Facebooktwitterlinkedinmailby feather

Il y a trois ans, pendant qu’elle était au camp, Loredana a appris la mort de sa grand-mère. Terriblement marquée par ce décès, elle se fait des tas de reproches avant de se pardonner. Voici la lettre qu’elle écrit à sa Nonna.

Une horrible nouvelle pendant le camp

Il faisait beau ce jour-là. J’étais à mon camp scout et nous discutions des totems. Quelques jours auparavant, une tempête avait tout fait s’envoler sur notre camp et nous avions dû évacuer mais, malgré tout, deux jours plus tard, nous étions de retour. Il était donc grand temps de préparer les totems. Tout se passait tellement bien. Entre vingt-trois heures et minuit, il y a eu cette annonce, ce cri de tristesse qui m’a échappé. Le vide s’est installé en moi. Entre vingt-trois heures et minuit, j’apprends que je t’ai perdue, que je ne reverrai plus jamais ton sourire, je n’entendrai plus ton si beau rire. Pendant la journée, tu as fait une hémorragie cérébrale, tu es tombée dans le coma.

Tu ne te réveilleras pas

Toujours au camp, j’apprends que le médecin est formel, tu ne te réveilleras pas, il ne te reste plus que quelques heures à vivre. Les autres membres de ma famille ont la chance de t’entourer, d’être auprès de toi pour ton dernier souffle. Moi aussi, j’y ai cru, j’ai cru que je pourrais venir te voir sur ton lit d’hôpital, te tenir la main et te murmurer une dernière fois, je t’aime.

Près de toi mais trop tard

Le lendemain matin, mon chéri vient me chercher au camp. Une fois arrivée à la maison, il est déjà trop tard pour venir te voir. Quand je te retrouve, c’est au funérarium. Plus je m’approche de toi et plus mon cœur se brise en mille morceaux. Je pleure ta perte, dans les bras de mon amoureux, dans ceux de papa, maman, Salvatore et tout le reste de la famille. Je pleure aussi dans les bras de Nonno, lui, il a perdu son grand amour … Après ces jours horribles apparaissent les regrets. Oh Nonna, oh grand-mère, comme je suis désolée de ne pas avoir plus profité de toi, comme je regrette de ne pas être venue te voir avant de partir en camp. Je suis tellement désolée si tu savais, je m’en veux énormément.

Trois ans après

Depuis ce jour, c’est un long chemin que j’ai parcouru. J’ai appris à faire le deuil et à me pardonner. Je ne garde que les bons souvenirs passés ensemble. Parfois, il m’arrive d’entendre ton rire. De là-haut, tu me vois grandir et j’espère que tu es fière de la femme que je suis devenue. Dans un premier temps, il a été difficile d’accepter ton décès, ce fut très compliqué de retourner chez toi sans pleurer. Désormais, même s’il arrive encore que je pleure, cela va mieux, j’ai moins mal même si la douleur n’a pas totalement disparu. Ne t’inquiète pas, nous prenons soin de Nonno et il est en bonne santé pour une personne de, bientôt, nonante-quatre ans. Ce que j’en retire ? C’est qu’il faut profiter de la vie, profiter de l’instant présent et montrer à vos proches à quels points vous les aimez. N’ayez surtout pas peur de leur dire, cela fait tellement du bien. La vie peut nous surprendre et il serait dommage d’avoir des regrets comme ceux que j’ai. Si jamais vous en avez, pardonnez-vous ! Il ne faut pas rester en guerre avec soi-même, il faut apprendre à accepter nos erreurs pour ne plus les reproduire. Il est difficile de faire un deuil, d’accepter la mort de quelqu’un·e, mais allez sur sa tombe, parlez-lui ou bien écrivez-lui… J’ai longtemps hésité à écrire et aujourd’hui ça me fait tellement du bien.
À toi mon étoile, ma tendre Nonna, sache que je t’aimerais toute ma vie et qu’un jour on se retrouvera et nous fêterons ça comme nous l’avons toujours fait, avec un bon verre de limoncello !

Auteure : Loredana, 21 ans, Roux

Cet article a été écrit lors d’un atelier Scan-R

Et d’autres décryptages

Les stades de foot, plus qu’une passion

Dans les passinoné·e·s de foot, il y a de tout ! Il y a en a qui se tatouent le blason de leur club ou la tête de leur joueur préféré, d’autres repeignent leur voiture ou leur maison aux couleurs...

Boxer : prendre confiance en soi

Depuis un petit temps, Ilann se cherchait un sport… L’histoire peut sembler étrange mais c’est avant sur Wikipédia qu’il a trouvé son bonheur ! On enfile son protège-dents et on monte sur le ring...

Rentabilité et Ambition

Il y a quelques questions qui trainent dans la tête d’Aymeric. Est-ce qu’avant de lui demander d’être heureux, juste, droit, la société ne lui demande pas, avant tout, d’être rentable ? Si c’est...

Elles + il = ils

On ne doit pas attendre d’être capable de poser un pied devant l’autre avant de devoir subir des remarques sexistes, on peut même en recevoir avant même son premier mois. Le pire, dans le récit de...

Irrémédiablement attirée par les arts !

Comme un papillon est attiré par la lumière, Rebecca est attirée par la création artistique et les arts : sculpture, danse, … Elle aime tout ! Aujourd’hui, elle a décidé, contrairement à l’avis de...

Je suis dépendante affective

Quand Louisa aime, c’est fort, très fort, très très fort. Même si elle a appris à se méfier d’elle-même, elle souffre parfois de ce qui pourrait se passer bien plus tard … Une définition, ma...

La quintessence au-delà des abysses de l’esprit

Oser se poser de grandes questions, oser dire que c’est parfois compliqué ou bien pire, prendre le temps de se poser pour essayer de mieux avancer après, c’est l’histoire que Félix nous confie. Le...

Mon stress et moi

Le texte qui suit est un peu particulier, un peu spécial ! Inès a imaginé un dialogue entre elle et son stress ! À chaque moment de la journée, elle s’exprime et lui aussi ! 7h Inès / Mon réveil...

Sauvée

Dans l’armada des nouvelles compliquées, des mesures difficiles à comprendre, il y a parfois de la lumière. Les articles qu’on publie traitent parfois de la santé mentale de la jeunesse, articles...

C’est du bon sens !

Avant tout, Romain, 19 ans, souligne que ce qu’il nous écrit n’engage que lui. Il écrit qu’il existe autant de visions du monde que d’êtres humains, tous et toutes influencé·e·s par leur...