Les jeux vidéo apprennent-ils quelque chose ?

Les jeux vidéo apprennent-ils quelque chose ?

Souvent, les adultes voient les jeux vidéo comme quelque chose de nocif, qui rend bête, qui ne sert qu’à ramollir le cerveau, nous faisant aller dans une autre réalité qui n’apporte rien…

Ces paroles-là, je l’ai ai entendues de nombreuse fois tout au long de ma jeunesse qui n’est même pas encore terminée. Les jeux vidéo apportent plus de chose que nos parents en pensent (évidemment les exceptions existent). Les jeux vidéo servent à apprendre comment les choses fonctionnent réellement, servent à apprendre l’histoire à travers des campagnes de jeux à travers différentes époques, adopter des stratégies que ce soit préparer ou en créer dans le feu de l’action. Tout ça permet aux jeux vidéo de faire aussi bien qu’un film de parler de chose à travers un écran. De nous apprendre des choses tel un documentaire.

On peut prendre exemple sur beaucoup de jeux.

Des types de jeux

Jeux de sport : Permet de découvrir de nouveaux sports et leur fonctionnement.

Jeux de voiture : Permet de découvrir ce qui se cache derrière les caméras, autour d’un circuit, ce qui se passe vraiment et comment piloter ces engins.

Jeux de stratégie : Mettre en place différentes stratégies en tenant compte de tous les facteurs.

Des jeux en eux-mêmes

La firme Assassin’s Creed : Découvrir l’évolution des assassins à travers toutes les époques humaines (Origin/Égypte antique, Odyssey/Grèce Antique, Vahlalla/Monde viking, Unity/Révolution française, etc.).

League of Legends : Stratégie et utilisation de héros pour dominer l’ennemi, faire preuve de team play et d’entraide pour aller vers la victoire.

Red Dead Rédemption 2 : Découvrir le Far West en 1890, devenir des hors-la-loi dans ce monde désertique impitoyable qu’est l’Amérique. Tout le côté historique de savoir comment était la vie là-bas, etc.

Detroit Become Human : Découvrir que chaque choix mène à quelque chose que ce soit bon ou mauvais, tous nos choix ont des conséquences pour plus tard.

Fortnite : Découvrir la survie seul ou en équipe face à une centaine de joueurs. Coordination et stratégie sont de maître dans ce jeux iconique de notre génération.

Ghost of Tsushima : Parle des samouraïs, de leur code d’honneur, de leur style de combat, histoire et leur déclin.

God of War : Mythologie Nordique est à l’honneur dans ce jeu qui nous fait découvrir l’histoire de cette mythologie…

Si je devais vous citer ce que chaque jeu peut vous apprendre, j’en aurais pour des heures. Les jeux apportent plus que l’on en pense. Même moi je ne n’ai pas encore tout appris dans les jeux vidéo mais beaucoup de mes connaissances viennent de là. Ça ne m’aide pas au quotidien mais avoir une culture générale développée grâce aux jeux qui nous procurent, soit un plaisir fou à jouer à ces jeux ou à souffrir pour obtenir ces récompenses durement gagnées après de longues parties durement gagnées. Cela fait partie des accomplissements personnels de terminer une mission, jeux, quête, partie très difficile, etc.

Les jeux apportent beaucoup pour tout le monde. Plus qu’on ne le pense…

A écouter aussi en podcast ici

Auteur : Victor, 14 ans, Wavre

CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.

Et d’autres récits

Ce que je souhaite le plus, c’est d’être épanouie

Ce que je souhaite le plus, c’est d’être épanouie. Pourquoi est-ce que je souhaite le plus ? Car je pense que, pour n’avoir aucun regret, s’approcher le plus du bonheur et vivre une belle vie selon...

Tout ce que j’ai appris depuis mon plus jeune âge

Coucou petite bichette, J’ai cette opportunité pour t’écrire cette lettre, donc je vais essayer de te donner les meilleurs conseils possibles et tout ce que j’ai appris depuis ton petit âge. Tout...

Re-construire

15 mars 2022, ce soir-là, il a tout pris de moi. Tout ce que j’étais, tout ce que j’avais, tout ce en quoi je croyais, tout ce à quoi je pouvais rêver.Ce soir-là, en entrant chez moi, en entrant en...

LES PETITS AVIS, EPISODE 59

Dès le départ, Scan-R essaye de valoriser la parole de chacune et de chacun ! Parmi les textes que nous recevons, certains sont trop brefs pour faire l’objet d’un post, nous les rassemblons donc...

Quelques lettres sur un bout de papier

Vit-on aujourd’hui dans un monde où l’oral prime sur l’écrit ? Aujourd’hui, l’art oratoire semble dominer tandis que l’écrit, lui, parait subir un vrai déclin. Que dire du manque d’intérêt que peut...

Inégalités dans le secteur médical

De nos jours, on retrouve à la fois des hommes et des femmes dans le secteur médical, mais il y a des inégalités au niveau des métiers. Prenons un exemple : un homme veut devenir sage-femme. On va...

Galanterie cassée

La galanterie, façon d’agir inculquée aux hommes depuis leur plus jeune âge. Tenir la porte, payer le premier rendez-vous, acheter un bouquet de fleur… Considéré comme tout à fait normal, cela...

Précarité et créativité

Aujourd’hui, le potentiel créatif de chacun est utilisé dans de nombreuses situations du quotidien. Tout d’abord, la situation de précarité de nombreuses personnes les oblige à trouver des...

La beauté de la différence

« Pour moi, être différent, c’est être spécial. Tu crées ta différence, ce que les autres n’ont pas. » Cette phrase est à la fois celle avec laquelle je suis le plus d’accord et le moins d’accord....

La vie pour un adolescent

Le sens de la vie, c'est profiter de chaque moment. C’est important de profiter de chaque moment, car on n'est jamais sûr de ce qu’il peut se passer demain. Il peut se passer un déménagement, donc...
Le scoutisme, une école de la vie

Le scoutisme, une école de la vie

Le scoutisme est-il réellement une école de la vie pour les ados en Belgique en 2023 ?

Je dirais oui, mais pas que pour les ados, c’est également le cas pour les enfants dès 6 ans (au baladin) et pour les jeunes adultes animateurs. Aller chez les scouts, c’est vivre plein d’expériences enrichissantes, que ce soit le samedi aux réunions ou en été durant les camps.

On apprend à vivre en groupe avec des personnes très diversifiées que ce soit par l’âge, l’origine, la culture,… C’est un lieu de rencontre. Le scoutisme nous sort de notre zone de confort en nous apprenant la débrouillardise, l’autonomie, le dépassement de soi, la confiance en soi et aux autres. On apprend à se découvrir et à découvrir le monde qui nous entoure.

Je trouve le scoutisme ou les mouvements de jeunesse aussi importants que l’école, pour les jeunes, car c’est un apprentissage d’un autre aspect de la vie mais qui a toute son importance.

Auteur : Anonyme, 17 ans, Louvain-la-Neuve

CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.

Retrouvez ce récit et d’autres dans notre dossier thématique

Le scoutisme, en général

Le scoutisme, en général

Pour beaucoup, le scoutisme représente juste les ventes que l’on fait durant l’année et ça ne va pas plus loin. Pourtant aux guides tous les samedis, on se réunit tous ensemble pour faire des jeux, en apprenant sur l’actualité, parler des problèmes dans le monde, etc. Puis il y a les camps en juillet de 15 jours où on est complètement déconnecté du monde et ça nous permet de faire un point sur notre vie durant l’année, se recentrer sur nous-même et apprendre à se connaître. Les guides nous apprennent les vraies valeurs de la vie comme le partage, le savoir vivre en communauté et on fait nos plus belles rencontres. Moi, c’est là-bas que j’ai mes meilleures amies et je sais qu’elles ne me lâcheront pas.

Pour moi, on peut pas juger ou porter un avis sur le scoutisme sans avoir vraiment essayé et fait un camp. Je trouve que c’est au camp qu’on apprend le plus et on découvre de nouvelles facettes de nous-même. Déjà, on apprend à faire un feu nous-même avec des allumettes, on apprend à faire des pilotis et à se débrouiller par nous-même.

Depuis mes 5 ans, je fais les mouvements de jeunesse et c’est une vraie passion. On fait des rencontres que nulle part ailleurs, on aurait faites. On apprend aussi à ne pas faire de différence vis-à-vis des autres personnes et à accepter tout le monde. Et c’est ça qui est bien au guide (dans mon unité en tout cas). On apprend beaucoup de valeurs qu’on apprendrait pas forcément comme ça autre part. Je pense que si on est ouvert d’esprit et pas fermé, on serait plus aux guides.

Auteur : Anonyme

CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.

Retrouvez ce récit et d’autres dans notre dossier thématique

La connaissance, une beauté de la vie

La connaissance, une beauté de la vie

Pour moi, la beauté de la vie, c’est la connaissance, le savoir.

Alors vous allez sûrement me demander « Mais pourquoi ? » et je commencerai par vous dire que la connaissance est la chose la plus importante sur Terre pour l’humain. En effet, la connaissance est ce qui a fait de nous ce que nous sommes aujourd’hui, ce que nous étions hier et ce que nous serons demain.

La connaissance est illimitée tout comme elle est limitée ; il y a toujours des nouvelles choses à découvrir, à connaître. Malheureusement, à l’échelle de la vie humaine, il est impossible de tout découvrir, découvrir toutes les merveilles de l’univers. Nous sommes en droit de nous poser toutes les questions possibles et inimaginables dont nous n’aurons probablement jamais la réponse.

Prenons l’exemple des extraterrestres, il y a plusieurs théories possibles dont nous n’aurons probablement jamais la réponse. Personnellement, je pense que c’est impossible statistiquement que nous soyons sur la seule planète de l’univers à abriter la vie, c’est impossible, mais cela nous n’en serons jamais certains. C’est là qu’est toute la beauté de la connaissance et du savoir, c’est également l’ignorance qui fait toute cette beauté, le fait que l’on ait probablement jamais de réponse à nos questions fait de cela la plus belle chose qui soit.

Le message que j’essaie de vous transmettre est qu’il ne faut jamais s’arrêter d’apprendre, se poser des questions est ce qui nous a permis d’arriver là où nous sommes.

Auteur : Niels, 15 ans, Liège

CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.

Et d’autres récits

Ce que je souhaite le plus, c’est d’être épanouie

Ce que je souhaite le plus, c’est d’être épanouie. Pourquoi est-ce que je souhaite le plus ? Car je pense que, pour n’avoir aucun regret, s’approcher le plus du bonheur et vivre une belle vie selon...

Tout ce que j’ai appris depuis mon plus jeune âge

Coucou petite bichette, J’ai cette opportunité pour t’écrire cette lettre, donc je vais essayer de te donner les meilleurs conseils possibles et tout ce que j’ai appris depuis ton petit âge. Tout...

Re-construire

15 mars 2022, ce soir-là, il a tout pris de moi. Tout ce que j’étais, tout ce que j’avais, tout ce en quoi je croyais, tout ce à quoi je pouvais rêver.Ce soir-là, en entrant chez moi, en entrant en...

LES PETITS AVIS, EPISODE 59

Dès le départ, Scan-R essaye de valoriser la parole de chacune et de chacun ! Parmi les textes que nous recevons, certains sont trop brefs pour faire l’objet d’un post, nous les rassemblons donc...

Quelques lettres sur un bout de papier

Vit-on aujourd’hui dans un monde où l’oral prime sur l’écrit ? Aujourd’hui, l’art oratoire semble dominer tandis que l’écrit, lui, parait subir un vrai déclin. Que dire du manque d’intérêt que peut...

Inégalités dans le secteur médical

De nos jours, on retrouve à la fois des hommes et des femmes dans le secteur médical, mais il y a des inégalités au niveau des métiers. Prenons un exemple : un homme veut devenir sage-femme. On va...

Galanterie cassée

La galanterie, façon d’agir inculquée aux hommes depuis leur plus jeune âge. Tenir la porte, payer le premier rendez-vous, acheter un bouquet de fleur… Considéré comme tout à fait normal, cela...

Précarité et créativité

Aujourd’hui, le potentiel créatif de chacun est utilisé dans de nombreuses situations du quotidien. Tout d’abord, la situation de précarité de nombreuses personnes les oblige à trouver des...

La beauté de la différence

« Pour moi, être différent, c’est être spécial. Tu crées ta différence, ce que les autres n’ont pas. » Cette phrase est à la fois celle avec laquelle je suis le plus d’accord et le moins d’accord....

La vie pour un adolescent

Le sens de la vie, c'est profiter de chaque moment. C’est important de profiter de chaque moment, car on n'est jamais sûr de ce qu’il peut se passer demain. Il peut se passer un déménagement, donc...
Dyslexique, je me sens différente

Dyslexique, je me sens différente

Depuis qu’elle est toute petite, Sakura a des difficultés à s’exprimer, à lire, à parler. À 14 ans, elle a pu mettre un mot sur sa difficulté… La dyslexie, ce n’est pas une maladie, une maladie on la soigne. C’est un trouble, plus ou moins grave de la lecture et souvent de l’orthographe, qui handicape celles et ceux qui en souffrent à l’école mais aussi ailleurs (1).

Être invisible

J’ai toujours voulu faire comme si de rien n’était. Je voulais me faire remarquer le moins possible, du coup, je parlais très peu. J’essayais aussi de faire croire que je comprenais tout, et donc je répondais oui à toutes les questions. Je voulais montrer aux autres que j’étais normale, je ne voulais pas qu’ils me jugent trop sur le fait que je ne savais pas m’exprimer, que je ne savais pas vraiment lire. J’avais vraiment peur de me faire harceler, je voulais donc être la plus discrète possible.

Foutue

Même si depuis l’école primaire, je voyais des logopèdes, ce n’est qu’à 14 ans que j’ai appris que j’étais dyslexique. À 14 ans, j’ai enfin pu mettre un mot sur ce que je vivais. J’ai commencé à poser plein de questions à ma mère tellement je ne m’y attendais pas. Je me suis vraiment sentie mal quand elle m’a expliqué. Je me suis dit que ma vie était foutue, je pensais que tout le monde allait rigoler de moi et voir dans leurs propres yeux que j’avais une difficulté.
Aujourd’hui à 17 ans, je l’assume un peu plus car de plus en plus de gens le comprennent. Quand on me demande, souvent, ce que c’est, je ne sais pas trop quoi répondre parce que les autres posent trop de questions :  » ça fait quoi d’être dyslexique ? « ,  » ça fait quoi d’être bizarre ?  » Moi, on m’a simplement dit qu’être dyslexique, c’est avoir du mal à écrire et à lire, c’est tout.

Parler est compliqué

En lien avec ma dyslexie, j’ai également des difficultés à m’exprimer à l’oral. Exemple, quand je dois lire à voix haute en classe, je reçois des remarques comme « Oh le bébé, elle ne sait pas lire une phrase entière ». Depuis, je bégaye ou je perds mes mots. Je ressens alors un gros vide dans ma tête et je panique. Je me dis qu’on va me prendre pour une débile. J’ai peur que la personne en face de moi ne comprenne pas ce que je vais dire, j’ai peur de recevoir encore des réflexions du style « Pourquoi tu prends autant de temps pour dire une seule phrase?”, “Tu ne sais pas parler ou quoi ?!”. Parfois, je dis une phrase qui n’a rien à voir avec une autre et du coup, on m’insulte : “T’es handicapée ou quoi ?!”… Alors…je me tais.
Quand je dois parler, je n’aime pas qu’il fasse calme dans la pièce. Je préfère quand il y a du bruit comme cela on m’entend moins, on ne va pas entendre ce que je vais dire. Je n’ose plus rien dire, j’ai vraiment peur de parler. Au pire, si on ne me comprend pas, je dis à la personne “laisse tomber”.

Peu aidée

Mes parents ne m’ont pas beaucoup aidée pour surmonter cette situation. Lors de mes devoirs à la maison, ma mère me disait souvent de demander à mon père. Mais mon père rentrait tard du travail. Moi, je voulais qu’on m’aide à faire mon devoir et surtout qu’on m’aide à le comprendre. Fatigué de sa journée de travail, mon papa faisait mon devoir à ma place sans que je reçoive vraiment de l’aide, ce que je ne lui demandais surtout pas. Dans sa vision, cela me permettrait d’être tranquille. Évidemment, j’aurais aimé qu’il puisse m’aider dans mes cours.

L’éclaircie est pour demain

Heureusement, sur mon chemin, il y a eu des logopèdes. Elles m’ont aidée, elles m’ont comprise. Grâce à elles, j’ai pu réussir à me faire comprendre et à m’exprimer. Je me suis améliorée depuis 3 ans. C’est encore très compliqué pour moi mais je ne suis pas quelqu’un qui abandonne facilement. Dorénavant, je ne me dis plus que je ne pourrai rien faire dans la vie car je sais que je pourrai faire un jour ce que j’aime. J’ai rencontré une personne dyslexique de 50 ans qui faisait un travail qu’elle aimait. Pour moi, elle avait réussi dans la vie, cela m’a soulagée et cela m’a fait du bien. Il n’y a pas que moi dans ce monde qui a cette difficulté, d’autres personnes que moi vivent ce que je vis et ne baissent pas les bras.

(1) Dans la brochure : Le petit guide des dyslexiques, disponible gratuitement et en téléchargement sur le site de l’Association belge de Parents et Professionnels pour les Enfants en Difficulté d’Apprentissage (ADEPA), une multitude d’informations, de suggestions et de conseils permettent de comprendre et de vivre – aussi bien que possible – avec la dyslexie. Une définition du trouble est aussi proposée : “Est dyslexique celui dont les difficultés en lecture ne viennent pas de troubles intellectuels, neurologiques, sensoriels, ni d’un milieu social très défavorisé. Un enfant est dit dyslexique lorsqu’il éprouve des difficultés spécifiques et persistantes (par exemple des confusions auditives ou visuelles, des omissions, etc) lors de l’apprentissage de la lecture et, dans la plupart des cas, de l’orthographe”.

Auteure : Sakura, 17 ans, Chaudfontaine

Cet article a été produit lors d’un atelier Scan-R 

Et d’autres décryptages

Fleurir l’humanité

Le plus révoltant dans ce monde, c’est toutes les fois où l’on ne donne pas à l’autre ce qu’on aimerait recevoir, où l’on fait subir ce qu’on ne voudrait jamais vivre. Cette attitude a un nom. Plus...

Soufi mon Amour

Nous sommes au début des vacances et dans quelques jours, nous partons au Maroc.Pour m'accompagner durant ce périple, j'ai décidé d'acheter un livre dont une amie m'a parlé : " Soufi mon Amour "...

La descente en enfer

            Lorsque mes parents partent, il y a toujours une certaine excitation. Je fais les courses avec mon papa, pour tenir une semaine sans manquer de rien. J'aide à charger la voiture pour que...

Ne pas se faire du mal

J'ai envie de faire passer un message. Faites bien attention à vous. Ne vous faites pas du mal, cela ne va servir à rien, je vous le promets. Rien ne change, ça va juste vous faire du mal, et faire...

Coeur sombre

Coeur sombre, sombre de conneries, conneries de jeunesse, jeunesse de délinquant,  délinquance de plusieurs années, plusieurs années noires, noires de fréquentation, fréquentation de cité, cité en...

Liberté et solitude

Je vais vous parler de mon histoire par rapport à la solitude. Je suis une personne très timide. Je ne fais pas facilement confiance. J'ai toujours eu peur du regard des autres, des critiques,...

L’abus sexuel

J'ai décidé de parler de l'abus sexuel car j'espère que cela pourra aider des gens ayant vécu une situation similaire que moi... J'ai subi des attouchements vers l'âge de 7 ou 8 ans, je ne sais plus...

L’adolescence

Il y a cinq ans, je changeais d’école pour la première fois. J’entrais en cinquième primaire. C’était donc une petite école. Je me suis directement intégré. Après un mois plus ou moins, je me suis...

Á toi, qui lis ceci.

A toi qui lis ceci, Qui cache derrière son sourire ses soucis, Qui aire rire de tout et de rien, Qui n'expose jamais son chagrin. Qui souhaite tellement faire le bien autour de toi, Qui finit par...

Le regard des autres

J'ai toujours eu peur de l'avis des autres. Depuis toute petite, je suis conditionnée à leur plaire. Je suis une femme. La société nous contraint de respecter certains codes, styles vestimentaires,...

Média d’expressions
Individuelle et collective
Destiné aux jeunes
En Fédération Wallonie Bruxelles

Scan-R est soutenu par

Pour être informé des activités de Scan-R