suis attachée à l’idée qu’en jouant ou en écoutant de la musique, je fais vraiment partie d’un mouvement : celui de la musique. En écoutant, on peut se sentir connecté à la fois à l’interprète, mais aussi à tous ceux qui écoutent la même chose ! C’est pour ça que simplement parler de musique rapproche les gens ! Parfois, ce qu’on a en commun avec une personne se résume uniquement à nos gouts musicaux, et c’est déjà un élément important !

La musique adoucit les maux …

Pour moi, la musique, au-delà d’être un moyen d’expression, est aussi une échappatoire. Elle a le pouvoir de guérir de nombreux maux. Elle me permet de me sentir moins seule. Comme je l’ai dit plus tôt, la musique raconte une histoire, mais chacun y entend ce qu’il veut. Parfois, ça permet justement d’entendre ce que j’ai besoin d’entendre. La musique m’a aidée à de nombreuses reprises au cours de ma vie. Lors du premier confinement, je me sentais fort seule, et maintenir le contact avec mes amis devenait parfois compliqué. J’ai alors commencé à écouter encore plus de musique qu’avant. Ça me permettait de faire passer le temps, mais ça m’a aussi fait réaliser que je n’étais pas la seule dans ce cas, et que je n’étais pas la plus à plaindre.

… et les confinements

De nombreuses personnes ont tiré profit de cette situation de crise pour développer leur créativité à travers la musique. Ce qui a été composé pendant le confinement témoigne de la réalité du monde entier durant cette période et j’ai compris que je n’étais pas seule, que malheureusement, il y a des gens qui le vivaient encore plus mal que moi, et que j’avais la chance d’avoir une famille soudée et en bonne santé. La musique m’a fait me reprendre en main, et m’a donné envie de faire passer du positif à travers ma propre musique.

La musique c’est magique

Au final, je trouve que la musique est une forme de magie. Elle offre à tout le monde de se faire entendre ! Pour moi, qui ai parfois du mal à trouver les mots, c’est le moyen de communication idéal. C’est ce qui est beau dans la musique, c’est qu’elle ne fait pas de discrimination. Qui que l’on soit et où qu’on se trouve, on peut tous faire de la musique avec n’importe quoi !

Auteure : Clothilde, 15 ans, Boncelles

Cet article a été produit lors d’un atelier Scan-R

Et d’autres décryptages

Fleurir l’humanité

Le plus révoltant dans ce monde, c’est toutes les fois où l’on ne donne pas à l’autre ce qu’on aimerait recevoir, où l’on fait subir ce qu’on ne voudrait jamais vivre. Cette attitude a un nom. Plus...

Soufi mon Amour

Nous sommes au début des vacances et dans quelques jours, nous partons au Maroc.Pour m'accompagner durant ce périple, j'ai décidé d'acheter un livre dont une amie m'a parlé : " Soufi mon Amour "...

La descente en enfer

            Lorsque mes parents partent, il y a toujours une certaine excitation. Je fais les courses avec mon papa, pour tenir une semaine sans manquer de rien. J'aide à charger la voiture pour que...

Ne pas se faire du mal

J'ai envie de faire passer un message. Faites bien attention à vous. Ne vous faites pas du mal, cela ne va servir à rien, je vous le promets. Rien ne change, ça va juste vous faire du mal, et faire...

Coeur sombre

Coeur sombre, sombre de conneries, conneries de jeunesse, jeunesse de délinquant,  délinquance de plusieurs années, plusieurs années noires, noires de fréquentation, fréquentation de cité, cité en...

Liberté et solitude

Je vais vous parler de mon histoire par rapport à la solitude. Je suis une personne très timide. Je ne fais pas facilement confiance. J'ai toujours eu peur du regard des autres, des critiques,...

L’abus sexuel

J'ai décidé de parler de l'abus sexuel car j'espère que cela pourra aider des gens ayant vécu une situation similaire que moi... J'ai subi des attouchements vers l'âge de 7 ou 8 ans, je ne sais plus...

L’adolescence

Il y a cinq ans, je changeais d’école pour la première fois. J’entrais en cinquième primaire. C’était donc une petite école. Je me suis directement intégré. Après un mois plus ou moins, je me suis...

Á toi, qui lis ceci.

A toi qui lis ceci, Qui cache derrière son sourire ses soucis, Qui aire rire de tout et de rien, Qui n'expose jamais son chagrin. Qui souhaite tellement faire le bien autour de toi, Qui finit par...

Le regard des autres

J'ai toujours eu peur de l'avis des autres. Depuis toute petite, je suis conditionnée à leur plaire. Je suis une femme. La société nous contraint de respecter certains codes, styles vestimentaires,...

Média d’expressions
Individuelle et collective
Destiné aux jeunes
En Fédération Wallonie Bruxelles

Scan-R est soutenu par

Pour être informé des activités de Scan-R

L’original

L’original

Pour écrire lors d’un atelier Scan-R ou à n’importe quel autre moment, il faut une idée mais, qu’est-ce qui se passe quand il n’y a pas la moindre idée ? À l’inverse, qu’est-ce qui se passe quand il y a trop d’idées ? Voici la piste, singulière et originale, de Martin.

Écrire

Je mordille mon bic de manière pensive. Ça devrait aller non ? Si c’est tout ce qu’on me demande, je finirai ce bout de texte en moins d’une heure. La consigne n’impose ni sujet ni autre contrainte. Juste ce qui me passe par la tête. C’est bien le problème. Quel sujet choisir quand on peut tout choisir ?

Trouver le sujet

Je regarde autour de moi. Les autres se sont déjà lancé·e·s. Têtes baissées, gribouillant frénétiquement dans leur carnet. Je retourne dans mes pensées. Bon, me dis-je, abordons le problème de manière systématique. Qu’est-ce qui me passionne ? La musique ? D’autres le font déjà. L’histoire ? D’accord, mais laquelle ? Bref, comment s’y prendre?

Plus le temps passe, plus ça m’embarrasse. Toujours vierge, cette feuille me nargue. Peut-être quelque chose de plus personnel ? J’explore l’idée mais très vite, je tombe dans une impasse. Déjà, je n’arrive pas à m’expliquer à moi-même, alors m’expliquer aux autres …

Trouver le sujet, épisode 2

Je n’ose pas regarder l’heure pour confirmer, mais j’estime que j’ai perdu une bonne demi-heure. Un sentiment de panique s’empare doucement de moi. Il me faut absolument une idée, sinon je risque de ne plus avoir le temps de finir un texte, sujet original ou non.
Mais vaut-il même la peine d’écrire quoi que ce soit, si c’est pour écrire des choses banales, ou pire, mauvaises ? Non, il me faut quelque chose d’original. Notre insignifiance dans l’étendue de l’univers ? La relativité de nos codes moraux ? Ça a le mérite d’être original, mais c’est prétentieux à en mourir.

Eurêka

Je sature. Je sue. Trop d’idées tuent l’idée. Je ne vois plus que le temps qui passe, et pas l’ombre d’une bonne idée. Je décide de faire un tour en rue… Une bouffée d’air froid m’accueille dehors. Immédiatement, ça va mieux. Mon cerveau oxygéné se remet en route. Qu’est-ce qu’une bonne idée ? Doit-elle impérativement être originale ? La quête vers l’originalité n’est-elle pas aussi futile qu’elle est prétentieuse ? Peut-être, mais j’ai ma fierté. S’il y a bien une chose que je ne ferai jamais, c’est écrire quelque chose qui n’est pas inutilement surrefléchi. Et là, je me dis que j’ai trouvé mon idée. Je me mets au travail.

Auteur : Martin, 22 ans, Ixelles

Cet article a été écrit lors d’un atelier Scan-R

Et d’autres décryptages

Fleurir l’humanité

Le plus révoltant dans ce monde, c’est toutes les fois où l’on ne donne pas à l’autre ce qu’on aimerait recevoir, où l’on fait subir ce qu’on ne voudrait jamais vivre. Cette attitude a un nom. Plus...

Soufi mon Amour

Nous sommes au début des vacances et dans quelques jours, nous partons au Maroc.Pour m'accompagner durant ce périple, j'ai décidé d'acheter un livre dont une amie m'a parlé : " Soufi mon Amour "...

La descente en enfer

            Lorsque mes parents partent, il y a toujours une certaine excitation. Je fais les courses avec mon papa, pour tenir une semaine sans manquer de rien. J'aide à charger la voiture pour que...

Ne pas se faire du mal

J'ai envie de faire passer un message. Faites bien attention à vous. Ne vous faites pas du mal, cela ne va servir à rien, je vous le promets. Rien ne change, ça va juste vous faire du mal, et faire...

Coeur sombre

Coeur sombre, sombre de conneries, conneries de jeunesse, jeunesse de délinquant,  délinquance de plusieurs années, plusieurs années noires, noires de fréquentation, fréquentation de cité, cité en...

Liberté et solitude

Je vais vous parler de mon histoire par rapport à la solitude. Je suis une personne très timide. Je ne fais pas facilement confiance. J'ai toujours eu peur du regard des autres, des critiques,...

L’abus sexuel

J'ai décidé de parler de l'abus sexuel car j'espère que cela pourra aider des gens ayant vécu une situation similaire que moi... J'ai subi des attouchements vers l'âge de 7 ou 8 ans, je ne sais plus...

L’adolescence

Il y a cinq ans, je changeais d’école pour la première fois. J’entrais en cinquième primaire. C’était donc une petite école. Je me suis directement intégré. Après un mois plus ou moins, je me suis...

Á toi, qui lis ceci.

A toi qui lis ceci, Qui cache derrière son sourire ses soucis, Qui aire rire de tout et de rien, Qui n'expose jamais son chagrin. Qui souhaite tellement faire le bien autour de toi, Qui finit par...

Le regard des autres

J'ai toujours eu peur de l'avis des autres. Depuis toute petite, je suis conditionnée à leur plaire. Je suis une femme. La société nous contraint de respecter certains codes, styles vestimentaires,...