Le sourire, symbole d’espoir pour certains et réponse vide pour d’autres. Le sourire, symbole du bonheur par excellence est aussi le masque à défaire le plus compliqué pour tout être humain. Se regarder dans la glace, se faire voir par les autres, rime toujours avec le visage.

A la seconde où nous voyons quelqu’un que nous connaissons et recevons l’habituel « Ça va ? », nous savons déjà la réponse et l’attitude à avoir ! Faire un petit sourire et répondre « Ça va, et toi ? » et puis continuer à errer dans ce monde. Le sourire, c’est sûrement l’expression la plus facile à faire : même pas besoin de changer notre regard, il suffit de faire ce croissant de lune au bout des lèvres. C’est comme les enfants qui apprennent directement les expressions du visage et qui associent le sourire comme le plus saint des bonheurs. Le sourire est une façade, celle qui est toujours là de prime abord. Il peut aussi changer à chaque remarque ou bien à chaque réaction non attendue.

Le clown, manipulateur suprême, ose ou plutôt justifie toute cette mascarade avec un mantra divin : je souris, parce que sourire ça fait plaisir aux autres. Il n’essaie même pas de communiquer, de nous expliquer son sourire. Toute son identité passe par là, il n’est rien d’autre que son expression. Faites une remarque à un clown, il en rigolera et essaiera de faire amuser le monde entier. Il n’y a rien de moins vrai et de plus inhumain.

Un autre composant essentiel de la niaiserie du clown est le fait qu’il est payé pour sourire, comme si c’était un besoin à acheter, quelque chose qui n’est pas naturelle. Le clown est encore plus faux que le sourire parce que le sourire peut être sincère et justifiable tandis que l’image du clown est emprisonnée avec cette expression sans nuance. Demander à quelqu’un comment était sa journée, s’il répond « Super cool », vous n’avez appris que la fraction de ses ressentis mais en creusant un petit peu vous aurez peut-être la chance d’en apprendre un peu plus. Le clown n’est rien d’autre qu’un esprit vide, avare d’argent se comportant comme un insensé qui n’a rien d’autre à communiquer que le vide d’une expression maquillée. La tromperie est double parce qu’à la fois, son expression est sans nuance et injustifiée. Il est maquillé de sorte qu’il ne puisse pas sortir de son rôle. Il n’y a rien de plus triste que deux déguisements. Le clown est la caricature de lui-même.

Auteur : JC, 19 ans, Liège

Cet article a été produit lors d’un atelier Scan-R.

Et d’autres récits

Ces projets qui nous sauvent

Beaucoup valent la complexité, le travail acharné, le manque de temps dans l’élaboration de projets. Mes projets, ma bulle d’air. Je m’évade quand j’élabore mes projets, j’ai la tête dans les nuages...

LES PETITS AVIS, EPISODE 73

Dès le départ, Scan-R essaye de valoriser la parole de chacune et de chacun ! Parmi les textes que nous recevons, certains sont trop brefs pour faire l’objet d’un post, nous les rassemblons donc...

Un héros des temps modernes

« Et pourquoi avez-vous un trou de six mois dans votre CV d’ailleurs ? ». A ces mots, j’observe le jeune garçon devant moi s’enfoncer encore un peu plus au fond de sa chaise. « Euh… Eh bien...

Liberté

Je ne crois pas en la fatalité… pourquoi cette croyance ? Le fait de croire est un moteur, un fil d’ariane que l’on peut suivre durant toute sa vie. Ne pas croire en la fatalité, c’est avant tout...

« Le temps fait les choses – ça ira mieux demain »

« Ça ira mieux demain » part d’un principe que le temps a une influence sur les problèmes que l’on peut ressentir et que c’est la chose la plus importante. A la place de se figer dans les causes et...

Soyez vous

Quand est-ce que les gens sont superficiels ? Tellement de réponses à cette question. Je répondrai par une autre question : « Quand pouvons-nous être réellement nous-mêmes ? ». La société nous...

La viabilité au sein de la communauté

Pourquoi vivre en communauté est vital ?   Pour moi, la communauté est un groupe uni par des liens spécifiques ou encore par un but commun. Par exemple : la famille, les amis, les camarades, les...

J’ai toujours eu peur de mon père

J’ai toujours eu peur de mon père car j’ai toujours ressenti son mépris envers moi. Alors oui, ce n’est peut-être qu’une fausse pensée que j’me fais, mais il n’y a rien de plus fort que l’idée. Une...

Se sentir légitime

J’écoute de la musique pour me sentir légitime de beaucoup de choses : J’ai écrit de « beaucoup de choses » car finalement... Bah, c’est vrai. Souvent, je me sens pas légitime d’être là où je suis...

J’ai appris à survivre

J’aimerais apprendre à vivre parce que, durant ma courte vie, j’ai appris à survivre. Cette survie qui m’a été imposée par cette personne qui m’aimait. L’amour ne fait pas toujours les choses bien,...