Facebooktwitterlinkedinmailby feather

Philippe a perdu deux amis. L’un et l’autre se sont suicidés. Entre tristesse et désespoir, il essaye de voir ce qui reste beau. Pour éviter les suicides, il suggère qu’on se parle bien plus et qu’on ose dire quand ça ne va pas ou plus du tout.

J’ai choisi de vous parler du suicide. Oui, c’est un sujet délicat qui touche beaucoup de monde. Au cours de ma vie, j’ai connu deux amis qui se sont tués. Le premier quand j’étais en rhéto. Il s’est suicidé à cause du harcèlement subi dans ses premières années en secondaire. Le second c’était cette année, peut-être à cause du Covid et d’autres problèmes de la vie.

Difficile

J’ai du mal à m’en remettre. Tous les jours, je pense à eux, à pourquoi ils ont fait ça. Je me dis qu’un geste de ma part, peut-être une simple main tendue, aurait pu tout changer. Malheureusement, je pense qu’avec le confinement, le nombre de suicides pourrait augmenter. Une bonne partie de mes amis se sentent mal, ne s’en sortent plus et ont du mal à imaginer un avenir meilleur. Aujourd’hui, je vis dans la tristesse et j’ai du mal à penser autre chose. Tout le monde me demande comment je peux être si bon vivant et toujours blagueur mais au fond de moi, je suis dans la détresse et l’angoisse. Celle de perdre à nouveau un ami ou un proche.

De nouvelles rencontres ?

À présent, j’ai du mal à m’attacher à de nouvelles personnes, j’ai peur de les perdre dans n’importe quelle circonstance. Quand vous croisez quelqu’un, ne vous fiez pas aux apparences mais essayez de comprendre son passé, essayez de comprendre ce qu’il ressent à l’intérieur. Dans cette détresse, heureusement j’ai des ami·e·s, une famille et une copine qui essayent tou·te·s de me rendre la joie de vivre que j’ai perdue au début de cette année. Comme je l’ai dit, je vis dans la peur qu’une personne proche de moi fasse ce geste et disparaisse du jour au lendemain.

Oser en parler

Aux personnes qui pensent au suicide, je veux dire qu’elles ne doivent pas avoir peur d’en parler. Imaginez, vous passez à l’acte, et ensuite, un parent, un proche rentre chez vous et vous trouve mort. Il ne s’en remettra jamais. Si vous avez un petit frère ou une petite sœur de moins de 10 ans, comment vos parents vont-ils lui expliquer cette mort ? En lui mentant peut-être, mais le jour où l’enfant comprendra la réalité, il sera au plus mal et il aura un long chemin à réaliser pour se sentir mieux ou encore pire, il passera peut-être à l’acte aussi ou se mutilera. Votre famille et vos amis penseront que c’est de leur faute et qu’ils auraient dû voir ce qui se passait. Certains ne seront plus les mêmes et pourraient sombrer … Si des personnes ont ces idées, je veux leur dire qu’il faut penser aux bons moments de la vie, qu’il faut trouver une échappatoire et surtout, et avant tout, il faut parler. Vous n’êtes pas seul. Pour nous qui sommes là, pensons à envoyer un message, prenons des nouvelles. Cela peut changer une vie comme la votre.

Oser en parler … encore

Je vous parle d’un terrain connu. Après ces disparitions, je suis passé par l’impasse boire et fumer pour essayer d’oublier. Je suis même passé par la mutilation. À dire vrai, moi aussi j’ai eu l’envie d’en finir. Alors pour éviter votre propre destruction, celle de votre entourage, celle de vos ami·e·s, je n’ai qu’une proposition : parler à des personnes pour qu’elles puissent apporter leur aide. Vous qui lisez ce texte, n’hésitez pas à prendre des nouvelles. Cela peut changer une vie.

Auteur : Philippe, 21 ans

Cet article a été écrit lors d’un atelier Scan-R

Et d’autres décryptages

Rentabilité et Ambition

Il y a quelques questions qui trainent dans la tête d’Aymeric. Est-ce qu’avant de lui demander d’être heureux, juste, droit, la société ne lui demande pas, avant tout, d’être rentable ? Si c’est...

Elles + il = ils

On ne doit pas attendre d’être capable de poser un pied devant l’autre avant de devoir subir des remarques sexistes, on peut même en recevoir avant même son premier mois. Le pire, dans le récit de...

Irrémédiablement attirée par les arts !

Comme un papillon est attiré par la lumière, Rebecca est attirée par la création artistique et les arts : sculpture, danse, … Elle aime tout ! Aujourd’hui, elle a décidé, contrairement à l’avis de...

Je suis dépendante affective

Quand Louisa aime, c’est fort, très fort, très très fort. Même si elle a appris à se méfier d’elle-même, elle souffre parfois de ce qui pourrait se passer bien plus tard … Une définition, ma...

La quintessence au-delà des abysses de l’esprit

Oser se poser de grandes questions, oser dire que c’est parfois compliqué ou bien pire, prendre le temps de se poser pour essayer de mieux avancer après, c’est l’histoire que Félix nous confie. Le...

Mon stress et moi

Le texte qui suit est un peu particulier, un peu spécial ! Inès a imaginé un dialogue entre elle et son stress ! À chaque moment de la journée, elle s’exprime et lui aussi ! 7h Inès / Mon réveil...

Sauvée

Dans l’armada des nouvelles compliquées, des mesures difficiles à comprendre, il y a parfois de la lumière. Les articles qu’on publie traitent parfois de la santé mentale de la jeunesse, articles...

C’est du bon sens !

Avant tout, Romain, 19 ans, souligne que ce qu’il nous écrit n’engage que lui. Il écrit qu’il existe autant de visions du monde que d’êtres humains, tous et toutes influencé·e·s par leur...

Critical Mass : protestation internationale pour une utilisation plus importante des vélos !

Pour faire bouger les choses, il faut déjà réussir à échapper aux embouteillages et sortir de l’immobilité imposée ! Plutôt que de se lamenter, Aurelio à enfourcher son vélo et, avec d’autres, elles...

Délinquant sans autre choix

Au mois de juin 2019, une équipe de Scan-R s’est rendue à l’Institution Publique pour la Protection de la Jeunesse (1) de Saint-Hubert. Elle y a rencontré une dizaine de jeunes. Voici le texte de...

Média d’expressions
Individuelle et collective
Destiné aux jeunes
En Fédération Wallonie Bruxelles

Scan-R est soutenu par

Pour être informé des activités de Scan-R