Je suis née dans une famille qui d’apparence peut paraître tout à fait normale et banale. J’ai une maman, un papa et j’ai une sœur qui a un an de moins que moi. Je suis née durant l’automne et on m’offrait la chance de vivre. Enfin une chance, cela dépend du point de vue de chacun.

À première vue, j’étais une petite fille timide qui avait l’air de ne manquer de rien. En effet, je mangeais à ma faim, j’avais de beaux vêtements, j’avais des jouets et des cadeaux pour mon anniversaire. Oui c’est vrai, j’ai été chanceuse à ce niveau-là. Par contre, en ce qui concernait l’ambiance familiale qu’il y avait à la maison, c’était une autre histoire.

Je ne sais pas ce que ça fait de vivre dans une famille saine, une famille qui s’aime et qui se respecte. J’ai toujours vécu dans les cris. Il n’y avait pas une journée où il n’y avait pas de tension. J’étais toujours sur mes gardes et je me demandais bien ce qu’il allait se passer cette fois-ci. Je ressentais toujours du stress, de la peur, de la tristesse… Je voyais tous les jours mes parents se disputer. Ils s’insultaient de tous les noms, ils se faisaient des menaces, ils hurlaient et parfois, des choses se cassaient.

Les tensions qu’il y avait entre mes parents étaient déjà pénibles à vivre. Malheureusement, les tensions finirent aussi par se retourner contre ma sœur et moi.

Je n’ai jamais connu une sortie en famille normale. Que ce soit une sortie au cinéma, dans un parc d’attraction, dans un magasin, un restaurant ou autre…à chaque fois, ça tournait mal. Toujours, sans exception. Je n’ai aucun souvenir d’un moment heureux que j’aurais pu passer avec eux. Rien, il n’y a vraiment rien.

Grosse vache, connasse, idiote, incapable, tu me fais honte, va te jeter par la fenêtre, casse-toi, ferme-la, arrête de faire ta comédie, je regrette de t’avoir donné la vie, tu n’arriveras jamais à rien, regarde comment les autres sont mieux que toi…tout ça, ce sont des mots et des phrases qui font partie de mon quotidien. Et ce, depuis 22 ans.

En côtoyant des gens et en grandissant, j’ai fini par comprendre que ce n’était pas normal ce que je vivais. Pendant longtemps, je pensais qu’on était une famille comme toutes les autres et que c’était normal de vivre ainsi. Ce n’était pas que j’étais naïve, c’était juste parce que je n’avais connu que ça toute ma vie.

Si je devais parler à la petite fille que j’étais à l’époque, je lui dirais ceci :

Tu ne dois jamais perdre espoir. Oui, ça va être très dur mais tu ne dois jamais baisser les bras. Car tout ça, ce n’est qu’une période de ta vie. Tu peux avoir un avenir meilleur si tu te bats pour ce que tu veux. Tu ne vivras pas pour toujours dans cette maison remplie de cris. Tu peux construire ton propre foyer, tu pourras profiter du silence et être en paix avec toi-même. Tu auras clairement des séquelles à l’avenir qui resteront en grandissant, certaines s’effaceront et d’autres seront indélébiles. Mais cela ne t’empêchera pas de vivre et de connaître des jours heureux, autour de personnes qui t’apporteront du bonheur, ce bonheur que tu désires tant. Tu vas rencontrer des personnes incroyables qui compteront énormément pour toi et tu compteras aussi pour elles. Il y aura beaucoup d’obstacles que tu devras franchir et il t’arrivera parfois de toucher le fond… mais tu auras toujours la force de te relever car l’espoir, tu y crois et tu y croiras toujours.

Sans l’espoir, il n’y a pas la vie.

Alors si toi aussi qui me lis, tu as vécu des choses similaires…n’arrête jamais de croire à un avenir meilleur. Il y a toujours de l’espoir. Tant que tu y croiras, tu y arriveras.

J’en suis persuadée.

 

Auteur : Anonyme

CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.

Et d’autres récits

La pauvreté à BX

Le problème est la capacité d’accueil au niveau d’un premier hébergement. Avec les difficultés déjà présentes à Bruxelles, il y a un manque de structures d’accueil, que ce soit pour les hommes et...

Pourquoi devrait-on tous écrire nos journées, vies, émotions ?

Ce texte est assez effronté étant donné que je ne tiens même pas de journal moi-même. Cependant, de mon point de vue, écrire ce que l’on ressent est essentiel ; comme une sorte de thérapie. Il y a...

Le masque du jour

Un drôle de Monsieur tient une évaluation entre ses mains, et je reconnais Eliott sur la chaise d’en face qui semble honteux d’être assis dans ce bureau. L’homme n’a pas l’air très content de ce...

Avenir

Oh mes chers enfants,Je suis désolé de vous faire subir ce monde,Dans lequel notre société se meurt doucement,A travers ce voile d’idéologies qui forme la pénombre… Depuis que nous évoluons dans la...

Comment ça se fait ?!

On travaille 24h/24 et nous n’avons pas la même somme qu’eux ! La plupart des riches ne travaillent pas et ne savent pas ce qu’est le travail dans les hôpitaux, cabinets de vétérinaires, les...

LES PETITS AVIS, EPISODE 68

Dès le départ, Scan-R essaye de valoriser la parole de chacune et de chacun ! Parmi les textes que nous recevons, certains sont trop brefs pour faire l’objet d’un post, nous les rassemblons donc...

Et si nous étions plus solidaires

Je rêve d’un monde plus solidaire et avec plus d’entraide. Il y a 2,5 ans, Verviers a connu la plus grande catastrophe depuis des années. Cependant, il y a tout de même eu du positif. Des fois,...

Quitter ses terres natales

Croire que quitter ses terres natales est un privilège est une pensée assez superficielle. Elle manque de nuance. Puis, pourquoi faire une telle généralisation hâtive ? J’écris cela en pensant à mes...

Mon idée de la justice

Tout dépend de la justice. S’il n’y a pas de justice, il n’y aura rien qui déroulera bien. Si la juste s’occupait comme il faut des criminels, il y aurait moins de crime par exemple. Je parle ici...

Vivre en Belgique, c’est ennuyant, triste, déprimant, injuste

Selon moi, ce n’est pas que le temps qui est déprimant, même si c’est le cas. Mais je vais parler surtout des injustices qui sont émises dans ce pays où on dit que la loi nous protège. À vrai dire,...