Ce matin, j’ai pleuré, terrassé par les souvenirs et la peur de l’échec. Cette peur plus importante que l’échec en lui-même et ces souvenirs tellement forts, purs et intacts qu’ils vous font revivre une partie de votre vie.

Les émotions sont montées comme à chaque levée du lit mais ce matin, elles étaient juste trop fortes pour que je puisse lutter. Les larmes m’ont pris sans autre moyen de défense que de le constater, sans autre regret que le fait d’être libéré.
La musique, mon seul lot de consolation à mon habitude, est venue renforcer ma tristesse, les musiques joyeuses n’étant que le reflet de bons moments passés et entérinés.

Aujourd’hui, chaque contact humain ne sera que le rappel du souvenir de ceux que j’ai perdu en chemin. Chaque discussion ne se limitera qu’à mon état de fatigue, la peur de la sensibilité m’empêchant d’exprimer mes véritables émotions. Je regarderai chaque tâche avec la même peur d’échouer et de perdre le statut que m’accordent les autres. Ce matin, ma dualité interne a perdu et gagné à la fois, cette lutte inévitable de la joie et de la tristesse, montrant que la victoire n’est qu’une question de point de vue, relative au camp que l’on choisit.

Je rentrerai chez moi en pensant que la routine de mon domicile calmera mes angoisses et questionnements. Ces questionnements vous rappelant vos choix de vie, vous rappelant les chemins que vous avez empruntés, ces questionnements vous faisant presque douter de votre existence. C’est dans cette cacophonie interne et le silence assourdissant de mon quotidien que j’irai tenter de trouver le sommeil en espérant que le lendemain matin sera un autre matin.

Celui de la joie et de l’espoir, celui qui vous ferait croire que vous pouvez réussir chaque défi de votre vie en une seule matinée, celui qui vous portera tout au long de votre journée, celui qui sera plein de richesses vous faisant savourer votre présence sur terre.

En attendant, fatigué d’avoir dormi, je calmerai mes pensées en croyant au changement de demain.

Bref, ce matin j’ai pleuré.

Auteur : Corentin, 19 ans, Anderlecht

CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.

Et d’autres récits

Ces projets qui nous sauvent

Beaucoup valent la complexité, le travail acharné, le manque de temps dans l’élaboration de projets. Mes projets, ma bulle d’air. Je m’évade quand j’élabore mes projets, j’ai la tête dans les nuages...

LES PETITS AVIS, EPISODE 73

Dès le départ, Scan-R essaye de valoriser la parole de chacune et de chacun ! Parmi les textes que nous recevons, certains sont trop brefs pour faire l’objet d’un post, nous les rassemblons donc...

Un héros des temps modernes

« Et pourquoi avez-vous un trou de six mois dans votre CV d’ailleurs ? ». A ces mots, j’observe le jeune garçon devant moi s’enfoncer encore un peu plus au fond de sa chaise. « Euh… Eh bien...

Liberté

Je ne crois pas en la fatalité… pourquoi cette croyance ? Le fait de croire est un moteur, un fil d’ariane que l’on peut suivre durant toute sa vie. Ne pas croire en la fatalité, c’est avant tout...

« Le temps fait les choses – ça ira mieux demain »

« Ça ira mieux demain » part d’un principe que le temps a une influence sur les problèmes que l’on peut ressentir et que c’est la chose la plus importante. A la place de se figer dans les causes et...

Soyez vous

Quand est-ce que les gens sont superficiels ? Tellement de réponses à cette question. Je répondrai par une autre question : « Quand pouvons-nous être réellement nous-mêmes ? ». La société nous...

La viabilité au sein de la communauté

Pourquoi vivre en communauté est vital ?   Pour moi, la communauté est un groupe uni par des liens spécifiques ou encore par un but commun. Par exemple : la famille, les amis, les camarades, les...

J’ai toujours eu peur de mon père

J’ai toujours eu peur de mon père car j’ai toujours ressenti son mépris envers moi. Alors oui, ce n’est peut-être qu’une fausse pensée que j’me fais, mais il n’y a rien de plus fort que l’idée. Une...

Se sentir légitime

J’écoute de la musique pour me sentir légitime de beaucoup de choses : J’ai écrit de « beaucoup de choses » car finalement... Bah, c’est vrai. Souvent, je me sens pas légitime d’être là où je suis...

J’ai appris à survivre

J’aimerais apprendre à vivre parce que, durant ma courte vie, j’ai appris à survivre. Cette survie qui m’a été imposée par cette personne qui m’aimait. L’amour ne fait pas toujours les choses bien,...