J’ai toujours eu peur de mon père, à cause du traumatisme qu’il m’a fait subir et des abus entre les quatre murs de ma maison.

Les gens me disaient « c’est bien de rentrer à la maison le week-end » ou « c’est normal ».
Mais s’enfuir de chez soi ou rester dehors toute la nuit uniquement parce qu’il est à la maison n’est pas normal.
J’avais l’habitude de toujours me cacher avec mes frères et sœurs dans la salle de bain, tout en fermant la porte, nous nous consolions, nous étions des enfants.

Le père qui était censé nous réconforter lorsque que nous étions bouleversés ou blessés était toujours en train de boire et rentrait ivre à la maison.
Il était toujours absent et toujours violent, mais c’est mon père. Je n’oublierai jamais ce qu’il a fait, mais je pardonnerai.
Mon père était un père incroyable, très attentionné jusqu’à ce que tout change…

Texte original

I always scared of my dad, because the trauma he putted me through and the abuse within the four walls of my house.

People would tell me “it’s okay to go home in the weekend” or “it’s normal”.
But running away from home or staying outside all night only because he’s home is not normal.
I used to always hide with my siblings in the bathroom, while locking the door, we were comforting each other, we were kids.

The dad who was supposed to comfort us while we were upset or hurt was always out drinking and coming home drunk.
He was always absent and always abusive, but he’s my dad. I would never forget what he did, but I will forgive.
My dad was an amazing dad, a very caring one until it all changed…

Auteur : Anonyme

CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.

Et d’autres récits

Masque de pierre

Alors que tu avais disparuJ’observais les motifs de la pierreUne sensation de déjà-vuLe cœur tranché par le verre Les masques sont tombésEmportant tout sur leur passageL’image que je m’étais...

La peur du rien

J’ai toujours eu peur du rien. Du rien scientifique ou du rien émotionnel. Le fait que rien ne peut exister mais que l’absence absolue puisse être ravivée. Qu’il n’y ait rien du tout car un jour, il...

J’aimerais apprendre apprendre à me contrôler

J’aimerais apprendre à me contrôlerQuand j’ouvre ma bouche, je ne fais que des blessuresJe me noie dans mes personnalitésComme si je n’avais jamais su qui j’étais J’essaie de changer, de...

Passer de la survie au plaisir de vivre

J’aimerais avoir le temps de vivre et non pas être condamnée à survivre. Je ne veux pas me réveiller tous les matins, faire un travail qui, s’il n’avait pas été une question de nécessité, aurait pu...

Pleurer pour rien

« Tu pleures pour rien »Je l’ai si souvent entendueEt aujourd’hui je ne pleure plusDu moins, pas devant quelqu’un Cette phrase est un mauvais sortQu’on lance à ceux qui ressentiraient trop, qui...

Ces projets qui nous sauvent

Beaucoup valent la complexité, le travail acharné, le manque de temps dans l’élaboration de projets. Mes projets, ma bulle d’air. Je m’évade quand j’élabore mes projets, j’ai la tête dans les nuages...

LES PETITS AVIS, EPISODE 73

Dès le départ, Scan-R essaye de valoriser la parole de chacune et de chacun ! Parmi les textes que nous recevons, certains sont trop brefs pour faire l’objet d’un post, nous les rassemblons donc...

Un héros des temps modernes

« Et pourquoi avez-vous un trou de six mois dans votre CV d’ailleurs ? ». A ces mots, j’observe le jeune garçon devant moi s’enfoncer encore un peu plus au fond de sa chaise. « Euh… Eh bien...

Liberté

Je ne crois pas en la fatalité… pourquoi cette croyance ? Le fait de croire est un moteur, un fil d’ariane que l’on peut suivre durant toute sa vie. Ne pas croire en la fatalité, c’est avant tout...

« Le temps fait les choses – ça ira mieux demain »

« Ça ira mieux demain » part d’un principe que le temps a une influence sur les problèmes que l’on peut ressentir et que c’est la chose la plus importante. A la place de se figer dans les causes et...