J’ai quitté mon pays, le Nigeria, en mai 2023. Je vivais avec ma jeune sœur et ma mère, charmante comme aucune autre au monde. Mais un jour, quelque chose s’est produit.

Je revenais de l’école avec ma petite sœur Fatima. Soudain, j’ai vu la police avec une amie de ma mère. J’ai vu quelque chose dans ses mains. Elle m’a demandé où était ma mère. Je lui ai répondu qu’elle était au restaurant où elle travaillait. La police et l’amie de ma mère sont parties, puis ma mère est arrivée. J’ai averti ma mère de la venue et de la surveillance de la police et de son amie.

C’est à ce moment-là que ma mère a annoncé que nous devions partir. Je lui demande pourquoi et où nous allons. Elle me répond : “nous quittons le Nigeria”.

Plusieurs fois, j’ai demandé ici : “où allons-nous maman ?”.

Plusieurs fois, elle m’a répondu : “nous devons partir maintenant”.

Je lui ai demandé ce qui se passait avec la police mais elle ne m’a pas répondu. Nous sommes arrivés dans un endroit, en Tunisie. Je me souviens que nous avons pris un bateau. Il y avait beaucoup de gens. Nous avons commencé la traversée puis nous avons été arrêtés par la police tunisienne. Ils nous ont ramené en Tunisie et nous ont mis dans des bus. Ils nous ont amené en plein milieu du Sahara. Il y avait beaucoup de gens. Les gens criaient et nous avions peur.

La police tunisienne nous a laissé sur place. Nous étions 8 personnes. Nous avons commencé à marcher dans le désert. Avant de commencer à marcher, ma mère a demandé de l’eau aux policiers. La police lui a demandé de se taire et de partir, sinon nous serions abattus.

Comme ma mère avait très soif, je suis allée chercher de l’eau, j’ai quitté ma mère et ma sœur. Mais je n’ai trouvé personne pour nous aider. Je suis revenu. C’était la nuit.

A l’aube, j’ai entendu un bruit.

Je suis allé chercher de l’aide et j’ai rencontré des gens qui avaient vécu la même expérience que nous et qui avaient été renvoyés dans le désert. Ils sont venus avec moi jusqu’à l’endroit où était ma mère et m’ont dit : “ta maman est décédée”. Ma petite sœur, elle, n’était plus là. J’ai répondu que ma mère dormait, je ne voulais pas croire qu’elle était morte.

Ils m’ont répété à plusieurs reprises que ma mère était morte et m’ont forcé à les accompagner pour rendre justice à ma mère. J’ai accepté de les suivre pour demander justice pour ma mère. Ces gens m’ont dit qu’à mon arrivée en Europe, quelqu’un pourrait m’aider à obtenir justice.

Quand je suis arrivé en Italie, j’ai demandé justice et personne ne m’a aidé. J’ai donc continué la route en Hollande, puis en France, puis en Belgique pour rendre justice à ma mère, mais toujours rien.

J’aimerais que quelqu’un m’aide à rendre justice à ma mère.

Auteur : Alkasim, 16 ans

CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.

Et d’autres récits

Comment ça se fait ?!

On travaille 24h/24 et nous n’avons pas la même somme qu’eux ! La plupart des riches ne travaillent pas et ne savent pas ce qu’est le travail dans les hôpitaux, cabinets de vétérinaires, les...

LES PETITS AVIS, EPISODE 68

Dès le départ, Scan-R essaye de valoriser la parole de chacune et de chacun ! Parmi les textes que nous recevons, certains sont trop brefs pour faire l’objet d’un post, nous les rassemblons donc...

Et si nous étions plus solidaires

Je rêve d’un monde plus solidaire et avec plus d’entraide. Il y a 2,5 ans, Verviers a connu la plus grande catastrophe depuis des années. Cependant, il y a tout de même eu du positif. Des fois,...

Quitter ses terres natales

Croire que quitter ses terres natales est un privilège est une pensée assez superficielle. Elle manque de nuance. Puis, pourquoi faire une telle généralisation hâtive ? J’écris cela en pensant à mes...

Mon idée de la justice

Tout dépend de la justice. S’il n’y a pas de justice, il n’y aura rien qui déroulera bien. Si la juste s’occupait comme il faut des criminels, il y aurait moins de crime par exemple. Je parle ici...

Vivre en Belgique, c’est ennuyant, triste, déprimant, injuste

Selon moi, ce n’est pas que le temps qui est déprimant, même si c’est le cas. Mais je vais parler surtout des injustices qui sont émises dans ce pays où on dit que la loi nous protège. À vrai dire,...

Nous voulons…

Nous voulons un bon leader, on ne veut pas quelqu’un avec de belles paroles mais quelqu’un de réfléchi et qui n’hésiterait pas à réaliser des justes choix pour son peuple. Il ne faut pas voter...

Respecter son prochain

« La diversité, c’est un mélange harmonieux entre une infinité de choses uniques ayant chacunes leurs propres défauts et leurs propres qualités ». Dans cette société, on oublie que notre prochain a...

L’importance des langues

J’aimerais apprendre à parler plusieurs langues. Dans n’importe quelle région, dans la plupart des jobs, on demande qu’on parle plusieurs langues. A l’école, nous avons des cours de langues, avec...

Oui à l’interdépendance

Pour moi, la chose la plus importante est l'interdépendance. Dans notre époque actuelle en Belgique, marquée par de nombreux conflits identitaires et des questions de genre, l'individualité est...