Lettres au Bonheur

Lettres au Bonheur

De passage à la Maison du Quartier d’Amée Petit Ry, quelques jeunes ont pu se livrer via l’écrit. Diego écrit des lettres d’amour, toutes deux imaginées dans un monde idéal.

Première lettre

Mon plus grand bonheur serait d’apercevoir moins de pertes humaines, d’avoir moins de pertes d’argent inutiles. Ne plus envoyer de missiles sur des personnes qui n’ont rien à voir avec un conflit. Ne pas imposer des travaux chiants que tu n’aimes pas. Ne plus dépendre de machines électriques qui font tout à notre place, plus précisément les voitures. Ne plus jouir du port d’arme car se faire toucher par une balle signe la fin de quelque chose… bref, ne plus autoriser les armes.

Deuxième lettre

Salut la Maison de Quartier, je vous envoie cette lettre pour vous dire bye bye. Prenez soin de cet endroit et de vous aussi. J’espère que la structure de la Maison aura des améliorations, qu’il y aura plus de personnes qui viendront car personne ne vient en ce moment. Faites de grands projets et réussissez tout.
Je vous souhaite de bonnes années ensemble.

Auteur : Diego, 15 ans, Jambes

CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.

Et d’autres récits

Ces projets qui nous sauvent

Beaucoup valent la complexité, le travail acharné, le manque de temps dans l’élaboration de projets. Mes projets, ma bulle d’air. Je m’évade quand j’élabore mes projets, j’ai la tête dans les nuages...

LES PETITS AVIS, EPISODE 73

Dès le départ, Scan-R essaye de valoriser la parole de chacune et de chacun ! Parmi les textes que nous recevons, certains sont trop brefs pour faire l’objet d’un post, nous les rassemblons donc...

Un héros des temps modernes

« Et pourquoi avez-vous un trou de six mois dans votre CV d’ailleurs ? ». A ces mots, j’observe le jeune garçon devant moi s’enfoncer encore un peu plus au fond de sa chaise. « Euh… Eh bien...

Liberté

Je ne crois pas en la fatalité… pourquoi cette croyance ? Le fait de croire est un moteur, un fil d’ariane que l’on peut suivre durant toute sa vie. Ne pas croire en la fatalité, c’est avant tout...

« Le temps fait les choses – ça ira mieux demain »

« Ça ira mieux demain » part d’un principe que le temps a une influence sur les problèmes que l’on peut ressentir et que c’est la chose la plus importante. A la place de se figer dans les causes et...

Soyez vous

Quand est-ce que les gens sont superficiels ? Tellement de réponses à cette question. Je répondrai par une autre question : « Quand pouvons-nous être réellement nous-mêmes ? ». La société nous...

La viabilité au sein de la communauté

Pourquoi vivre en communauté est vital ?   Pour moi, la communauté est un groupe uni par des liens spécifiques ou encore par un but commun. Par exemple : la famille, les amis, les camarades, les...

J’ai toujours eu peur de mon père

J’ai toujours eu peur de mon père car j’ai toujours ressenti son mépris envers moi. Alors oui, ce n’est peut-être qu’une fausse pensée que j’me fais, mais il n’y a rien de plus fort que l’idée. Une...

Se sentir légitime

J’écoute de la musique pour me sentir légitime de beaucoup de choses : J’ai écrit de « beaucoup de choses » car finalement... Bah, c’est vrai. Souvent, je me sens pas légitime d’être là où je suis...

J’ai appris à survivre

J’aimerais apprendre à vivre parce que, durant ma courte vie, j’ai appris à survivre. Cette survie qui m’a été imposée par cette personne qui m’aimait. L’amour ne fait pas toujours les choses bien,...
A toi, Maison de Quartier du Petit Ry

A toi, Maison de Quartier du Petit Ry

Merci pour ces années à tes côtés, merci pour toutes les choses que tu m’as apporté. Grâce à toi, j’ai pu rencontrer des personnes qui m’ont marquées et qui me marqueront à jamais. Grâce à toi, j’ai pu trouver ma voie, confirmer mon envie de devenir éducatrice et d’autant plus de travailler, de travailler dans ce secteur. Merci plus précisément à tes permanences ado qui m’ont permises d’obtenir mon diplôme, d’y rencontrer des jeunes que je n’oublierai jamais de par leur personnalité, leur présence et des moments passés avec eux.

Merci à toi coordinatrice, sans qui je ne serais pas où j’en suis, et aux éducateurs qui t’animent, sans qui je n’aurais pu prendre confiance en moi. Cette lettre est une réelle lettre d’adieux. Comme vous le savez pour certains, j’ai officiellement décroché le job pour la ville, alors, sur ces derniers mots, mille mercis à toi !

Auteure : Lauryn, 23 ans, Jambes

CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.

Et d’autres récits

Ces projets qui nous sauvent

Beaucoup valent la complexité, le travail acharné, le manque de temps dans l’élaboration de projets. Mes projets, ma bulle d’air. Je m’évade quand j’élabore mes projets, j’ai la tête dans les nuages...

LES PETITS AVIS, EPISODE 73

Dès le départ, Scan-R essaye de valoriser la parole de chacune et de chacun ! Parmi les textes que nous recevons, certains sont trop brefs pour faire l’objet d’un post, nous les rassemblons donc...

Un héros des temps modernes

« Et pourquoi avez-vous un trou de six mois dans votre CV d’ailleurs ? ». A ces mots, j’observe le jeune garçon devant moi s’enfoncer encore un peu plus au fond de sa chaise. « Euh… Eh bien...

Liberté

Je ne crois pas en la fatalité… pourquoi cette croyance ? Le fait de croire est un moteur, un fil d’ariane que l’on peut suivre durant toute sa vie. Ne pas croire en la fatalité, c’est avant tout...

« Le temps fait les choses – ça ira mieux demain »

« Ça ira mieux demain » part d’un principe que le temps a une influence sur les problèmes que l’on peut ressentir et que c’est la chose la plus importante. A la place de se figer dans les causes et...

Soyez vous

Quand est-ce que les gens sont superficiels ? Tellement de réponses à cette question. Je répondrai par une autre question : « Quand pouvons-nous être réellement nous-mêmes ? ». La société nous...

La viabilité au sein de la communauté

Pourquoi vivre en communauté est vital ?   Pour moi, la communauté est un groupe uni par des liens spécifiques ou encore par un but commun. Par exemple : la famille, les amis, les camarades, les...

J’ai toujours eu peur de mon père

J’ai toujours eu peur de mon père car j’ai toujours ressenti son mépris envers moi. Alors oui, ce n’est peut-être qu’une fausse pensée que j’me fais, mais il n’y a rien de plus fort que l’idée. Une...

Se sentir légitime

J’écoute de la musique pour me sentir légitime de beaucoup de choses : J’ai écrit de « beaucoup de choses » car finalement... Bah, c’est vrai. Souvent, je me sens pas légitime d’être là où je suis...

J’ai appris à survivre

J’aimerais apprendre à vivre parce que, durant ma courte vie, j’ai appris à survivre. Cette survie qui m’a été imposée par cette personne qui m’aimait. L’amour ne fait pas toujours les choses bien,...