Il est parfois des écrits qui raconte l’écriture. C’est le cadeau que nous offre Gianni, qui nous parle de sa rencontre avec la plume, son trajet, ses espoirs…

Je vais vous raconter l’histoire d’un petit garçon rêveur. Tout commence lorsqu’il entre en école primaire. Il apprend à lire et entame ses premiers livres. Ce qui était au départ pour passer le temps est devenu une véritable passion. Moka, Jonathan Stroud, tant d’écrivains qui lui servaient de modèle. Le petit garçon n’était pas comme les autres, avec des super-héros comme modèle. C’était bien les écrivains qu’il idolâtrait, des êtres humains comme lui qui lui avaient transmis cette passion ardente pour l’écriture. Il a d’abord commencé par lire ses histoires aux maternels. Il écrivait des pages et des pages qui captivaient les jeunes enfants. Mais les ennuis ont commencé en entrant en secondaire. Dans ce monde, plus personne ne voulait écouter ses fables et ses nouvelles, se contentant de le regarder avec mépris et un soupçon de moquerie. Cela évidemment, se reflétait sur la qualité de ses récits. Ils devenaient insipides. Très rapidement, écrire était devenu un supplice.  Il arrêta.

Ce n’est qu’en troisième secondaire que le petit garçon renoua avec sa plus vieille passion. Il décida de reprendre à zéro. Le voilà 3 ans plus tard à écrire son premier roman. « Prometteur » selon certains, mais tellement symbolique pour ce jeune garçon qui ne cherche qu’à faire rêver les autres. Ce petit garçon, c’est moi.

A écouter aussi en podcast ici

 

Auteure : Gianni, 18 ans, Charleroi

Cet article a été produit lors d’un atelier Scan-R

Et d’autres récits

La pauvreté à BX

Le problème est la capacité d’accueil au niveau d’un premier hébergement. Avec les difficultés déjà présentes à Bruxelles, il y a un manque de structures d’accueil, que ce soit pour les hommes et...

Pourquoi devrait-on tous écrire nos journées, vies, émotions ?

Ce texte est assez effronté étant donné que je ne tiens même pas de journal moi-même. Cependant, de mon point de vue, écrire ce que l’on ressent est essentiel ; comme une sorte de thérapie. Il y a...

Le masque du jour

Un drôle de Monsieur tient une évaluation entre ses mains, et je reconnais Eliott sur la chaise d’en face qui semble honteux d’être assis dans ce bureau. L’homme n’a pas l’air très content de ce...

Avenir

Oh mes chers enfants,Je suis désolé de vous faire subir ce monde,Dans lequel notre société se meurt doucement,A travers ce voile d’idéologies qui forme la pénombre… Depuis que nous évoluons dans la...

Comment ça se fait ?!

On travaille 24h/24 et nous n’avons pas la même somme qu’eux ! La plupart des riches ne travaillent pas et ne savent pas ce qu’est le travail dans les hôpitaux, cabinets de vétérinaires, les...

LES PETITS AVIS, EPISODE 68

Dès le départ, Scan-R essaye de valoriser la parole de chacune et de chacun ! Parmi les textes que nous recevons, certains sont trop brefs pour faire l’objet d’un post, nous les rassemblons donc...

Et si nous étions plus solidaires

Je rêve d’un monde plus solidaire et avec plus d’entraide. Il y a 2,5 ans, Verviers a connu la plus grande catastrophe depuis des années. Cependant, il y a tout de même eu du positif. Des fois,...

Quitter ses terres natales

Croire que quitter ses terres natales est un privilège est une pensée assez superficielle. Elle manque de nuance. Puis, pourquoi faire une telle généralisation hâtive ? J’écris cela en pensant à mes...

Mon idée de la justice

Tout dépend de la justice. S’il n’y a pas de justice, il n’y aura rien qui déroulera bien. Si la juste s’occupait comme il faut des criminels, il y aurait moins de crime par exemple. Je parle ici...

Vivre en Belgique, c’est ennuyant, triste, déprimant, injuste

Selon moi, ce n’est pas que le temps qui est déprimant, même si c’est le cas. Mais je vais parler surtout des injustices qui sont émises dans ce pays où on dit que la loi nous protège. À vrai dire,...