Ce texte, on m’a demandé de l’écrire sur un sujet dont je pourrais tirer un message mais j’ai décidé d’introduire avec ce sujet qui me tient tant à cœur, deux autres qui sont étroitement en lien avec celui-ci.

Depuis toute petite, j’ai toujours eu d’énormes problèmes de gestion de la colère (crises, disputes, perte de confiance, remise en question, …). Toutes ces choses, je les ai vécues un nombre incalculable de fois. Cela a même déjà affecté mes amis.

Au début ma colère, je la gardais pour moi mais il arriva un moment où je n’arrivais plus à la garder pour moi seule… Ce fut d’abord le coussin jeté à travers la pièce, ensuite ce furent les livres jetés les uns après les autres sur le sol. Je ne contrôlais plus. Le moment le plus dur c’est quand j’ai commencé à déverser ma colère sur mes proches, en particulier mes parents…

Je m’en suis voulue et m’en veux toujours actuellement d’avoir fait pleurer ma mère à cause de mes crises incessantes. Le seul endroit où même si la colère apparaissait je la gardais pour moi était aux scouts. À mes 11 ans au huitième jour de camp, la colère est sortie. Je m’en suis voulu d’avoir laissé sortir cette image de moi là-bas. À ce moment-là, je me suis promis que plus jamais cette haine ne ressortirait aux scouts. Mais cette promesse ne fut pas tenue…

En effet, lors de ma deuxième année guides, la colère s’évacua lors d’un grand camp également mais cette fois-là fut pire car la colère s’attaqua à une de mes meilleures amies. Les mots sortaient sans contrôle, je pleurais de rage et elle de tristesse. Depuis ce jour, plus rien n’arriva là-bas car les guides ont su voir qui j’étais réellement et elles m’acceptent comme je suis. Je pense que cela m’a apaisée. Alors mon message à faire passer est d’accepter les gens comme ils sont, de voir leurs vrais visages et de les accepter comme ça.

Cela a arrangé beaucoup de choses pour moi, pourquoi pas pour les autres ?

Auteure : Noémie, 15 ans, Liège

CET ARTICLE A ÉTÉ PRODUIT LORS D’UN ATELIER SCAN-R.

Et d’autres récits

Ces projets qui nous sauvent

Beaucoup valent la complexité, le travail acharné, le manque de temps dans l’élaboration de projets. Mes projets, ma bulle d’air. Je m’évade quand j’élabore mes projets, j’ai la tête dans les nuages...

LES PETITS AVIS, EPISODE 73

Dès le départ, Scan-R essaye de valoriser la parole de chacune et de chacun ! Parmi les textes que nous recevons, certains sont trop brefs pour faire l’objet d’un post, nous les rassemblons donc...

Un héros des temps modernes

« Et pourquoi avez-vous un trou de six mois dans votre CV d’ailleurs ? ». A ces mots, j’observe le jeune garçon devant moi s’enfoncer encore un peu plus au fond de sa chaise. « Euh… Eh bien...

Liberté

Je ne crois pas en la fatalité… pourquoi cette croyance ? Le fait de croire est un moteur, un fil d’ariane que l’on peut suivre durant toute sa vie. Ne pas croire en la fatalité, c’est avant tout...

« Le temps fait les choses – ça ira mieux demain »

« Ça ira mieux demain » part d’un principe que le temps a une influence sur les problèmes que l’on peut ressentir et que c’est la chose la plus importante. A la place de se figer dans les causes et...

Soyez vous

Quand est-ce que les gens sont superficiels ? Tellement de réponses à cette question. Je répondrai par une autre question : « Quand pouvons-nous être réellement nous-mêmes ? ». La société nous...

La viabilité au sein de la communauté

Pourquoi vivre en communauté est vital ?   Pour moi, la communauté est un groupe uni par des liens spécifiques ou encore par un but commun. Par exemple : la famille, les amis, les camarades, les...

J’ai toujours eu peur de mon père

J’ai toujours eu peur de mon père car j’ai toujours ressenti son mépris envers moi. Alors oui, ce n’est peut-être qu’une fausse pensée que j’me fais, mais il n’y a rien de plus fort que l’idée. Une...

Se sentir légitime

J’écoute de la musique pour me sentir légitime de beaucoup de choses : J’ai écrit de « beaucoup de choses » car finalement... Bah, c’est vrai. Souvent, je me sens pas légitime d’être là où je suis...

J’ai appris à survivre

J’aimerais apprendre à vivre parce que, durant ma courte vie, j’ai appris à survivre. Cette survie qui m’a été imposée par cette personne qui m’aimait. L’amour ne fait pas toujours les choses bien,...