Facebooktwitterlinkedinmailby feather

Un peu à gauche, un peu à droite. Elisa est entre ses parents, dans un entre deux permanent et elle ne s’y sent pas bien. Un temps sur deux, sa chambre n’est même pas la sienne. Elle déteste tout cela et se demande, vraiment, quand ça va se terminer.

Mon lit n’est pas à moi

Cette pièce m’est inconnue. Je ne m’y sens pas à ma place ce n’est pas ma chambre. Pas ma pièce, je n’ai pas mon confort. Je ne peux m’exprimer comme je le veux dans celle-ci. Je n’ai presque aucune liberté. Des règles dans une chambre… Pourtant c’est un endroit où on est libre, non ? Pas de déco, les murs sont unis, tristes, aucune chose ne montre ma personnalité. Pas la mienne, c’est celle de quelqu’une d’autre, celle de cette demi-sœur qui n’est, pour moi, qu’une inconnue. Parfois, on me prend même pour elle. Pourtant, je ne lui ressemble en rien ! C’est une chambre, pas ma chambre.

Sans repère

Cela devrait être quelque chose de personnel, ma bulle que je n’ai plus. Vais-je la récupérer un jour ? Me sentir à nouveau chez moi après presque une année ? Est-ce que cela va rester comme ça ? Je pensais que changer d’environnement pourrait m’aider. Mais c’est tout le contraire. J’ai perdu tous mes repères. Oui, j’ai toujours ma famille, mes amis… Eux sont mes repères, mais j’ai besoin de bien plus que ça : de repères matériels, peut-être mes posters, mon lit, mon bureau. Un environnement agréable quoi. J’en ai besoin pour ma créativité et mon bien-être. Mais comment le faire comprendre quand tout ce que l’on me dit est : « Cela va s’arranger », « Ca va changer » ou « De toute manière, tu vas bientôt pouvoir partir, tu n’auras plus à te soucier de tout ça ».

Se taire

Et en attendant quoi ? Je résiste… Alors un jour ça craque. Peut-être que j’ai besoin d’un temps d’adaptation. Mais qu’est-ce qui se passe si je ne veux pas m’adapter ? Si je reste brisée. Si je ne veux pas de cette vie que je n’ai pas choisie. Je n’ai pas besoin de cet endroit, de ces personnes que je ne vois presque jamais même si j’habite chez eux. C’est trop dur. Je n’ai plus mon mot à dire et à la rare occasion de parler, on ne m’entend pas ! Enfin… Si, on m’entend mais… Est-ce que l’on m’écoute vraiment ? Ou je parle peut-être aux murs ? Aux murs de cet endroit que je hais ! De cette sorte de prison de règles que je n’approuve pas et trouve insensée. Mais je reste silencieuse jusqu’au jour où… Au jour où… Ça va craquer. Peut-être qu’il faut que je craque pour qu’enfin, on écoute ma voix, mes mots, mes pensées, mon avis. J’ai cette impression que ce ne sera jamais fini. Ce ne sera jamais assez. Ça continuera encore et encore jusqu’à la fin. Mais quelle sera la fin ? De quoi est-elle faite ? Qu’est-ce qui m’arrive à moi, à la fin ? C’est quoi la fin déjà ? Est-ce que j’ai faim de cette fin ? Combien de temps à rester coincée là, à attendre qu’on m’entende, qu’on m’écoute et me comprenne ? Je suis là au milieu de ces problèmes.

Rêver jusque quand ?

Oh mais ce sont des problèmes d’adultes et je n’ai rien à dire c’est ça ? De toute manière, on dit que les enfants n’ont rien à dire et en plus, je suis une fille ou une femme je ne sais même plus… Une enfant seulement quand ça arrange « les grands », par exemple pour gérer mon argent de poche ou garder mes frères et une adulte quand ils le décident. Les femmes n’ont apparemment rien à dire de toute façon ! Alors devrais-je me taire tout le reste de ma vie ? Et me revoilà toujours enfermée là, à réfléchir à ce que je peux faire, à penser à mon passé, qui me paraissait si difficile à ce moment-là… Maintenant c’est pire. Enfin, c’est mon impression. Rester là, à rêver à une vie meilleure. C’est quand même pas si difficile. J’ai besoin d’un espace pour m’exprimer mais cela en même temps parait si difficile, si loin… Je pourrais au moins avoir mon mot à dire sur ça non ?

Auteure : Elisa, 16 ans, Liège

Cet article a été produit lors d’un atelier Scan-R à distance

Et d’autres décryptages

Harcèlement, en parler pour s’en sortir

Il y a bien des années, c’était en primaire, Estelle a partagé quelques temps et quelques mots avec une fille. Aujourd’hui, les rapports avec cette ancienne connaissance sont beaucoup plus...

Je joue un rôle

Chaimae se livre à un exercice d’écriture et d’introspection… Elle s’interroge aussi sur qui peut, pourrait, pourra, un jour peut-être, la comprendre. En attendant ce grand soir, son coeur est...

Être soi, malgré l’influence des réseaux sociaux

Comment rester soi, s’apprécier, se trouver belle quand, à longueur de fils sur instagram, on voit défiler des icônes plus parfaites que la réalité ? Comment faire, quand, dès 13 ans, on se retrouve...

Fatiguée de l’homophobie

« L’un·e “fait” la fille, l’autre le mec », « Les femmes deviennent lesbiennes parce qu’elles ne plaisent pas aux hommes », « Les homos sont plus infidèles que les hétéros ». Voici quelques préjugés...

14 ans, doutes et questions

Dans les statuts facebook pour parler des histoires de coeur ou de fesses, il y un certain nombre de possibilités… En couple, en concubinage, marié·e, veuve ou veuf, fiancé·e… et l’option, c’est...

Pourquoi juger ?

Quand une situation de harcèlement survient, c’est intolérable. Aujourd’hui, c’est Lucile qui nous en parle. Elle nous invite à nous interroger sur les jugements, sur le poids qu’ils font...

À coeur grand ouvert

Aimer sans limite, y laisser son coeur, détester de tout son être, pleurer sans raison ou encore sourire à en avoir des crampes,... Tout cela dans l’espace d’une seule et même journée… Parlons...

MENA, une vie derrière l’acronyme

Wema, 14 ans, vient du Congo. Elisabeth, 13 ans, vient d’Ouganda. Elles sont des MENA, des mineures étrangères non accompagnées. Avec 85 autres filles, femmes et jeunes garçons, elles habitent dans...

Un chez moi …

Regard blasé et paroles “cash”, Mélissa nous parle comme à un pote, tout en nous faisant comprendre que la boss…. C’est elle ! Elle l’affirme et s’affirme d’ailleurs : elle est adulte. Pas de quoi...

Racisme peu ordinaire

Depuis que Jérôme a écrit son article, il y a eu des changements en Italie. Le gouvernement ne réunit plus l’extrême-droite de Matteo Salvini et le Mouvement 5 étoiles, parti antisystème, de Luigi...

Média d’expressions
Individuelle et collective
Destiné aux jeunes
En Fédération Wallonie Bruxelles

Scan-R est soutenu par

Pour être informé des activités de Scan-R