Pourquoi ? Comment ? Dans quel but ? Sont quelques questions que je me pose et dont je ne trouve pas les réponses car trop de personnes et d’actions dans ma vie m’en empêchent. Oui, dit comme ça cela pourrait paraître très stupide, je vous l’accorde, certes. Mais y penser est tout aussi impensable au début et, au fil du temps, des jours et des années qui en suivent, j’apprends à vivre avec des questions, des complexes et pleins de petits détails de ma vie et de ma personnalité que certaines personnes envient ou détestent en fonction de chacun. J’aurais aimé faire partie de ces personnes qui s’en fichent et qui vivent malgré les obstacles et les difficultés de la vie mais je n’y arrive pas et cela est tout de même la base de la plupart de mes problèmes.

J’avoue m’attacher trop vite à certaines personnes ou personnalités mais je ne peux faire autrement. Mes émotions ne reflètent pas ma personnalité mais ce que les gens en font. En fonction du point de vue des personnes qui m’entourent, je pourrais paraître gentille, drôle ou bien plus encore, mais il y a aura toujours l’autre partie des personnes qui croiront que je ne suis que le fruit d’une erreur de mes parents. Bien qu’en sachant que je ne connaisse pas leur identité, et c’est très handicapant à long terme, j’aimerai avoir une personne, un visage ou même des exemples de vie mais je n’ai guère accès à toutes ces choses ou bien chances de vie. Cela dépend de comment on le prend.

J’ai été très souvent soumise à une pression parentale du fait que j’ai été adoptée, élevée avec la même personne qui, du plus profond de mon être, bien qu’inutile, je déteste au plus haut point. Je ne comprendrai jamais ce que je ressens pour elle mais je ne puis dire à quel point c’est fort. C’est plus que de la haine mais rien de bien méchant. Juste les sentiments d’un enfant détruit intérieurement et brisé mentalement. Tout ce qu’il y a de plus banal chez un enfant de mon envergure.
On me demande beaucoup pourquoi avoir autant de haine envers une personne pour qui je ne ressens rien? Elle m’a fait subir des choses qu’un enfant ne devrait pas à avoir à subir, même quelque soit l’âge de la personne concernée, tout bien réfléchi.

Je n’aurai jamais les adjectifs pour décrire ma vie car elle n’est pas si nulle que ça quand on y pense. Mais lorsque on y plonge l’esprit, ne serait-ce qu’un poil d’attention en plus, on y voit une enfance gâchée par un manque d’affection comme un manque de réponses. Des réponses sont les seules choses qui manquent à ma vie, ce sont des si petits détails qui vous changent une personne entière.
Pourquoi n’aurais-je donc pas la bonté de remercier chaque jour le bon Dieu pour ce qu’il fait pour moi ? Tout bien réfléchi, je ne vois pas ça comme un cadeau, une bénédiction mais plus comme une épreuve à surmonter dans ma vie de jeune chrétienne.
J’aurai aimé pouvoir aller à l’église plus souvent et partager, avec le Seigneur, mes peurs les plus profondes. Étant qu’une simple fillette, je n’assumais pas totalement mes peurs.

Comme l’abandon d’une personne chère à mes yeux ou bien encore le silence. Cela pourrait paraître abstrait, bien que stupide, mais c’est la chose la plus terrifiante que j’ai pu entendre de toute ma vie. C’est ce petit truc qui a bercé ou envahi mon enfance, une peur dont je n’ai jamais réussi à me débarrasser.

Je n’y arriverai sûrement jamais mais chaque fois qu’une réponse m’arrive, j’ai l’impression que c’est comme si le silence disparaît petit à petit. Un jour, je l’espère, j’arriverai à oublier l’abandon et le silence, ce jour sera le jour où plus personne ne pourra se soucier de mes problèmes ; malgré le fait que je ne crois plus en l’existence des petits anges gardiens de ma vie. Toutes les personnes qui m’avait promis de ne pas me laisser m’ont détruite, bien que leur absence n’ait pas un grand impact sur ma vision du monde.
Pour moi, le monde sera toujours un lieu, bien que géant, où l’injustice et la méchanceté règneront toujours. Elles règneront toujours ensemble, côte à côte, afin de pouvoir détruire la vie d’enfant, bientôt d’adulte. Ma vie a pris un départ plutôt risqué bien que, étant enfant de Dieu, je ne puis rêver mieux que des parents aimants et présents. Malheureusement, pour moi, je n’ai pas eu la chance d’avoir tout ça.

Ma vie est comme mon bagage lors d’une excursion ou un long voyage. Mon bagage ne me représente pas mais me définit un minimum. Chaque problème, chaque difficulté sur mon chemin m’ont forgée.

La mort ? Comment ? Quand ? Pourquoi ? Trop de questions que j’aimerais arrêter de me poser car elles me hantent et me désespèrent. Car elles sont là, elles me guettent et elles me font oublier que, parfois, pour vivre, il faut penser au pire. Comment pourrais-je mourir à mon si jeune âge ? Ce n’est qu’une question de temps, j’y passerai forcément mais cela ne me dérangerais pas d’y passer plus vite que quelqu’un d’autre. C’est cela que je me disais quand j’étais plus jeune.
Quand vais-je donc mourir? Une question que je me pose souvent car je ne voudrais pas gâcher une de mes chances d’être, pour une dernière fois, en avance quelque part.
Où vais-je donc mourir? Cette question me turlupine, étrangement, régulièrement la cervelle et elle me force à aller quelque part, en espérant que Dieu puisse me rendre un dernier service, malgré le fait que je lui en demande beaucoup.
Un jour, ce beau jour arrivera, je le sais, et, ce jour, je serai enfin libéré de ce poids. Cette chose qui m’empêche de vivre pleinement ma vie et qui je sais me tuera un jour. J’attends ce jour avec impatience mais je ne sais pas quand cela arrivera. Mais j’entends déjà les cris et les pleurs des plus proches et les moqueries et rigolades de mes semblables les plus éloignés.

Avant, j’avais tellement de questions mais le ciel m’a donné toutes mes réponses. Il m’a montré ce que les adultes ne nous montrent pas. Les adultes nous cachent des choses, de la plus importante à la plus stupide, mais cela fait que je n’ai plus confiance qu’en certains adultes.
J’ai d’énormes problèmes de confiance, que cela soit en moi ou envers les autres.
Les enfants de mon âge me terrifient, ils ont cette manière de m’exaspérer, et de si bien cacher leurs jeux. A leurs âges, ils ne sont pas matures et les plus avancés d’entre eux sont les plus odieux car ils utilisent leur intelligence et maturité à mauvais escient. Un enfant de très doux à l’école peut tout aussi bien gâcher la vie d’un autre qu’un enfant qui a des difficultés scolaires, comme dans son foyer respectif. De nos jours, les enfants ne pensent plus aux bonnes valeurs de cette vie. Il n’y en a que pour les jeux vidéos, les filles/garçons, leur style vestimentaire et bien d’autres.

Aujourd’hui, je me rends compte à quel point c’est difficile d’être un enfant de nos jours. Hier, je n’étais qu’une petite fille naïve et qui ne cherchait qu’à avoir l’attention de ses aînés. Mais je me rends compte que certaines choses n’ont pas changé et ne changeront certainement jamais.
C’est vrai qu’être considéré comme une personne sensible me dérange au plus haut point. Mais, au fil du temps, je me rends compte que c’est ce qui me caractérise le mieux. Car, en effet, je peux être forte dans des situations compliquées mais, au fond de moi, et je n’ai jamais été aussi profondément dans mon âme pour savoir que je ne suis qu’une fille détruite car trop de fois dessus, trop de fois mal jugée, trop de fois abandonnée, ce qui en soit est le plus lourd à porter.
C’est un sujet de reproche fréquemment utilisé chez les enfants car leur naïveté fait que je ne peux pas leur en vouloir tout en sachant que j’en souffre intérieurement et que cela fait partie de ces choses qui me constituent mais qui me détruisent en même temps.

Aujourd’hui, je me sens plus que jamais abandonnée. Abandonnée par, n’empêche, que des personnes. Mais cela me fait mal car, malgré le fait que ce ne soit que des simple figure de ma vie, leur départ m’attriste et me fais culpabiliser. Car si je ne suis pas capable de garder de simples amis, je ne saurais jamais garder plus que de l’amitié, ni autre nature de relation.
Abandonnée par ma famille, ces derniers temps, j’ai longuement et mûrement réfléchi et j’en ai fait la conclusion que je ne connaissait rien, ni personne de ma famille.

Oui, je ne fais pas vraiment d’efforts mais je n’ai plus la force de me battre, quelque soit la raison. J’ai perdu tout sens d’aimer qui que ce soit. J’ai perdu ce que j’avais de plus cher et, plus jamais, tout ne sera comme ça l’était auparavant.
Aujourd’hui, je continue à me dire que ma vie n’en vaut pas la peine et personne n’arrivera à me raisonner. J’ai vécu un camp plus ou moins chouette, il a été gâché par mon envie de mourir constante. Pendant ce camp, j’ai beaucoup pensé à O*** et très peu à B***, ce qui signifie, pour moi, que je me sens bien à ses côtés. Parfois, je m’imagine dans les bras d’O*** et, tout d’un coup, ça m’apaise et je me calme.

Auteure : Khusi, 14 ans, Bruxelles

CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.

Et d’autres récits

La pauvreté à BX

Le problème est la capacité d’accueil au niveau d’un premier hébergement. Avec les difficultés déjà présentes à Bruxelles, il y a un manque de structures d’accueil, que ce soit pour les hommes et...

Pourquoi devrait-on tous écrire nos journées, vies, émotions ?

Ce texte est assez effronté étant donné que je ne tiens même pas de journal moi-même. Cependant, de mon point de vue, écrire ce que l’on ressent est essentiel ; comme une sorte de thérapie. Il y a...

Le masque du jour

Un drôle de Monsieur tient une évaluation entre ses mains, et je reconnais Eliott sur la chaise d’en face qui semble honteux d’être assis dans ce bureau. L’homme n’a pas l’air très content de ce...

Avenir

Oh mes chers enfants,Je suis désolé de vous faire subir ce monde,Dans lequel notre société se meurt doucement,A travers ce voile d’idéologies qui forme la pénombre… Depuis que nous évoluons dans la...

Comment ça se fait ?!

On travaille 24h/24 et nous n’avons pas la même somme qu’eux ! La plupart des riches ne travaillent pas et ne savent pas ce qu’est le travail dans les hôpitaux, cabinets de vétérinaires, les...

LES PETITS AVIS, EPISODE 68

Dès le départ, Scan-R essaye de valoriser la parole de chacune et de chacun ! Parmi les textes que nous recevons, certains sont trop brefs pour faire l’objet d’un post, nous les rassemblons donc...

Et si nous étions plus solidaires

Je rêve d’un monde plus solidaire et avec plus d’entraide. Il y a 2,5 ans, Verviers a connu la plus grande catastrophe depuis des années. Cependant, il y a tout de même eu du positif. Des fois,...

Quitter ses terres natales

Croire que quitter ses terres natales est un privilège est une pensée assez superficielle. Elle manque de nuance. Puis, pourquoi faire une telle généralisation hâtive ? J’écris cela en pensant à mes...

Mon idée de la justice

Tout dépend de la justice. S’il n’y a pas de justice, il n’y aura rien qui déroulera bien. Si la juste s’occupait comme il faut des criminels, il y aurait moins de crime par exemple. Je parle ici...

Vivre en Belgique, c’est ennuyant, triste, déprimant, injuste

Selon moi, ce n’est pas que le temps qui est déprimant, même si c’est le cas. Mais je vais parler surtout des injustices qui sont émises dans ce pays où on dit que la loi nous protège. À vrai dire,...