Facebooktwitterlinkedinmailby feather

Longtemps, Florian a été le roi du canapé, le boss de la manette, le prince de l’intérieur. Aujourd’hui, grâce à ses copains et au vélo, c’est à l’extérieur qu’il passe l’essentiel de son temps. Le jeune Amaytois nous parle de sa Bike Life (1) !

À la maison

Cela fait déjà deux ans que je m’entraine à faire des wheelings, des roues arrières en vélo. Cette passion m’aide à m’évader un peu du monde qui m’entoure. Depuis cette découverte, j’aime être à l’extérieur. Plus petit, ce n’était pas le cas : j’étais accro à la console et je ne sortais pas de chez moi. Je sortais uniquement pour aller à l’école. À chaque fois que mes amis venaient me chercher pour aller jouer dehors, je décidais de ne pas y aller. Le lendemain, à l’école, ils me demandaient pourquoi je ne sortais jamais, ils me disaient que je ratais plein de trucs cools. J’ai commencé à me remettre en question et à me dire que je ratais peut-être de bons moments de ma vie.

Se faire une idée…

Parmi les personnes qui comptent à Bruxelles et en Belgique, il y a notamment Bikelife_1020

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Une publication partagée par Claude Ho (@bikelife_1020) le

Sur la roue arrière

Un ami m’a alors montré ce qu’il faisait sur son vélo, il m’a montré les wheelings. J’ai tout de suite kiffé ! Si j’ai commencé le vélo, c’était juste par plaisir, mais maintenant c’est pour évacuer. Cela m’aide à oublier les cours, la pression de l’école, celle des examens, cela me permet de fuir les problèmes familiaux, les disputes à la maison… De plus, il y a quelques années, quand je suis entré en secondaire, je me suis fait harceler. Même si cela peut paraitre fort, c’est grâce à cette passion que j’ai pris le dessus sur la personne qui me harcelait : quand j’étais sur mon vélo, cela me passait au-dessus de la tête. Au final, il a abandonné et la situation s’est inversée, s’est retournée contre lui, même si je sais que ce n’était pas bien. Aujourd’hui, tout cela est loin.

La passion sauve

Avoir une passion peut, vraiment, vous aider à surmonter les coups durs, à relâcher la pression des études, à panser les blessures d’une rupture… Vous prenez du bon temps entre ami·e·s ou même seul et vous oubliez les problèmes.

Selon Tomas Couvry, fondateur de Vélocipède, c’est dans les années 90, à Baltimore, aux USA que le début du mouvement “Bike Life”voit le jour. Dans un premier temps, les deux roues utilisés étaient plus à moteur qu’à pédales. En 2014, en Angleterre, avec le slogan « Bikes up, knives down », en français : Levez les vélos, baissez les couteaux), des Bikestormz – tempêtes de vélos – sont organisées. Elles rassembleront des centaines puis des milliers de jeunes dans une ambiance positive et pacifiste le tout… toujours sur la roue arrière de leur vélo ! Toujours selon Tomas Couvry, il faut, à l’instar du skate ou du street art, voir ce mouvement comme une réappropriation de la ville par les jeunes des quartiers moins favorisés. Bruxelles n’échappe plus à la tendance. En juillet 2020, suite à un rassemblement de cyclistes, la RTBF publiait un article en abordant surtout les aspects légaux de cette nouvelle manière de faire de la bicyclette.

Auteur : Florian, Amay, 15 ans

Cet article a été écrit lors d’un atelier Scan-R 

Et d’autres décryptages

Je suis dépendante affective

Quand Louisa aime, c’est fort, très fort, très très fort. Même si elle a appris à se méfier d’elle-même, elle souffre parfois de ce qui pourrait se passer bien plus tard … Une définition, ma...

La quintessence au-delà des abysses de l’esprit

Oser se poser de grandes questions, oser dire que c’est parfois compliqué ou bien pire, prendre le temps de se poser pour essayer de mieux avancer après, c’est l’histoire que Félix nous confie. Le...

Mon stress et moi

Le texte qui suit est un peu particulier, un peu spécial ! Inès a imaginé un dialogue entre elle et son stress ! À chaque moment de la journée, elle s’exprime et lui aussi ! 7h Inès / Mon réveil...

Sauvée

Dans l’armada des nouvelles compliquées, des mesures difficiles à comprendre, il y a parfois de la lumière. Les articles qu’on publie traitent parfois de la santé mentale de la jeunesse, articles...

C’est du bon sens !

Avant tout, Romain, 19 ans, souligne que ce qu’il nous écrit n’engage que lui. Il écrit qu’il existe autant de visions du monde que d’êtres humains, tous et toutes influencé·e·s par leur...

Critical Mass : protestation internationale pour une utilisation plus importante des vélos !

Pour faire bouger les choses, il faut déjà réussir à échapper aux embouteillages et sortir de l’immobilité imposée ! Plutôt que de se lamenter, Aurelio à enfourcher son vélo et, avec d’autres, elles...

Délinquant sans autre choix

Au mois de juin 2019, une équipe de Scan-R s’est rendue à l’Institution Publique pour la Protection de la Jeunesse (1) de Saint-Hubert. Elle y a rencontré une dizaine de jeunes. Voici le texte de...

Les petits avis, épisode 8

Scan-R, dès le départ, essaye de donner la parole à chacune, à chacun, à tout le monde ! Parmi les textes que nous recevons, certains sont trop brefs pour faire l’objet d’un témoignage. On a donc...

Jus d’orange, jus d’orage ?

À l’inverse de 82% de Belges de 15 ans et plus, Anne-Lyse ne boit jamais d’alcool, ni par allergie, ni par religion, ni pour quoi que ce soit… La raison est simple : elle n’aime pas ça et ne voit...

Harcèlement, en parler pour en sortir

Il y a bien des années, c’était en primaire, Estelle a partagé quelques temps et quelques mots avec une fille. Aujourd’hui, les rapports avec cette ancienne connaissance sont beaucoup plus...

Média d’expressions
Individuelle et collective
Destiné aux jeunes
En Fédération Wallonie Bruxelles

Scan-R est soutenu par

Pour être informé des activités de Scan-R