L’anticonformisme

L’anticonformisme

Dès le plus jeune âge, j’ai été confrontée à une vie hors du commun. J’essayais de m’intégrer et de me plaire n’importe où, mais je n’y arrivais pas. Tout ce je pouvais faire c’étais comprendre les gens, les soutenir quand ils le voulaient et/ou quand ils en avaient besoin. En revanche, je n’avais personne pour me soutenir. Je n’ai malheureusement pas eu de chance au début de ma vie, entre ma naissance et mes 13 ans. Je n’avais pas de gens qui m’entouraient en se souciant de mon intérêt. Tout ça a influencé et influence encore ma vie, ma vision du monde, ma personne.
C’est là que j’introduis ce mot : l’anticonformisme.
J’ai appris ce terme il y a à peine deux mois, mais je l’avais en mois depuis longtemps. Pas seulement à cause du manque de soutien des personnes que j’ai rencontrées, mais à cause de la vie qui m’a été donnée et de la personne que que je suis devenue.
Cela fait donc 15 ans que je ne me sens pas chez moi dans mon propre corps. En tout cas je n’arrive pas à l’adapter à ce monde. Ça fait 13 ans que je ne pense qu’à m’en échapper à cause de problèmes familiaux et de harcèlement scolaire. 6 ans depuis la première fois que j’ai trouvé ma voie et notamment l’existence vaniteuse. 4 ans depuis mon premier essai de réconciliation avec le monde. 2 ou 3 ans depuis ma grosse prise de conscience. Ma vision envers beaucoup de choses a alors été construite. En tout cas, c’est à ce moment-là que ma base s’est construite.
Pendant à peu près un an après cette prise de conscience, j’ai passé mon temps à être blessée et à me réparer. Depuis cette année, j’ai trouvé un « moi » plutôt stable par rapport à mes visions de la vie. Cependant, je change et j’évolue chaque jour et j’essaie que ça reste positif. J’ai donc aujourd’hui adapté ce sentiment de n’appartenir à aucun groupe établi. Le sentiment de brouillard autour de moi apparait et disparait et réapparait à sa sauce. Ce sentiment de solitude que j’ai peu à peu accepté (enfin!)
Quand on m’a parlé de l’anticonformisme, j’ai eu comme un coup de foudre avec ce terme, parce que je le voyais à ma façon. J’ai réalisé pour la première fois que je ne devais pas forcément m’adapter à la société.
Je n’arrive pas à ressentir cette possibilité qu’un jour j’aurai un travail, ou que j’aurai fait les études pour ça, ou que j’aurai un groupe d’amis auquel appartenir, ou que je devrai supporter des gens parce qu’ils attendront de moi que je sois leur soutien émotionnel à vie. Je peux être libre.
C’est un pouvoir que tout le monde n’arrive pas à développer, j’en suis tellement triste pour eux. Parce qu’il y a des gens qui ne veulent pas avoir ces vies mais qui vont devoir y passer d’une manière ou d’une autre. Mais ils ont encore trop peur de sortir de cette bulle sociétale, ils ont trop peur de se démarquer, de choisir leur mode de vie tout simplement. Ou bien ils n’ont pas peur, mais ils n’ont pas encore eu ce « déclic » qui leur permettrait de voir la vie autrement, de se voir autrement.
Certes, je pense être anticonformiste, mais ça ne veut pas forcément dire que je n’aimerais pas vivre dans une société, au contraire. En tant qu’humaine du 21ème siècle, j’ai été formée pour ça. Même en tant qu’humaine tout simplement, j’ai besoin d’évoluer parmi des humains pour pouvoir me développer. Tout ce que j’aimerais et tout ce à quoi j’aspire, c’est de faire ce que je veux de ma vie. Que mes seules contraintes soient des situations vraiment inchangeables. Que mon avis soit respecté, que je ne me sente pas en danger en étant à l’extérieur, que je puisse voir qui je veux, que mon esprit puisse grandir et changer. Que je puisse être comprise. J’aimerais aussi que ceux qui veulent s’exprimer s’expriment. J’aimerais que la société s’ouvre et soit sécurisante.

Auteure : Mallory, 18 ans, Bruxelles

Cet article a été écrit lors d’un atelier Scan-R

Et d’autres textes de la catégorieréfracter

L’anticonformisme

Dès le plus jeune âge, j'ai été confrontée à une vie hors du commun. J'essayais de m'intégrer et de me plaire n'importe où, mais je n'y arrivais pas. Tout ce je pouvais faire c'étais comprendre les...

Le développement personnel

Pour Houda, la vie n'a pas toujours été facile. Au lieu de se laisser aller, elle a décidé de trouver la force d'avancer via le concept de développement personnel. Elle nous en parle et conseille...

La vie est une scène

Pour Marjorie, les points communs entre une pièce de théâtre et la vie sont nombreux. Dans un cas et dans l’autre, il y a des rôles à jouer ou des places à tenir. La grande question, c’est de savoir...

Non aux stéréotypes

Est-ce qu’on doit toujours penser au plus court ? Penser avec des clichés ou des rapprochements boiteux ? Est-ce qu’on doit avoir une opinion toute faite qui réduit les particularités, les...

Pouvoir, argent, amour … C’est quoi ce truc ?

Quand on se plonge dans les yeux d’Aurore, quand on essaye de voir le monde à travers son regard, les choses sont compliquées… Pour elle, l’être humain devrait lâcher ses obsessions de pouvoir, de...

Mon parcours vers la Croix-Rouge

Après avoir formé ses élèves aux premiers secours, Geffrey a voulu en faire plus ! Il s’est engagé à la Croix-Rouge pour mettre ses compétences au service de la société. Former la population aux...

Marika, volontaire !

Disons-le tout de suite, c’est sous le soleil de Sicile que Marika a grandi. C’est de là qu’elle part et c’est là qu’elle revient chaque fois. Pour nous, cela ne change pas grand-chose mais pour...

Être ou que paraitre ? Telle est ma question

Barek se et nous pose bien des questions … Qui est-il ? Qu’est-ce qu’il souhaite ? À toutes ces questions, on pourrait tenter de donner une seule réponse : une construction perpétuelle ! Je suis...

Méfiez-vous des apparences

Aujourd’hui, quand elle croise une nouvelle tête, Afghana s’abstient de lui coller trop vite une étiquette, de la classer dans un tiroir. Plutôt que mal penser et trop vite, elle prend le temps de...

Nouveaux romantiques, actuels et nostalgiques

Laura se demande qu’elle est non pas “la” mais “sa” définition de l’amour, du coup de foudre. Pour elle, il n’y a pas un mais des amours : l'amour pour une autre personne, pour sa famille, l'amour...

Média d’expressions
Individuelle et collective
Destiné aux jeunes
En Fédération Wallonie Bruxelles

Scan-R est soutenu par

Pour être informé des activités de Scan-R